LACOL ARQUITECTURA COOPERATIVA (Barcelone) – Infrastructures for sustainable living : modes of production and of housing

Conférence de Cristina Gamboa Masdevall

Mercredi 15 mai ; 18h-20h

Ecole Nationale Supérieure d’Architecture (amphithéâtre) 

LACOL est une coopérative d’architectes et d’urbanistes basée dans le quartier de Sants à Barcelone, ayant émergé en Espagne au lendemain de la crise en 2009. LACOL porte le premier projet de coopérative d’habitation en cession d’usage à Barcelone : La Borda, un édifice de trente-sept logements. Les coopératives d’habitation de cession d’usage catalanes correspondent à des coopératives d’habitation à la propriété collective. Ce montage juridique permet de sortir l’édifice du marché de l’immobilier – et de la spéculation qui l’accompagne – par l’acquisition d’un droit d’usufruit du logement par l’habitant. Dans le cas de La Borda, la municipalité de Barcelone a cédé à la coopérative un droit de superficie d’un terrain municipal pour une durée de 75 ans. La conférence sera l’occasion de comprendre le processus de définition architecturale de la coopérative La Borda et ses spécificités.   Cristina Gamboa Masdevall est architecte et cofondatrice de la coopérative d’architecture LACOL.

Cette conférence du DEM ALT s’inscrit dans le cadre du cours théorique de M1 et sera tenue en anglais.

Site de la coopérative LACOL : http://www.lacol.coop

Construir en colectivo, participación en arquitectura y urbanismo, LaCol (dir.), Pol·len edicions, Barcelone, 2018. Prix Ciutat de Barcelona 2018

La Borda, Barcelone
La Borda, Barcelone

A LA RECHERCHE DU PLU PATRIMONIAL. LES RESULTATS DU PROGRAMME DE RECHERCHE DE L’ANR

Angers – Greniers Saint-Jean

17 et 18 juin 2019

Après plusieurs années de recherche l’équipe «PLU patrimonial»
vous invite à une présentation des résultats du programme financé par l’ANR sur les liens entre planification urbaine et protection des patrimoines:

  • Qu’est-ce qu’un «PLU patrimonial» ?
  • Sur quels critères peut-on l’identifier ?
  • Quels patrimoines y trouve-t-on ?
  • Quel niveau de protection offre-t-il ?
  • Quelle valeur ajoutée – ou pas – à cet outil, en particulier face aux sites patrimoniaux remarquables ?

Inscriptions en ligne ouverte sur : centrejeanbodin.univ-angers.fr

Ce colloque de clôture du programme constituera la 5e édition des journées d’études « Droit et gouvernance du patrimoine architectural et paysager » de l’Université d’Angers.

PLU PATRIMONIAL est un programme de recherche de l’ANR dont sont membres Vincent Veschambre et Cécile Regnault (l’UMR EVS LAURe et membres de l’atelier 6).

L’annonce en PDF

PARUTION : DERNIER NUMERO DE LA REVUE GEOGRAPHIA POLONICA “Ruining/demolishing and regeneration in urban space”

La dernière livraison de la revue internationale Geographia Polonica (volume 92, n°1) est consacrée à la démolition comme mode de transformation urbaine sous le titre « Ruining/demolishing and regeneration in urban space » (dir. Sylwia Kaczmarek, Université de Łódź).

Quatre auteurs d’EVS ont collaboré à ce numéro à travers deux articles :

Guénola Inizan et Lydia Coudroy de Lille dans « The last of the Soviets’ Home: Urban demolition in Moscow », analysent les réactions habitantes au programme Rénovation de démolition / reconstruction de l’habitat collectif des années Khrouchtchev à Moscou, avec leur territorialité.

https://doi.org/10.7163/GPol.0135


Une “khrouchtchevka”, cible du programme “ Renovation” à Moscou. Photo : Moscou, quartier Kouzminki (G.Inizan, 2018)

Laëtitia Mongeard et Vincent Veschambre, dans « Renovation and monumentality in social housing : analysis and demolitions of towers and slabs from the case study of the Lyon urban area in France » montrent dans quelle mesure la monumentalité des barres et des tours d’habitat social a conduit à un traitement spécifique lors de leur démolition, à partir de l’exemple lyonnais.

https://doi.org/10.7163/GPol.0139

Bron, quartier du Terraillon. Photo : V. Veschambre, 2013.

Site de la revue Geographia Polonica

APPEL A CONTRIBUTION : GEOGRAPHIES DE LA COLERE. RONDS POINTS ET PRES CARRES.

RESUME : À travers ce numéro, nous proposons de nous intéresser à une géographie de la colère plus spécifiquement localisée, ou autrement formulé, à toute manifestation spatiale d’une réaction forte à des violences multiples (sociales, policières, économiques, etc.). Cet appel à articles s’ancre radicalement dans une actualité des sciences humaines et sociales. Il cherche à éclairer l’effet perturbateur pour les catégories d’analyse classiques, impliquant potentiellement le repérage des angles morts de la recherche qui n’ont pas permis d’anticiper ces différents mouvements – tout comme l’absence de croisement de certaines analyses. Ce numéro spécial pourrait contribuer à faire dialoguer une diversité de regards, au sein desquels une lecture socio-spatiale apportera des éléments de compréhension.

Numéro cordonné par :

Dominique Chevalier (Université Claude Bernard Lyon 1)

Mariette Sibertin-Blanc (Université Toulouse 2)

L’appel à contribution en version PDF.

Belfast, 2015. Crédits : D. Chevalier
Lyon, 2016. Crédit : D Chevalier

Echéances et format des articles attendus :

  • Les textes (entre 35 000 et 50 000 signes) sont à soumettre à la rédaction de la revue Géographie et cultures (gc@openedition.org)
  • Date limite d’envoi des textes : 15 septembre 2019
  • Les instructions aux auteur.e.s sont disponibles en ligne : https://journals.openedition.org/gc/605
  • Les articles seront évalués en double aveugle

Contacts et source : Emmanuelle Dedenon
courriel : emmanuelle [dot] dedenon [at] sorbonne-universite [dot] fr

Référence de l’annonce en ligne : « Géographies de la colère. Ronds-points et pré carrés », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 06 mars 2019, https://calenda.org/585497

Site de la revue « Géographie et cultures »

Page de la revue sur le site du laboratoire ENeC


PARUTION : MIGRANTS ET ACCES A LA VILLE (Espaces et societes, N°172-173)

L’actualité récente relative à l’arrivée de réfugiés ou de demandeurs d’asile, comme les images montrant des formes d’habitat précaire qui semblaient avoir disparu en Europe, ont mis à l’agenda la question de l’accès des migrants à la ville. Si ces questions ne sont pas nouvelles, ce numéro double d’Espaces et Sociétés entend poser le problème autrement : en mettant, d’une part, l’accent sur les effets locaux (à l’échelle de la ville) produits par l’arrivée de migrants (dans les pays du Nord comme dans les pays dits du Sud, pour des migrations « longues » comme de proximité), d’autre part, en reliant cet accès avec les questions d’insertion et d’intégration.

Sommaire du numéro

Actualités de la revue

Séminaire GDR CEM: Jeux d’échelles en Europe médiane

Vendredi 5 avril 2019 – de 14h à 17h30

Site Buisson, salle D8.006

Photo : E. Boulineau , avril 2018

Ce séminaire du GDR Connaissance de l’Europe médiane est organisé conjointement avec l’atelier 6 de l’UMR EVS 5600.

L’analyse par échelles est partagée par les sciences sociales, qu’il s’agisse d’échelles de temps ou d’espace entendues comme ordres de grandeur. Les échelles de temps sont discutées sous formes de temporalités, de régimes d’historicité, de longue durée ou d’événement, de rupture ou de continuité, voire de transition, et la liste n’est pas close. Du côté des échelles d’espaces, la réflexion a porté sur la dissociation entre échelles d’action, échelles d’observation et échelles de collecte d’information. Il s’agit là d’une question d’ordre méthodologique car ces trois types d’échelles ne sont pas forcément similaires. Il convient alors de travailler sur le jeu d’échelles par ce qui concerne plusieurs échelles (le multi-scalaire) ou ce qui traverse les échelles (le trans-scalaire). L’idée du séminaire est de croiser des échelles de temps et d’espaces et non de raisonner sur une échelle de référence : la variation des échelles change la perspective temporelle ou déconstruit les effets d’intégration spatiale. Réfléchir sur les jeux d’échelles, c’est donc aussi raisonner dans une démarche heuristique sur une construction par les sociétés des référentiels de temps et d’espace. Par rapport à ces cadres d’analyse généraux, comment se positionne la réflexion sur l’Europe médiane ?

Les travaux sur l’Europe médiane ont souligné des ruptures de temporalités (révolutions, événements et moments-clés, 1989 pour ne citer qu’une date) et un manque d’accumulation du temps engendré par les ruptures politiques et économiques doublé parfois du sentiment de repartir à zéro. Les échelles de temps ont pu y être senties comme décalées — sous forme par exemple d’avant-garde étouffées-, dilatées -le temps des empires- ou contractées — le socialisme et ses changements plus ou moins brusques. Plus récemment, la réflexion sur le post-socialiste ou le post-impérial souligne la difficulté de penser demain : le présent ne serait-il que la suite du passé oubliant la prise en compte du futur ? Comment penser les continuités et les discontinuités d’échelles de temps à partir de la richesse du vécu et des perceptions des échelles de temps en Europe médiane ?

Concernant les échelles d’espaces, l’éclatement des espaces de référence après 1989 a plongé l’Europe médiane dans un double processus d’européanisation et de mondialisation. La recomposition des échelles d’intégration supra-étatiques a masqué les incertitudes sur le niveau régional et la réactiva­tion du local comme repère du quotidien. L’expérience en Europe médiane de grands ensembles supra-étatiques (empire territorial aux limites floues, empire colonial en réseaux, Union européenne…) constitue-t-elle une expérience porteuse d’enseignements utiles sur le jeu d’échelles ? Les échelles spatiales concernent-elles de plus en plus d’espaces en réseaux (flux migratoires, flux marchands) discontinus et juxtaposés et de moins en moins d’espaces continus et emboîtés ? Comment penser la contiguïté et la proximité spatiales et temporelles ensemble?

Programme :

Yann Richard, Université Paris 1, UMR PRODIG, Jeux d’échelles en Europe médiane, du local au global

Jawad Daheur, CNRS, CERCEC, Flux marchands et déboisement : quels jeux d’échelles pour comprendre l’histoire forestière de l’Europe médiane?

Mateusz Chmurski, Université Paris-Sorbonne, UMR EUR’ORBEM CIRCE, Modernité(s) ? Jeux d’échelle, jeux de perspective dans la recherche littéraire centre-européenne 1990-2015 (exemples polonais, tchèques et hongrois

Ioana Cirstocea CNRS, CESSP, (Re)faire le genre, (dé)faire “l’Europe de l’Est”. Assignations et identifications “régionales” dans le féminisme postsocialiste

Discutant : Isabelle Lefort, Université Lyon 2, UMR EVS

APPEL A COMMUNICATIONS: COLLOQUE “PATRIMOINES ET TERRITOIRES” (7-9 NOVEMBRE 2019, IUT DE ROANNE)

Le Centre Interdisciplinaire d’Études et de Recherches sur l’Expression Contemporaine (EA 3068) et l’UMR Environnement Ville Société – ISTHME de l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne organisent, en collaboration avec l’IUT de Roanne et le Réseau de musées en Roannais, un colloque international interdisciplinaire « Patrimoines et territoires » à Roanne les 7 et 8 novembre 2019. Cette manifestation scientifique s’inscrit dans le cadre du projet « Patrimoines et territoires : mémoire du travail en Roannais » qui bénéficie du soutien financier de la Direction Régionale des Affaires Culturelles Auvergne — Rhône-Alpes, de la Région Auvergne — Rhône-Alpes et de l’Université Jean Monnet.

© Musée Joseph Déchelette – Ville de Roanne – Fonds Lucas, cliché R. Lucas, entreprise Cotolin

THÈME

Dans le contexte actuel de crise systémique et de transition globale, la question de la territorialisation des patrimoines devient centrale, aussi bien dans les mondes de la culture et de l’économie que chez les élus et les chercheurs. Certes, en 2016, le poids économique direct de la culture, c’est-à-dire la valeur ajoutée de toutes les branches culturelles, n’atteint que 2,2% de l’ensemble de l’économie française, soit 44,5 milliards d’euros, et la seule branche patrimoine à peine 0,2%1. Cependant, les collectivités locales consacrent près de 40 % de leurs dépenses culturelles totales (143 € par habitant, en 2014) à la conservation et diffusion patrimoniale2. Cela ne va pas sans raison. Les musées, vénérables temples de la culture et de la science, qui constituent aujourd’hui une composante de l’offre culturelle et ludo-éducative, sont invités de plus en plus à jouer un rôle significatif tant au niveau des entreprises que dans le cadre méso-économique du développement territorial. Les partenariats, rencontres parfois improbables entre acteurs issus de mondes différents, rendent possibles des «fertilisations croisées» et facilitent l’innovation.

Mais de quoi parle-t-on au juste quand on évoque le patrimoine ? Fondamentalement, qu’il soit désigné par les institutions de pouvoir ou approprié par les citoyens, le patrimoine est un construit social. Il n’est pas une donnée naturelle « en soi » mais le résultat d’un processus social de patrimonialisation, par lequel une collectivité humaine décide d’ériger telle ou telle « chose » au rang de patrimoine, c’est-à-dire de la sacraliser, de lui conférer une valeur symbolique en l’inscrivant dans la temporalité: les éléments patrimoniaux constituent un lien concret entre passé et présent. Ils représentent une « ressource » pour les acteurs d’aujourd’hui : ressource culturelle, scientifique, symbolique, communicationnelle, managériale… mais aussi citoyenne et sociale. Gérer le patrimoine, c’est donc organiser la continuité historique, sans laquelle une société ne peut construire son avenir. Force est de distinguer deux grands enjeux de la patrimonialisation : des opérations à caractère identitaire, où le patrimoine est utilisé comme outil de légitimation, coexistent avec des opérations à finalité économique, qui relient patrimoine et marché.

Nous proposons de questionner les liens qui s’établissent entre patrimoines et territoires : en quoi le patrimoine est-il un moyen de valorisation et de définition du territoire comme espace approprié, utilisé et délimité ? Si le processus de patrimonialisation peut concourir à valoriser son objet, voire lui donner une dimension symbolique, il peut également en faire un levier constructif et une ressource pour le territoire. Le patrimoine n’est pas uniquement un legs du passé. Il peut devenir moteur pour l’avenir et fournir matière à penser l’évolution. Plus globalement, l’étude de processus de patrimonialisation mais aussi de certains objets patrimoniaux, peut contribuer à l’approche des identités territoriales.

1. Mémoire et transmission dans les territoires

La patrimonialisation permet à un objet de quitter sa fonction initiale pour être transmis, transcodé et acquérir ainsi une nouvelle fonction sociale. Il intègre pour cela le passé dans le présent et nous met en rapport avec une autre culture et/ou une autre époque. Partant du constat qu’il est essentiel de connaître le passé pour mieux inventer le présent et le futur, il s’agit de questionner la mémoire et la transmission à travers la démarche de conservation matérielle d’objets par les musées mais aussi à travers la sauvegarde du patrimoine immatériel, lorsqu’il s’agit par exemple de préserver un savoir-faire spécifique. Dans les territoires en reconversion, par exemple, on peut se demander ce qu’il faut sauvegarder de la mémoire du travail en train de disparaître, dans quel objectif et de quelles manières. La transmission directe, l’enregistrement de témoignages et la préservation d’objets apparaissent comme autant de possibilités. Dans certains cas, le numérique apparaît comme un outil essentiel pour la préservation, la valorisation et la diffusion des objets patrimoniaux : site web, films, utilisation de tablettes pour la médiation, numérisation de fonds… Les communications proposées pourront aborder, d’une façon générale, les questions liées aux modes et outils de transmission dans les territoires ou s’attacher à l’analyse de cas précis.

2. Patrimoine ressource

Grâce au travail de mémoire et de communication, le patrimoine fournit matière à problématiser la transformation. Le patrimoine relève alors d’une dimension pragmatique ; il n’est plus seulement considéré comme collection d’objets mais tend à être utilisé par les acteurs sociaux comme ressource : il procède de la reconnaissance d’objets du passé auxquels on réaffecte un rôle concret dans le présent, produisant ainsi des objets patrimoniaux qu’on pourrait qualifier de « consommables »5. Plusieurs types de ressources patrimoniales peuvent être identifiés : culturelles et scientifiques, identitaires et symboliques, techniques, managériales (puisqu’elles permettent à un territoire de développer ses activités), mais aussi citoyennes et sociales. Si le processus de patrimonialisation concourt à donner une dimension symbolique à une « chose », il peut également en faire un levier constructif. Il ne s’agit donc pas seulement de découvrir des objets-patrimoine comme « trouvaille » mais aussi d’instaurer une démarche permettant d’en tirer parti.

Dans de nombreux territoires, des partenariats se créent entre collectivités locales, entreprises, structures d’enseignement et de recherche, associations, élus et institutions culturelles. Au-delà d’enjeux d’ordres culturel et scientifique, nombreuses démarches de patrimonialisation engendrent des « retombées » sociales et économiques, ou plus largement des interactions avec le territoire, notamment en matière de création d’emploi, de tourisme, de développement économique de proximité, d’insertion et de cohésion sociale ou d’identité…même si l’évaluation des effets (directs, indirects et induits) pose souvent problème. À travers ces coopérations, un rapport s’établit entre démarches socio-économiques et patrimoniales. La présentation et l’analyse de certains exemples de coopération montrent en quoi ces échanges entre différents acteurs peuvent être riches et moteurs pour le territoire, qui devient alors un lieu de création/innovation valorisé conjointement par le patrimoine et l’activité économique et sociale

3. Archives patrimoniales

Le présent appel à communications s’adresse aux chercheurs de toutes disciplines ainsi qu’aux professionnels, bénévoles et élus de tous secteurs. Les communications proposées peuvent être générales et conceptuelles, ou s’attacher à l’analyse d’actions concrètes liant patrimoine et territoire. Elles peuvent concerner toutes les formes de patrimoine (artistique, ethnologique, scientifique, technique, naturel, architectural, mobilier, immatériel, industriel, hospitalier, etc.) et la notion de territoire n’est pas géographiquement limitée. Globalement, tous les types de rapports entre patrimoine et territoire peuvent être abordés. À titre indicatif, trois axes de recherche seront privilégiés.

COMMUNICATIONS ATTENDUES

Nous proposons de questionner également le territoire comme espace représenté. L’apport du visible peut contribuer à l’approche des identités territoriales. Certains objets patrimoniaux (peintures, photographies, cinéma…) permettent d’ausculter les territoires et d’en appréhender les évolutions. La numérisation de fonds iconographiques, réalisée dans une optique de conservation préventive par les institutions muséales et culturelles, sert aussi ces recherches sur les identités territoriales. Certains fonds d’archives de photographes professionnels documentent par exemples des territoires à travers leur activité économique (notamment commerciale et industrielle). Ce type de représentations permet d’appréhender les modalités d’aménagement et d’occupation des territoires, tout comme la nature des activités professionnelles qui façonnent leurs évolutions. La présentation d’archives visuelles et patrimoniales permettra d’examiner certains territoires et de confronter les regards portés sur ces territoires en fonction des époques.

MODALITÉS DE SOUMISSION

Les propositions de communication sont à envoyer par courriel avant le jeudi 9 mai 2019 à anne.celine.callens@univ-st-etienne.fr et jacques.poisat@univ-st-etienne.fr . Elles devront comprendre :
– un titre et un résumé de 3000 signes maximum
– une courte bio-bibliographie de l’auteur (5 lignes environ)

Les propositions de communication sélectionnées par le comité scientifique seront réparties sur l’une ou l’autre des deux journées (7 et 8 novembre). Merci d’indiquer une éventuelle incompatibilité de date. La notification des réponses sera adressée avant le 30 juin 2019.

L’appel à communication en format PDF.

ORGANISATEURS

Anne-Céline CALLENS, Maître de conférences en sciences de l’art, CIEREC, Université Jean Monnet, Saint-Étienne

Jacques POISAT, Maître de conférences en sciences économiques, EVS-ISTHME (UMR 5600), Université Jean Monnet, Saint-Étienne, vice-président du Réseau de musées en Roannais

Tel : 04 77 44 89 10

COMITÉ SCIENTIFIQUE

Jordi BALLESTA, Docteur en géographie, CIEREC, Université Jean Monnet, Saint-Étienne

Anne-Céline CALLENS, Maître de conférences en sciences de l’art, CIEREC, Université Jean Monnet, Saint-Étienne

Michèle CHAMPREMIER, Présidente du Réseau de musées en Roannais

Mylène COSTES, Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, DDAME, LERASS, Université Toulouse Jean Jaurès

Catherine CUENCA, Conservateur général du patrimoine, directrice-adjointe du musée des Arts et Métiers, responsable de la mission nationale PATSTEC

Jean DAVALLON, Professeur émérite en sciences de l’information et de la communication, Centre Norbert Elias (UMR 8562), Université d’Avignon et des pays de Vaucluse

Raphaël DEBRUYN, Directeur, Musée de l’Hôpital Notre-Dame à la Rose, Lessines, Belgique

Michel DEPEYRE, Maître de conférences en histoire, EVS-ISTHME, Université Jean Monnet, Saint-Étienne

Florence HACHEZ-LEROY, Maître de conférences HDR en histoire contemporaine, Centre de Recherches Historiques (UMR 8558), Université d’Artois

Danièle MÉAUX, Professeur d’esthétique et sciences de l’art, CIEREC, Université Jean Monnet, Saint-Étienne

Nicolas NAVARRO, Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, ELICO, Institut du patrimoine de l’UQAM, Université Lumière Lyon 2

Nathalie PIERRON, Directrice, Musée des Beaux-arts et d’archéologie Joseph Déchelette de Roanne

Nicolas PIERROT, Conservateur en chef du patrimoine, chercheur au service Patrimoines et Inventaire de la Région Île-de-France, en charge du patrimoine industriel

Jacques POISAT, Maître de conférences en sciences économiques, EVS-ISTHME, Université Jean Monnet, Saint-Étienne

Michel RAUTENBERG, Professeur de sociologie, Centre Max Weber, Université Jean Monnet, Saint-Étienne

Denis ROBITAILLE, Directeur général, La Fiducie du patrimoine culturel des Augustines de Québec

SOUTENANCE DE THESE DE ALEXANDRA SANDU: Les dynamiques urbaines post-socialistes en Europe centrale et orientale. Continuites et discontinuites dans l’évolution morphologique et fonctionnelle

Mercredi 20 mars 2019 –14h

Université Lumière Lyon 2 – Campus Berges du Rhône Bâtiment Belenos: salle B148

Crédits : A. Sandu

La ville socialiste…la ville post-socialiste… Qu’y a-t-il derrière ces noms ? Cette thèse vise à identifier et à quantifier les transformations morphologiques et fonctionnelles enregistrées par l’espace urbain d’Europe centrale et orientale, avec un accent mis sur l’espace urbain roumain, en visant à dégager un modèle régional, des modèles nationaux ou infra-nationaux, en observant les similarités et les ruptures. Par conséquent, il s’agit de présenter sous une forme synthétique et objectivée par des méthodes quantitatives les effets des transformations structurelles (politiques, socio-économiques) sur l’espace urbain, de manière standardisée dans 132 villes d’Europe centrale et orientale

JURY DE THÈSE

Lydia COUDROY DE LILLE – codirectrice de thèse – Professeure – Université Lumière Lyon 2

Octavian GROZA  –  codirecteur de thèse –Professeur – Université Alexandru Ioan Cuza de Iași

Nicolae POPA  – rapporteur – Professeur – Université de l’Ouest de Timișoara

Yvette VAGUET – rapportrice –Maître de conférences HDR – Université de Rouen

Andreea – Loreta CERCLEUX –Maître de conférences HDR – Université de Bucarest

Marianne GUÉROIS – Maître de conférences – Université Paris Diderot

Annonce de la soutenance en PDF


Séance de séminaire : PATRIMOINES ET MEMOIRES POST-CONFLIT

12 avril 2019 – 9h à 12h30

UMR EVS – 18 rue Chevreul 69007 Lyon – salle 604

Patrimoines et mémoires représentent des ressources possiblement politiques, géopolitiques, culturelles, économiques, symboliques et communicationnelles. C’est précisément la combinaison de ces liens étroits noués entre patrimoines, mémoires et territoires en situation de post conflit qui sera appréhender dans cette séance de séminaire,  à travers plusieurs études de cas allant de l’Irlande du Nord au Liban, en passant par la Syrie, l’ex-Yougoslavie et Chypre. Quels sont plus particulièrement les significations et les enjeux de ces mises en mémoires et de ces patrimonialisations ?

Crédits: Zeid Kassouha

La mémorialisation du conflit nord-irlandais dans l’Irlande du Nord post-conflit : quel rôle pour le musée national ?

Karine Bigand, MCF en Etudes irlandaises, Aix-Marseille Université, LERMA (EA 853)

Le jour du Vendredi Saint de 1998 était signé l’Accord de Belfast qui mettait fin à la période de conflit dite des « Troubles » en Irlande du Nord. 20 ans plus tard jour pour jour, l’Ulster Museum, principal musée national de la province, inaugurait une nouvelle version de son exposition permanente sur la période du conflit: « The Troubles and Beyond Gallery ». L’exposition antérieure, « The Troubles Gallery », inaugurée en 2009 à la réouverture du musée après rénovation, avait fait l’objet de très nombreuses critiques pour ses choix muséographiques, notamment pour son approche photo-journalistique et une absence totale d’objets exposés. Au contraire, la nouvelle exposition, riche de choix muséographiques innovants et assumés, a reçu de nombreux éloges.

La présentation de la nouvelle exposition, avec quelques comparaisons avec l’ancienne, sera l’occasion de mesurer le chemin parcouru par l’Ulster Museum dans la mémorialisation du conflit, notamment les changements effectués dans l’acquisition et la mise en valeur des collections, le travail en collaboration avec les visiteurs et la réflexion menée sur le rôle d’agent social d’un musée national, au service des communautés qu’il représente.


Tourisme(s) post-conflit : patrimoines, mémoires et interprétation, le temps de la résilience

Zeid A. KASSOUHA, Chercheur associé, Université d’Avignon / UMR Espace Dev (228)

Les conflits armés redessinent le paysage touristique en profondeur (dégradation du patrimoine bâti/naturel, de l’infrastructure, perte de patrimoine immatériel, reconfiguration sociale, etc.). Ils génèrent également du nouveau patrimoine, matériel et immatériel, qui vient se rajouter au stock patrimonial préexistant (ou ce qui en reste). Mais ils influencent également l’interprétation, voire la réinterprétation des patrimoines.

Ainsi dans le tourisme post-conflit nous assistons d’un côté à la reconstruction de l’offre touristique qui était proposée pré conflit, et d’un autre à l’émergence d’une nouvelle offre autour du patrimoine et de la mémoire du conflit. Tourisme de mémoire, tourisme « sombre » (dark tourism) et autres activités font alors leur apparition et évoluent dans ce paysage en pleine mutation.

Dans cette communication nous proposons une lecture de cette dynamique de résilience qui s’installe post-conflit, qui conjugue « anciens » et « nouveaux » tourismes, et qui comporte des formes d’hybridation de patrimoines et d’interprétation. Nous évoquerons aussi le rôle de la mémoire et du lien émotionnel dans cette dynamique et dans son évolution au fil du temps.


Mémoires et patrimoines post-conflits : le cas de la séparation chypriote.

Marie Pouillès, Doctorante en géographie, EVS (UMR 5600)

L’île de Chypre, séparée physiquement depuis 1974 après plusieurs années de conflits qui hantent encore les esprits des insulaires, connaît une situation politique singulière. Son territoire est rempli d’ostensifs de l’histoire conflictuelle récente du pays. Ceux-ci constituent des mémoires et identités spécifiques relayées dans l’espace public de l’île. Le patrimoine (matériel et immatériel) de Chypre est à la fois un vecteur de séparation toujours plus grandissante, mais peut aussi être utilisé à des fins réconciliatrices et réunificatrices, en évoquant un passé commun, qui peut réactiver les mémoires et identités semblables aux communautés désormais séparées. Le patrimoine est ainsi instrumentalisé par différents acteurs à des fins idéologiques diverses. La question est de savoir comment les mémoires et le patrimoine de cette société post-conflit sont utilisés sur cette île ténue et quels sont les enjeux qui en découlent.


Patrimoine communautaire : enjeux de réconciliation au Liban ?

Racha ROYER, Doctorante en géographie, EVS (UMR 5600)

Le Liban occupe une place importante dans les situations post-conflits/guerre. La reconstruction de Beyrouth après la fin de la guerre civile en 1990 a fait l’objet de plusieurs ouvrages et articles scientifiques.

Le choix de la patrimonialisation dans la situation d’après conflit relève ici d’enjeux d’écriture de l’histoire qui doivent composer avec des questions d’équilibre communautaire et confessionnel. Il en résulte un patrimoine communautaire instrumentalisé, affecté par la montée du communautarisme fondé sur l’exclusion identitaire réciproque.

Ce patrimoine peut-il être un lieu de réconciliation et de paix ? Quelles sont les formes de développement de ce patrimoine ?

Au sud du Liban ce patrimoine est devenu à la fois un objet de privatisation par la communauté chiite, une ressource économique et une preuve d’existence pour cette communauté. C’est précisément ce qu’incarne le musée de guerre localisé à  Mleeta au Sud du Liban. Nous analyserons cet édifice en tant que résultat d’une politique de fusion entre le tourisme, l’idéologie du martyre et l’instauration d’un « milieu » de mémoire communautaire.

Pour une géographie du pouvoir : REEDITION ET rencontre Avec CLAUDE RAFFESTIN

Vendredi 8 mars 2019 de 13h30 à 16h30 – ENS de Lyon (site Descartes) Amphithéâtre Descartes

L’École Normale Supérieure de Lyon, l’Université de Genève, les laboratoires EVS (UMR 5600) et PACTE (UMR 5194) et ENS Éditions sont heureux de vous faire part de deux événements.

Tout d’abord, la Bibliothèque Idéale des Sciences Sociales, collection d’ENS Éditions dirigée par Pierre MERCKLÉ, enseignant-chercheur à l’ENS et ayant pour but de rééditer des textes fondamentaux des sciences sociales, vous informe de la réédition de l’ouvrage Pour une géographie du pouvoir de Claude RAFFESTIN (1980), précédé d’une préface inédite d’Anne-Laure AMILHAT-SZARY. L’ouvrage est disponible en ligne, ainsi que sous format papier. Vous trouverez le catalogue complet de la collection à cette adresse : https://books.openedition.org/enseditions/177 

Ensuite, nous sommes très heureux de vous convier à un temps d’échange en présence de Claude RAFFESTIN, à l’ENS de Lyon (site Descartes), le vendredi 08 mars 2019 de 13h30 à 16h30 dans l’Amphi Descartes.

Programme de la rencontre

Cet événement est ouvert à tous et toutes.

L’équipe organisatrice composée de : Anne-Laure AMILHAT-SZARY, Emmanuelle BOULINEAU, Yann CALBÉRAC , Gary LARDAUX, Nadine PONTAL, Pierre MERCKLÉ, Sandrine PADILLA & Afifa ZENATI.

Rencontre avec Dominique Chevalier, autour de son ouvrage : Géographie du souvenir. Ancrages spatiaux des mémoires de la Shoah

Mercredi 6 mars à 16H
Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation 14 avenue Berthelot- 69007 LYON

Entrée libre

C’est à un panorama des musées et mémoriaux de la Shoah dans le monde que ce livre nous convie, mais aussi à une analyse sensible de la manière dont ils sont pratiqués et insérés dans la ville. De Budapest à Washington, de Jérusalem à Paris, les situations sont toutes différentes et combinent tout à la fois des agencements spécifiques, des narrations, des émotions, des valeurs, des croyances et des appartenances. Les mémoires de la Shoah, telles qu’elles sont évoquées, exposées, produites et institutionnalisées dans ces musées métropolitains nationaux confirment que les dimensions spatiales occupent une place de choix. Elles expriment aussi les liens puissants et subtils que les sociétés tissent entre le passé, le présent et le futur anticipé.

Dominique Chevalier est Maîtresse de Conférences HDR en géographie à l’Université Lyon1 Claude Bernard-ESPÉ. Membre du laboratoire Environnement Ville Société, elle s’intéresse à la spatialisation des mémoires douloureuses et aux effets (touristiques, patrimoniaux, politiques…) de cette mise en espace

“LA PART DU MONDE SAUVAGE” : Conference de VIRGINIE MARIS

L’Institut de droit de l’environnement (CNRS – UMR 5600 – EVS-IDE) et la Faculté de Philosophie de Lyon 3 ont le plaisir de vous convier à la conférence de Mme Virginie Maris, philosophe, autour de son ouvrage “La part sauvage du monde. Penser la nature dans l’Anthropocène” (éd. Le Seuil 2018, coll. “Anthropocène”).

Les débats seront animés par des étudiant/e/s du Master 2 « Droit de l’environnement et de l’urbanisme » et du Master 2 « Ethique, écologie et développement durable » de l’Université Jean Moulin – Lyon 3.

La conférence aura lieu le vendredi 25 janvier de 9h00 à 12h00

Amphithéatre Doucet-Bon, 18 Rue Chevreul, 69007 Lyon (Entrée libre)

GEOGRAPHIES DE LA MEMOIRE, DE DOMINIQUE CHEVALIER.

Autour de l’ouvrage Géographie du souvenir : ancrages spatiaux des mémoires de la Shoah. Rencontre animée par Muriel SALLE.

18 décembre 2018 à 17 heures –  hall de la Bibliothèque Diderot

5 parvis René Descartes à Lyon

Le 18 décembre 2018 à 17 heures dans le hall de la Bibliothèque Diderot, Dominique Chevalier, MCF-HDR en géographie à l’UCB-Lyon 1-ESPE, dialoguera avec Muriel Salle, historienne au LARHA.

Dominique Chevalier travaille sur le thème des valorisations et dévalorisations des territoires urbains, et s’intéresse aussi aux questions de spatialisation des mémoires douloureuses et aux effets de cette mise en espace. Dans son ouvrage “Géographie du souvenir, ancrages spatiaux des mémoires de la Shoah”, elle étudie les lieux de mémoires de la Shoah, leur géographie et leur insertion dans un environnement urbain.

Séminaire-atelier FAIRE VILLE, FAIRE LA VILLE Monumentalisations, politisations, expérimentations.

Lundi 26 et mardi 27 novembre 2018

Institut Français de Thessalonique – salle Allatini

De par sa densité historique et mémorielle, ainsi que son positionnement dans le voisinage tant méditerranéen que balkanique, Thessalonique constitue une métropole régionale de premier plan à l’échelle du sud-est européen. Les mutations et les transformations qu’a connues cette ville au cours de son histoire tant ancienne que récente en ont fait de longue date un espace de recherche en sciences sociales, mais aussi de création artistique et culturelle. Alors que Thessalonique revisite son passé multiculturel et projette son avenir à l’aune des défis contemporains que rencontrent non seulement la Grèce mais l’Europe, le projet CREABALK – Balkans créatifs se propose de prendre la ville comme laboratoire de recherche-création. 

Fruit d’un partenariat entre l’Institut français de Thessalonique, l’Université de Macédoine à Thessalonique, Aix-Marseille Université et l’Université Lumière Lyon-2, ce projet entend constituer un espace innovant d’expérimentation entre sciences sociales et disciplines artistiques, à l’échelle régionale (sud-est européen, Méditerranée orientale) et au-delà. Ce positionnement original repose sur la notion de démarche-création, qui interroge les singularités et les complémentarités des démarches scientifiques et artistiques, par l’expérimentation et le dialogue transdisciplinaire, ainsi que par l’exploration de modes de transmission et de restitution partagés. 

Organisé en lien avec le projet MONUMED, le séminaire-atelier inagural Faire ville, faire la ville : monumentalisations, politisations, expérimentations réunira ainsi des chercheurs et enseignants-chercheurs, des artistes et des représentants des mondes culturels et sociaux, autour de autres thématiques et au fil de différents temps de travail, visites sur site et ateliers de réflexion. Nous entendons ainsi poser les bases du projet CREABALK – Balkans créatifs, en formalisant un réseau de collaboration, en déterminant des modalités de travail communes, et en établissant un premier programme d’activités. L’exemple de Thessalonique ouvrira sur des comparaisons avec les villes concernées par le projet, ainsi que d’autres espaces urbains dans le sud-est européen et la Méditerranée orientale.


Programme du séminaire-atelier (fr – eng)

L’habitat informel au Brésil et en Roumanie : origines, formes, perceptions et approches publiques

Séance du 28 novembre 2018 de 9 h à 12 h.

UMR EVS – 18 rue Chevreul 69007 Lyon – salle 604

L’Atelier 6 a déjà consacré plusieurs séances à l’habitat informel, la marginalité sociale et spatiale dans une perspective comparative internationale.

La séance du 14 février 2017 proposait d’ « Interroger l’informalité pour questionner la norme », celle du 17 novembre 2017 était consacrée à la « Ville institutionnelle vs ville marginale. Lieux a-normaux dans les métropoles de Lyon, Barcelone et Madrid (1940-2010) ».

Ce cycle se poursuit avec deux communications de chercheurs invités à EVS, et qui ont mené des travaux sur ce sujet dans leur pays respectif, en contexte métropolitain.

La séance du 28 novembre 2018 sera consacrée à l’habitat informel sous l’angle de la compréhension de l’origine du phénomène dans nos pays, les formes spatiales qu’il prend, le décryptage des structures socio-démographiques et leurs dynamiques, une vision évolutive historique de la perception et de l’acceptation sociale de la favela et dans les politiques publiques. En outre, on abordera des éléments de terminologie géographique liés à l’habitat informel, ainsi que les approches des acteurs publics qui les concernent, a partir des expériences récentes sur ce secteur urbain et des erreurs dues aux mimétismes et aux solutions inadéquates imposées à ces communautés.

“La prise en compte de l’intégration et de l’urbanisation des favelas dans la politique de logement brésilienne dans les expériences récentes: le cas du Complexo do Alemão – Rio de Janeiro”

« L’habitat informel en Roumanie – une réalité socio-spatiale long temps cachée et peu (re)connue »

Habitat spontané en Roumanie

Carnet de recherche de l'atelier 6 de l'UMR 5600 Environnement ville société – Faire territoire, faire société