séminaire : images de migrations dans la recherche-création

Vendredi 21 janvier 2022, 10h-13h, en ligne

Une séance organisée par le séminaire “Recherche-Création : Expériences et Potentialités” (EVS/IIAC/DRAC/Rize)

Lien zoom vers la séance

Depuis 2020, le séminaire « Recherche-Création : Expériences et Potentialités » constitue un lieu de rencontres et d’échanges autour d’expériences mêlant travail artistique et scientifique. Cette nouvelle séance est née du constat d’une multiplication de projets de recherche-création dans le domaine des migrations. Depuis les années 2000, la création de nombre de réseaux de militant.es et chercheur.es sur les migrations (Traces, Migreurop, Ancrages…), mais aussi l’intérêt de différents artistes pour cette thématique (voir notamment l’exposition « Persona grata » présentée conjointement par le MacVal et le MNHI en 2018/2019) a conduit à des rapprochements féconds entre chercheur.es et artistes. Labellisée en 2018 Ethnopôle « Migrations, frontières, mémoires », le Centre du Patrimoine Arménien (CPA) à Valence participe de cette dynamique à travers ses expositions et des ateliers ouverts aux chercheur.es en sciences sociales (socio- anthropologie, géographie, histoire) et aux artistes d’horizons disciplinaires variés. Aussi a-t-il paru évident de donner une carte blanche au CPA pour nous présenter deux de ses projets en cours qui questionnent la mise en images et en récits des expériences migratoires via la constitution d’équipes interdisciplinaires croisant enquêtes sur le terrain et créations visuelles.

***

Programme du séminaire

10h – Introduction

  • Marina Chauliac, UMR IIAC, DRAC Auvergne Rhône-Alpes.
  • Olivier Givre, UMR EVS, Université Lumière Lyon2.
  • Vincent Veschambre UMR EVS, Le Rize, Centre Mémoires, cultures, échanges, Villeurbanne.

Présentation du Centre du Patrimoine Arménien, ethnopôle « Migrations, Frontières, Mémoires »

  • Laure Piaton, directrice du CPA
  • Philippe Hanus, coordinateur de l’ethnopôle

10h30 – Atlas Cinéma, un livre ouvert sur les murs de la ville

  • Marie Arlais et Raphaël Rialland, artistes du collectif Etrange Miroir, Nantes

Utilisant la technique du vidéomapping, Atlas Cinéma conte l’histoire d’anonymes d’hier et d’aujourd’hui. Ces portraits donnent naissance à des cartographies qui se dessinent sur les murs et lient la petite et la grande histoire. Ce projet donne lieu à une collaboration scientifique (anthropologues, sociologues, géographes et historiens). Après une phase d’interconnaissance sous la forme de 4 workshops sur deux ans, les chercheur.e.s accompagnent la production des chapitres de l’Atlas et de leurs cartographies.

–> Plus d’informations sur le projet ici

11h30 – Pause

11h40 – Yézidis réfugiés dans la Drôme. Un projet de livre photographique

  • Estelle Amy de la Bretèque, anthropologue, CNRS.
  • Romain Rabier, réalisateur, photographe

Basé sur une collaboration étroite entre une anthropologue et un photographe, ce projet allie réflexion anthropologique, ethnographie de terrain et travail photographique. En choisissant de mêler le texte et l’image, l’objectif est à la fois de dresser un portrait de cette communauté réfugiée dans la Drôme et, en s’appuyant sur l’enquête ethnographique, de soulever des questionnements plus globaux liés à la survivance, la migration et l’intégration.

12h40 – Discussion finale

–> Progamme en PDF

 

Séminaire : GESTION ET CONSERVATION EN CONTEXTE (POST)COLONIAL : MISES EN RÉCIT ET MISES EN ŒUVRE

Atelier Faire territoire, faire société
Vendredi 21 janvier 2022 ,14h-17h , salle 604, 18 rue Chevreul, 69007 Lyon

Séance organisée par Dominique Chevalier (Université Lyon 1-INSPE), François Duchène (ENTPE) & Thomas Zanetti (Université Lyon3)

© Photo Congopresse, H. Goldstein, Archives africaines, Bruxelles, SPF Affaires étrangères.

Le vendredi 21 janvier 2021, de 14h à 17h, en salle 604 du 18, rue Chevreul, le séminaire de l’atelier Faire territoire, faire société, organise une séance intitulée “Gestion et conservation en contexte (post)colonial : mises en récit et mises en oeuvre.” 

Deux intervenantes présenteront leurs travaux 

***

Présentation des interventions 

Violette Pouillard, “Fractures conservationnistes et mises en récit, Est du Congo, ca. 1920 à nos jours.”

Violette Pouillard, Chargée de recherche CNRS, LARHRA, UMR 5190

Cette communication traitera des conflits socio-environnementaux associés aux modes de gouvernance conservationniste déployés par les autorités coloniales belges au Congo, qui sous-tendent et contribuent à expliquer nombre de tensions et conflictualités contemporaines autour de l’accès aux ressources environnementales. Alors que l’historiographie a mis en évidence l’exclusion coloniale des droits de terre et d’usage congolais, mais aussi des usages coloniaux, opérée à travers les dispositifs officiels de protection de la faune, ces derniers cristallisent et incarnent l’opposition entre la protection des animaux d’une part et les activités humaines et les intérêts économiques d’autre part.

Cette contribution présentera les résultats de travaux visant à porter attention tout à la fois aux dimensions sociale, environnementale et animale des politiques conservationnistes, en argumentant que cette perspective intégrée d’histoire par en bas représente un auxiliaire nécessaire à la déconstruction des discours (post)coloniaux sur la gouvernance environnementale. A travers des micro-histoires entrecroisées, la communication mettra l’accent sur les formes systémiques d’usage et de réification des animaux protégés opérées par l’appareil conservationniste lui-même, et sur les collaborations transculturelles et les fractures et oppositions associées. Les dislocations sociales du conservationnisme colonial s’associent ainsi à des perturbations environnementales et animales de large portée marginalisées par les sources et les récits.

Violette Pouillard est chargée de recherches du CNRS au LARHRA et professeure invitée à l’Université de Gand. Elle est l’auteure d’une monographie (Champ Vallon, 2019) et de plusieurs articles traitant des politiques coloniales de gestion et de protection de la faune.

*

Géraldine Sfez, “Circulation, camouflage et résistance : l’histoire du riz oryza glaberrima. À partir de l’œuvre Oryza (2021) de Kapwani Kiwanga.”

Géraldine Sfez, Université de Lille, Centre d’étude des arts contemporains.

Il s’agira, à partir d’une analyse de la pièce de l’artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga, Oryza (2021) et plus largement de son exposition Cima, Cima (Le Crédac, Ivry, 2021), de retracer l’histoire de cette variété de riz Oryza glaberrima, originaire d’Afrique de l’Ouest et transporté dans leur chevelure par les femmes africaines réduites en esclavage. Dissimulés, puis cultivés en Amérique du Sud, notamment dans un contexte de marronnage, ces grains de riz témoignent de l’histoire de l’esclavage tout en renvoyant, dans le travail de Kapwani Kiwanga, à un geste de résistance et d’émancipation.

 

Comme dans ses œuvres Flowers for Africa (2017-2020) ou White Gold : Morogoro (2016), pièce monumentale réalisée en fibres de sisal, la pratique de Kiwanga Kapwani, anthropologue de formation, consiste ici à questionner l’histoire des plantes, ce que celles-ci révèlent de l’histoire coloniale et post-coloniale et de ses enjeux économiques et géopolitiques. À travers ces œuvres qui s’inscrivent dans ce qu’on appelle le « tournant végétal » de l’art, Kiwanga interroge ainsi le devenir-archive des plantes.

Géraldine Sfez, agrégée et docteure en Philosophie, est maîtresse de conférences en Études cinématographiques à l’Université de Lille et membre du CEAC (Centre d’Étude des Arts contemporains). Ses recherches portent sur l’esthétique et la théorie des arts visuels contemporains et s’articulent principalement autour des relations entre pratiques mémorielles et pratiques artistiques, cinéma et art contemporain. Depuis 2018, elle co-dirige la revue « Déméter. Théories et pratiques artistiques contemporaines ».

 

Journée d’étude : Habiter l’espace domestique – 10 décembre

Journée d’étude « Habiter l’unité domestique : Regards croisés sur les fonctions et l’organisation des maisons » – Vendredi 10 décembre 2021 – Salle GAI 003, Université Lumière Lyon 2

Le Laboratoire Junior (Co)Habiter de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée organise en présentiel et en distanciel la journée d’étude “Habiter l’unité domestique : regards croisés sur les fonctions et l’organisation des maisons” le vendredi 10 décembre 2021 dans la salle GAI 003 de l’Université Jean Moulin Lyon 2 (Bâtiment Gaïa). 

–> Le programme de la journée est disponible ici.

–> Pour recevoir le lien de connexion, remplir le formulaire suivant.

Résumé :  Organisée par le Labo Junior (Co)Habiter de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, cette seconde journée d’étude prévue pour le 10 décembre 2021, fera suite à celle organisée sur les mots de l’habitat et de l’habiter du 4 juin 2021. Elle s’attachera à penser l’intérieur des maisons en s’interrogeant sur la fonctionnalité des espaces domestiques, sur leur spécialisation et sur leur dénomination. Ces questionnements intégreront aussi bien des réflexions sur l’architecture que sur le mobilier.

Si l’habitat a d’abord été réduit à sa plus simple fonction, à savoir abriter ses occupants pendant les périodes de repos journaliers, il est rapidement aussi devenu le lieu où ses occupants se sustentent, font leur toilette et leurs besoins, et enfin également celui où ils travaillent, reçoivent, se divertissent, etc. 

Les fonctions qui sont assumées par les maisons ont variés et varient d’une société à l’autre, à chaque société correspondant un habitus qui régit consciemment et inconsciemment les manières d’habiter des individus au sein d’une même société. De même, les activités domestiques et l’organisation de ces tâches varient d’une société à une autre.

L’ensemble de ces éléments a pu influencer la forme et l’organisation de l’espace au sein des maisons. Ajoutons que l’unité domestique est le lieu par excellence où la liberté d’un individu et de ses proches est la plus à même de s’exprimer.

Il apparait néanmoins que cet espace est généralement différencié, même quand il ne comprend qu’une seule pièce. Au gré des heures de la journée et des saisons de l’année, les fonctions de l’unité domestique ont ainsi pu se répartir dans les différents espaces qui la composent, qu’ils soient couverts (pièce) ou découverts (jardin, cour, balcon, etc.), tandis que la distribution des pièces et des tâches a aussi pu être tributaire du genre, du rôle (familiale, sociale), du statut (maître.sse, domestique, esclave) et de la valeur de chaque individu au sein de la maisonnée.

L’objectif de cette journée d’étude est ainsi de s’interroger sur ce qui se passent derrière les murs des maisons, et sur la manière dont s’organise l’univers domestique pour répondre aux fonctions qui s’y rattachent à travers les âges et les différentes aires géographiques.

Programme de la journée :

9h30-9h45 : Mots d’accueil par les membres du Labo

  • 9h45-10h15 Évacuation des eaux et organisation de l’espace domestique dans les villes du Levant sud à l’âge du Bronze (ca. 3500-1200 av. n. è.) Blandine BESNARD Université Lumière Lyon 2, Archeorient, UMR 5133, Labo Junior (Co)Habiter
  • 10h30-11h L’habitat traditionnel au Sud du Sultanat d’Oman : la maison dhofari et son environnement – Naima BENKARI – Université Sultan Qaboos, Mascate, Oman – Civil and Architectural Engineering Dept.
  • 11h15-11h45 Habiter à Pompéi au IIIe et IIe s. av. J.-C. : l’atrium et l’organisation de l’espace domestique – Dora D’AURIA Università di Napoli L’Orientale -Dipartimento Asia, Africa e Mediterraneo

12h-14h : pause déjeuner

  • 14h-14h30 ‘Reconstructing’ a building: the case of the Late Roman house of Kom al-Ahmer – Giorgia MARCHIORI – Durham University – Departement of Archaeology
  • 14h45-15h15 : Fermes – villas en Syrie et au Liban à la période protobyzantine (Ve-VIe siècles) – Gérard CHARPENTIER – Maison de l’Orient et de la Méditerranée (FR 3747)

15h30-15h45 : pause café

  • 15h45-16h15 Habiter un alpage de haute montagne du XIIe au XIXe siècle : l’alpage de Sales à Sixt-Fer-à-Cheval (Haute-Savoie) – Christophe GUFFOND – Service Archéologie et Patrimoine Bâti, Haute-Savoie

Temps d’échanges : 16h30-17h

Clôture de la journée : 17h-17h15

–> Carnet Hypothèse du Laboratoire Junior (Co)Habiter

–> Programme de la Journée d’Etude “Habiter l’unité domestique : regards croisés sur les fonctions et l’organisation des maisons”

–> Lien d’inscription en distanciel ici.

 

Séminaire du 7 décembre – La vie du ciment en Afrique – Armelle Choplin

Séminaire du 7 décembre, 11h-13h, salle 604, UMR EVS, 18, rue Chevreul, Lyon – Armelle Choplin – La vie du ciment en Afrique

Armelle Choplin animera le prochain séminaire du cycle “Espaces, pouvoirs et inégalités socio-économiques” coordonné par Judicaëlle Dietrich et Karine Bennafla dans le cadre de l’Atelier Faire Territoire, Faire Société. Ce séminaire est adossé  au parcours du master Mondes Emergents, Mondes en Développement (MEMED) de géographie sociale.   L’intervention d’Armelle Choplin portera sur son ouvrage Matière grise de l’Urbain : la vie du ciment en Afrique.  L’ouvrage est en téléchargement libre sur le site de l’éditeur Metiss Press, ainsi que sur le site de l’Université de Genève. 

Armelle Choplin est professeure associée au Département de géographie et environnement de l’université de Genève, ainsi qu’au Global Studies Institute depuis 2019. Spécialiste des villes africaines, elle s’intéresse aux politiques urbaines, aux transformations sociales et aux enjeux de développement dans les pays du Sud. Carnet Hypothèse du projet URBACOT, l’Observatoire des dynamiques urbains côtières en Afrique de l’Ouest. 

Choplin.A, 2020, Matière grise de l’Urbain: la vie du ciment en Afrique, Metiss Presses, Genève, 256p.

 

 

 

Recension : “une autre rome” et “mettre en récit l’urbanité des métropoles portuaires”

Des ouvrages de  Pierre Gras recensés par Gabriel Ehret

                 

Les deux ouvrages de l’historien et consultant spécialisé dans les mondes urbains Pierre Gras : “Mettre en récit l’urbanité des métropoles portuaires”, publié en 2020 aux Presses Universitaires de Rennes et “Une autre Rome, enquête historique (1950-2020)”, publié en 2021 aux Editions Libel viennent de faire l’objet d’une recension.

Pierre Gras est historien et chercheur associé aux laboratoires LAURe et EVS.

Séminaire du 30 novembre Frontières et corps en migraton

Séminaire du 30 novembre, 10h-12h, salle 604, UMR EVS, 18, rue Chevreul, Lyon

Farida Souiah animera le prochain séminaire du cycle “Espaces, pouvoirs et inégalités socio-économiques” coordonné par Judicaëlle Dietriech et Karine Bennafla dans le cadre de l’atelier Faire territoire, faire société. Ce séminaire est adossé  au parcours du master Mondes Emergents, Mondes en Développement (MEMED) de géographie sociale. L’intervention de Farida Souiah portera sur les frontières et les corps en migration à partir du Maghreb. 

Farida Souiah est actuellement Professeure assistante en sciences sociales à l’Ecole de Management de Lyon Business School. 

 

Colloque : Des terrains d’aventure du passé/ pour l’avenir : états des savoirs, enjeux et perspectives

Des terrains d’aventure du passé/pour l’avenir : états des savoirs, enjeux et perspectives

Colloque international 8, 9 et 10 décembre 2021

ENSAPVS, Archives nationales et MSH Paris-Nord, Paris.

Résumé : Les terrains d’aventure ne sont pas des espaces de jeu comme les autres. Après avoir disparu en France dans les années 1990, des initiatives réapparaissent sur le territoire national, interrogeant l’héritage laissé par ces expérimentations socio-pédagogiques mais également par les théories qui les sous-tendent. Ce colloque, organisé par l’équipe du projet de recherche TAPLA (Terrains d’aventure du passé/pour l’avenir) et soutenu par le Labex Les passés dans le présent, vise à identifier les modalités selon lesquelles les terrains d’aventure réinterrogent aujourd’hui, la place donnée aux enfants dans la ville et, plus particulièrement, à l’expérience directe dans les dispositifs socio-spatiaux pédagogiques. Il se propose également de poser les bases d’un réseau de recherche international et interdisciplinaire, croisant les sciences humaines et sociales avec le champ de la conception spatiale et de l’aménagement ainsi que celui de l’éducation et de l’animation socioculturelle.

Objet hybride, espace ludique et éducatif, à la fois aire de jeu et jardin, lieu de bricolage et de récréation, espace en perpétuelle construction, les terrains d’aventure invitent au croisement des perspectives disciplinaires. Le colloque sur les terrains d’aventure appelle à mobiliser des travaux appartenant à l’ethnologie et l’anthropologie, l’histoire, les archives, la sociologie urbaine, les sciences de l’éducation, l’urbanisme, l’architecture, le paysage, la géographie comme la philosophie, sans oublier les compétences diversifiées mobilisées par les acteur.trices de terrain et les professionnel.les qui sont invité.es, au cours de ces trois jours, à rendre compte de leur expérience.

→Programme du colloque

 

Soutenance de thèse – Pierre Colin – 13 décembre

13 décembre – Soutenance de thèse de Pierre Colin :
“Les frontières : une question socialement vive à enseigner. Exemple du lycée professionnel”

 

Le 13 décembre, Pierre Colin, doctorant en géographie à l’UMR EVS 5600 de l’Université Lumière Lyon 2, soutiendra à 14h en salle GAI 303 (Université Lumière Lyon 2 – Campus des Berges du Rhône), sa thèse intitulée « Les frontières : une question socialement vive à enseigner. Exemple du lycée professionnel », réalisée sous la direction de Dominique Chevalier.

Tract électoral réalisé par une élève de Terminale, à la suite du travail sur les frontières de l’Union Européenne. Source : Pierre Colin

Composition du Jury :

  • Dominique CHEVALIER, Maîtresse de conférences – HDR, Université Claude Bernard Lyon1 – INSPÉ
  • Isabelle LEFORT, Professeure, Université Lumière Lyon 2.
  • Caroline LEININGER-FRÉZAL, Maitresse de conférences – HDR, Université de Paris (Rapporteuse)
  • Olivier MENTZ, Professeur, Université des Sciences de l’Éducation, Freiburg.
  • Olivier MORIN, Maître de conférences, Université Claude Bernard Lyon 1 – INSPÉ
  • Bernard REITEL, Professeur, Université d’Artois
  • Anne SGARD, Professeure, Université de Genève. (Rapporteuse)

Résumé :
« Monsieur, il faut fermer les frontières, et vite ! », tels sont les mots de l’un de mes élèves suite aux attentats du 13 novembre 2015 qui ont fait de nombreuses victimes. Les frontières cristallisent les tensions et sont fréquemment au centre de l’actualité, ce que confirme l’exemple de la crise sanitaire liée au COVID-19. Terme polysémique, la « frontière » recouvre des réalités diverses pour une multitude d’acteurs. Il est, par ailleurs, très délicat de lever les ambiguïtés autour de sa définition. De fait les frontières divisent au sein de la société : leurs gestions, leurs utilisations, leurs existences même sont sujets à débats. Ces frontières sont présentes dans l’actualité mais aussi à l’école au travers des programmes scolaires et des questions proposées dans les concours de recrutement des enseignants d’histoire-géographie et de Lettres-Histoire. Les particularités des frontières et leurs existences à l’école en font une question socialement vive dont il convient de prendre en compte les spécificités pour lui assurer un traitement didactique adéquat. Nous abordons dans cette recherche doctorale la question socialement vive des frontières dans un cadre didactique : en conséquence l’analyse se situe par rapport aux savoirs. Ces savoirs sont multiples, de natures variées, et leurs interactions sont nombreuses. En situant notre travail en géographie, l’analyse du rapport au savoir s’inscrit en premier lieu sur le rapport au monde des élèves, autrement dit leurs géographicités. Cette géographicité est amenée à évoluer en raison des thèmes abordés à l’école ; or les frontières sont créatrices de géographicité. En outre, cette recherche s’inscrit dans un lieu particulier : le lycée professionnel. Lieux de formation de la plupart des ouvriers et des employés de demain, les lycées professionnels accueillent des élèves aux profils particuliers puisque ces derniers s’inscrivent dans un projet professionnel précis dès leur entrée au lycée. L’école n’est pas le seul lieu d’apprentissage de ces élèves qui sont pendant 22 semaines en période de formation en entreprise au cours de leur cursus de baccalauréat professionnel. Plus ou moins scolairement dominés, ces jeunes entretiennent avec l’école des relations souvent conflictuelles.
Cette thèse propose d’étudier les frontières dans le cadre scolaire du lycée professionnel et de présenter des pistes didactiques exploitables en classe pour aider les enseignants à gérer cette question socialement vive si particulière.

Résumé :

Mots-clés : Frontière – Question Socialement Vive – Didactique – Rapport au savoir –Géographicité – Démarche – Vivacité – Débat – Géographie scolaire.

Contact : pierre.colin@ac-nancy-metz.fr

 

Compte Rendu : Faire ville. Entre planifié et impensé, la fabrique ordinaire des formes urbaines

Par Hélène Noizet et Anne-Sophie Clémençon

L’ouvrage Faire ville. Entre planifié et impensé, la fabrique ordinaire des formes urbaines rédigé par Hélène Noizet, Anne-Sophie Clémençon vient de faire l’objet d’un très bon compte rendu pour la Société Française d’Histoire Urbaine. Rédigé par Sandrine Robert, il est à la fois détaillé et critique, et saisit en profondeur le projet de l’ouvrage.

L’article est consultable en ligne ici

disponible : numéro de la revue Géographie et cultures consacré aux “géographies de la colère”

Le numéro de la revue Géographie et cultures consacré aux “Géographies de la colère” (numéro 114, 2020) est désormais disponible en ligne sur la plateforme OpenEdition, ainsi que sur le site de la revue. Il est coordonné par Dominique Chevalier et Mariette Sibertin-Blanc. 

Le numéro “Géographies de la colère est composé des articles suivants :

Carte subjective dessinée à l’occasion d’une manifestation des Gilets Jaunes sur un plan de métro (Place de la Bastille, 8 décembre 2018) – Auteur : Sylvain Genevois

Parution : numéro de la revue vi@ tourism consacré à “Tourismes et géopolitiques”

Le dernier numéro de la revue Vi@ Tourism paru cet été (numéro 19) propose de croiser les thématiques du tourisme et de la géopolitique, sous le titre de “Tourismes et géopolitiques”. Il est coordonné par deux auteures d’EVS, Dominique Chevalier et Isabelle Lefort.

Maison des Esclaves à Gorée (Dakar, Sénégal) – Cliché : Dominique Chevalier

Le numéro “Tourismes et géopolitiques ” est composé des articles suivants :

 

vient de paraître : “penser-Faire – Quand des architectes se mêlent de construction”

Penser-Faire – Quand des architectes se mêlent de construction/Thinking-Making – When Architects Engage in Construction

Dirigé par/Directed by Pauline Lefebvre, Julie Neuwels et Jean-Philippe Possoz – Avec une contribution de Sandra Fiori et Rovy Pessoa

Résumé et table des matières

Explorer des situations, actuelles ou historiques, qui troublent la division établie en architecture entre conception et construction. —Exploring situations, whether contemporary or historical, which challenge the established division between design and construction in architecture.

Les architectes ne font pas des bâtiments, ils les imaginent et les dessinent. Cet ouvrage explore des situations, actuelles ou historiques, qui troublent la division entre conception et construction. Il met ainsi en perspective une certaine tendance à la valorisation du « faire » à l’œuvre en architecture, à travers diverses pratiques : l’enseignement par la production à l’échelle 1:1, les expérimentations matérielles en situation de conception, l’esthétisation des traces de la construction, le réemploi de matériaux, la fabrication digitale, la construction en terre crue ou encore l’autoconstruction. Au fil des chapitres, l’ouvrage interroge les promesses du « faire » quant à d’autres rap- ports possibles à la matière, aux techniques, aux acteurs et à l’environnement.


Architects do not make buildings, they design them. This book explores situations, whether contemporary or his- torical, which challenge this division between design and construction. It investigates the growing prominence of making in architecture through a series of case-studies: design-build pedagogies, material experimentations in the design process, the aestheticization of traces of the construction, the use of reclaimed materials, digital fabrication, the crafts attached to raw-earth construction, or practices of self-building. Throughout its eleven chap- ters, the book interrogates the promises of making in terms of other possible relationships to materials, tech- niques, actors and the environment.

Collection Architecture, urbanisme, paysagisme

232 pages
Bilingue Français/Anglais
Prix : 23 €
ISBN : 978-2-8004-1757-8

 

seminaire du 12 octobre territoire et patrimoine

Séminaire du 12 octobre, 10h-12h, salle 604, UMR EVS, 18 rue Chevreul, Lyon

Territoire en situation patrimoniale : enjeux mémoriaux, mutations sociales et transformations urbaines. Le cas de la Cabucelle, Marseille

 

Auteur : Muriel Girard

 

Résumé

Cette recherche souhaite questionner les mutations et le devenir de tissus urbains anciens au prisme du patrimoine. Quatre pistes de recherche seront approfondies : le patrimoine comme ressource, notamment le  « territoire hérité » comme ressource à l’ère de l’anthropocène ; les circulations de normes, de valeurs et de modèles urbains dans les processus de transformation urbaine et de patrimonialisation ; la pluralité et l’hétérogénéité du monde patrimonial ; les processus d’invisibilisation et de visibilisation à l’œuvre dans la patrimonialisation.

L’étude des situations patrimoniales (saisies à travers les acteurs, les imaginaires et les actions ainsi qu’à travers la matérialité de l’espace) se fera à partir d’un territoire : le quartier de la Cabucelle à Marseille. Situé en lisière du périmètre d’Euroméditerranée 2 (extension du périmètre de l’opération d’intérêt national Euroméditerranée 1), à l’arrière du port, il se caractérise à la fois par une forte activité économique (en particulier des garagistes) et un taux de chômage élevé. Constitué d’ateliers, de friches, d’habitats ouvriers, de maisons de ville…, il est aujourd’hui l’attention d’acteurs publics. Les actions projetées de transformation de ce quartier, l’appel à « imaginer le quartier productif méditerranéen » (Europan 15) sont à mettre à l’épreuve de représentations patrimoniales et de mémoires plurielles.

Ce cas, dont l’enquête de terrain démarre, sera mis en regard de recherches précédemment menées en Turquie et au Maroc afin de voir comment des situations étudiées dans d’autres villes des rives sud et orientale de la Méditerranée aident à comprendre des dynamiques de patrimonialisation et de transformation urbaine à Marseille.

Présentation de l’intervenante

Muriel Girard est maîtresse de conférences en SHS à l’ENSA-M, laboratoire INAMA/ENSA-M, actuellement accueillie en délégation CNRS au sein de l’UMR CNRS 5600 EVS et au sein de la composante LAURe.

Ses thèmes de recherche depuis son travail de thèse portant sur les « Recompositions du monde artisanal et mutations urbaines au regard des mises en patrimoine et en tourisme au Maghreb et au Moyen-Orient (Fès, Istanbul, Alep) » (doctorat de sociologie, 2010, Université François Rabelais de Tours) se centrent sur les processus de construction du patrimoine (les imaginaires, les pratiques et les actions) et les recompositions sociales, spatiales et identitaires auxquels ils donnent lieu dans les centres urbains historiques. Ces dernières années, ses travaux ont notamment porté sur les acteurs et les enjeux du patrimoine en Méditerranée à la fois à partir des cas turc et, plus récemment, marocain, et selon une approche comparative. Elle engage désormais une recherche sur Marseille. Elle a récemment publié Le théâtre du patrimoine. L’artisan, le maire et le touriste à Istanbul (PUFR, coll. Villes et territoires, 2020).

Auteur : Muriel Girard

Journée d’étude du laboratoire junior (co)habiter

      Les membres du laboratoire junior (Co)Habiter ont le plaisir de vous annoncer la tenue de la première journée d’études du Labo Junior (Co)Habiter de la MOM. Intitulée “Les mots de l’habitat et de l’habiter” elle s’attachera à réfléchir aux questions terminologiques liées à l’espace domestique. Elle se tiendra le 4 juin prochain, de 9h30 à 17h15, selon un format hybride (public en visio).



    Voici le formulaire pour vous obtenir le lien zoom afin de vous connecter : https://framaforms.org/journee-detudes-les-mots-de-lhabitat-et-de-lhabiter-labo-cohabiter-1621944475

    Pour plus d’informations : https://cohabiter.hypotheses.org/301.

En espérant vous voir nombreux,
Toute l’équipe de (Co)Habiter
Loïc BENOIT (CIHAM, UMR 5648, CD74)
Blandine BESNARD (Archéorient, UMR 5133)
Emmanuelle DUMAS (IRAA, USR 3155, INRAP)
Clara GRANGER (HiSoMA, UMR 5189)
Guénola INIZAN (EVS, UMR 5600)
Coline POLO (CIHAM, UMR 5648)
Rim SALEH (HiSoMA, UMR 5189)

séminaire de recherche : incertitudes

    Ce séminaire, organisé par l’équipe de recherche EVS-LAURe de l’ENSAL, explore les parts d’indétermination, de tâtonnements et d’intranquillité avec lesquelles nous avons à composer dans nos pratiques d’architectes, de chercheurs et d’enseignants. Comment se ressaisir de ces attributs traditionnellement définis par « le manque de … », en apprivoiser les zones de clair-obscur, en faire reconnaître la valeur ? Nous déclinons ces questions en convoquant autour de l’architecture une pluralité de disciplines et de pratiques et en nous intéressant, au fil des séances, aux intervalles ouverts à l’indétermination dans la conception du projet, à l’art de se saisir des situations, aux processus de dé-mesure et de décalage, ou encore aux esthétiques de la bifurcation. Initialement programmé en 2019-20 et interrompu par la crise sanitaire, le séminaire Incertitudes reprend en visioconférence à partir du 09 mars 2021. Un lien de connexion zoom sera communiqué aux personnes inscrites quelques jours avant les séances.

Formulaire d’inscription : 

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSe-o9rwttjbSTY3kke0PS8mMKX7xOBBr83L3fZGnYCQdZkwhg/view

Pour en savoir plus : 

SEM-INC2021_plaquette

Carnet de recherche de l'atelier 6 de l'UMR 5600 Environnement ville société – Faire territoire, faire société

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search