Journée d’étude du laboratoire junior (co)habiter

      Les membres du laboratoire junior (Co)Habiter ont le plaisir de vous annoncer la tenue de la première journée d’études du Labo Junior (Co)Habiter de la MOM. Intitulée « Les mots de l’habitat et de l’habiter » elle s’attachera à réfléchir aux questions terminologiques liées à l’espace domestique. Elle se tiendra le 4 juin prochain, de 9h30 à 17h15, selon un format hybride (public en visio).



    Voici le formulaire pour vous obtenir le lien zoom afin de vous connecter : https://framaforms.org/journee-detudes-les-mots-de-lhabitat-et-de-lhabiter-labo-cohabiter-1621944475

    Pour plus d’informations : https://cohabiter.hypotheses.org/301.

En espérant vous voir nombreux,
Toute l’équipe de (Co)Habiter
Loïc BENOIT (CIHAM, UMR 5648, CD74)
Blandine BESNARD (Archéorient, UMR 5133)
Emmanuelle DUMAS (IRAA, USR 3155, INRAP)
Clara GRANGER (HiSoMA, UMR 5189)
Guénola INIZAN (EVS, UMR 5600)
Coline POLO (CIHAM, UMR 5648)
Rim SALEH (HiSoMA, UMR 5189)

séminaire de recherche : incertitudes

    Ce séminaire, organisé par l’équipe de recherche EVS-LAURe de l’ENSAL, explore les parts d’indétermination, de tâtonnements et d’intranquillité avec lesquelles nous avons à composer dans nos pratiques d’architectes, de chercheurs et d’enseignants. Comment se ressaisir de ces attributs traditionnellement définis par « le manque de … », en apprivoiser les zones de clair-obscur, en faire reconnaître la valeur ? Nous déclinons ces questions en convoquant autour de l’architecture une pluralité de disciplines et de pratiques et en nous intéressant, au fil des séances, aux intervalles ouverts à l’indétermination dans la conception du projet, à l’art de se saisir des situations, aux processus de dé-mesure et de décalage, ou encore aux esthétiques de la bifurcation. Initialement programmé en 2019-20 et interrompu par la crise sanitaire, le séminaire Incertitudes reprend en visioconférence à partir du 09 mars 2021. Un lien de connexion zoom sera communiqué aux personnes inscrites quelques jours avant les séances.

Formulaire d’inscription : 

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSe-o9rwttjbSTY3kke0PS8mMKX7xOBBr83L3fZGnYCQdZkwhg/view

Pour en savoir plus : 

SEM-INC2021_plaquette

séminaire : l’exposition comme dialogue entre recherche et création artistique

L’exposition comme dialogue
entre recherche et création artistique


Vendredi 30 avril 2021
10h-12h30


Lien gotomeeting : https://global.gotomeeting.com/join/377331085


    Parmi les modalités de collaboration entre chercheurs et artistes, le recours aux dispositifs de l’exposition mérite une attention particulière. Des pratiques de scénographie bien connues dans le champ de la muséologie aux formes d’installations prisées dans les domaines de l’art contemporain, il s’agit d’interroger la mise en dialogue entre oeuvres artistiques et travaux de recherche en sciences sociales : quelles traductions, quelles médiations sont mobilisées ? Comment sont exposées et mises en scène des propositions simultanément scientifiques et artistiques? A partir de deux expériences concrètes, cette séance de séminaire accordera une attention particulière aux dimensions multimodales (audiovisuel, numérique, immersion, performance, conférences in situ, etc.), aux publics et aux effets de la rencontre entre recherche et création dans l’exposition.

Pour en savoir plus : recherche-création et exposition.pdf


Soutenance de thèse, laure masson semple, 6 mai

6 MAI– SOUTENANCE DE THÈSE LAURE MASSON SEMPLE : CRÉER LA VILLE DE DUBAÏ : POUVOIR TRIBAL ET AMÉNAGEMENT URBAIN FACE AU DÉFI DE LA MONDIALISATION.

      Laure Masson Semple, doctorante en géographie à l’UMR EVS 5600 de l’université Lumière Lyon 2, soutiendra le jeudi 6 mai à 14h sa thèse intitulée « Créer la ville de Dubaï : pouvoir tribal et aménagement urbain face au défi de la mondialisation », sous la direction de Fabrice Balanche.

     En raison de la situation sanitaire, la soutenance se tiendra en ligne.

Composition du jury :

  • Marc LAVERGNE, Directeur de recherches CNRS, Rapporteur.
  • Taoufiq SOUAMI, Professeur des Universités, Université Gustave Eiffel, Rapporteur
  • Fabrice BALANCHE, Maître de conférences HDR, Université Lumière Lyon 2
  • Mme Fatiha DAZI-HENI, Chercheur, ministère de la Défense (IRSEM)
  • Mme Lydia COUDROY DE LILLE, Professeure des Universités, Université Lumière Lyon 2
  • Christian MONTES, Professeur des Universités, Université Lumière Lyon 2
  • Alexandre KAZEROUNI, Maître de conférences, École Normale Supérieure de Paris.

Résumé :

    Dubaï réinterroge l’objet géographique qu’est la ville car cette cité-État, tour à tour oubliée du monde, puis pétrolière et enfin en quête d’alternatives à la rente pétrolière, est un territoire mouvant, éminemment résilient et donc difficile à appréhender. La thèse se propose d’étudier comment, depuis les années 2000, la mondialisation retribalise la société et l’économie dubaïotes. Elle explore également la gouvernance tribalo-libérale omnisciente pour montrer comment elle constitue un nouveau modèle de gouvernance et une économie d’agglomération éventuellement transposables.

      Force est de constater que le pouvoir tribal est à la tête d’une cité-État grâce à l’omniscience d’un pouvoir qui se structure en conjuguant tribalisme et modernité. D’autre part, la ville est aussi le territoire qui permet au pouvoir tribal de briller sur la scène internationale en ayant construit son émergence sur son port et sur le savoir-faire portuaire exportable, faisant de Dubaï un hub mondial. En effet, ces infrastructures ont servi de propédeutique à la diversification économique, à l’internationalisation ainsi qu’à l’affirmation du pouvoir économique qui se projette dans l’espace urbain. La saturation de l’espace urbain par le pouvoir tribal et ses homme-liges accroît par ricochet la privatisation de l’économie et de la planification urbaine. Cette emprise croissante sur le territoire urbain révèle la permanence du pouvoir tribal mais aussi son désir de redéfinir le modèle urbain en affichant clairement ses ambitions pour les années 2020 en termes de transition écologique et d’économie de la connaissance. Enfin, cette orientation nouvelle doit à terme se superposer au développement continu du secteur touristique. La ville mondiale est en quête d’une identité qui doit relever le défi de conjuguer à la fois la singularité émirienne et cimenter sa nation dans un paysage dominé majoritairement par les étrangers. Tous peuvent et doivent se reconnaître dans cette ville cosmopolite.

Mots-clés :

‘asabiyya, tribu/qabîla, ethnie, ville mondiale, mondialisation, crony capitalism / capitalisme de la connivence, économie de la connaissance, pouvoir, puissance, smart power, fabrique de la ville, patrimoine/turâth, tourisme, territoire, dawla/état, hauts-lieux, Émir, Dubaï, Émirats Arabes Unis, Cité-État, branding

Contact : davidlaure79@gmail.com