séminaire : « le monde à hauteur d’enfants : les programmes de géographie scolaire en contexte pandémique »

Mercredi 24 février 2021 (14-17h)

Le monde à hauteur d’enfants : les programmes de géographie scolaire en contexte pandémique

Séance organisée par Dominique Chevalier (MCF-HDR Université Lyon INSPE / UMR EVS)

Aquarelle de Célia Ilghet réalisée dans le cadre de l’UE « Faire de la géographie autrement ». Décembre 2020. INSPE de Lyon.

     Cette nouvelle séance de l’atelier Faire territoire Faire société propose d’aborder la question de l’enseignement de la géographie et de la découverte du monde dans le contexte pandémique actuel où les pratiques spatiales, les modes d’habiter et les mobilités sont tout particulièrement contrariées.

     Quatre communications aborderont des niveaux d’enseignement différenciés.

Alexandra Baudinault : PRAG à l’INSPE de Paris (Sorbonne Université)

La construction des repères spatio-temporels en maternelle à l’épreuve du.des confinements

      À partir d’observations faites dans des classes de maternelle entre septembre et janvier 2020, j’essaierai de questionner la manière dont le confinement – continuum spatio-temporel – a pu troubler ou transformer l’apprentissage des repères spatiaux et temporels chez les plus jeunes d’entre nous.

Dominique Chevalier, MCF-HDR Géographie, INSPE, Université Lyon 1 ; Laboratoire EVS (UMR 5600) et Camile Lefebvre, Professeure stagiaire, Master 2 MEEF, INSPE Lyon :

Les programmes de cycle 3 : une actuelle inadéquation au monde ?

      Au cœur des programmes de géographie de cycle 3, l’habiter met l’accent sur l’expérience des humains en tant qu’acteurs spatiaux. Cette centralité de la notion représente une invitation à éveiller les élèves à l’espace qui les entoure en leur faisant prendre conscience qu’ils sont des êtres géographiques dont les actes ont des implications parfois proches, parfois lointaines. Habiter est conjointement un acte individuel et collectif, et c’est précisément cette potentialité de partir de la personne et de la relier au groupe social que le programme exploite. En contexte pandémique l’ensemble des thèmes à aborder deviennent comme obsolètes et étrangers aux élèves alors même qu’ils étaient prévus pour être familiers. Comment ce décalage se traduit-il ? C’est ce que nous proposons de présenter à travers une déconstruction des programmes et l’analyse de questionnaires menés en classe de CM1.

Florian Pons : Doctorant en géographie, laboratoire EVS, Université Lyon 2. Enseignant d’histoire-géographie au collège Jean de Verrazane, Lyon 9.

Géographie du confinement : faire de la géographie chez soi par une approche sensible.

      Pendant le confinement du printemps 2020 lié à l’épidémie de Covid 19, j’ai proposé à mes élèves de collège (toutes classes) de continuer à faire de la géographie par une succession d’observations dont l’aboutissement est une carte interactive collective. C’est précisément les résultats de ce travail que je vais présenter ici.

Amandine Chapuis, MCF Géographie INSPE, Université Paris Est Créteil ; Laboratoire Analyse Comparée des Pouvoirs, Université Gustave Eiffel

Géographies confinées. Pratiques pédagogiques à distance autour de l’espace proche

      Cette intervention propose un retour d’expérience réflexif sur trois pratiques pédagogiques, mises en œuvre dans différents contextes, en période de confinement, autour d’une notion centrale en géographie dans le premier degré, celle d’espace proche. La première concerne la production d’une carte interactive collaborative sur le thème « découvrir les lieux où j’habite » avec des étudiant.e.s de master MEEF en formation à distance. La seconde est une expérience d’éducation populaire de lecture de paysages urbains à partir des fenêtres d’espaces domestiques d’un groupe de femmes participant à des ateliers d’empowerment. La troisième rend compte d’un travail réflexif proposé à des étudiant.e.s de licence sur leurs espaces d’apprentissage en temps de fermeture des universités aux apprenant.e.s. Au-delà de l’intérêt pour la géographie sociale que constituent les matériaux récoltés au cours de ces différentes pratiques, c’est un questionnement sur la nature des savoirs géographiques mobilisés et travaillés au cours de ces démarches que je proposerai, en essayant notamment de montrer à quelles conditions « géographier confiné.e.s » peut constituer une opportunité pour repenser les fondements implicites aux apprentissages scolaires en géographie.

Les liens utiles pour rejoindre la séance de séminaire :

mercredi 24 février 2021

13:40 | (UTC+01:00) Bruxelles, Copenhague, Madrid, Paris | 4 h

Démarrer la réunion

Autres de moyens pour rejoindre les réunions :

Rejoindre la réunion à partir du lien de la réunion

https://univ-lyon1.webex.com/univ-lyon1/j.php?MTID=md26d76248f5e594f1cb907120b2de9b7

Rejoindre la réunion par le numéro de la réunion

Numéro de la réunion (code d’accès) : 121 689 0205

Mot de passe de la réunion : WRx7nNf5Zw3

Appuyez pour rejoindre la réunion à partir d’un périphérique mobile (uniquement pour les participants)

+33-1851-48835,,1216890205## France Toll

Rejoindre par téléphone

+33-1851-48835 France Toll

Numéros d’appel internationaux

Rejoindre à partir d’un système ou d’une application vidéo

Composer le numéro 1216890205@univ-lyon1.webex.com

Vous pouvez également composer 62.109.219.4 et saisir votre numéro de votre réunion.

Rejoindre les réunions via Microsoft Lync ou Microsoft Skype Entreprise

Composer le numéro 1216890205.univ-lyon1@lync.webex.com

 

 

 

 

station : vailov. performance dans le cadre du festival A l’école de l’Anthropocène, samedi 30 janvier 2021

    Station : Vavilov est une recherche-création portant sur la mémoire et la circulation des végétaux.
    Prochain épisode samedi 30 janvier 2021 dans le cadre du festival A l’école de l’anthropocène :
 
 
   Depuis 2014, le Centre de Ressources de Botanique Appliquée, installé dans la métropole lyonnaise, travaille avec l’Institut de ressources génétiques végétales Vavilov de Saint Pétersbourg, la 4ème banque de semences au monde, sur la création d’une station d’expérimentation végétale. L’objectif : retrouver et réintroduire des variétés végétales récoltées au début du 20ème siècle, notamment dans la région lyonnaise.
 
   Régulièrement, des botanistes, généticiens, agronomes (mais aussi jardiniers ou maraichers) français et russes se rencontrent pour bâtir ce projet. A chaque voyage, humains et semences circulent et se rencontrent, échangent et s’échangent. En septembre 2020, la station Vavilov de Lyon sort de terre, avec pour objectif de revitaliser, expérimenter et remettre en activité une mémoire végétale constituée depuis un siècle.
 
   Une équipe scientifique et artistique apporte son regard singulier sur ce projet. C’est ainsi que ces mémoires et circulations végétales sont retracées au fil d’un « journal de terrain » à la fois descriptif et sensible, poétique et ethnographique, visuel et sonore. Une chronique composée d’histoires humaines et végétales entrelacées, qui donne autant de place aux personnes qu’aux imaginaires, aux semences qu’aux idées.
 
Pour découvrir le prologue : https://www.youtube.com/watch?v=QradhizbuYA
 
Pour en savoir plus : https://ecoleanthropocene.universite-lyon.fr/station-vavilov-202202.kjsp?RH=1610632597681

 

 

séminaire du 4 février

Propriétaires et héritiers de biens immobiliers dans les villes décroissantes : un regard international

Séminaire de l’atelier 6 « Faire territoire, faire société » de l’UMR Environnement, Ville, Société

4 février 2021 – 10h30-13h

Une maison fermée à Kaihimmakuhari, au nord de Chiba, octobre 2020.

       En croisant des regards nourris d’enquêtes menées aux États-Unis, au Japon et en France, ce séminaire s’intéresse aux ménages propriétaires d’un ou plusieurs biens immobiliers dans des espaces urbains soumis à des processus durables de décroissance. Alors que l’examen des politiques de revitalisation ou de décroissance planifiée conduites dans des villes en déclin s’est étoffé, le rôle que les petits propriétaires peuvent exercer sur les dynamiques de la vacance résidentielle reste encore peu étudié dans les champs de la géographie socio-économique et de l’aménagement. En interrogeant les profils et les parcours de propriétaires occupants, ainsi que les stratégies familiales qui peuvent se déployer autour de l’occupation et de la transmission d’un bien dans une ville en déclin, ce séminaire met l’accent sur les envers des politiques de soutien à l’accession à la propriété dans les sociétés en faible croissance. Il invite de ce fait à une discussion sur les disparités sociales, inter- et intra-générationnelles, qu’entraîne une inégale dé-valorisation des patrimoines fonciers et immobiliers en fonction de leur situation géographique.

10h30 – 10h40 : Introduction

10h45 – 11h15 : Présentation par Florence NUSSBAUM (ATER, ENS Lyon) puis discussion (11h15-11h35)

“You’ve got to pay something to live in them buildings!”. Les propriétaires précaires face au déclin dans les villes perforées des Etats-Unis

        Les quartiers dévalorisés des métropoles états-uniennes présentent un certain nombre de traits communs tels que l’ancienneté du bâti, une population vieillissante et une part importante de ménages issus de minorités ethniques. Sur ces territoires, déclin des valeurs immobilières et déclin démographique s’alimentent mutuellement et accentuent la paupérisation des petits propriétaires. Les quartiers en déclin sont dès lors la cible d’une intense activité spéculative qui tire parti de la faiblesse des valeurs foncières et immobilières et de la vulnérabilité des propriétaires occupants. Cette communication analysera l’impact du déclin sur la propriété des logements. Dans nombre de quartiers, la spéculation immobilière participe en effet à un mouvement plus large d’éviction des petits propriétaires qui peinent à défendre leurs droits, et ce même en l’absence de tout processus de gentrification. Cependant, certains habitants ont développé des tactiques d’appropriation de l’espace, en pratique et en droit, afin de s’assurer une place dans ces quartiers et d’endiguer leur dépeuplement. Il s’agira ainsi d’interroger la diversité des rapports au droit de propriété dans un contexte de déclin.

11h35 – 12h00 : Présentation par Sophie BUHNIK (chercheuse, Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise) et Shun.ichirô KOYANAGI (professeur de droit, Université Dokkyô) puis discussion (12h05-12h20)

De la quête du sol au souci d’y échapper. Les outils du réinvestissement des « biens sans maîtres » dans les collectivités locales japonaises

       Les maisons vacantes représentent en 2020 plus de 13,5 % du parc de logements total au Japon, soit plus de 8 millions d’unités inoccupées pour diverses raisons. Parmi celles-ci, près de 4 millions d’entre elles correspondent à des biens non entretenus ni repris par d’éventuels successeurs des propriétaires occupants partis ou décédés. Certaines collectivités font face à une massification telle du phénomène qu’elle remet en question les fondements de la promotion et de la valorisation de la propriété foncière et immobilière, hérités du modèle de croissance d’après-guerre. Notre communication propose d’abord de rappeler les facteurs politiques, économiques, sociaux, juridiques et fiscaux expliquant les logiques de la valorisation/dévalorisation foncière et immobilière dans le Japon contemporain, puis d’exposer une répartition géographique influencée par des stratégies étatiques de soutien à la recentralisation de la production urbaine. Ensuite, grâce à des enquêtes menées auprès de banques de maisons vides, nous examinons les marges de manœuvre laissées aux collectivités territoriales pour négocier la reprise des biens inoccupés auprès d’ayants-droit identifiés.

12h20 – 12h40 : présentation de l’ouvrage La Ville inoccupée. Enjeux et défis des espaces urbains vacants par Nadia ARAB (Professeure des Universités, Ecole d’Urbanisme de Paris) et Yoan MIOT (Maître de conférences, Ecole d’Urbanisme de Paris).

Pour se connecter :

Lorsqu’il est l’heure, démarrez votre réunion Webex ici.

jeudi 4 février 2021

10:10 | (UTC+01:00) Bruxelles, Copenhague, Madrid, Paris | 3 h

Démarrer la réunion

Autres de moyens pour rejoindre les réunions :

Rejoindre la réunion à partir du lien de la réunion

https://univ-lyon1.webex.com/univ-lyon1/j.php?MTID=m5661652d1fb699506f330c0590c0b67b

Rejoindre la réunion par le numéro de la réunion

Numéro de la réunion (code d’accès) : 121 536 5924

Mot de passe de la réunion : pTEAicN9Z83

Appuyez pour rejoindre la réunion à partir d’un périphérique mobile (uniquement pour les participants)

+33-1851-48835,,1215365924## France Toll

Rejoindre par téléphone

+33-1851-48835 France Toll

Numéros d’appel internationaux

Rejoindre à partir d’un système ou d’une application vidéo

Composer le numéro 1215365924@univ-lyon1.webex.com

Vous pouvez également composer 62.109.219.4 et saisir votre numéro de votre réunion.

Rejoindre les réunions via Microsoft Lync ou Microsoft Skype Entreprise

Composer le numéro 1215365924.univ-lyon1@lync.webex.com

Si vous êtes un organisateur, cliquez ici pour afficher les informations de l’organisateur.

Vous avez besoin d’aide ? Allez à l’adresse https://help.webex.com

 

nouvelle parution : anthropologie du travail par marie-pierre gibert et anne monjaret

      Ce manuel, premier du genre en France, pose des jalons pour
une anthropologie du travail, champ en constitution. Sans être
exhaustif, il propose un large tour d’horizon des thématiques et
des analyses anthropologiques françaises et internationales sur
le travail. Il tend à montrer comment l’anthropologie peut se
saisir de cet objet de recherche et donne par là même les
moyens de s’interroger sur la place et le sens du travail sous ses
diverses formes dans le quotidien de tout un chacun, ici et
ailleurs.
      L’ouvrage permet de suivre le cheminement d’individus, hommes
et femmes, tout au long de leur vie, et de saisir leur manière
d’apprendre, de dire et de faire leur travail ou de faire avec leur
travail, d’occuper les espaces professionnels, de circuler sur des
territoires, d’articuler travail et hors travail, de lutter pour leur
emploi, de se réinsérer et de ne pas oublier ces mondes du
travail.
      Au-delà de ces multiples thématiques, ce sont les cultures et les
frontières du travail qui sont questionnées. L’anthropologie du
travail apparaît alors comme un champ réflexif et engagé,
impliqué dans une discipline et dans la cité.

Plus de précisions : FLYER_Armand_Colin_Anthroplogie du travail_Gibert_Monjaret_2021

nouvelle parution : faire ville par hélène noizet et anne-sophie clémençon

    PLU, ZAC, Ecoquartiers… : la ville serait-elle entièrement planifiée selon des plans d’urbanisme imposés d’en haut ?  Hélène Noizet et Anne-Sophie Clémençon démontrent, au contraire, qu’une grande majorité de la fabrication urbaine est impensée. Loin de se focaliser sur les seuls grands projets, elles centrent délibérément leur propos sur les processus de production de la ville ordinaire. Osant une synthèse sur le très long terme, elles donnent des clefs de lecture innovantes pour mieux appréhender l’interaction entre morphologie urbaine et fonctionnement social. La dynamique de formation du tissu urbain, en permanente reconstruction, est abondamment cartographiée à partir d’exemples européens. Issus de contextes historiques différents, de la Protohistoire au très contemporain, ils sont travaillés pourtant par des logiques similaires, ici mises au jour. L’urbanisation de la planète est un des problèmes essentiels auquel nous sommes confrontés dans le contexte de la crise écologique actuelle. Or, comment trouver des réponses efficaces si l’on ignore comment l’urbain s’élabore ?

  Maître de conférences en histoire médiévale à Paris, Hélène Noizet travaille sur la morphologie urbaine. Elle analyse la formation du tissu urbain comme un processus qui remet sans cesse en jeu les espaces hérités, en interaction permanente avec les projets et les pratiques des acteurs.

    Historienne de l’architecture et des formes urbaines, Anne-Sophie Clémençon est chercheure-photographe associée au Laboratoire Environnement-Ville-Société de Lyon. Ses principaux travaux portent sur la fabrication de la ville ordinaire, ses relations avec les modèles dominants du XVIIIe au XXIe siècle et sur le patrimoine architectural.

Plus de précisions : 2021-01-21-AVIS-PARUTION-PUV_V4

nouvelle parution : géographies de la colère

      Ce numéro de Géographie et cultures ambitionne de questionner les traductions spatiales de ces colères. À la faveur d’un mouvement inédit en France difficile à comprendre et à décrypter avec des grilles classiques des sciences humaines et sociales, les différents articles analysant les logiques spatiales des Gilets jaunes traduisent un besoin de renouvellement des cadres de compréhension : les ronds-points périphériques deviennent des pôles de luttes et parfois de violences policières, la cartographie devient participative en demeurant un outil de combat, le périurbain n’est (toujours) pas une périphérie homogène. Des échos sont clairement identifiables dans d’autres colères issues de l’injustice de traitement : l’accès aux services publics, la violence faite aux femmes, aux Noirs (aux États-Unis).

Pour plus de renseignements : Revues GÉOGRAPHIES DE LA COLÈRE – Ronds-points et prés carrés – Sous la direction de Dominique Chevalier et Mariette Sibertin-Blanc, Géographie et Cultures 114 (editions-harmattan.fr)

Journée d’ateliers du 12 mars 2021

   La Commission de Géographie Féministe du CNFG organise une journée d’ateliers portant sur les objets et les pratiques de géographie féministe. L’enjeu de cet événement que nous espérons récurrent annuellement est d’ouvrir un espace d’échange et de partage permettant le développement d’outils communs et la consolidation d’un collectif de géographes féministes en France.

A. Del. | Publié le 31/08/2020
Calais : des collages féministes pour dénoncer le sexisme à l’école

      Cette journée aura lieu le 12 mars 2021 à Lyon. La moitié des ateliers ainsi que l’introduction et la discussion collégiale de clôture seront accessibles à distance. Elle est ouverte à tou·tes, sur inscription. Elle est organisée avec la complicité de la commission de Géographie Critique du CNFG.

     Le programme prévisionnel est téléchargeable ici : Programme prévisionnel – 12 mars 2021 à Lyon

séance du 20 janvier

Mercredi 20 janvier 2020 (10-12h)

En raison des conditions sanitaires actuelles, cette séance aura lieu en distanciel. (Toutes les informations sont à la fin de cette annonce)

 La constitution des géographies sexuelles à Tanger. Approche socio-historique

    Séance organisée par Karine Bennafla, Dominique Chevalier, Judicaëlle Dietrich (UMR EVS) et les étudiant·e·s du Master MEMED (Mondes émergents Mondes en développement) de Lyon3.

    Meriam Cheikh (MCF en anthropologie, INALCO, Paris) présentera son livre Les filles qui sortent – Jeunesse, sexualité et prostitution au Maroc, Université de Bruxelles, 2020

   Au Maroc, l’expression « filles qui sortent » désigne celles qui se prostituent. Des délires adolescents à la professionnalisation, Les Filles qui sortent analyse la quête de respectabilité de ces jeunes femmes qui se heurtent à un ordre social autant que moral. Au Maroc, l’expression « filles qui sortent » désigne celles qui fréquentent les night-clubs et les bars la nuit pour gagner leur vie. Au-delà du fait prostitutionnel, le « sortir » renvoie aussi plus largement aux distances qu’une partie de la jeunesse féminine des classes populaires prend avec les normes, la moralité et la respectabilité. Loin d’être confiné à la marginalité, le sortir joue sa partition dans les métamorphoses de l’ordre sexuel et intime dans un contexte d’essor de l’économie du divertissement et d’accroissement des inégalités. Y émergent de nouvelles valeurs qui remettent en cause les régimes moraux et juridiques tout en réaffirmant l’ordre hétérosexuel. Cohabitant avec une dizaine de jeunes femmes engagées dans le sortir à Tanger, Mériam Cheikh a mené une ethnographie longitudinale sur sept ans. À l’intersection de la génération, du sexe et de la classe, elle analyse des trajectoires où se succèdent socialisations familiale et scolaire, élaboration de la sexualité et insertions professionnelle et matrimoniale. Les Filles qui sortent. Jeunesse, sexualité et prostitution au Maroc revient sur l’expérience dans le sortir, de l’engagement au désengagement, croisant anthropologie urbaine, anthropologie économique et anthropologie du droit.

Séminaire 20/01 avec M. Cheikh

https://univlyon3.webex.com/univlyon3/j.php?MTID=m9ca7edbb432b1c257ccf1104d528365d
mercredi 20 janv. 2021 10:00 | 2 heures | (UTC+01:00) Bruxelles, Copenhague, Madrid, Paris


Numéro de la réunion : 121 571 8054
Mot de passe : WXWuduRdkyYJmw
d3756e639100580ee64776da7f99f1ec

Rejoindre par système vidéo
Composer : 1215718054@univlyon3.webex.com
Vous pouvez également composer 62.109.219.4 et saisir votre numéro de votre réunion.

Rejoindre par téléphone
+44-20-7660-8149 United Kingdom Toll
Code d’accès : 121 571 8054

création d’un nouveau labo junior

Nouveau Labo Junior (Co)Habiter

    Depuis le 1er Janvier 2021, la Maison de l’Orient et de la Méditerranée accueille pour deux ans un nouveau Labo Junior intitulé (Co)Habiter et porté par six doctorant.e.s et une post-doctorante : Loïc Benoit (CIHAM, UMR 5648), Blandine Besnard (Archéorient, UMR 5133), Emmanuelle Dumas (IRAA, USR 3155), Clara Granger (HiSoMA, UMR 5189), Guénola Inizan (EVS, UMR 5600), Coline Polo (CIHAM, UMR 5648) et Rim Saleh (HiSoMA, UMR 5189).

     L’activité du Labo Junior (Co)Habiter sera principalement structurée en quatre journées d’études sur des thèmes en lien avec les notions de l’habitat et de l’habiter. Pour plus d’informations : https://cohabiter.hypotheses.org/67

colloque

      L’UMR EVS et en particulier l’atelier 6 (avec Lise Bourdeau-Lepage et Dominique Chevalier) organise avec la MSH de Paris Saclay (financeur), la revue Développement Durable et Territoires, l’université Lyon 3 l’université, Paris Saclay, l’INRAE & AgroParistech est workshop  intitulé  » Les territoires au temps de la pandémie du Covid 19.

       Il se tiendra les 14 et 15  janvier 2021 en visio.

 

Nous serions très heureux de vous y accueillir virtuellement.

Il vous faut vous inscrire pour assister au workshop en suivant le lien suivant :

Workshop « Les territoires au temps de la pandémie du Covid-19 » – 14 & 15/01/2021

Vous espérant nombreuses et nombreux.

nouvelle publication : « housing cooperatives in barcelona » (bilingue angl./esp.)

Vient de paraître dans la revue ACME: An International E-Journal for Critical Geographies, 2020, Vol 19 No 3 – Special Issue : Producción Social del Hábitat y Comunes Urbanos

Housing Cooperatives In Barcelona, Between The Commons And Social Production Of Habitat.
A Step Towards Housing Communalization In Barcelona?

Esp : “La vivienda cooperativa en Barcelona, entre comunes y producción social del hábitat. ¿Hacia una comunalización de la vivienda en Barcelona?”

Par Diego Miralles Buil
[https://antreautre.hypotheses.org/]

Usine autogérée de Can Batlló, un exemple de commun urbain (quartier de La Bordeta, Barcelone) – Diego Miralles Buil, juin 2017

Abstract :

        The cooperative housing model of cession of use (MCU) promoted by activist groups in Barcelona can be considered a means of reappropriation of housing and territory. In this article, we will examine how these groups were inspired by Latin American Social Production of Habitat (SPH) initiatives and the concept of the common to develop this model. This form of alternative housing led to a repositioning of Barcelona’s housing actors and the elaboration of municipal policies considering housing as « common goods ». However, many activist groups consider the common above all a praxis, breaking with the policies of the City Council and bringing the common closer to the notion of SPH. In this article, we will question the links between these two notions and their applications in Barcelona. We will examine how the use, sometimes decontextualized, of these concepts by some entities generates conflict and demonstrates an attempt to reappropriate these notions to support neoliberal values. Thus, we will see how some cooperative housing projects allow for the (re)politicization of the notions of common and SPH, outlining a form of housing communalization.

Keywords: Cooperative housing; use value; commons; Social Production of Habitat (SPH); communalization; reterritorialization

Plus d’informations, résumé en espagnol et accès aux articles (angl./esp.): https://acme-journal.org/index.php/acme/article/view/2095 ou https://antreautre.hypotheses.org/1047

Soutenance de thèse

        Anaïs VOLIN soutiendra sa thèse de doctorat en géographie le 

mercredi 09 décembre – 14h

intitulée Des territoires au coeur d’un conflit d’aménagement. Stuttgart 21 et la Magistrale européenne Paris-Budapest.

     Cette thèse a été réalisée au sein du Programme de recherches franco-allemand en SHS « Saisir l’Europe-Europa als Herausforderung », en voici un court résumé : 

    Les projets de rénovation de gare et de quartier de gare sont nombreux dans les métropoles européennes suscitant un intérêt prolixe chez les géographes au sujet des enjeux fonciers et des recompositions des jeux d’acteurs à l’œuvre dans ces longs projets. Deux éléments forment l’originalité de notre sujet : d’une part l’étude multiscalaire d’un axe transnational européen (La Magistrale européenne Paris-Budapest) consacré à la grande vitesse dont notre terrain, Stuttgart, constituerait le pivot ; d’autre part l’appréhension de la contestation à Stuttgart 21 à travers une analyse spatio-temporelle inédite de la lutte pour, par et sur l’espace. L’ancrage territorial de notre étude repose sur la ville-capitale du Land allemand du Bade-Wurtemberg qui apparaît comme une des régions les plus compétitives de l’UE et historiquement impliquée dans ses instances. Notre travail a permis de comprendre comment le projet d’aménagement ferroviaire et urbain, Stuttgart 21, a modifié matériellement l’urbanisme du centre-ville et l’ensemble des espaces régionaux concernés par la nouvelle LGV entre Stuttgart et Ulm. En parallèle nous avons exploré, à l’aide d’entretiens semi-directifs, les changements immatériels, dans la longue mise en place du projet, des relations entre les acteurs selon les échelons représentés ainsi que l’image de la ville de Stuttgart.

      La thèse sera soutenue et présentée publiquement devant un jury composé de : 

Nacima BARON-YELLÈS, Professeure des Universités, Université Paris-Est Marne-la-Vallée. Rapporteure.

Lydia COUDROY DE LILLE, Professeure des Universités, Université Lumière Lyon 2. Directrice de thèse.

Aurélie DELAGE, Maître de Conférences, Université de Perpignan – Via Domitia. Examinatrice.

Laurent GUIHÉRY, Professeur des Universités, Université de Cergy-Pontoise. Rapporteur.

Catherine PERRON, Chargée de recherches, Sciences-Po Paris. Examinatrice.

Florian WEBER, Professeur junior, Université de la Sarre. Examinateur.

   La soutenance sera déroulera en visioconférence, merci de vous adresser à Anaïs Volin si vous souhaitez y participer (anais.volin1@univ-lyon2.fr).

séminaire « SCHWERPUNKT DEUTSCHLAND »

       Le pôle rhône-alpin du CIERA (Centre Interdisciplinaire d’Etudes et de Recherches sur l’Allemagne) organise, dans le cadre de son séminaire « Schwerpunkt Deutschland » , une séance consacrée à des travaux de géographes intitulée « Regards de géographes sur l’Allemagne contemporaine ». 

    Trois jeunes chercheurs d’EVS auront l’occasion de présenter leurs travaux le vendredi 04 décembre, de 14h à 16h.

      Les informations pratiques pour assister au séminaire qui se tiendra en visioconférence sont sur la page du CIERA : 

http://www.ciera.fr/fr/node/15976

      Vous espérant nombreuses et nombreux.

Déroulé :

Mercredi 2 décembre (14h-16h) : Regards sur le monde de l’éducation


– Claire Dupuy (Science politique) : Les politiques régionales d’éducation en France et en Allemagne
– Rebecca Laffin (Études Germaniques) : L’enseignement du « fait culturel » en classe d’allemand
Contact pour obtenir le lien de connexion : Laurence.Guillon@univ-lyon2.fr


Vendredi 4 décembre (14h-16h) : Regards de géographes sur l’espace germanophone contemporain


– Anaïs Volin et Lisa Rolland : « La justice spatiale : regards français et allemand en géographie et aménagement »
– Clément Dillenseger : « Cohabiter proprement avec la saleté. Réflexions autour de la visibilité et l’accessibilité du métabolisme viennois de la propreté urbaine »
Contact pour obtenir le lien de connexion : Antoine.Laporte@ens-lyon.fr

Recherche-creation : expériences et potentialités. séance II

Séance #2
Chercher (par) l’image.
Photographes et chercheur.es.
Vendredi 11 décembre
9h15-12h30
Lien vers le séminaire :
https://global.gotomeeting.com/join/957540789


9h30 : accueil et présentation.


9h45 : C’est quoi ce travail ? Rencontre d’un photographe avec une équipe de chercheurs autour du vêtement au travail.

Cliché : D. Desaleux


     Cette intervention à deux voix (chercheure et photographe) portera sur un projet de recherche nommé CRAVAT qui a pour ambition de dresser un panorama des réalités multiples du travail aujourd’hui en « entrant » par le vêtement au travail. Nous raconterons l’histoire d’un photographe qui s’invite sur les terrains d’une équipe de sociologues et se met en dialogue avec elles/eux, ainsi qu’avec des juristes. Nous nous appuierons sur les productions issues de cette recherche (en particulier les photographies) et expliciterons les process méthodologiques mis en œuvre afin de donner à voir la façon dont l’approche artistique et les approches scientifiques se croisent, aussi bien dans le temps de la production de la recherche que dans celui de la préparation de sa diffusion.

   David Desaleux est photographe, diplômé de l’école des Gobelins – section photographie (Paris XIII) en 2001. Son travail s’axe essentiellement sur le rapport de l’homme à son environnement proche, à son ordinaire. Pour ce faire, il collabore régulièrement avec des sociologues, ethnologues, géographes au sein de leurs travaux de recherche. (2009 : Qui l’eut cru(e) , 2011 : état des lieux/les lieux de l’état, 2013 : mémoire d’un port, 2015 : Lyon, vallée de la chimie, 2017 : mécanique de la passion, 2019/20 : CRAVAT).
   Jeanne Drouet est ingénieure au CNRS (CMW), titulaire d’un doctorat en anthropologie portant sur la « raison orale » et la circulation des imaginaires qui lui a permis d’expérimenter un large panel de méthodes – notamment collaboratives. En lien avec ce parcours, elle s’est formée à divers usages des images (fixes, animées, de synthèse, dessinées) pour la recherche en SHS et a mené des recherches sur les mondes virtuels. Sa réflexion méthodologique se double d’un engagement pour que la socio-anthropologie et la création artistique se rencontrent, afin de penser
et/ou créer collectivement et différemment, mais aussi de contribuer à renouveler la place du chercheur dans la Cité.


Discussions


10h45-11h : Pause


11h : La photo-ethnographie : une rencontre de la science et du sensible

Cliché : L. Fontes


Résumé
     Cette intervention reviendra sur l’expérience d’une photographe qui devient chercheuse en anthropologie : du questionnement initial, en passant par les conflits méthodologiques pour arriver au croisement entre les approches artistique et scientifique. Le responsable de cette transformation étant le terrain même, la rencontre de l’artiste avec l’anthropologie s’est faite en action, lors de la production d’une photoethnographie portant sur un rituel d’initiation au candomblé, religion afro-brésilienne. Le concept de photoethnographie envisage la création d’un discours visuel représentant une narration alternative au texte écrit, et participe du renouvellement des sciences humaines. L’intervention proposera une réflexion par rapport à la posture du chercheur/artiste et à ses choix esthétiques lors de la production et de la post-production de ses images. Comment (et pourquoi) rendre visuellement beau un rituel contenant des scènes choquantes, telles que le sacrifice animal ? Cette tentative peut-elle ou doit-elle être une préoccupation anthropologique ? Est-il possible de dissocier, dans ce type de démarche, entre approches photographique et anthropologique ? Comment produire un récit ethnographique visuel qui combine la réflexion scientifique et ce qui est de l’ordre du sensible ?


   Larissa FONTES est photographe, docteure en anthropologie et actuellement enseignante-chercheure ATER à l’UFR ASSP de l’Université Lumière Lyon 2. Depuis une dizaine d’années elle travaille sur les religions afro-brésiliennes, s’axant principalement sur l’anthropologie visuelle, la communication, les enjeux de mémoire, du politique et du patrimoine.


Discussions


12h : Conclusion et perspectives

séance du 02 décembre : les damnées de la mer, femmes et frontières en méditerranée

Mercredi 2 décembre 2020 (9h30-12h00).

 

Les damnées de la mer.

Femmes et frontières en Méditerranée.

 

    Séance organisée par Karine Bennafla, Dominique Chevalier, Judicaëlle Dietrich (UMR EVS) et les étudiant·e·s du Master MEMED (Mondes émergents Mondes en développement) de Lyon3.

       En raison des conditions sanitaires actuelles, cette séance aura lieu en distanciel. Merci de vous inscrire par mail (dominique.chevalier@univ-lyon1.fr) pour recevoir les informations donnant accès à la séance. Merci.

      Cette séance de l’atelier 6 poursuit le cycle des trois conférences inscrites à la fois dans les thématiques de l’atelier, celles du Master Memed et la préparation à la question « Frontières » des concours d’enseignement.

        Camille Schmoll est maîtresse de conférences à l’université Paris 7 Denis Diderot/USPC et membre de l’Institut Universitaire de France. Ses activités de recherche portent sur les dynamiques migratoires dans l’espace euro-méditerranéen. 

    Elle vient présenter son livre Les damnées de la mer. Femmes et frontières en Méditerranée, publié à La Découverte.

     Longtemps, les femmes ont été absentes du grand récit des migrations. On les voyait plutôt, telles des Pénélope africaines, attendre leur époux, patientes et sédentaires. Il n’était pas question de celles qui émigraient seules. Elles sont pourtant nombreuses à quitter leur foyer et leurs proches, et à entreprendre la longue traversée du désert et de la Méditerranée.
Fondé sur une recherche au long cours, menée aux marges de l’Europe, en Italie et à Malte, ce livre est une enquête sur la trace des survivantes.

     Au fil des récits recueillis, il restitue leurs parcours, de déchirements en errance, de rencontres en opportunités. Entre persécutions, désir d’autonomie et envie d’ailleurs, les causes de leur départ sont loin d’être simples et linéaires.

     Les Damnées de la mer offre ainsi une remarquable plongée dans leur vie quotidienne, dans des centres d’accueil où leur trajectoire est suspendue, dans l’attente d’une reconnaissance de cette Europe qui souvent les rejette. L’ennui et la marginalisation sont omniprésents. Mais ces femmes sont également résistantes et stratèges, à la recherche de lignes de fuite.
     En restituant les multiples facettes de ces destinées, ce livre décline l’histoire des migrations en Méditerranée au féminin. Il refuse les clichés binaires qui opposent la migrante-victime à la migrante-héroïne pour adopter le point de vue de l’expérience des femmes : non sans tensions, l’autonomie qu’elles mettent à l’épreuve apparaît à la fois comme le support et l’horizon de leur projet migratoire.

Carnet de recherche de l'atelier 6 de l'UMR 5600 Environnement ville société – Faire territoire, faire société

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search