L’impenser racial : comment travailler sur le racisme aujourd’hui (17 juin 2024)

Couverture du n° 190, « Racisme, racialisation et production de l’espace », Espaces & Sociétés, coordonné par Fatiha Belmessous, Maurice Blanc et Stefan Kipfer
 

17 juin 2024 – 14h à 17h

Salle 604 –  EVS, rue Chevreul, Lyon 7°

Organisatrice : Fatiha Belmessous

 

Ce séminaire s’inscrit dans la lignée des débats académiques suscités par la publication de dossiers dans des revues françaises – Revue Européenne des Migrations Internationales (Poiret, Hoffmann, Audebert, 2011), Mouvements (Hajjat, Larcher, 2019), Politix (Buu-Sao, Léobal, 2020), Terrains & Travaux (Palomares, Roux, 2021)[1], Émulations (Doytcheva, Gastaut, 2022) et récemment Espaces & Sociétés (Belmessous, Blanc, Kipfer, 2023).

Il est difficile de faire abstraction des réactions suscitées par cette posture de recherche, comme en témoignent la longueur des états de l’art et des explications/justifications des protocoles méthodologiques des publications sur cet objet, cherchant très souvent à rassurer sur leur scientificité et/ou leur caractère non militant.

Pour quelles raisons l’acceptation / la reconnaissance de la racialisation – en tant que « production de groupes soumis à l’assignation raciale (autant) qu’aux mécanismes qui amènent un groupe à s’engager dans des logiques de racialisation (Mazouz, 2020) – nécessite un tel procès en illégitimité ? Sans chercher à en cerner de manière exhaustive les raisons, il nous parait essentiel de relater ce que l’irruption de la race comme cadre d’analyse permet de renouveler et/ou de remettre en question dans la sphère académique.

Construit comme un espace d’échanges et de débats, ce séminaire posera une question aux différent.es intervenant.es : comment travailler sur la race et le racisme malgré les contraintes ?

Il s’agira dès lors d’interroger les expériences ordinaires de chacun.e ; les stratégies mises en place par les auteur.trices pour mener les recherches en dépit de la délégitimation du sujet ; les tentatives de comparaison au-delà des cadres nationaux et enfin de la manière de nommer les enquêté.es (participation à la racisation des enquêté.es ?).

Format de la séance

Table ronde où chacun.e des intervenant.es évoquera ces propres expériences de recherche afin de cerner ce qui pose problème autour de cette posture de recherche

Discutant.es

Elise Palomares, professeure en socio-anthropologie, université de Rouen, laboratoire Dysolab

Stefan Kipfer, professeur au département Environmental and Urban Change, York University, Toronto, Canada

Guillaume Roux, chercheur en sciences politiques à la FNSP, UMR Pacte, université Grenoble-Alpes

Intervenant.es :

Elise Roche, géographe, laboratoire Triangle, UMR 5206, Université Lyon 2.

Leila Benhadjoudja, sociologue, Université d’Ottawa

Jiyoung Kim, doctorante en sociologie, laboratoire IDHES, Nanterre.

Foued Nasri, politiste, chercheur associé au Centre Max Weber

Charlotte Corchète, doctorante en sociologie, laboratoire CRIS, Sciences Po Paris

 

[1] https://www.cairn.info/revue-terrains-et-travaux-2021-2.htm

Lyon confinée… Confiné·e à Lyon ?

Photographies de Stéphane Autran prises pendant le premier confinement

Séminaire inter-Ateliers

Faire territoire, faire société & Objets et urbanisation

 

Lundi 10 juin 2024 (14-17h)

18 rue Chevreul 69007 LYON

Salle 604 (6eme étage du bâtiment)

 

Dans le cadre d’une initiative portée par le Studio Expériences sensibles & Recherches urbaines (labex IMU), plusieurs membres des deux ateliers organisateurs de cette séance de séminaire (Manuel Appert ; Dominique Chevalier ; Geoffrey Mollé) sont engagés, avec Oscar Barnay (architecte, docteur ENSASE) et Stéphane Autran (géographe/photographe) dans un projet de recherche dont la thématique est Lyon confinée. Nous y travaillons depuis deux ans à partir d’un corpus de plus de 4000 photos commandées par IMU et réalisées par Stéphane.

Nous sommes actuellement en train de valoriser ce matériau.

 

L’objectif de ce séminaire est de vous présenter ce travail.


Dans la poursuite du format “cuisine de la recherche” et du séminaire portant sur la photographie, organisé il y a maintenant 6 ans, l’idée est de tester les différents dispositifs méthodologiques que nous avons mis au point. Cette pluralité de regards sur le confinement est canalisée par un dispositif triple que nous souhaiterions également mettre en œuvre pendant la séance.

  • Le premier temps sera dédié à une phase de réactions face à plusieurs photographies de Stéphane Autran sélectionnées sur le mode du principe élicit.
  • Le deuxième s’effectuera sur le même principe, mais cette fois face à plusieurs diptyques voire triptyques avec les photos de Stéphane et à côté des images prises par Oscar Barnay au printemps 2024 dans l’esprit d’une reconduction des prises de vue.
  • Le troisième supprimera les images et fera appel à la mémoire des personnes présentes à partir du remplissage d’un petit carnet de souvenir que nous souhaiterions recueillir en fin de séance.



Nous vous espérons nombreux et nombreuses pour cette séance !

VIOLENCES CONJUGALES, CONTRÔLE SPATIAL ET RESPONSABILITÉ DE L’ÉTAT (MARION TILLOUS, MERCREDI 27 MARS 2024)

Dans le cadre de l’Atelier Faire territoire faire société et Recherches pluridisciplinaire de l’UMR EVS, le Collectif de recherche “Espaces Critiques” présente sa première séance de séminaire :

Violences conjugales, contrôle spatial et responsabilité de l’État

Marion Tillous
(Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis ; Laboratoire d’Études de Genre et de Sexualité – UMR 8238)

Le mercredi 27 mars 2024, 17h-19h
Bibliothèque Chevreul (Rez-de-chaussée)
(10 rue Chevreul 69007 Lyon)
==> inscription : espaces-critiques@riseup.net

Résumé : Les violences conjugales fonctionnent comme un piège qui se referme autour de la victime, y compris de manière très concrète et spatiale : celle-ci est peu à peu empêchée de se déplacer et son territoire de vie se réduit à mesure que les violences augmentent, conduisant à ce qu’Eva San Martin (2019) appelle la « déprise spatiale ». Le contrôle spatial qu’exerce le partenaire violent traverse les différentes échelles spatiales, et fait écho aux autres formes de violences de genre qui adviennent dans les espaces publics ou intermédiaires (au travail, chez le médecin, à l’école, etc.), constituant avec elles un continuum spatial des violences de genre.

Les réponses de l’Etat face aux violences conjugales semblent aujourd’hui se multiplier, nous nous demanderons donc s’il est toujours possible d’affirmer, avec Birgit Sauer (2020), que celui-ci « délègue et décentralise la violence aux pères de famille » ? Nous envisagerons le rôle de l’Etat dans la division entre (espaces) public et privé, dans la consolidation de l’idéologie de l’amour et du couple, dans la réponse sécuritaire apportée par un organe (les forces de l’ordre) à la fois chargé d’un rôle de protection et d’enquête, et dans la précarisation sociale dont les conséquences sont fortes sur les parcours de sortie des violences.

Dans le cadre de la publication des ouvrages :

  • “Espace, genre et violences conjugales. Ce que révèle la crise de la Covid-19”, 2022.
  • “Avec, sans ou contre. Critiques queers/féministes de l’État”, 2020.

Plus d’informations sur le collectif Espaces Critiques : https://espacescrit.hypotheses.org/

Plus d’informations sur l’ANR Co-Vi-Co : https://anrcovico.hypotheses.org/

Ecologies au travail, ENSAL 29 mars

Couverture du livre Reprendre la terre aux machines, L’Atelier Paysan

Un cycle de conférences Ecologies au travail (mars-mai 2024), organisé à l’ ENSAL, LAURe-EVS par Sandra Fiori, Théo Fort-Jacques, Gilles Malzac et Lisa Rolland est ouvert aux membres de l’UMR.


Vendredi 29 mars, 10h30-12h30, ENSAL (salle 10)  
Première conférence du cycle Ecologies au travail organisé à l’ENSAL dans le cadre des séminaires de master  “L’architecture au travail” (domaine d’étude ALT) et “Attaquer le fragment, fragmenter l’attaque” (domaine d’étude geoARCH).
Ce cycle s’attache à la compréhension critique des conditions de production de l’architecture à partir de réflexions récentes qui, dans d’autres domaines (l’économie politique et du droit, la philosophie…), font valoir un changement de perspective radical sur les rapports que notre société entretient au vivant, aux ressources, à la technique, à la collectivité et à la propriété.
Les écologies dans lesquelles s’ancrent les travaux des invité.es interrogent en cela le rôle politique de l’architecte dont le travail, lié à la fabrique des espaces de vie, s’inscrit par ses mots comme par sa pratique dans un ensemble de rapports sociaux et de médiations techniques.

Travailler la terre. Les technologies agricoles contre l’autonomie paysanne ?
conférence de Thomas Borrell, chargé de mission scientifique au sein de l’Atelier Paysan,
où il anime l’Observatoire des technologies agricoles.
L’Atelier Paysan (www.latelierpaysan.org/) est une coopérative qui milite pour un changement radical de modèle agricole et alimentaire passant par la généralisation d’une agroécologie paysanne. Elle accompagne les agriculteurs et agricultrices dans la conception et la fabrication de machines et de bâtiments basées sur l’autonomie technique et la réappropriation de savoirs et savoir-faire paysans. C’est à partir de cette expérience que l’Atelier Paysan a développé une analyse du rôle des technologies agricoles dans l’industrialisation de notre agriculture et une critique des impasses stratégiques de certaines alternatives, détaillées notamment en 2021 dans le manifeste  Reprendre la terre aux machines (éditions du Seuil) et dans le rapport Observations sur les technologies agricoles.

Conférences à venir
02 mai 18h-20h

Léna Ballaud, ingénieure agronome, agricultrice et chercheuse indépendante en philosophie politique, co-autrice de  Nous ne sommes pas seuls avec Antoine Choupot (éd. du Seuil, 2021)

16 mai 18h-20h
Paul Guillibert, docteur en philosophie, auteur aux Éditions Amsterdam de Terre et Capital (2021) et Exploiter les vivants (2023)

30 mai 18h-20h          
Pierre Crétois, docteur en philosophie, auteur aux Éditions Amsterdam de La part commune (2020) et La copossession du monde (2023)

Faire le monde et quantification du surtourisme

Vendredi 29 mars 2024 (10-13H)

18 rue Chevreul 69007 LYON

Salle 604

Cette nouvelle séance de l’atelier Faire territoire Faire société permettra de faire un tour et de faire le point du côté du bouclement du monde et de la notion de surtourisme à travers deux contributions..

 Jean-François STASZAK, Professeur ordinaire, Directeur du Département de géographie et environnement, Université de Genève.

Faire le monde. Les premiers tours du Monde touristiques (1869-1914).

A partir des années 1870, il devient possible de faire le Monde comme avant on faisait l’Italie : le bouclement du monde par les moyens de transport, la parution du Tour du Monde en 80 jours de Jules Verne et l’offre des premiers tours du monde à forfait des tour-operators anglais et allemand mettent le monde à portée des premiers globetrotters, principalement occidentaux. Cette opportunité n’est pas l’apanage des plus fortunés : toute une série de dispositifs de simulation se développent pour permettre à tous et toutes de faire un tour virtuel du globe. L’émergence de cette pratique touristique actuelle et virtuelle est l’objet d’un programme de recherche et d’une exposition que je vais présenter, et qui visent à examiner le nouveau régime de géographicité que ces premiers tours du monde reflètent ou mettent en place. Ils font émerger une nouvelle échelle, une nouvelle temporalité et un nouvel horizon : les touristes font le Monde en en faisant le tour.

 

 Victor ANDUZE RIVERO, Doctorant – Chercheur en Sciences Politiques ENTPE. EVS – RIVES

Du local au global ou vice-versa ? Le jeu d’échelles de la production des chiffres du (sur)tourisme

Le surtourisme, phénomène souvent présenté à l’échelle micro – locale (un monument, une rue, une place ou un quartier) est devenu un sujet de préoccupation majeure pour les instances nationales et internationales comme ONU Tourisme ou le Ministère français de l’économie. Or, sans un cadre normatif qui définit ce concept et sans des dispositifs fiables et testés à l’échelle locale pour mesurer le tourisme, comment établir qu’il y en « trop » ? Qui et comment compte-t-on le tourisme à l’échelle locale aujourd’hui ? Quelles directives sont données par les instances nationales et internationales à ce sujet ? Avons-nous besoin de ces chiffres ou, pour ce sujet, ce sont les qualités et non pas les quantités qui comptent ? En partant des études de cas de Lyon, Paris et Barcelone, cette présentation exposera les caractéristiques principales du système multiscalaire de production des chiffres du (sur)tourisme.

 

JE Terrains d’aventure en Auvergne-Rhône-Alpes 6 mars 2024

Vous voudrez bien trouver le programme de la journée d’étude sur les terrains d’aventure en Auvergne-Rhône-Alpes qui aura lieu le 6 mars 2024 aux Archives municipales de Lyon, à l’auditorium, de 9h à 17h, en suivant ce lien : https://tapla.hypotheses.org/1246

Les terrains d’aventure, apparus au Danemark à la fin de la Seconde Guerre mondiale, sont des espaces de jeu à l’usage des enfants dans lesquels ils peuvent jouer, bricoler et construire librement à partir de matériaux simples. Des animateur·rices sont présent·es sur le terrain et en assurent le fonctionnement et la sécurité. Le concept a progressivement essaimé en Europe du Nord et est apparu en France en 1972. Il a connu son heure de gloire, puis les terrains d’aventure français ont progressivement disparu à la fin des années 1980 et au début des années 1990. Or nous assistons depuis 2018, à un intérêt renouvelé pour ces espaces d’apprentissage et d’expérimentation par le jeu. De nouveaux terrains ont ouvert mais les terrains d’aventure restent néanmoins méconnus par les dernières générations de l’animation socioculturelle. Leur renouveau suscite la curiosité et invite à se questionner sur les liens entre les terrains d’aventure d’hier et ceux d’aujourd’hui, en vue d’en interroger l’héritage urbain et éducatif.

S’agissant de la région Auvergne-Rhône-Alpes, aucune étude, même partielle, n’a encore été réalisée sur le sujet. Le projet TAMARA vise donc à combler ce manque, en mettant en perspective les traces du passé avec les initiatives actuelles et à venir. Quel enseignement peut-on tirer des expériences passées, quelles sont les problématiques émergentes, quelles sont les interactions des terrains d’aventure avec d’autres dispositifs sociaux, pédagogiques et culturels, de quelle façon les terrains d’aventure se transforment-ils dans le temps ? Telles sont quelques-unes des questions qui seront abordées lors de cette journée.

 

Relations sensibles à l’espace urbain : quels résultats pour des recherches réalisées à l’aide d’un oculomètre ? Atelier Faire Territoire Faire Société 9 février 10h-13h

Atelier Faire territoire, faire société

 

Vendredi 9 février 2024 (10-13H)

18 rue Chevreul 69007 LYON

Salle 604

 

Quatre chercheurs discuteront de leurs recherches au cours de cette séance :

 

Thierry Boissière (UMR 5600 EVS, Lyon 2)

Mouloud Boukala (CELAT, UQAM)

Denis Cerclet (UMR 5600 EVS)

Spyros Franguiadakis (UMR 5283 CMW, Lyon 2)

 

 

Nous souhaitons, à l’occasion de cette intervention, partager une approche de la mobilité urbaine qui a sous tendu un travail de recherche mené à Beyrouth et à Lyon au cours de ces dernières années. Grâce à l’usage d’un oculomètre (eye tracker), nous avons pu observer et analyser la mobilité à partir de l’expérience d’un corps en prise avec un environnement urbain particulier. Les parcours créent-ils, font-ils émerger le territoire ? Comme nous le montrerons, les gestes, qu’il s’agisse des pas ou des déplacements avec un fauteuil roulant, des flexions du corps, des saccades perceptives, organisent l’expérience et contribuent à produire un territoire parmi ceux probables. Nous avons élaboré une méthode qui permet de faire coïncider les traces de l’expérience sensible enregistrée, les commentaires de l’acteur produit par reviviscence “sur” ces traces et la démarche d’enquête et d’analyse des chercheurs.

 

 

 

 

 

Danse, Territoire et Espace

1er Février 2024

« Dance here ». (Licence CC)

18 rue Chevreul, Lyon 7e

Salle de la Rotonde (6e étage)

10h-16h

Nous nous intéresserons à l’articulation entre danse et questionnements spatiaux (emplacements, déplacements, seuils, frontières, liminalités, circulations, trajectoires, etc.). Il s’agira de croiser les approches de chercheur.euses puisant dans différentes disciplines dont l’anthropologie de la danse, la géographie, l’architecture et l’urbanisme.

10h-12h30 :  Georgiana WIERRE-GORE (ACTé / Université Clermont Auvergne), “Le Krump: Construction de territoires nomades”

13h30-16h :   Corine VEDRINE (ENSAL / EVS), “Égards et regards : ce que la danse nous dit de l'(in)hospitalité urbaine”

Séance coordonnée par Marie-Pierre Gibert (EVS), Marie Mazzella et Laura Steil

Un partenariat entre l’Atelier « Faire Territoire, Faire société » et l’Atelier « La danse comme objet anthropologique », séminaire indépendant co-organisé par Marie-Pierre Gibert (EVS-UMR 5600 / Université Lumière Lyon 2), Marie Mazzella (LESC-UMR 7186) et Laura Steil (C²DH / Université du Luxembourg).

La question pavillonnaire comparée des deux côtés de l’Atlantique – Atelier Faire Territoire Faire Société 5 avril 2024

Vue aérienne de Levittown en 1959
Source : Wikipédia https://fr.wikipedia.org/wiki/Levittown_(Pennsylvanie)

Vendredi 5 avril 2024 (10-12h30)

18 rue Chevreul 69007 LYON

Salle 604

Lors de cette séance, on comparera les débats sur l’habitat pavillonnaire en France et aux Etats-Unis. On examinera notamment l’environnement bâti et réglementaire des deux pays, ainsi que le rôle du pavillon dans l’histoire récente, avec une attention particulière aux aspects culturels. Ensuite, on discutera des principales réformes lancées dernièrement en France et aux Etats-Unis, notamment l’objectif zéro artificialisation nette (ZAN) et l’upzoning (ou densification).

Ces deux politiques peuvent sembler proches, mais leurs objectifs et leurs conséquences diffèrent nettement.

La séance commencera par une intervention de Paavo Monkkonen, professeur d’urbanisme et de politique publique à l’université de Californie à Los Angeles (UCLA). Il mène des recherches sur le logement et les politiques urbaines, et étudie les pistes d’amélioration.

Cette présentation sera suivie d’une discussion par Eric Charmes, directeur de recherche à l’ENTPE, membre de l’UMR EVS, qui travaille entre autres sur l’habitat pavillonnaire et la périurbanisation.

 

Possibilité de suivre en Visio : 

https://univ-lyon1.webex.com/univ-lyon1/j.php?MTID=m9baf55757d1430a55940c98f1c806f8e

The Balkans. Spaces, Societies, History – 3rd Summer School

 Sensory Heritages & Sensitive Memories in the Balkans

© Olivier Givre

Where University Sveti Kliment Ohridski, Sofia / University Paisii Hilendarski, Plovdiv.

When July 1-5,2024 (arrival in Sofia on June 30, departure from Sofia on July 6).

Deadline for application January 31, 2024.

Organisers École française d’Athènes, École française de Rome, CETOBAC (UMR8032 CNRS/EHESS), Aix-Marseille University (Institut SoMuM, UMR 7303 TELEMMe, AMU-CNRS), Università degli studi di Trieste, University Lumière-Lyon2 (UMR 5600 EVS), University Sveti Kliment Ohridski, Sofia, University Paisii Hilendarski, Plovdiv.

Heritage and memory processes are usually analysed as discourses, practices and representations, entailing critical approaches of heritage policies, official versus alternative narratives, memory concurrence, contested heritages, politicization of culture and history. They are related to identity and alterity making, temporalities and spatialities, relations between power and knowledge, community and society building at different scales (local, national, transnational), symbolic appropriation or rejection of cultural legacies. While relevant, these approaches neglect the proper sensory and perceptive dimensions of these processes: how are they embodied and performed (Seremetakis, 1993)? How do they deal with sensoriality (sound, taste, sight, smell, touch)? What kind of environments and ambiances do they provide? How do they mark a landscape, and how they merge and articulate to form particular ‘sensory scapes’ (Appadurai, 1996): smellscapes, soundscapes, visioscapes? What role do heritage and memory play in expressing and creating specific ways-of-being-in-the world, including relationships to places, objects, milieus, living beings, supernatural entities, etc.? What are the body politics of heritage and memory, and how do they relate (and change according) to cultural and historical contexts? More generally, can we speak of politics of the senses (Howes & Classen 2014) including policing and politicizing senses, ‘moralizing’ specific senses (Hirschkind 2006), or even promoting democracy and modernity (Hann 1990) through the senses?

We propose to explore the potentialities of the ‘history of senses’ (Corbin 1982, 1994; Mintz 1984) as well as the “sensory turn” in social sciences for providing new insights on heritage and memory processes in the Balkan societies. The cultural identities in the Balkans are often associated to sensory singularities, transmitted and recreated, negotiated and contested, attached to ‘natural’ and material objects (fields, rocks and waters but also houses [Bahloul 1992], a fireplace…) converted into affects, emotions and feelings. These sensory dimensions participate to the production of individual and collective memory, and to the embodiment of heritage as a lived experience. They are consubstantial to a sense of space through place making and dwelling (Ingold, 2000) as well as circulation, migration or diaspora phenomena. They have a peculiar relationship to temporality: usually associated to fugacity (some scholars [Candau 2009] speak of sensory ‘events’), the senses, emotions and affects (Roth, 2022), as well as the object and places they are anchored in, may function as time ‘containers’ encapsulating lived experiences. In short, the senses (in both their physical and cultural dimensions, Herzfeld, 2007) play a key-role in giving meaning to time past (Bahloul 1992, Candau 2016), making sense of memory and heritage, but also framing our political perception of time and space (Hamilakis, 2013). We also argue that these sensory dimensions are particularly mobilized and palpable when it comes to politically “sensitive” heritage and memory issues, such as cultural property and rights, imposed or contested narratives, concurrent political legitimacies and cultural intimacies.

The themes delineated above will be articulated around several lines: the following list, even if not exhaustive, is intended to serve as general guidelines for the doctoral students’ research proposals.

  • The senses, time capsule? Senses, ways of being, nostalgia.
  • Memory and intimacy through the senses.
  • Sensoriality, sociability, power.
  • Sensitive landscapes and sensory scapes (visioscapes, smellscapes, soundscapes…).
  • The tastes and distastes of the Balkans.
  • Politicizing and moralizing the senses.
  • Sound, music and concurrent cultural intimacies.
  • Mobilizations around sensitive heritages: which senses to promote in Intangible Cultural Heritage programs?

This summer school gathers between ten and twelve lecturers and up to fifteen students in different disciplines (history and art history, archaeology, geography, anthropology, sociology, political sciences, cultural and literary studies, law studies), addressing heritage and memory issues in the Balkan societies through the senses, sensoriality, sensibility, sensitivity. It welcomes methodological and theoretical proposals based on concrete case studies and mobilizing senses not only as an object of study, but also as a modality of knowledge (including the use of different media).

Our aim is to promote collective and small-group working formats, which favour brainstorming and intensive training activities. Thus, the introduction and/or some keynote lectures will be framed as round-table discussions, mixing invited speakers and researchers of the hosting institutions. The working sessions will be designed as discussion spaces. It is therefore planned to propose, before the workshop, reflective texts clarifying aspects of the theme of each workshop, which will allow participants to enter into dialogue. Each half-day will revolve around one or two communication(s) given by invited speakers, followed by a doctoral workshop, sometimes in small groups. In order to avoid locking followed by a doctoral workshop, sometimes in small groups. In order to avoid locking ourselves into hyperspecialization, theoretical and methodological insights will be provided by speakers from different disciplines and a wider range of geographical areas.

Beside presentations and discussions, in situ experiences (walkshops, film screening, workshops) triggering sensoriality and encouraging nonconventional approaches to the sensory dimensions of heritage and memory, will be an integral part of the Summer School. Developed in collaboration with the host institutions, such experiences will make specific openings toward both academic and extra-academic approaches to the whole range of discussed topics through art, creation, design, literature, etc.

Application

We welcome applications from PhD and M2 students in history, art history, geography, anthropology, sociology, political science and literature. The working language is English but a passive knowledge of French will be appreciated. Transportation costs must be covered by the students’ educational institutions. The organisers provide accommodation in Sofia and Plovdiv and meals, and organise transportation between Sofia and Plovdiv.

Applications should be made online via the Missions de l’EFA platform before January 31, 2024 and include:

• an application form.

• a Curriculum Vitae.

• a letter of motivation.

• one reference letter.

• a short description of the thesis (max. 3000 signs).

• a paper proposal connected to the summer school’s topic (max. 3000 signs).

The selection of participants will be published by February 28, 2024. Participants must commit themselves for the whole duration of the training.

Organizing/scientific committee

Tullia Catalan (Università degli studi di Trieste).

Olivier Givre (University Lumière-Lyon2, UMR 5600 EVS).

Catherine Horel (CETOBAC, UMR8032 CNRS/EHESS, Paris).

Violeta Kotzeva-Popova (University Sveti Kliment Ohridski, Sofia).

Mira Markova (University Sveti Kliment Ohridski, Sofia).

Dobrinka Parusheva (University Paisii Hilendarski, Plovdiv).

Laura Pettinaroli (École française de Rome).

Gilles de Rapper (École française d’Athènes).

Pierre Sintès (Aix-Marseille University, Institut SoMuM, UMR 7303 TELEMMe).

Galia Valtchinova (Université de Toulouse, LISST-CAS, UMR 5193).

Meglena Zlatkova (University Paisii Hilendarski, Plovdiv).

Contact gilles.derapper@efa.gr

Ecologies sonores en relation : enjeux de recherche, pratiques de création 24 janvier 2024 – Musée d’Art Contemporain de Lyon

 

Journée d’étude Mercredi 24 janvier 2024

Musée d’Art Contemporain de Lyon

 

En écho à la semaine du son UNESCO 2024 Vers une écologie sonore, cette journée d’étude interroge la place du son dans les pratiques de recherche-création, et ce que révèlent ces dernières de la construction et de l’expérience sonore de nos milieux de vie. Appréhendée comme “l’interaction entre l’environnement sonore physique, le milieu sonore d’une communauté socioculturelle, et le paysage sonore interne de chaque individu”[1], l’écologie sonore suppose non seulement d’explorer mais d’éprouver des milieux sonores indissociablement vivants et vécus, conçus et perçus, émis et ouïs. Aussi vastes et pluriels que nos modes d’existence, ces milieux sonores peuvent être entendus de différentes manières : nous en sommes simultanément auditeurs et compositeurs[2].

En quoi le son, à la fois élément physique et environnemental, et construction sociale et politique variant historiquement et culturellement, est-il une composante centrale de nos être-au-monde ? Comment développer une attention aux sonosphères[3] qui ne se limite pas aux enjeux de signification des sons, mais tienne compte de leur propriétés matérielles et sensorielles ? Quelles sont les relations entre entendre et comprendre, percevoir et connaître par les sons ? Quelle place occupons-nous dans ces écologies sonores composées de communautés sonores et acoustiques[4] assemblant des humains, des artefacts, des lieux et des milieux ?

Telle qu’entendue ici, la notion d’écologie ne se limite pas à une acception naturaliste, mais engage une conception fondamentalement relationnelle[5] de notre expérience du monde, dans ses dimensions simultanément épistémologiques (opération de connaissance) et esthétiques (mode de perception). Elle convoque des enjeux politiques de “partage du sensible”[6] et de pluralisme sensoriel, particulièrement manifestes dans les sociétés et les écologies contemporaines, confrontées non seulement à des crises de sens mais de sensorialités, appelant de nouveaux modes de coexistence. L’une des manières de rendre audibles ces écologies sonores consiste à croiser les regards (ou plutôt les écoutes) entre approches artistiques et scientifiques[7].

Ainsi, cette journée d’étude réunit des chercheur.es et des artistes travaillant sur, avec et par le son, et engagé.es à divers titres dans un dialogue interdisciplinaire sur les enjeux du son dans les sociétés et écologies contemporaines. Elle vise en particulier à explorer, à partir de la matière et de l’expérience sonores, les apports de la recherche-création dans la production non seulement de nouveaux modes de représentation mais aussi de perception, ainsi que leurs effets sociaux, culturels et politiques. Elle s’appuie sur les acquis du séminaire recherche-création : expériences et potentialités autour de la place de L’enquête dans la recherche-création et de la rencontre et l’hybridation aux frontières et au croisement des disciplines[8]. Elle résonne avec l’attention portée par le MAC à la place du son dans l’art contemporain, comme en témoigne l’exposition Sounding New en 2019. Par l’alternance des présentations de projets et de sessions d’écoute, elle abordera aussi bien les aspects théoriques et méthodologiques que les dispositifs et les processus dont témoignent les expérimentations de recherche-création sonore.

 

Programme

 9h30        Accueil-café.

10h00      Mot d’accueil et introduction, Marina Chauliac (LAP-CNRS), Olivier Givre (Université Lumière-Lyon 2, EVS), Sylvianne Lathuilière (MAC Lyon), Vincent Veschambre (Rize, EVS).

10h15      Autour de Sounding New, Matthieu Lelièvre (MAC Lyon).

11h           Pause.

11h15      Sounding temporalities – Artistic ways of dealing with sonic artefacts, Eckehard Pistrick (Gustav Mahler Private University for Music, Klagenfurt, Autriche).

12h00      Le repos en temps et en espaces précaires : observations sonores, LALCA (Lyon) et Marina Chauliac (LAP-CNRS).

12h45      Pause repas. Le paysage sonore du MAC Lyon (étudiant.es en L3 anthropologie).

14h00      De l’écoute écologique à la performance sonore, Sara Lehad et Makis Solomos (MUSIDANSE-Université Paris 8).

15h00      Les sirènes du Drac : une expérience d’écoute sur un territoire industriel, Sébastien De Pertat (CRESSON-CNRS).

15h45      Recherches composées. Autour de Steven Feld, Anthony Pecqueux (Centre Max Weber-CNRS).

16h30      Echanges conclusifs.

17h00      Fin.

 

Inscription obligatoire avant le 17 janvier 2024 au lien suivant.

Contact : Sylvianne.LATHUILIERE@mairie-lyon.fr.

 

Musée d’Art Contemporain

Cité Internationale

81 quai Charles de Gaulle

69006 Lyon

https://www.mac-lyon.com/fr

 

[1] Augoyard J.F. & Torgue H. (2005), Sonic experience. A guide to everyday sounds. Montréal, Mac Gill Queens University Press.

[2] Feld S. (2023), La recherche comme composition, Dijon, Les Presses du Réel.

[3] Barbanti R. (2023), Les sonorités du mondeDe l’écologie sonore à l’écosophie sonore, Dijon, Les Presses du Réel.

[4] Truax B. (1984), Acoustic Communication, Norwood, Ablex.

[5] Ingold T. (2000), The Perception of the Environment. Essays in Livehood, Dwelling and Skill, London & New York, Routledge.

[6] Rancière J. (2000), Le partage du sensible. Esthétique et politique, Paris, La Fabrique.

[7] Solomos M. (2023), Exploring the Ecologies of Music and Sound. Environmental, Mental and Social Ecologies in Music, Sound Art and Artivisms, Routledge; https://www.artsecologiestransitions.art/

[8] Manning E. & Massumi B. (2019), Pensée en acte, vingt propositions pour la recherche-création, Dijon, Les Presses du Réel.

 

Faire territoire, faire société alternative en milieu rural. Vendredi 12 janvier 2024

Vue sur les Cévennes et sur le hameau de Valnière depuis le Col de l’Asclier (Gard)
Crédit : Elise Martin, 2021

Vendredi 12 janvier 2024 (10-13H)

18 rue Chevreul 69007 LYON

Salle 604

 

Dans les années 1980-1990, les espaces ruraux de marge ont été des espaces d’expérimentation. Des individus, déjà-là ou nouveaux arrivant·e·s, ont tenté d’édifier un contre-modèle de société. Cette séance intitulée Faire territoire, faire société alternative en milieu rural a vocation à montrer que l’espace rural est toujours un espace des possibles où se déploient des initiatives autres, plus ou moins politisées et institutionnalisées. Certains individus, collectifs, associations œuvrent pour créer des alternatives à des formes d’enfermement comme les prisons ou certaines structures médico-sociales. D’autres essaient de dessiner de nouveaux lieux de vie où les habitant·es apprivoisent des formes d’autonomie voire d’autarcie. D’autres encore construisent de nouveaux habitats qui se veulent des lieux-refuges pour des personnes marginalisées.  

Quatre intervenant·e·s viendront discuter de leur approche de la question, en tant que chercheur·e ou porteuse de projet.

Intervenant·e·s 

Émeline Brylinski, docteure en Sciences de l’Éducation de l’Université de Genève (FPSE, laboratoire de recherche ERHISE) et porteuse d’un projet de lieu d’accueil sur le Plateau d’Hauteville (Ain).

Sophie Clair-Caliot, doctorante en géographie à Lyon 2. Sa thèse, commencée en septembre 2020, intitulée Finir sa peine à l’air libre, est réalisée sous la co-direction de Marie Morelle (EVS-IRG) et Lucie Bony (LAVUE). Elle porte sur des lieux d’exécution d’une mesure d’aménagement de peine qu’est le placement extérieur. Il s’agit de fermes agricoles qui s’implantent en milieu rural. Ces lieux accueillent des prisonnier·e·s qui terminent leur peine de prison et sont présentés comme des « alternatives » à l’enfermement par les acteur·ice·s en charge de leur mise en place.

Benjamin Dubertrand, maitre de conférences en Anthropologie à l’Université de Perpignan. Sa thèse, soutenue en 2020 à l’Université de Toulouse Le Mirail, s’intitule Bricoler l’utopie. Expérimenter d’autres manières de vivre dans la moyenne montagne ariégeoise et a été dirigée par Nicolas Adell (LISST).

Élise Martin, doctorante en géographie à l’Université de Montpellier – Paul Valéry et ATER à l’Université de Saint-Etienne. Sa thèse, commencée en septembre 2018 et intitulée Accueil et bien-être des populations vulnérables dans la bordure sud du Massif Central : géographie d’un tiers-espace est co-dirigée par Pascal Chevalier (LAGAM) et Camille Hochedez (MIGRINTER). Elle porte sur des espaces ruraux de confins qui accueillent des personnes en situation de vulnérabilité (personnes exilées et personnes handicapées mentales). L’enquête menée dans deux territoires de moyenne montagne l’amène à distinguer différents modèles d’accueil en milieu rural.

Le propos de cette matinée s’articulera en deux temps.

La première partie portera sur les présentations de Sophie Clair-Caliot et Elise Martin. Elles évoqueront des projets institutionnalisés de l’accueil de l’autre en milieu rural : une ferme qui accueille des prisonnier·e·s en fin de peine située dans la montagne noire à une trentaine de kilomètres au nord de Carcassonne et une structure médico-sociale qui accueille des adultes autistes avec des troubles du comportement dans la vallée du Gardon de Saint-Jean-du-Gard. Elles reviendront sur le caractère alternatif et singulier des projets et identifieront les éléments qui ont permis aux projets d’advenir (caractéristiques de l’espace rural, profil et degré d’ancrage des acteurs initiateurs etc.).

La deuxième partie portera sur des projets plus faiblement institutionnalisés. Benjamin Dubertrand reviendra sur les micro-projets d’habitats autonomes qu’il a étudiés dans une vallée de l’Ariège, portés par des couples ou des personnes isolées. Son propos insistera sur le profil sociologique particulier des initiateurs, à savoir des personnes souvent qualifiées de « néos », avec un capital économique et culturel faible mais qui développent un certain capital social local du fait de leurs liens divers avec le territoire. Le chercheur montrera que le caractère peu institutionnalisé des initiatives contribue à leur conférer une portée particulière malgré les difficultés récurrentes auxquelles sont confrontés les acteurs.

Émeline Brylinski reviendra sur le projet qu’elle essaie de construire dans un hameau du Plateau d’Hauteville entre Ambérieu-en-Bugey et Genève, à savoir un lieu de vie et d’accueil temporaire. La maison qu’elle a investie a vocation à accueillir des personnes handicapées mentales et leurs proches mais aussi des personnes de passage (en habitat mobile notamment). L’intervenante reviendra sur les différentes embûches qu’elle rencontre et ses interrogations sur la possibilité pour son projet de voir le jour.

 

Pour suivre le séminaire à distance : 

Lien de la réunion : https://univ-lyon1.webex.com/univ-lyon1/j.php?MTID=m64852909b6330f2a7cf8a9f1eb245356

Numéro de la réunion :
2790 890 2245
Mot de passe :
Na8rkUKyN38

Colloque IMU « Expérience sensible & sciences humaines et sociales : comprendre, transmettre, créer » 13 et 14 mars 2024, au Rize (Villeurbanne)

Programme définitif : 

Mercredi 13 mars 2024

9h 30 : Dominique Chevalier & Danièle Méaux, introduction

 

Matin : Traces, paroles & récits (modération Laetitia Mongeard)

10h : Nathalie Audas, Université de Grenoble, « Restituer les expériences sensibles de mobilité des enfants. Proposition par le récit-fiction »

10h 35 : Esther Chevreau Damour, Université Lyon 2, « Le Périgord limousin sous les étoiles »

11h 10 Pause

11h 20 : Pauline Guinard, ENS Paris, « ‟Where is the Beach ? ou l’art de ressentir la ville en transformation »

11h 55 : Sébastien Jacquot, Université Paris 1 et Marie Morelle, Université Lyon 2, « Ce qui fait patrimoine à Yaoundé (Cameroun). Retour sur une démarche de recherche à l’intersection des arts et des sciences sociales »

 

Après-midi : Des sons & des images (modération Danièle Méaux)

14h 15 : Rodolphe Olcèse, Université Saint-Etienne, « Une observation tâtonnante. Fonction révélatrice de l’expérience sensible dans le cinéma de Jonas Mekas »

14h 50 : Olivier Bories, Université Toulouse 2, « L’esprit avec le cœur dans la caméra : faire des films des expériences sensibles »

15h 25 : Pause

15h 35 : Éloïse Bellet, Université Lyon 3, « Les perceptions des chants d’oiseaux en ville »

16h 10 : Florie Bresteaux, Université de Genève, « Le GoPro Gaze pour saisir les corps, l’expérience sensible des situations de handicap in action »

 

Jeudi 14 mars 2024

Matin : Sensibilité & environnement (Modération Dominique Chevalier)

9h 30 : Jean-Philippe Pierron, Université de Dijon, « L’insensibilité et l’indifférence écologique : des témoignages d’une crise de la sensibilité ? »

10h 05 : Louis Dall’aglio, ENS Lyon, « Apprendre à voir petit ; la médiation instrumentale du regard géographique en situation interdisciplinaire »

10h 40 : Pause

10h 50 : Anaïs Marshall, Université de Toulouse 2 et Jean Larive, photographe : « D’entre deux eaux : un projet géo-photo-graphique »

11h 25 : Danièle Méaux, Université de Saint-Étienne, « Sur les traces du Furan »

 

Après-midi : cartes & parcours (Modération Camille Scheffler)

14h : Audrey Tuaillon Demésy, Université de Franche-Comté, « Dessiner et raconter ‟35 ans de punkitude”. La transcription d’une expérience punk en territoire rural »

14h 35 : Émeline Bailly, CSTB, « Les expériences des espaces de nature aux abords du périphérique nantais »

15h 10 : Pause

15h 20 : Oscar Barnay, ENSASE, « De l’expérience sensible à la fabrication des représentations »

15h 55 : Jean-Yves Quay, ENSAL, « La démarche du corps comme détecteur de songes et de rêveries »

 

16h 30 : Pause

 

16h 45 : Julien Guinand, artiste, « Territoires altérés et récits sensibles : une exploration photographique »

 

Vous trouverez tous les renseignements en cliquant sur ce lien :https://imu.universite-lyon.fr/studios/experiences-sensibles/colloque-comprendre-transmettre-creer–312716.kjsp?RH=LABEX_IMU

 

Le colloque « Expérience sensible & sciences humaines et sociales : comprendre, transmettre, créer » qui se déroulera les 13 et 14 mars 2024, est organisé par le studio Expériences sensibles & Recherches urbaines.

Cet événement proposera d’interroger la nature de l’expérience sensible, la manière dont elle peut être mobilisée au sein de la recherche en sciences humaines et sociales, et la façon dont les arts sont à même de la restituer afin de provoquer une réflexion sur le monde. 

« L’expérience sensible » échappe à une définition facile, puisqu’elle ne se résume nullement à l’addition des impressions que procurent la vue, l’ouïe, l’odorat, le goût ou encore le toucher : elle s’impose pour ainsi dire au sujet percevant avant toute forme d’analyse de la situation… et résiste ensuite à tout effort de transcription verbale. Récusant une approche dualiste, l’expérience sensible est vécue sur le mode d’un échange entre monde extérieur et monde intérieur ‒ entre lesquels une porosité s’instaure au point qu’une frontière peut malaisément être établie. L’histoire et la culture de chacun viennent également infléchir la nature de son approche sensible des situations. Ce qui relève de l’émotion et des sensations ne saurait par ailleurs être disjoint de ce qui touche à l’intellect : la dimension cognitive de l’expérience sensible a été longtemps sous-estimée, alors que cette dernière travaille en profondeur la compréhension du monde de chacun.
 
Depuis le début des années 2000, les questions relatives à l’expérience sensible occupent une place croissante au sein des recherches en sciences humaines et sociales, notamment dans le champ de l’architecture, de l’urbanisme et du paysage. Cette préoccupation se développe parallèlement à la prise de conscience d’une crise tout à la fois sociétale, environnementale et politique qui pousse à un renouvellement des modes antérieurs d’investigation. Si la part de l’expérience sensible a été longtemps sous-évaluée, force est de constater qu’elle n’est nullement l’apanage des humains, mais concerne tous les vivants.
 
Penser en sciences humaines et sociales à partir de l’expérience sensible suppose le développement d’une interdisciplinarité radicale entre sciences de la vie et de la terre, sciences humaines et sociales et pratiques artistiques. Nombreux sont aujourd’hui les chercheurs qui œuvrent en ce sens, qu’ils étudient ces questions de manière théorique, qu’ils travaillent à un renouvellement méthodologique de leur discipline ou qu’ils s’inscrivent dans des démarches de création, en exploitant une diversité de médiums.
 
Ce colloque pluridisciplinaire ambitionne de questionner la place réservée à l’expérience sensible au sein des sciences humaines et sociales, les procédures employées par les chercheurs de ces disciplines pour la restituer ou pour l’analyser, ainsi que l’apport à la recherche qui peut être celui des artistes.

Soutenance de thèse Florence Beuze “Le marketing territorial : nouvelles territorialisations, nouvelles représentations et territorialités dans la géographie scolaire au second degré”

Lundi 11 Décembre

14h00

5 rue Anselme Lyon (69004)Florence BEUZE EDRAGAS, doctorante à l’UMR EVS 5600 et à l’Université Louis Lumière Lyon 2, soutiendra sa thèse intitulée : “Le marketing territorial : nouvelles territorialisations, nouvelles représentations et territorialités dans la géographie scolaire au second degré” à l’INSPE en salle A105.Mots-clés : promotion territoriale, marketing territorial, acteur, territoire, territorialisation, représentation, territorialité, transposition curriculaire, géographies universitaire/scolairedevant le jury composé de :–       Justin Daniel, Professeur des Universités, Université des Antilles – Rapporteur–       Anne Sgard, Professeure des Universités, Université de Genève – Présidente du jury–       Charles-Edouard Houllier-Guibert, Maître de Conférences-HDR, Université de Rouen – Rapporteur–       Anne Honegger, Directrice de Recherche CNRS, ENS-Lyon – Examinatrice–       Anne Glaudel, Maîtresse de conférences, Université de Reims Champagne Ardenne – Examinatrice–       Dominique Chevalier, Maîtresse de Conférences-HDR, Université Lyon1-INSPE – Directrice

 

Résumé

Toute démarche de marketing territorial peut possiblement modifier les territoires, leurs dynamiques et leurs représentations, y compris quand elle est introduite et utilisée en contexte scolaire. Ma recherche en géographie et en didactique de la géographie sur le marketing territorial vise à analyser les (nouvelles) territorialisations, représentations, et territorialités qui se (re)composent avec (ou non) le large et complexe processus du marketing territorial (Rochette & Houllier-Guibert, 2018). Pour ce faire, j’ai étudié dans toutes ses dimensions, le cas de l’image du territoire martiniquais mis en marketing territorial. Afin d’atteindre cet objectif, j’ai postulé que toute forme de promotion territoriale peut s’étudier à partir du produit – le territoire représenté : affiches, vidéos, installations – qui supporte les discours, les représentations et les pratiques des acteurs spatiaux car plus que la mise en intrigue de Paul Ricœur, c’est assurément la mise en scène du territoire (Debroux, 2013; Guesnier & Lemaignan, 2004) dont il est question dans ce travail doctoral.

 « Le marketing territorial, un (nouveau) changement de paradigme pour la géographie scolaire ? » contextualise le parcours épistémologique du concept de marketing territorial et fournit le cadre territorial et scolaire de l’étude (partie I).

Davantage méthodologique, « Caractériser, spatialiser et didactiser le marketing territorial dans la géographie scolaire » (partie II) mobilise le concept de transposition curriculaire (Forquin, 2008; Jonnaert, 2011, 2015) qui questionne de manière systémique l’introduction et l’utilisation du marketing territorial dans les processus de fabrique des programmes scolaires de géographie jusque dans l’enseignement et l’apprentissage en classe.

« Mettre en scène le territoire, quoi qu’il en coûte ! » (partie III), se termine avec l’étude des disparités spatiales qui émergent dans le cadre de la territorialisation marchande  et l’analyse de la construction des savoirs curriculaires – scolaires, universitaires, politiques et sociaux –.

La recherche création en projet(s) 15 décembre 14h15-17h30

15 décembre de 14h15 à 17h30
Le Rize, 23 rue Valentin Haüy, Villeurbanne

 

Séminaire « Recherche-création. Expériences et potentialités »

L’exemple de l’appel à projets : Mémoires des XXè et XXIè siècles

Programme : 

14h15. Introduction et présentation de l’appel à projets « Mémoires des XXème et XXIème siècles en région Auvergne-Rhône-Alpes »
Vincent Veschambre (EVS, Rize), Olivier Givre (EVS, Lyon 2), Marina Chauliac (LAP, DRAC) En présence de membres du comité scientifique de l’appel à projets


Première table ronde : Des mémoires et des paysages revisités (14h30-15h45) 


14h30 “Orée : enquête ethnographique multimédia sur les liens entre forêt et agriculture dans le Haut Beaujolais”. Association Tillandsia
Avec : Maureen Burnot, Anthropologue, réalisatrice de film documentaire et Sarah Cogos, Chercheuse en sciences de l’environnement et documentariste
http://tillandsia-video.com/2023/10/21/oree/ 

15h Charbonniers en Trièves. Alchimie entre l’art, la mémoire et l’environnement Association Culture ailleurs Avec : Sébastien Perroud, artiste performer/charbonnier et Julien Lobbedez, artiste /charbonnier
https://www.cultureailleurs.com/spip.php?article44

Discussion collective

15h45-16h Pause

Deuxième table-ronde. Patrimoines et recherche-création (16h-17h15)

16h : Les Cités Michelin, patrimoine vivant pour la ville de demain. Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Clermont-Ferrand, UMR Ressources Avec Bénédicte Chaljub architecte et historienne de l’architecture du 20e siècle, maîtresse de conférences à l’ENSACF ; Amélie Flamand, sociologue, maîtresse de conférences à l’ENSACF et Arnaud Simetière, géographe de formation, artiste sonore https://www.umr-ressources.fr/projets-de-recherches/https-www-umr-ressourcesfr-
les-cites-michelin-2/


16h30 : Job, vive les vacances ! les grands espaces. Association Carton plein Avec : Fanny Herbert, sociologue, coordinatrice du projet ; Roxane Philippon, designer ; Matthieu Portier, paysagiste et Corentine Baudrand, programmatrice et urbaniste culturelle https://joblabo.org/job-vive-les-vacances/


Discussion collective

Carnet de recherche de l'atelier 6 de l'UMR 5600 Environnement ville société – Faire territoire, faire société

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search