Séminaire-atelier FAIRE VILLE, FAIRE LA VILLE Monumentalisations, politisations, expérimentations.

Lundi 26 et mardi 27 novembre 2018

Institut Français de Thessalonique – salle Allatini

De par sa densité historique et mémorielle, ainsi que son positionnement dans le voisinage tant méditerranéen que balkanique, Thessalonique constitue une métropole régionale de premier plan à l’échelle du sud-est européen. Les mutations et les transformations qu’a connues cette ville au cours de son histoire tant ancienne que récente en ont fait de longue date un espace de recherche en sciences sociales, mais aussi de création artistique et culturelle. Alors que Thessalonique revisite son passé multiculturel et projette son avenir à l’aune des défis contemporains que rencontrent non seulement la Grèce mais l’Europe, le projet CREABALK – Balkans créatifs se propose de prendre la ville comme laboratoire de recherche-création. 

Fruit d’un partenariat entre l’Institut français de Thessalonique, l’Université de Macédoine à Thessalonique, Aix-Marseille Université et l’Université Lumière Lyon-2, ce projet entend constituer un espace innovant d’expérimentation entre sciences sociales et disciplines artistiques, à l’échelle régionale (sud-est européen, Méditerranée orientale) et au-delà. Ce positionnement original repose sur la notion de démarche-création, qui interroge les singularités et les complémentarités des démarches scientifiques et artistiques, par l’expérimentation et le dialogue transdisciplinaire, ainsi que par l’exploration de modes de transmission et de restitution partagés. 

Organisé en lien avec le projet MONUMED, le séminaire-atelier inagural Faire ville, faire la ville : monumentalisations, politisations, expérimentations réunira ainsi des chercheurs et enseignants-chercheurs, des artistes et des représentants des mondes culturels et sociaux, autour de autres thématiques et au fil de différents temps de travail, visites sur site et ateliers de réflexion. Nous entendons ainsi poser les bases du projet CREABALK – Balkans créatifs, en formalisant un réseau de collaboration, en déterminant des modalités de travail communes, et en établissant un premier programme d’activités. L’exemple de Thessalonique ouvrira sur des comparaisons avec les villes concernées par le projet, ainsi que d’autres espaces urbains dans le sud-est européen et la Méditerranée orientale.


Programme du séminaire-atelier (fr – eng)

L’habitat informel au Brésil et en Roumanie : origines, formes, perceptions et approches publiques

Séance du 28 novembre 2018 de 9 h à 12 h.

UMR EVS – 18 rue Chevreul 69007 Lyon – salle 604

L’Atelier 6 a déjà consacré plusieurs séances à l’habitat informel, la marginalité sociale et spatiale dans une perspective comparative internationale.

La séance du 14 février 2017 proposait d’ « Interroger l’informalité pour questionner la norme », celle du 17 novembre 2017 était consacrée à la « Ville institutionnelle vs ville marginale. Lieux a-normaux dans les métropoles de Lyon, Barcelone et Madrid (1940-2010) ».

Ce cycle se poursuit avec deux communications de chercheurs invités à EVS, et qui ont mené des travaux sur ce sujet dans leur pays respectif, en contexte métropolitain.

La séance du 28 novembre 2018 sera consacrée à l’habitat informel sous l’angle de la compréhension de l’origine du phénomène dans nos pays, les formes spatiales qu’il prend, le décryptage des structures socio-démographiques et leurs dynamiques, une vision évolutive historique de la perception et de l’acceptation sociale de la favela et dans les politiques publiques. En outre, on abordera des éléments de terminologie géographique liés à l’habitat informel, ainsi que les approches des acteurs publics qui les concernent, a partir des expériences récentes sur ce secteur urbain et des erreurs dues aux mimétismes et aux solutions inadéquates imposées à ces communautés.

« La prise en compte de l’intégration et de l’urbanisation des favelas dans la politique de logement brésilienne dans les expériences récentes: le cas du Complexo do Alemão – Rio de Janeiro »

« L’habitat informel en Roumanie – une réalité socio-spatiale long temps cachée et peu (re)connue »

Habitat spontané en Roumanie

Chercheur invité : Bogdan Suditu

EVS a le plaisir d’accueillir du du 1erau 30 novembre Bogdan Suditu, présent à Lyon grâce à une bourse scientifique de l’Ambassade de France en Roumanie. Il y mènera des recherches sur la gouvernance des territoires, les réformes territoriales, dans une perspective comparative européenne.

Bogdan Suditu

Bogdan SUDITU est maître de conference à la Faculté de Géographie de l’Université de Bucarest. Ses centres d’intérêt professionnels sont tournés vers la gouvernance et la planification urbaine et territoriale, les disparités socio-territoriales, politiques d’habitat, etc.

Cours enseignés : Analyse et la planification urbaine ; Politiques d’habitat et mobilités résidentielles ; Politiques et stratégies du développement urbain et rural ; La Géographie de Bucarest  (Faculté de Géographie) ; Introduction en droit de l’urbanisme et aménagement du territoire(programme de master organisé en coopération entre la Faculté de Droit de l’Université de Bucarest et l’Université d’Architecture et Urbanisme « Ion Mincu » de Bucarest).

Sa thèse de doctorat a été réalisée à l’Université de Bucarest et à l’Université d’Angers (France). Il est ensuite devenu diplomate de l’École Nationale d’Administration – ÉNA (France). Il a travaillé aussi dans l’administration publique centrale en tant que coordinateur des services responsables en matière de politiques d’habitat, d’urbanisme et d’aménagement du territoire. Il a publié des articles et des ouvrages sur les politiques d’habitat et l’histoire urbaine de Bucarest, la mobilité résidentielle, l’étalement urbain, les établissements informels, la toponymie, etc.

www.bogdansuditu.ro

Deux actualités dans la collaboration scientifique entre Lyon et Łódź

Chercheuse invitée

Monika Cysek-Pawlak

L’atelier 6 a le plaisir d’accueillir Monika Cysek-Pawlak comme chercheuse invitée du 22 au 30 octobre 2018. Mme Cysek-Pawlak est maître de conférences à l’Institut d’Architecture et d’Urbanisme à la faculté de Génie civil, d’Architecture et de Génie de l’Environnement de l’Université Technique de Łódźen Pologne. Elle est aussi architecte et urbaniste en activité, exerçant pour la filiale d’un cabinet d’architectes français basée à Varsovie. Son travail professionnel est principalement axé sur la régénération urbaine de sites importants en Pologne et en France.

Le but du séjour scientifique est la conduite de recherches sur deux sites situés autour de Lyon: Vaulx-en-Velin La Soie et Vénissieux. La recherche sera développée dans la logique d’une étude plus vaste sur les principes de Nouvel Urbanisme dans les projets de régénération urbaine illustrée par des exemples de cas français et polonais. Les questions urbaines posées dans le cadre de l’analyse des deux sites lyonnais touchent les questions de l’accessibilité piétonne (wakability), de la mixité fonctionnelle et de la mixité résidentielle : type, taille et mode d’accès, mais aussi les questions de propriété. »

Publication

Le parc de logement constitue-t-il un levier, un patrimoine ou un fardeau pour les villes en déclin démographique ? La baisse de population est-elle une opportunité pour résoudre la pénurie structurelle de logements ? En quoi les villes d’Europe médiane soulèvent-elles des questions singulières sur le déclin urbain ? Telles sont les questions que traite la publication suivante, issue de collaborations de recherche entre les universités de Lyon et de Łódź.

Ewa Szafrańska, Lydia Coudroy de Lille, Jarosław Kazimierczak. Urban shrinkage and housing in a post-socialist city: relationship between the demographic evolution and housing development in Łódź, Poland. Journal of Housing and the Built Environment, Springer Verlag, 2018. DOI 10.1007/s10901-018-9633-2

Łódź. Photo : L. Coudroy de Lille, 2018

SOUTENANCE DE THESE DE MELANIE MEYNIER-PHILIP : « ENTRE VALEUR AFFECTIVE ET VALEUR D’USAGE, QUEL AVENIR POUR LES ÉGLISES PAROISSIALES FRANÇAISES »

La région urbaine Lyon – Saint-Étienne interrogée par le référentiel du « Plan églises » québécois

Thèse en architecture sous la direction de Vincent Veschambre

Amphithéâtre de l’École nationale supérieure d’architecture de Lyon (3 rue Maurice Audin 69120 Vaulx-en-Velin)

Soutenance de thèse le 16 novembre 2018 à 14h

Eglise du Bon Pasteur, Lyon, 2016

Depuis les années 2000, des réflexions sur le devenir du patrimoine religieux émergent dans les champs du droit, de l’histoire, de l’architecture et du patrimoine. L’origine de cette problématique s’explique à la fois par la baisse de la pratique des cultes historiques depuis les années 1960, essentiellement catholique en France, et par le manque de moyens humains et financiers de l’Église, aboutissant à l’apparition de véritables « friches religieuses ». Ce processus lié à la sécularisation des sociétés a vocation à s’amplifier car ces deux facteurs qui le génèrent s’accroissent mutuellement. Si les couvents, les monastères, les séminaires et autres institutions religieuses catholiques ont déjà été impactés par ce phénomène, ce sont les églises paroissiales qui aujourd’hui perdent leur usage. Cette situation se rapproche de celle qu’a connue le Québec, dont les contextes historique et juridique ont accéléré la mutation des églises et abouti à la mise en place d’un « Plan églises » qui tente de conserver celles-ci en les transformant.

La première partie pose les bases de connaissances (patrimoniale et juridique) sur les églises paroissiales québécoises et françaises, pour permettre une mise en perspective des deux contextes. 

La deuxième partie est une étude observationnelle visant à définir le territoire et à inventorier le corpus de 429 édifices pour dégager des enseignements généralisables. Après avoir distingué trois grands types (églises « historique », « XIXe » et « XXe »), nous analysons plus précisément les reconversions relevées dans le corpus, pour discuter les compatibilités entre l’usage cultuel et ces nouveaux usages, puis formuler des hypothèses d’interventions architecturales adaptées, en recourant à des théories de la restauration.

La troisième partie est une étape interventionnelle de type « recherche-action ». Trois cas d’étude représentatifs de chaque type d’église paroissiale ont été sélectionnés, à Montarcher, Givors et Villeurbanne.  Pour chacune, une démarche participative a été mise en place avec la municipalité, les habitants et les associations, pour proposer des scénarios de reconversion adaptés aux besoin locaux. 

Il ressort de cette recherche que la démolition des églises paroissiales, généralement perçues comme un bien commun, menace la transmission des identités locales. Il apparaît donc essentiel de porter une réflexion globale sur l’évolution de ce patrimoine en prenant en compte les problématiques territoriales, les revendications citoyennes et la diversité architecturale de ces édifices. Nous montrons que l’architecte, de par son expertise à la fois technique et sensible du lieu, peut jouer un rôle central dans la mise en action cette réflexion.

Jury

Anne Fornerod, Chargée de recherche C.N.R.S HDR, Université de Strasbourg, rapporteure

Luc Noppen, Professeur à l’Université du Québec à Montréal, rapporteur

Catherine Blain, Ingénieure de recherche LACTH, ENSAP de Lille

Marie-Agnès Gilot, Maîtresse de conférences à l’ENSA de Saint-Étienne

Sven Sterken, Professeur associé à la Faculté d’Architecture de l’Université de Louvain

Vincent Veschambre, Professeur des ENSA en détachement

Affiche de la soutenance                         

Le(s) territoire(s) et le droit de l’environnement, Le renouvellement de l’appréhension du territoire par le droit de l’environnement

Sous la direction scientifique de Gaëtan Bailly, Simon Beerens-Bettex et Marius Combe

Les 11 et 12 octobre 2018

Auditorium Malraux

Université Jean Moulin Lyon 3

6 rue Pr. Rollet – Lyon 8e

Programme et bulletin d’inscription au colloque à télécharger ci-dessous.

Lien vers l’événement : http://facdedroit.univ-lyon3.fr/colloque-le-s-territoire-s-et-le-droit-de-l-environnement-le-renouvellement-de-l-apprehension-du-territoire-par-le-droit-de-l-environnement–1172491.kjsp

Viennent de paraître: « Regards franco-allemands sur la justice dans la construction européenne » et « Résister aux grands projets inutiles et imposés »

Regards franco-allemands sur la justice dans la construction européenne

sous la direction d’Anahita Grisoni et Lydia Coudroy de Lille

 

Après les deux volumes sur le développement durable et la transition (Nachhaltigkeit und transition) parus début 2018 aux éditions Campus Verlag (voir dans ce blog), voici la dernière livraison de l’axe 2 du programme franco-allemand Saisir l’Europe /Europa als Herausforderung dont EVS était partenaire scientifique.

Un dossier intitulé « Regards franco-allemands sur la justice dans la construction européenne » a paru en juin dans la Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande (tome 50, n°1) sous la direction d’Anahita Grisoni et Lydia Coudroy de Lille. Les contributions des auteurs d’EVS sont les suivantes :

-Anaïs Volin, Lisa Rolland, Lydia Coudroy de Lille, « La justice spatiale : regards français et allemands en géographie et aménagement » (p. 9-25)

-Hadrien Clouet et Anahita Grisoni, « Faire justice ou s’ajuster ? Les registres de l’injustice dans trois institutions d’aide à l’emploi en France et en Allemagne » (p.57-72)

Résister aux grands projets inutiles et imposés

Anahita Grisoni, Julien Milanési, Jérôme Pelenc, Léa Sébastien

 

Dans le cadre de ce même axe de travail sur le développement durable du programme Saisir l’Europe, à noter aussi la parution de l’ouvrage collectif d’Anahita Grisoni, Julien Milanési, Jérôme Pelenc, Léa Sébastien, Résister aux Grands Projets Inutiles et Imposés, De Notre-Dame des Landes à Bure, Éditions Textuel, Paris, 2018. Il rend compte d’enquêtes de terrain menées dans plusieurs projets d’aménagement du territoire aux prises avec des contestations collectives.

ISBN : 978-2-84597-643-6

15,90 euros

Rencontre « Des chercheur.e.s au Rize »

Des chercheur.e.s au Rize

Mardi 26 juin à partir de 14h à 17h

Au Rize,

23 rue Valentin Haüy, 69100 Villeurbanne

Le Rize propose un temps de présentation et d’échanges sur les travaux du pôle recherche, part fondamentale de son activité quotidienne, qui contribue à approfondir la compréhension du territoire villeurbannais passé, présent et à venir.

Le rendez-vous annuel avec les chercheurs du Rize se déroulera cette année en deux temps :

14 h

Pour cette année 2018 et en l’honneur des 10 ans du Rize, les travaux des chercheurs en résidence seront introduits par la présentation du livre Les terrains de la mémoire, co-édité avec le Labex Les passés dans le présent  (Triangle – ISP – IIAC – Centre Max Weber/DRAC) suite à la présentation en 2015 au Rize d’une journée d’études intitulée “Mémoire(s) à Villeurbanne, Mémoire(s) de Villeurbanne”. Marina Chauliac, anthropologue, membre de l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain et Nancy Venel, maître de conférence en science politique – Université Lyon 2, membre du laboratoire Triangle, présenteront cet ouvrage, qui a pour objectif de revenir sur la manière d’appréhender la mémoire sur un territoire donné en regardant la construction d’une politique mémorielle à l’échelle municipale (l’exemple de Villeurbanne) et sa mise en œuvre concrète.

15h30

Les doctorantes et étudiants en master investis cette année dans les disciplines de la sociologie, de l’histoire, de l’architecture ou du droit, dialogueront ensemble de manière transversale sur les méthodologies utilisées, les terrains étudiés et les thématiques abordées dans leurs différents travaux.

  • Saphia Doumenc, en thèse de sociologie politique, interrogera les mobilisations syndicales de femmes de ménage à partir d’une comparaison des territoires villeurbannais et marseillais.
  • Nolwenn le Goff, doctorante en architecture, présentera ses travaux sur les transformations du bâtiment public au 20e siècle, en partant du cas de Villeurbanne.
  • Lison Leneveler, qui vient de commencer une thèse en droit public, explorera le développement et l’organisation de nouvelle(s) compétence(s) de fait au sein des collectivités territoriales en réponse à un nouvel enjeu qu’est celui de l’accueil des migrants.
  • Adrien Miachon, en M2 d’histoire, s’appuiera sur le fonds d’archives de l’association villeurbannaise AFAL (Association France-Amérique latine) pour étudier son histoire et, au-delà, celle des immigrations latino-américaines à partir de la fin des années 1970.
  • Enfin Charlie Duperron, en M2 de socio-anthropologie, s’attachera quant à lui à l’analyse du programme RLF (Rétablissement des liens familiaux) de la Croix-Rouge.

 Pour en savoir plus : sur le blog du pôle recherche

Présentation de l’ouvrage: Les terrains de la mémoire

Réservation conseillée sur: le site du Rize

Commun(s) et territoire(s)

Commun(s) et territoire(s)

Espace des communs et communalisation des territoires

Sciences Po Lyon, 19 juin 2018 (9h30 – 17h)

Salle 301, Bâtiment pédagogique. Rue Appleton, 69007 Lyon

Activité commune du master Ville et environnements urbains

Séminaire de l’Axe Etudes urbaines UMR Triangle

et de la composante LAURE de l’UMR Environnement, Ville, Société.

Avec le soutien de l’Ecole Urbaine de Lyon et du Labex IMU

Guillaume Faburel (Université Lyon 2, UMR Triangle, Ecole urbaine de Lyon)

Claire Brossaud (Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon, UMR EVS-LAURE)Les notions de commun et de bien commun s’avèrent particulièrement mobilisées depuis plusieurs années dans différents domaines de l’action collective, ainsi que, plus récemment, dans celui de la recherche scientifique et dans les métiers de l’action territoriale. Ces notions offrent un prisme d’analyse d’initiatives foisonnantes plus ou moins militantes (habitats ou jardins partagés, monnaies locales, fermes sociales, ressourceries, boîtes à partage…). Une diversité de thèmes sont investis (économie, agriculture, mobilités, habitat…), de même que des outils (numérique, communication non violente, éducation populaire, intelligence collective…) et des échelles variés (du logement aux enjeux supranationaux, en passant par des initiatives de quartiers voire des réflexions métropolitaines). Ces actions accordent quelques caractéristiques aux notions de commun et de bien commun : des expérimentations pratiques, des usages collectifs de ressources, une auto-organisation de la gouvernance, des temporalités marquées par l’incertitude.

Toutefois, le questionnement sur le rôle des espaces et des lieux de construction et de réalisation de ces communs demeure globalement un impensé des réflexions actuelles : assemblée ou fabrique des communs à Lille, Lyon, Toulouse, Brest ou Rennes… ; plateforme de type wiki, media web et  radio indépendants… ; voire dans la mise en réseau des actions (réseau francophone des Biens communs, Communecter, Lyon en commun…). Si ce sujet Commun(s) et territoire(s) apparait d’abord premier, et s’il différencie en théorie fondamentalement les communs d’autres alternatives, en quoi les espaces, à la fois comme milieux creuset et imaginaires politiques, participent-ils à ce jour d’une telle revendication de communs ? En pleine actualité militante sur les mobilisations autour de l’habiter (ex : zones d’autonomie temporaire), il apparait que de tels liens ne sont que rarement explicités.

Ce séminaire réunira des collectifs et des chercheur.e.s autour de deux questions d’entrée, une par demi-journée. La matinée sera consacrée aux géographies des communs et à leurs effets spatialisés, avant de nous intéresser (l’après-midi) aux représentations et imaginaires véhiculés du politique (qui ne se limitent surtout pas aux seuls liens à l’action publique). Huit collectifs particulièrement investis dans l’action spatiale dialogueront en tables rondes avec six chercheur.e.s en géographie, sociologie, économie et science politique, ainsi qu’avec des étudiant.e.s de différents horizons disciplinaires de master de Lyon et de Saint-Etienne.

Depuis les catégories usuelles de l’action publique jusqu’aux nouvelles formes de communalités périphériques, entre réinvestissement des places urbaines et zones à défendre post-urbaines, peut-on réellement parler de « communs territoriaux » ?

9h30- 9h45 : Introduction (G. Faburel, C. Brossaud)

9h45 – 12h15 : La géographie des communs et ses espaces

Table ronde

Jérôme Blanc (économie, UMR Triangle), Claire Brossaud (sociologie, UMR EVS),

Julien Derbey (Collectif Pourquoi pas), Martin Durigneux (Association Anciela),

Laurie Guyot (Collectif Carton Plein), Nicolas Loubet, Charlotte Rizzo, Rieul Techer

(Collectif la Myne), Olivier Soubeyran (géographie, UMR PACTE)

Débat avec la salle

12h15-13h45 : Buffet

13h45 – 16h15 : Les communs territoriaux et leurs représentations/imaginaires du politique

Table ronde

Fabien Bressan (Labo Cités – CRDSU), Sylvaine Bulle (anthropologie, Laboratoire Théories du politique), Guillaume Faburel (géographie et science politique, UMR Triangle), Michel Lussault (géographie, UMR EVS), Alexandre Malfait et Pierre Simonin (Atelier Bivouac), Richard Pereira (Ecole supérieure d’Art et Design de Valenciennes), Daphné Vialan (Communauté de l’Arche)

Débat avec la salle

16h15 – 17h : Synthèse et perspectives

Mathilde Girault (UMR Triangle), Lucie Lerbet (UMR Triangle),

Claire Brossaud (UMR EVS), Guillaume Faburel (UMR Triangle)

 

Nombre de places disponibles : 50

Inscription obligatoire avant le 10 juin auprès de :

mathilde.girault@universite-lyon.fr et lucie.lerbet@sciencespo-lyon.fr

Forum d’innovation « L’habitat intergénérationnel, entre habitat participatif et habitat inclusif »

Récipro-Cité, en partenariat avec l’Université Lyon 3, Université de Lyon, organisent un forum d’innovation intitulé « L’habitat intergénérationnel, entre habitat participatif et habitat inclusif », le mardi 26 juin prochain, de 14.00 à 18.00, sur le site de la Manufacture des Tabacs (amphi I).

 Ce forum a pour ambition de réunir les entreprises innovantes en la matière, la recherche universitaire, et les acteurs de la vie collective impliqués pour lancer un partenariat capable de devenir ressource nationale sur le sujet.

Lien pour inscription : https://www.eventbrite.fr/e/billets-forum-dinnovation-habitat-intergenerationnel-44912390168.

Evénement Facebook : https://www.facebook.com/events/261741724365582/.

Vous êtes les bienvenus mais n’oubliez pas de vous inscrire via le lien ci-dessus !

N’hésitez pas à diffuser à vos réseaux.

Au plaisir de vous y retrouver,

Lisa Rolland p/o le comité d’organisation

PRÉSENTATION:

Formules d’habitat intermédiaire à destination des personnes âgées, habitat inclusif, partagé, accompagné, groupé, participatif, solidaire et citoyen, intergénérationnel, etc. L’innovation sociale irrigue le secteur de l’habitat d’une grande variété de concepts. Dans leur diversité, deux courants en particulier (parmi d’autres) se dessinent. Tous deux alternatifs dans les modes d’habiter qu’ils promeuvent, et souvent ressemblants dans les valeurs qu’ils véhiculent, ils se distinguent dans l’objet-même de leur alternative. D’un côté, dans la mouvance du concept d’habitat inclusif, se multiplient des projets, ou formules, développés en alternatives aux offres d’hébergement institutionnel à destination de personnes qui seraient habituellement décrites comme publics cibles de politiques médico-sociales (personnes âgées, personnes handicapées). De l’autre, l’habitat participatif, dans son acception la plus large, propose une alternative résidentielle et immobilière pour des habitants souhaitant s’engager sur leur lieu de vie.

À cheval entre les deux, l’habitat intergénérationnel repose sur la cohabitation organisée sous un même toit (même logement ou même résidence) de générations différentes et sur l’espérance encouragée de relations de voisinage solidaires. La formule est généralement perçue comme une solution innovante, consensuelle et flexible pour répondre à la problématique du vieillissement de la population, appréhendée principalement sous les angles du lien social, de la prévention, et du maintien à domicile (isolement, inclusion sociale, accessibilité, etc.). En l’espace de tout juste 10 ans, le nombre de réalisations a été multiplié par 15.

Le dynamisme de la formule de l’habitat intergénérationnel, et les prémisses de sa normalisation, ne suffisent toutefois pas à eux seuls à en faire un modèle durable (socialement, économiquement, opérationnellement…). Liant le destin de ces courants dérivés, nous faisons l’hypothèse que le socle théorique et opérationnel de l’habitat intergénérationnel doit se construire autour d’un rapport dialectique entre habitat participatif et habitat inclusif.

Afin de rapprocher praticiens et chercheurs de ces trois champs, et dans l’ambition que cet évènement permette de poser les bases d’un mouvement collaboratif au service des acteurs du territoire sur l’habitat intergénérationnel, inclusif et participatif de demain, l’Université Lyon 3 et Récipro-Cité organisent un après-midi de tables rondes et d’échanges structuré autour de 3 axes de conversation :

  1. [Etat des lieux et enjeux] – Etat de l’art et état de la recherche. Quels enjeux pour les futurs durables des « modèles » d’habitats participatifs, inclusifs, et intergénérationnels ?
  2. [Perspectives croisées] – Comment envisager les équilibres entre participation et accompagnement professionnel dans les projets d’habitats inclusifs, participatifs, intergénérationnels ? Quelles sont les passerelles existantes ou à construire ?
  3. [De l’habitat à la ville] – Comment se déclinent la mixité (inter)générationnelle, la participation, et l’inclusion sociale à l’échelle des quartiers, de la ville, etc. ?

Le forum a pour ambition de réunir les entreprises innovantes en la matière, la recherche universitaire, et les acteurs de la vie collective impliqués pour lancer un partenariat capable de devenir ressource nationale sur le sujet.

ORGANISATEURS :

Université Lyon 3 : L’Université Lyon 3 est une université en sciences humaines et sociales pleinement engagée dans sa relation avec les entreprises. Elle héberge des chercheurs intéressés par la thématique au sein de deux laboratoires : Centre de recherche Magellan – EA 3713 (ISEOR) et le laboratoire Environnement, Ville, Société – UMR 5600.

R é c i p r o – C i t é : Engagé pour l’émergence de lieux de vie intergénérationnels, ou solidaires, Récipro-Cité développe et accompagne des projets résidentiels faisant rimer intergénération avec participation depuis 2013. En collaboration avec le Groupe Logement Français (ESH) et l’Université Lyon 3, Récipro-Cité est notamment à l’origine d’un dispositif « d’habitat intergénérationnel solidaire » CHERS VOISINS, ainsi que du concept COCOON’ÂGES en partenariat avec Eiffage immobilier.

Colloque « Morts animales en perspectives »

Morts animales en perspectives

(Frontières / CELAT)

86ème congrès de l’Association francophone pour le savoir (ACFAS)

Mardi 8 mai 2018 – de 9h à 17h

Université du Québec à Chicoutimi

La mort ou la disparition des animaux soulève aujourd’hui des enjeux éthiques, juridiques, politiques, sanitaires, affectifs et économiques cruciaux. Conditions d’abattage des animaux d’élevage, dénonciation de la surpêche, émotion suscitée par les « meurtres » d’animaux sauvages… Il ne se passe pas un jour sans que s’impose dans le débat public et les médias l’idée que nous serions confrontés à un véritable « problème animal », matérialisé par ce que d’aucuns considèrent comme une « sixième extinction ». L’une des raison des sensibilités actuelles à la condition animale est certainement le caractère inédit et parfois irréversible des pressions que les sociétés contemporaines, industrialisées, urbanisée, globalisée et technicisées font peser sur le vivant. Mais il importe de remettre en perspective(s) ces enjeux à la lumière des contextes pluriels et changeants de la mort des animaux.

Ce colloque entend ainsi explorer la multiplicité et les transformations des morts animales dans les sociétés d’aujourd’hui, de manière comparative et multidisciplinaire. En partant de diverses catégories d’animaux (de rente, de ferme, d’assistance, de compagnie, de spectacle, d’expérimentation, de refuge, de zoo, sauvages, « nuisibles » ou « indésirables », etc.), il s’agira d’examiner les formes de la mort animale telles qu’envisagées et pratiquées dans divers contextes culturels, selon des imaginaires et traditions variés (religion et ritualité, pratiques économiques et écologiques, etc.). Les communications aborderons les diverses modalités de la « fin des bêtes » que sont le sacrifice, l’euthanasie, l’abattage, l’expérimentation, l’élimination sanitaire, etc., dans leurs cadres sociaux et historiques, ainsi que les représentations et usages aujourd’hui conflictuels dont elles font l’objet.

Nous adressons nos remerciements au Centre de recherches Culture – Arts – Sociétés (CELAT), à la revue Frontières, à l’Université Lumière-Lyon2, à l’unité mixte de recherche Environnement, Ville, Société (EVS, CNRS 5600) et au Service des communications de l’Université du Québec à Montréal, qui ont rendu cet événement possible.

09h15 – Introduction « Morts animales en perspectives »

Mouloud Boukala (UQAM  – Université du Québec à Montréal) – Olivier Givre (Université Lumière Lyon 2)

Session de la matinée

Les environnements des morts animales: modalités relationnelles et interactionnelles

Présidence / Animation: Khadiyatoulah Fall (UQAC – Université du Québec à Chicoutimi)

9h30 – Du troupeau au gibier: faire coexister différentes moralités autour de la mise à mort d’animaux domestiques et sauvages en Mongolie – Bernard Charlier (Front nationale de la recherche scientifique – Université catholique de Louvain-la-Neuve, Belgique)

10h10 – Représentations et expériences des femmes chasseures et rapport à la mort sur Internet: une étude exploratoire – Viviane Lew (CSSSHG – Centre de santé et de services sociaux de La Haute-Gaspésie)

11h05 – La mort animale au zoo: un grand récit biopolitique? – Jean Estebanez (Université Paris Est-Créteil)

Session de l’après-midi

Représentations et imaginaires des morts animales

Présidence/animation: Mouloud Boukala (UQAM – Université du Québec à Montréal)

13h30 – Voir et montrer la mort animale – Jean Gardin (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Olivier Givre (Université Lumière Lyon 2)

14h10 – Le sacrifice animal biblique aura-t-il une place dans le future? Commentaires contemporains – Joseph Lévy (RRSPQ – Réseau de recherche en santé des populations du Québec)

15H05 – L’iconisation de l’ours blanc en martyr animal ou le retour d’une « animalité humanitaire » – Vincent Lavoie (UQAM – Université du Québec à Montréal)

15h45 – Un bestiaire post-écocide – Bénédicte Ramade (UdeM – Université de Montréal), Magali Uhl (UQAM – Université du Québec à Montréal)

Ouverture(s)

16h25 – Présentation du projet Pense-Bêtes. Comparer et confronter les mises à mort animales. Olivier Givre (Université Lumière Lyon 2), Jean Gardin (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

16h40 – Célébration du 30ème anniversaire de la revue Frontières – Joseph Lévy (RRSPQ – Réseau de recherche en santé des populations du Québec), Mouloud Boukala (Université du Québec à Montréal)

Séminaire Terrains numériques et effets de présence: des ethnographies en terre vidéoludique

Terrains numériques et effets de présence : des ethnographies en terre vidéoludique

Séminaire de l’atelier 6 Faire territoire, faire société / UMR CNRS 5600 EVS

18, rue Chevreul, 69007 Lyon

Salle de La Rotonde

Vendredi 13 avril 2018 – 9h30h-12h30

© Madeleine Humeniuk
https://madelainehumeniuk.wordpress.com/

L’exploration des mondes numériques et de l’Internet a connu au tournant des années 90 une exploration accrue par les sciences humaines et sociales. La sociologie, les sciences de la communication, la géographie, la psychologie voire les sciences politiques, économiques et juridiques ont, à leur manière, tenté d’examiner les usages et pratiques propres à ce qu’il était convenu d’appeler des « cyber-univers » ou des « espaces virtuels ». La dimension strictement technique et informatique consubstantielle à l’ingénierie et à la production de ces dispositifs, laissait place à une approche plus compréhensive des phénomènes sociaux qui en caractérisaient les processus d’émergence, de diffusion et de réception (que ce soit au travers de l’utilisation des forums de discussion, des réseaux sociaux encore embryonnaires ou de l’immersion dans les contextes vidéo-ludiques, etc.).

L’anthropologie, face à cette première vague de travaux de recherche éparpillés mais précurseurs, s’est cantonnée à une sorte de distance respectueuse voire de stratégie d’évitement. Virtualisés, dématérialisés, ces phénomènes ont, dans un premier temps, déstabilisé les approches mobilisées dans l’ethnographie classique. Comment observer ce qui semble, au prime abord, distant et immatériel ? Comment s’immerger dans une réalité qui échapperait à la définition habituellement donnée au « terrain d’enquête » ? La question semblait tout autant méthodologique, épistémologique que politique. Car si l’anthropologie de la fin du 20ème siècle se sentait en capacité d’étudier des phénomènes de globalisation et de massification culturelle par des méthodes résolument multisituées, la situation propre à la cyberculture de l’époque résistait aux trames empiriques patiemment tissées tout au long de l’histoire de la discipline. Le terrain devait être exotique, concret, fait d’une altérité tout autant observable que palpable ou il n’était rien. Sans lieu prédéfini et préexistant à l’ethnographie, il n’y a plus de lieu, donc plus lieu d’observer.

L’histoire des sciences du début du 21ème siècle semblait avoir résolu cette tension en nuançant l’opposition un rien schématique entre virtualité et réalité, entre espaces concrets et espaces procurés. Cependant, l’irruption récente de la Réalité Augmentée, de la Virtualité Augmentée, des contenus de Big Data, des modèles GAFA ainsi que le développement des Intelligences Artificielles conduisent les sciences humaines et sociales à repositionner leurs modèles épistémologiques et méthodologiques. Comment aborder les dynamiques de co-présence dans des espaces et temporalités qu’il ne s’agit plus d’opposer mais d’examiner au-travers de leur alternance ubiquitaire ? Qu’en est-il des phénomènes de perception embarquée et de leurs effets sur l’expérience corporelle ? Alors qu’il est commun de constater que l’industrie du jeu vidéo est en voie d’outrepasser l’ensemble des productions culturelles de masse, quid des instances mêmes d’élaboration et de création des univers vidéo-ludiques ? Comment aborder la culture ludologique généralisée qu’elles génèrent ?

Axel Guïoux (Lyon2-EVS-CTT) et Evelyne Lasserre (Lyon3-EVS-CTT) : Une tente plantée dans un monde virtuel… Et après ?

Sonia Dris (Lyon2-EVS-CTT) : Parcours ethnographiques, du domicile au milieu urbain à travers les pratiques vidéoludiques.

Séminaire Revendications patrimoniales et conflits mémoriels.

Revendications patrimoniales et conflits mémoriels.

Séminaire RGL « Espaces Critiques » / Ateliers 6-7 UMR EVS

18 rue Chevreul, salle 206.

Vendredi 27 avril (10h-12h30)

La Manufacture d Armes de Saint-Etienne – Auteur: Thomas Zanetti

Ce séminaire de recherche entend interroger les dimensions sociales et politiques des mises en mémoire et en patrimoine à partir des processus conflictuels dont elles peuvent faire l’objet. Les trois interventions, issues d’un ouvrage collectif paru récemment, identifient le patrimoine comme étant un objet politique qui traduit des inégalités sociales en termes de reconnaissance, de représentation et de pouvoir. Elles s’intéressent  plus particulièrement à des catégories de populations (migrants, ouvriers) qui sont majoritairement exclues des récits historiques dominants et doivent donc se mobiliser pour accéder au « conservatoire de l’espace ».

Mots-clés: patrimoine, mémoire, conflits, migrations, lutte sociale.

La plaque en hommage aux verriers de Givors – auteure: Léa Prost

Interventions:

  • Grégory Busquet (Maître de conférences en sociologie et études urbaines, Université Paris Nanterre / UMR LAVUE): Présentation de l’ouvrage « Mémoires et patrimoines. Des revendications aux conflits » (L’Harmattan, 2017).

L’ouvrage propose une réflexion sur les revendications, les contestations et les conflits qui participent à la fabrication contemporaine du patrimoine. Il place les acteurs au centre de son propos pour étudier les conceptions, les supports et les modes d’action qui caractérisent la dynamique des mobilisations patrimoniales et mémorielles, dans le cadre des rapports de force asymétriques liés aux processus de qualification et de valorisation des espaces. Le patrimoine est alors considéré comme une ressource et un vecteur de l’émancipation.

  • Julie Garnier (Maître de conférence en sociologie et en anthropologie, Université de Tours / UMR CITERES): « Patrimoine des/en migrations: de la revendication mémorielle à la mise en exposition ».

Nous aborderons la question du patrimoine des/en migrations à partir de différents terrains, partant d’une revendication patrimoniale portée à différentes échelles par un groupe de migrants avec le soutien d’une collectif de non migrants à la mise en exposition collaborative: Que se passe-t-il quand des migrants se saisissent de la question mémorielle et patrimoniale? Au nom de quoi agissent-ils? Et que nous apprennent les mises en exposition des mémoires de migrations par les institutions patrimoniales? Notre attention portera que les intentions de ces actions, les formes de collaboration mais aussi les tensions et les freins qu’elles suscitent.

  • Thomas Zanetti (Maître de conférences en géographie et aménagement, Université Lyon 3 / UMR EVS): « Le patrimoine comme matérialisation d’une lutte sociale et sanitaire ».

Les politiques mémorielles et patrimoniales constituent un angle d’analyse des rapports de forces entre classes sociales, et des inégalités en matière d’appropriation et de marquage des espaces. Face à la difficulté d’ancrer leurs mémoires dans l’espace et la matérialité des lieux, les populations dominées peuvent s’engager dans des pratiques mémorielles et patrimoniales alternatives. Dans le cas évoqué ici, ces pratiques soutiennent une lutte sociale et sanitaire qui mobilise un héritage industriel.

Symposium – Call for paper

Sharing meals.

Social aspects of eating an cooking together

Center for Food & Hospitality Research, Institut Paul Bocuse

Ecully (France) – June 14th 2018

Eating involves many other dimensions than just ingesting food. It is especially a social act, as it involves the social position and relationships of the individual in all of the included practices: supplying, cooking, dressing, ordering, ingesting, clearing, washing-up, managing left-overs, etc. (Fischler 1990; Poulain 2002; Warde 2016). Some moments in a day, the meals, are more specifically dedicated to eating with all these dimensions. Thus, all the choices regarding their organization have social implications. Especially, sharing these meals (including all the activities listed before) with other persons has important implications. Indeed, Eating Together is, for the human beings, a way of expressing special relationships – as it can be seen when the meal is used as a diplomatic tool. The term commensality, meaning literally “sharing the table”, can be defined as the fact to eat together (Grignon 2001; Sobal 2000). It is interesting to see that it is often used as a substitute for conviviality, which expresses the pleasure to be together and to discuss around a table (Brillat-Savarin 1825). It is true that eating together is often perceived as a good way of creating good social relationships, or even more to improve the quality of the diet (e.g. Weinstein 2006). Yet, eating together can sometimes also be a difficult time, especially when it was not the person’s choice (e.g. Guérin 2016). This symposium offers to explore, with a social science approach, the different dimensions associated with sharing meals (non exhaustive):

  • Cultural differences in the manners of sharing meals

  • Specificity of the sharing of cooking times regarding the sharing of meal times.
  • Use of commensality as a social action mean.
  • Symbolic representation of the benefits of sharing meals (psychological, physiological, social)
  • Comparison of meals regarding other eating times (snacking).
  • Political/Diplomatic use of meals
  • Organization, perception and role of meals in institutions (school canteens, hospital, nursing homes, prisons …)

References

  • Brillat-Savarin, Jean Anthelme. 1825. La physiologie du goût. Paris: Sautelet. Fischler, Claude. 1990. L’Homnivore. Paris: Odile Jacob.
  • Grignon, Claude. 2001. « Commensality and Social Morphology: An Essay of Typology ». In Food, Drink and Identity: Cooking, Eating and Drinking in Europe since the Middle Ages, par Peter Scholliers, 23‐33. Berg.
  • Guérin, Laura. 2016. « « Faire manger » et « jouer le jeu de la convivialité » en établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). De l’intensification des contraintes de travail pendant le service des repas ». SociologieS, juin.
  • Poulain, Jean-Pierre. 2002. Sociologies de l’alimentation : les mangeurs et l’espace social alimentaire. Paris: Presses universitaires de France.
  • Sobal, Jeffery. 2000. « Sociability and Meals: Facilitation, Commensality, and Interaction ». In Dimensions Of The Meal: Science, Culture, Business, Art, par Herbert L. Meiselman, 119‐33. Springer US. Warde, Alan. 2016. The Practice of Eating. John Wiley & Sons.
  • Weinstein, Miriam. 2006. The Surprising Power of Family Meals: How Eating Together Makes Us Smarter, Stronger, Healthier and Happier. Steerforth Press.

How to submit?

The proposals are to be sent before April 30th 2018

by e-mail to symposium@institutpaulbocuse.com with the object “Call Symposium Sharing Meals”.

These proposals (in english) must contain:

  • A presentation of the author(s)
  • An abstract (300 words max.), mentioning the object of the work, the methods and the main results.
  • The author’s preference for a poster or an oral presentation.

The authors will be informed of the acceptance or refusal of their proposal by 12 May 2018 at the latest. The selection committee is headed by Maxime Michaud and composed by the researchers of the Center for Food and Hospitality Research, Institut Paul Bocuse (Anestis Dougkas, Agnès Giboreau, Jérémie Lafraire, Maxime Michaud, Laure Saulais).

Pratical information

The Symposium will take place at the Institut Paul Bocuse in Ecully (next to Lyon), on June 14th 2018. Fees (covers registration, breaks and lunch):

  • Registration fees: 100 €
  • Reduced fees: 50 € (speakers, students, Research & Innovation Committee Members)
  • Students and researchers at University Lyon II (or members of the LADEC or EVS): 25€

Please note that the organizers are not able to take care of transportation, accommodation or registration fees. However, speakers have access to reduced fees.

Contact: symposium@institutpaulbocuse.com

Journée d’étude – Des pierogi aux sushis : approvisionnement et alimentation en Europe médiane

Des pierogi aux sushis :

approvisionnement et alimentation en Europe médiane

GDR Connaissance de l’Europe médiane

UMR EVS – Atelier 6 « Faire territoire, faire société »

UMR CNRS 5600 EVS
18, rue Chevreul, 69007 Lyon

Salle de la Rotonde

30 mars 2018 – 14 h – 18 h

cliché Coudroy 2016

Les transformations structurelles post-socialistes et la mondialisation n’affectent pas que les systèmes politiques et économiques : elles s’immiscent dans les pratiques du quotidien, la culture, les modes de vie. L’alimentation, dépendante notamment des systèmes d’approvisionnement et de commercialisation, des liens entre villes et campagnes, a connu de profondes mutations depuis 1945. La période socialiste était marquée par un fort exode rural, la collectivisation agricole assortie du maintien de pratiques de jardinage familial, une étatisation des circuits de commercialisation alimentaire, mais aussi des périodes de pénurie alimentaire, et différents systèmes de « débrouille ». La période post-1990 est synonyme d’ouverture des frontières économiques, de déferlement de produits alimentaires importés, de rupture de circuits commerciaux traditionnels, d’arrivée de la grande distribution, de la publicité, de l’entrée dans la Politique agricole commune pour les États membres, et de diffusion de modes gastronomiques exotiques. En étudiant comment les sociétés sont passées « des pierogis aux sushis« , cette journée d’étude interroge donc les mutations culturelles et économiques des sociétés et territoires d’Europe médiane, de manière éminemment transdisciplinaire : cette journée d’études associe le point de vue de l’urbanisme, l’anthropologie, la géographie, les études littéraires.

PROGRAMME

14h – 14h10 Introduction : Antoine Marès et Lydia Coudroy de Lille

14h10- 14h30 : Claire Delfosse (Université Lumière Lyon 2, Laboratoire d’Études Rurales)

«Les enjeux de la question alimentaire, à l’agenda de la recherche en sciences sociales et des politiques publiques » + 10 mn discussion

14h40h – 15h00 : Anna Zadora (Université de Strasbourg, UMR SAGE)

« Pratiques quotidiennes de l’identité: Biélorusses, « mangeurs de pommes de terre ».

15h10-15h30 : Roxane Triboi (Université de Bucarest)

« Le pastoralisme urbain comme réponse aux crises foncières, agricoles et alimentaires de la ville de Bucarest dans la période post-socialiste » + 10 mn discussion

15h40 – 16h00 : Pause café

16h00 – 16h20 : Olivier Givre (Université Lumière Lyon 2, UMR EVS)

« Nourriture et ritualité : le kurban dans les Balkans, entre « tradition » et « transition » » + 10 mn discussion

16h30 – 16h50 : Igor Fiatti (Paris III La Sorbonne Nouvelle – Università degli Studi di Torino)

« Menu habsbourgeois. Un excursus littéraire autour de l’alimentation » + 10 mn discussion

17h00-17h20 : Discussion générale

Carnet de recherche de l'atelier 6 de l'UMR 5600 Environnement ville société – Faire territoire, faire société