Soutenance de thèse

        Anaïs VOLIN soutiendra sa thèse de doctorat en géographie le 

mercredi 09 décembre – 14h

intitulée Des territoires au coeur d’un conflit d’aménagement. Stuttgart 21 et la Magistrale européenne Paris-Budapest.

     Cette thèse a été réalisée au sein du Programme de recherches franco-allemand en SHS « Saisir l’Europe-Europa als Herausforderung », en voici un court résumé : 

    Les projets de rénovation de gare et de quartier de gare sont nombreux dans les métropoles européennes suscitant un intérêt prolixe chez les géographes au sujet des enjeux fonciers et des recompositions des jeux d’acteurs à l’œuvre dans ces longs projets. Deux éléments forment l’originalité de notre sujet : d’une part l’étude multiscalaire d’un axe transnational européen (La Magistrale européenne Paris-Budapest) consacré à la grande vitesse dont notre terrain, Stuttgart, constituerait le pivot ; d’autre part l’appréhension de la contestation à Stuttgart 21 à travers une analyse spatio-temporelle inédite de la lutte pour, par et sur l’espace. L’ancrage territorial de notre étude repose sur la ville-capitale du Land allemand du Bade-Wurtemberg qui apparaît comme une des régions les plus compétitives de l’UE et historiquement impliquée dans ses instances. Notre travail a permis de comprendre comment le projet d’aménagement ferroviaire et urbain, Stuttgart 21, a modifié matériellement l’urbanisme du centre-ville et l’ensemble des espaces régionaux concernés par la nouvelle LGV entre Stuttgart et Ulm. En parallèle nous avons exploré, à l’aide d’entretiens semi-directifs, les changements immatériels, dans la longue mise en place du projet, des relations entre les acteurs selon les échelons représentés ainsi que l’image de la ville de Stuttgart.

      La thèse sera soutenue et présentée publiquement devant un jury composé de : 

Nacima BARON-YELLÈS, Professeure des Universités, Université Paris-Est Marne-la-Vallée. Rapporteure.

Lydia COUDROY DE LILLE, Professeure des Universités, Université Lumière Lyon 2. Directrice de thèse.

Aurélie DELAGE, Maître de Conférences, Université de Perpignan – Via Domitia. Examinatrice.

Laurent GUIHÉRY, Professeur des Universités, Université de Cergy-Pontoise. Rapporteur.

Catherine PERRON, Chargée de recherches, Sciences-Po Paris. Examinatrice.

Florian WEBER, Professeur junior, Université de la Sarre. Examinateur.

   La soutenance sera déroulera en visioconférence, merci de vous adresser à Anaïs Volin si vous souhaitez y participer (anais.volin1@univ-lyon2.fr).

séminaire « SCHWERPUNKT DEUTSCHLAND »

       Le pôle rhône-alpin du CIERA (Centre Interdisciplinaire d’Etudes et de Recherches sur l’Allemagne) organise, dans le cadre de son séminaire « Schwerpunkt Deutschland » , une séance consacrée à des travaux de géographes intitulée « Regards de géographes sur l’Allemagne contemporaine ». 

    Trois jeunes chercheurs d’EVS auront l’occasion de présenter leurs travaux le vendredi 04 décembre, de 14h à 16h.

      Les informations pratiques pour assister au séminaire qui se tiendra en visioconférence sont sur la page du CIERA : 

http://www.ciera.fr/fr/node/15976

      Vous espérant nombreuses et nombreux.

Déroulé :

Mercredi 2 décembre (14h-16h) : Regards sur le monde de l’éducation


– Claire Dupuy (Science politique) : Les politiques régionales d’éducation en France et en Allemagne
– Rebecca Laffin (Études Germaniques) : L’enseignement du « fait culturel » en classe d’allemand
Contact pour obtenir le lien de connexion : Laurence.Guillon@univ-lyon2.fr


Vendredi 4 décembre (14h-16h) : Regards de géographes sur l’espace germanophone contemporain


– Anaïs Volin et Lisa Rolland : « La justice spatiale : regards français et allemand en géographie et aménagement »
– Clément Dillenseger : « Cohabiter proprement avec la saleté. Réflexions autour de la visibilité et l’accessibilité du métabolisme viennois de la propreté urbaine »
Contact pour obtenir le lien de connexion : Antoine.Laporte@ens-lyon.fr

Recherche-creation : expériences et potentialités. séance II

Séance #2
Chercher (par) l’image.
Photographes et chercheur.es.
Vendredi 11 décembre
9h15-12h30
Lien vers le séminaire :
https://global.gotomeeting.com/join/957540789


9h30 : accueil et présentation.


9h45 : C’est quoi ce travail ? Rencontre d’un photographe avec une équipe de chercheurs autour du vêtement au travail.

Cliché : D. Desaleux


     Cette intervention à deux voix (chercheure et photographe) portera sur un projet de recherche nommé CRAVAT qui a pour ambition de dresser un panorama des réalités multiples du travail aujourd’hui en « entrant » par le vêtement au travail. Nous raconterons l’histoire d’un photographe qui s’invite sur les terrains d’une équipe de sociologues et se met en dialogue avec elles/eux, ainsi qu’avec des juristes. Nous nous appuierons sur les productions issues de cette recherche (en particulier les photographies) et expliciterons les process méthodologiques mis en œuvre afin de donner à voir la façon dont l’approche artistique et les approches scientifiques se croisent, aussi bien dans le temps de la production de la recherche que dans celui de la préparation de sa diffusion.

   David Desaleux est photographe, diplômé de l’école des Gobelins – section photographie (Paris XIII) en 2001. Son travail s’axe essentiellement sur le rapport de l’homme à son environnement proche, à son ordinaire. Pour ce faire, il collabore régulièrement avec des sociologues, ethnologues, géographes au sein de leurs travaux de recherche. (2009 : Qui l’eut cru(e) , 2011 : état des lieux/les lieux de l’état, 2013 : mémoire d’un port, 2015 : Lyon, vallée de la chimie, 2017 : mécanique de la passion, 2019/20 : CRAVAT).
   Jeanne Drouet est ingénieure au CNRS (CMW), titulaire d’un doctorat en anthropologie portant sur la « raison orale » et la circulation des imaginaires qui lui a permis d’expérimenter un large panel de méthodes – notamment collaboratives. En lien avec ce parcours, elle s’est formée à divers usages des images (fixes, animées, de synthèse, dessinées) pour la recherche en SHS et a mené des recherches sur les mondes virtuels. Sa réflexion méthodologique se double d’un engagement pour que la socio-anthropologie et la création artistique se rencontrent, afin de penser
et/ou créer collectivement et différemment, mais aussi de contribuer à renouveler la place du chercheur dans la Cité.


Discussions


10h45-11h : Pause


11h : La photo-ethnographie : une rencontre de la science et du sensible

Cliché : L. Fontes


Résumé
     Cette intervention reviendra sur l’expérience d’une photographe qui devient chercheuse en anthropologie : du questionnement initial, en passant par les conflits méthodologiques pour arriver au croisement entre les approches artistique et scientifique. Le responsable de cette transformation étant le terrain même, la rencontre de l’artiste avec l’anthropologie s’est faite en action, lors de la production d’une photoethnographie portant sur un rituel d’initiation au candomblé, religion afro-brésilienne. Le concept de photoethnographie envisage la création d’un discours visuel représentant une narration alternative au texte écrit, et participe du renouvellement des sciences humaines. L’intervention proposera une réflexion par rapport à la posture du chercheur/artiste et à ses choix esthétiques lors de la production et de la post-production de ses images. Comment (et pourquoi) rendre visuellement beau un rituel contenant des scènes choquantes, telles que le sacrifice animal ? Cette tentative peut-elle ou doit-elle être une préoccupation anthropologique ? Est-il possible de dissocier, dans ce type de démarche, entre approches photographique et anthropologique ? Comment produire un récit ethnographique visuel qui combine la réflexion scientifique et ce qui est de l’ordre du sensible ?


   Larissa FONTES est photographe, docteure en anthropologie et actuellement enseignante-chercheure ATER à l’UFR ASSP de l’Université Lumière Lyon 2. Depuis une dizaine d’années elle travaille sur les religions afro-brésiliennes, s’axant principalement sur l’anthropologie visuelle, la communication, les enjeux de mémoire, du politique et du patrimoine.


Discussions


12h : Conclusion et perspectives

séance du 02 décembre : les damnées de la mer, femmes et frontières en méditerranée

Mercredi 2 décembre 2020 (9h30-12h00).

 

Les damnées de la mer.

Femmes et frontières en Méditerranée.

 

    Séance organisée par Karine Bennafla, Dominique Chevalier, Judicaëlle Dietrich (UMR EVS) et les étudiant·e·s du Master MEMED (Mondes émergents Mondes en développement) de Lyon3.

       En raison des conditions sanitaires actuelles, cette séance aura lieu en distanciel. Merci de vous inscrire par mail (dominique.chevalier@univ-lyon1.fr) pour recevoir les informations donnant accès à la séance. Merci.

      Cette séance de l’atelier 6 poursuit le cycle des trois conférences inscrites à la fois dans les thématiques de l’atelier, celles du Master Memed et la préparation à la question « Frontières » des concours d’enseignement.

        Camille Schmoll est maîtresse de conférences à l’université Paris 7 Denis Diderot/USPC et membre de l’Institut Universitaire de France. Ses activités de recherche portent sur les dynamiques migratoires dans l’espace euro-méditerranéen. 

    Elle vient présenter son livre Les damnées de la mer. Femmes et frontières en Méditerranée, publié à La Découverte.

     Longtemps, les femmes ont été absentes du grand récit des migrations. On les voyait plutôt, telles des Pénélope africaines, attendre leur époux, patientes et sédentaires. Il n’était pas question de celles qui émigraient seules. Elles sont pourtant nombreuses à quitter leur foyer et leurs proches, et à entreprendre la longue traversée du désert et de la Méditerranée.
Fondé sur une recherche au long cours, menée aux marges de l’Europe, en Italie et à Malte, ce livre est une enquête sur la trace des survivantes.

     Au fil des récits recueillis, il restitue leurs parcours, de déchirements en errance, de rencontres en opportunités. Entre persécutions, désir d’autonomie et envie d’ailleurs, les causes de leur départ sont loin d’être simples et linéaires.

     Les Damnées de la mer offre ainsi une remarquable plongée dans leur vie quotidienne, dans des centres d’accueil où leur trajectoire est suspendue, dans l’attente d’une reconnaissance de cette Europe qui souvent les rejette. L’ennui et la marginalisation sont omniprésents. Mais ces femmes sont également résistantes et stratèges, à la recherche de lignes de fuite.
     En restituant les multiples facettes de ces destinées, ce livre décline l’histoire des migrations en Méditerranée au féminin. Il refuse les clichés binaires qui opposent la migrante-victime à la migrante-héroïne pour adopter le point de vue de l’expérience des femmes : non sans tensions, l’autonomie qu’elles mettent à l’épreuve apparaît à la fois comme le support et l’horizon de leur projet migratoire.

séminaire « approches contemporaines de la mémoire »

Présentation

Séminaire co-organisé par le Rize, les laboratoires Triangle et EVS

     Sur le front de l’actualité de la recherche, de ses avancées, de ses achoppements et de ses débats aussi bien en histoire qu’en géographie sociale, en sciences politiques et en sociologie, ce séminaire ambitionne d’éprouver la notion de « mémoire » en la réinscrivant dans une approche généraliste, interdisciplinaire et empirique. Ne disposant pas du pouvoir de contrainte intellectuelle d’un concept, la polysémique notion de mémoire s’avère transversale à bon nombre de terrains, d’échantillons voire d’objets de recherche. L’enjeu n’est donc pas seulement de réinscrire les faits dits « mémoriels » dans leurs contextes sociaux mais d’explorer les modalités de leur interdépendance. Au-delà de la diversité des terrains et des « contenus » spécifiques de mémoires, le séminaire sera l’occasion privilégiée d’aborder les questions générales de la construction sociale des mémoires à travers la socialisation – notamment familiale, professionnelle et politique –, des mécanismes centraux de l’oubli et de la réminiscence, de la mémoire mobilisée comme ressource sociale, et aussi de l’institutionnalisation et de la matérialisation en des lieux de certaines mémoires et pas d’autres (la dialectique mémoires individuelles et mémoires collectives traversera donc l’ensemble de ces questionnements). De quoi la mise en mémoire constitue-t-elle le signe ? De quoi ses recompositions témoignent-elles ? En somme, la préoccupation générale du séminaire est de construire la mémoire comme un indicateur scientifique à même de rendre compte de processus sociaux qui ne s’y limitent en aucun cas.

Un séminaire 2021 en 2 cycles :

  • CYCLE I – MÉMOIRES SOCIALES : EMPREINTES, FORMES ET DIMENSIONS (janvier-mai 2021)
  • CYCLE II – CE QUE LES USAGES DU PASSE DISENT DU PRÉSENT

Le compte rendu de chaque séance du cycle I sera publié sur le carnet hypothèses du Rize.

Organisation du séminaire

Responsable scientifique du séminaire

Comité d’animation

  • Mélodie Breton (CESSP)
  • Lina Cardenas (LATTS)
  • Lison Leneveler (CRJ)
  • Béatrice Zani (Triangle)

Prochaines dates

 

 

séance du 20 novembre 2020

Vendredi 20 novembre 2020 (10-12h30).

En raison des conditions sanitaires actuelles, cette séance aura lieu en distanciel. Merci de vous inscrire par mail (dominique.chevalier@univ-lyon1.fr) pour recevoir les informations donnant accès à la séance. Merci.

 

COMMERCES ETHNIQUES ET/OU INFORMELS :

FREINS OU ACCELERATEURS DE GENTRIFICATION ?

 

La Guillotière. Lyon.
Photographie François Duchêne

 

Séance organisée par Dominique Chevalier

(MCF-HDR Université Lyon INSPE / UMR EVS).

       Cette nouvelle séance de l’atelier 6 propose un tour d’horizon autour de la thématique des commerces ethniques comme possiblement marqueurs ou vecteurs de changements sociaux. Trois communications aborderont ces questions, en interrogeant notamment la question de leurs effets socio-spatiaux dans les quartiers populaires ou péricentraux. Dans quelles mesures accompagnent-ils, ou au contraire freinent-ils, le processus de gentrification ?

Karine Bennafla (EVS Lyon) : De l’Afrique centrale à Villeurbanne : le commerce comme objet de recherche

  Cette communication reviendra sur la façon dont le thème du commerce a été abordé sur différents terrains avec des problématiques variées selon les lieux et les époques. La pertinence de la catégorisation « commerce ethnique » sera interrogée sur ces différents terrains. En Afrique subsaharienne, l’analyse de l’effervescence commerciale (largement « informelle ») aux frontières du Cameroun (années 1990) a permis de remettre en cause le discours de désintégration des territoires nationaux ; au Liban, le lien entre guerre et commerce a été souligné avec l’essor de la place commerciale de Chtaura dans la Békaa durant la guerre civile (années 2000). Au Maroc, deux centralités marchandes urbaines à Salé ont focalisé l’attention après 2011 en explorant leurs conditions d’émergence, la mobilisation des commerçants et le rôle moteur de ces marchés dans la structuration urbaine : le « marché bidonvillois » de Souq el-kelb menacé par un projet de rénovation urbaine et un marché aux tissus attenant Souq toub. Le nouveau projet de recherche sur les commerces populaires à Villeurbanne sera présenté.

Lucine Endelstein, (LISST Toulouse), Petit commerce urbain, minorités, altérités. 

    Le petit commerce tenu par des immigrés ou descendants d’immigrés dans certaines rues ou certains quartiers des grandes villes sont emblématiques des effets de la mondialisation migratoire sur les métropoles. A partir de la présentation de l’ouvrage « Le petit commerce dans la ville-monde » (sous la direction de A. Fleury, M. Delage, L. Endelstein, H. Dubucs, S. Weber, L’Oeil d’Or, 2020) il s’agira de montrer comment le petit commerce apparaît à la fois comme un révélateur et comme un acteur des changements qui traversent la métropole parisienne et de grandes villes françaises de plus en plus ouvertes sur le monde. 

Thomas Zanetti, François Duchêne et Dominique Chevalier (EVS Lyon) : Mémoires sociales, adaptations et rétractations du tissu commercial à la Guillotière

  « Quartier lyonnais populaire de centre-ville, La Guillotière accueille depuis plus d’un siècle les vagues migratoires de la ville. Aujourd’hui, son peuplement connaît une gentrification, tandis que ses rues restent un important espace de déambulation populaire. Dans ce contexte de transformations urbaine et sociale, on peut s’interroger sur le positionnement des commerces, pris entre une clientèle populaire de déambulation et une autre plus riche demeurant sur place ».  

recherche-création : expériences et poten tialités

    Ce séminaire est co-organisé par le laboratoire Environnement Ville Société (Atelier 6 « Faire territoire, faire société »), la Direction régionale des affaires culturelles Auvergne Rhône-Alpes et le Rize. Il est né d’un constat et d’une envie:

  • le constat d’une multiplication d’expériences ces dernières années mêlant travail artistique et scientifique.
  • l’envie de renouveler les pratiques de la recherche (et d’enseignement) en y intégrant une dimension créative.

    Les rapports entre chercheurs et artistes, recherche et création sont à la fois un champ fréquenté et peu exploré. Dans le paysage foisonnant et parfois fragmenté des pratiques croisant approches scientifiques et artistiques, la notion de recherche-création retient notre attention car elle repose sur le postulat que l’artiste est aussi chercheur/enquêteur, et le chercheur est créateur/concepteur. Au lieu de considérer l’artiste comme traducteur du chercheur ou le chercheur comme ressource pour l’artiste, elle explore les interactions, les hybridations, les porosités qui émergent de leur rencontre. Elle engage ainsi une réflexion sur les frontières de nos propres pratiques et postures.

  Sous forme d’atelier reposant sur la présentation d’expériences multiples, ce séminaire permettra de mener une réflexion partagée sur les les cadres et les dispositifs, les processus et les effets des rencontres et du travail collaboratif pour les chercheurs et les artistes. Quelles formes prennent ces expériences (commandes, résidences, terrains, co-écritures, restitutions? Quels sont leurs enjeux en termes de construction et de renouvellement, mais aussi de reconnaissance de cultures professionnelles marquées par la transversalité et l’interdisciplinarité ? Dans un paysage encore marqué (en France) par les approches disciplinaires, quels sont les espaces dans lesquels se construisent et se déploient ces démarches, en termes de formation, de mondes professionnels, de cadres de projets, etc.?

   Sans vouloir donner une vision unique et homogène de la recherche-création, ce séminaire-atelier visera à en explorer les potentialités en termes de renouvellement théorique et méthodologique, au sein de la recherche, de l’enseignement, de la professionnalisation, ainsi que de la participation publique et de la recherche-intervention. Il sera consacré à la présentation de projets, de démarches, de mises en situation. Il aura pour vocation à offrir un espace/réseau dans lequel on pense à la fois les pratiques et leurs cadres (y compris institutionnels, financiers, etc.), les postures et les réseaux (avec qui travaille-t-on en recherche-création : habitants, personnes-ressources, relais, etc. ?). Il contribuera à ou impulsera des projets, fabriquera un cadre d’expérimentation qui s’adresse autant à des chercheurs et des artistes, que des étudiants et doctorants, des acteurs institutionnels, associatifs…

Séance #2

Des recherches-créations « incorporées »

Mercredi 4 novembre 2020

9h30-12h30

Le Rize – Villeurbanne

  • 9h30 : Accueil et présentation.
  • 10h00 :

Jeremy Damian, anthropologue, association Pli sur Pli

Rédacteur en chef de la revue « corps, objet, images »

http://www.corps-objet-image.com

Des sensorialités aberrantes – corps sismographes

  • Discussions
  • 11h00 :

Thomas Arnera, sociologue, Centre Max Weber, et Maxime Delhomme, plasticien (sous réserve), Friche Lamartine

Faire recherche en friche

mise en situation/performance et échanges autour d’une recherche-création

http://www.defluences.fr/wp-content/uploads/2019/12/Journal-en-bordures-Protopole-compressé.pdf

  • Discussions
  • 12h-12h30 : Discussion générale et perspectives

seminaire : pelerinages, tourismes et patrimoines

Vendredi 2 octobre 2020 (9h30-12h30), salle 604,

18 rue Chevreul, 69007 Lyon

PÈLERINAGES, TOURISMES ET PATRIMOINES

Séance organisée par Dominique Chevalier (MCF-HDR Université Lyon INSPE / UMR EVS).

                                   Photo : Baptêmes dans le Jourdain.
                       Copyright Encountering the Bible LLC Jackie

       Cette nouvelle séance de l’atelier 6 (initialement programmée le 3 avril et reportée en raison du confinement lié au Covid-19) a pour objet les notions de pèlerinages, tourismes et patrimoines. Selon l’Organisation Mondiale du Tourisme, 37% des déplacements internationaux sont liés au tourisme culturel au sein duquel les aspects religieux et spirituels occupent une part importante. Ce tourisme repose sur des dévotions à la mémoire de saints, de lieux d’éclosion d’une tradition religieuse ou d’émergence de figure légendaire mais aussi sur des ensembles de monuments propres au patrimoine religieux. Le processus de patrimonialisation vient alors sublimer la désaffection des fonctions religieuses.

       Trois communications croiseront ces thématiques polysémiques à travers plusieurs exemples.

Marie-Hélène Chevrier, La sécularisation : moteur de la patrimonialisation du pèlerinage ? Étude de cas des sanctuaires catholiques occidentaux

ATER à la Faculté de Géographie et d’Aménagement de Strasbourg – Laboratoire Image, Ville, Environnement (UMR 7362)

         Lorsqu’on associe les termes de patrimoine et pèlerinage, on pense dans un premier temps aux monuments des grands sanctuaires : le Mont-Saint-Michel, Notre-Dame de Paris, la basilique de Lourdes, les grandes basiliques contemporaines de Guadalupe (Mexico) ou de Fatima, etc. Mais le pèlerinage comprend également tout un patrimoine immatériel de pratiques rituelles, chants, danses, elles-mêmes nécessitant un certain nombre d’objets, de vêtements spécifiques ou autres.

          Le fait de considérer les lieux et les pratiques de pèlerinage comme éléments du patrimoine n’est pas sans lien avec la sécularisation. En effet, plus le religieux est estompé de l’espace public, c’est-à-dire plus il devient rare, plus la société devient consciente de sa valeur. D’un objet omniprésent dans l’espace, le sacré devient un objet à préserver. L’enjeu de cette présentation sera donc de montrer, à travers l’exemple des lieux de pèlerinage catholiques, comment la sécularisation, tout en effaçant le sacré de l’espace public, engendre sa patrimonialisation.

 

Jackie Feldman, Pèlerin Chrétien, Guide Juif, Terre Sainte : Enclaves sociales et flux de rencontres interreligieuses

Professeur du Département de sociologie et anthropologie à l’université Ben-Gourion du Neguev

       Le pèlerinage en Terre Sainte était généralement compris comme l’expression d’une foi qui attirait les chrétiens de contrés lointaines dans les sites sacrés d’Israël/Palestine façonnés à l’image de la chrétienté du pèlerin.

       Reposant sur trois décennies d’expériences comme guide juif pour pèlerins chrétiens, je montrerai dans cette présentation comment les pèlerinages guidés en Terre Sainte peuvent devenir des lieux où Judaïsme, Christianisme et Terre se constituent mutuellement à travers le dialogue et la performance.

        Ma recherche conceptualise l’espace du pèlerin/touriste comme une zone de contact, un espace tiers où les hôtes, les invités et les médiateurs entrent en interaction et s’influencent l’un l’autre. Mon propos portera sur les potentialités des espaces sacrés qui, à la fois affirment les identités existantes et créent des liens de fidélité transcendant les limites sectaires et politiques.

Sepideh Parsapajouh, Les nouveaux saints du Paradis de Zahra. Quelques réflexions sur la sacralisation des tombes des martyrs de la guerre Iran-Irak (1980-1988)

Chargée de recherche au CNRS, Centre d’études en sciences sociales du religieux (CéSor)

       Les tombes des saints dans les mondes musulmans – tout comme ailleurs – constituent des lieux de dévotions et de visites pieuses (ziyârat). En Iran, ces lieux saints sont très nombreux, or depuis la fin de la guerre Iran-Irak (1980-1988), les tombes de certains martyrs de cette guerre sont aussi devenues des lieux de pratiques dévotionnelles et de les visites pieuse populaires. Dans cette présentation, dans le cadre d’une ethnographie des pratiques effectuée au sein des divisions des martyrs du cimetière de Behesht Zahra (Paradis de Zahra) de Téhéran, nous proposons quelques réflexions sur le processus de sacralisation de ces lieux d’un côté, et de leur patrimonialisation, de l’autre. 

 

 

seminaire « la mondialisation des pauvres »

Jeudi 15 octobre 2020 (9h-12h), salle de la Rotonde,

18 rue Chevreul, 69007 Lyon

LA MONDIALISATION DES PAUVRES

    Séance organisée par Karine Bennafla, Dominique Chevalier, Judicaëlle Dietrich (UMR EVS) et les étudiant·e·s du Master MEMED (Mondes émergents Mondes en développement) de Lyon3.

       La séance est libre. Toutefois, en raison des conditions sanitaires actuelles, merci d’indiquer votre présence, à l’adresse suivante : dominique.chevalier@univ-lyon1.fr

                                  Restaurant arabe à Yiwu (Chine)
                                     Photographie d’Olivier Pliez.

         Cette séance de l’atelier 6 inaugure un cycle de trois conférences qui s’inscrivent à la fois dans les thématiques de l’atelier, celles du Master Memed et la préparation à la question « Frontières » des concours d’enseignement.

Olivier Pliez, Directeur de recherche au CNRS (ART-Dev, UM 5281), viendra présenter son livre « La mondialisation des pauvres », co-écrit avec Armelle Choplin (Université de Genève).

      La mondialisation ne se résume pas au succès de quelques multinationales et à la richesse d’une minorité de nantis. Les acteurs les plus engagés dans la mondialisation demeurent discrets, souvent invisibles. Depuis une trentaine d’années, les routes de l’échange transnational ont connu de profondes mutations. Elles relient aujourd’hui la Chine, souvent considéré comme « l’atelier du monde », à un « marché des pauvres » fort de quatre milliards de consommateurs, qui recoupe généralement les Sud. Pour apercevoir ces nouvelles « Routes de la Soie », il faut se détacher d’une vision occidentalo-centrée et déplacer le regard vers des espaces jugés marginaux, où s’inventent des pratiques globales qui bouleversent l’économie du monde. On découvre alors une « autre mondialisation », vue d’en bas, du point de vue des acteurs qui la font.

Confinement et espaces domestiques : questionnaire

   

       La période particulière de confinement qui se poursuit…
    Derrière l’abstraction du mot et les portes closes de nos lieux de réclusion, il y a nos stratégies pour vivre le mieux ou le moins mal possible ce chemin de vie, nos agencements et nos aménagements de temps et d’espace, nos lassitudes, nos « empêchements », nos solitudes ou nos cohabitations …
    Le questionnaire suivant, essentiellement qualitatif, tente de comprendre comment, individuellement et collectivement, nous peuplons cet espace-temps du confinement.


                                  Voici le lien : https://urlz.fr/cnlK


     Un grand merci à vous pour le temps que vous prendrez à répondre.


     N’hésitez pas à partager le lien auprès de vos proches et dans vos divers réseaux.

rendez-vous le 9 mars

      Comme nous vous l’avons annoncé, un certain nombre d’entre nous avons eu besoin de revenir collectivement au sein de l’UMR sur la LPPR, de nous rassembler et échanger autour de ces questionnements majeurs de nos métiers dès la rentrée  . 

RENDEZ-VOUS  le 9 mars prochain  entre 14h et 17h30 aux Halles du faubourg  (à 13h pour celles et ceux qui souhaitent partager un pique-nique )

      Ce temps  est proposé pour réunir toutes celles et ceux qui participent à la recherche. Nous comptons sur les responsables de composantes pour diffuser l’information et  permettre la participation des personnels d’appui à la recherche statutaires ou non dont la présence est indispensable à notre fonctionnement et des jeunes chercheur.e.s. qui sont le futur.

      Depuis notre dernier mail, la MSH-LSE appelle à  une Assemblée Générale des 53 laboratoires de la MSH le lundi 9 mars à 12h30 dans l’amphi Pacaut de l’IEP de Lyon au rez-de-chaussée du Bâtiment pédagogique, rue Appleton Lyon 7e. Pour permettre à ceux qui le souhaite d’y participer, et de nous le restituer après dans la foulée, le début de notre rencontre est déplacé à 14h

Programme proposé:

1)    La LPPR, point par point : retour sur  les impacts potentiels sur nos différents quotidiens

2)   Exprimons-nous et montez à l’échelle !! : 
        – Et si on évaluait notre bien-être dans l’ESR…  ?
        – Avons nous des dénominateurs communs ? Construction du nuage de nos valeurs communes

Pause et arrêt sur image..

3) Débat mouvant – Quelles actions peut-on, souhaitons nous mener ?

4) Ateliers parallèles- pour qu’il reste quelque chose de notre rencontre
            – Atelier prospective-  
écriture à plusieurs mains  « What if« 
            – Atelier Carto – cartographie de trajectoires de chercheur.e.s
            – Atelier international:  l’herbe est elle plus verte ailleurs ?

séance du 3 avril : pèlerinages, tourismes et patrimoines

Vendredi 3 avril 2020 (9h30-12h30), salle 604, 18 rue Chevreul, 69007 Lyon

PÈLERINAGES, TOURISMES ET PATRIMOINES

Séance organisée par Dominique Chevalier (MCF-HDR Université Lyon INSPE / UMR EVS). La séance est libre et ouverte à un large public.

Photo : Baptêmes dans le Jourdain.
Copyright Encountering the Bible LLC Jackie

 

      Cette nouvelle séance de l’atelier 6 a pour objet les notions de pèlerinages, tourismes et patrimoines. Selon l’Organisation Mondiale du Tourisme, 37% des déplacements internationaux sont liés au tourisme culturel au sein duquel les aspects religieux et spirituels occupent une part importante. Ce tourisme repose sur des dévotions à la mémoire de saints, de lieux d’éclosion d’une tradition religieuse ou d’émergence de figure légendaire mais aussi sur des ensembles de monuments propres au patrimoine religieux. Le processus de patrimonialisation vient alors sublimer la désaffection des fonctions religieuses.

      Trois communications croiseront ces thématiques polysémiques à travers plusieurs exemples.

Marie-Hélène Chevrier, La sécularisation : moteur de la patrimonialisation du pèlerinage ?

Étude de cas des sanctuaires catholiques occidentaux

ATER à la Faculté de Géographie et d’Aménagement de Strasbourg – Laboratoire Image, Ville, Environnement (UMR 7362)

      Lorsqu’on associe les termes de patrimoine et pèlerinage, on pense dans un premier temps aux monuments des grands sanctuaires : le Mont-Saint-Michel, Notre-Dame de Paris, la basilique de Lourdes, les grandes basiliques contemporaines de Guadalupe (Mexico) ou de Fatima, etc. Mais le pèlerinage comprend également tout un patrimoine immatériel de pratiques rituelles, chants, danses, elles-mêmes nécessitant un certain nombre d’objets, de vêtements spécifiques ou autres.

      Le fait de considérer les lieux et les pratiques de pèlerinage comme éléments du patrimoine n’est pas sans lien avec la sécularisation. En effet, plus le religieux est estompé de l’espace public, c’est-à-dire plus il devient rare, plus la société devient consciente de sa valeur. D’un objet omniprésent dans l’espace, le sacré devient un objet à préserver. L’enjeu de cette présentation sera donc de montrer, à travers l’exemple des lieux de pèlerinage catholiques, comment la sécularisation, tout en effaçant le sacré de l’espace public, engendre sa patrimonialisation.

Jackie Feldman, Pèlerin Chrétien, Guide Juif, Terre Sainte : Enclaves sociales et flux de rencontres interreligieuses

Professeur du Département de sociologie et anthropologie à l’université Ben-Gourion du Neguev

      Le pèlerinage en Terre Sainte était généralement compris comme l’expression d’une foi qui attirait les chrétiens de contrés lointaines dans les sites sacrés d’Israël/Palestine façonnés à l’image de la chrétienté du pèlerin.

      Reposant sur trois décennies d’expériences comme guide juif pour pèlerins chrétiens, je montrerai dans cette présentation comment les pèlerinages guidés en Terre Sainte peuvent devenir des lieux où Judaïsme, Christianisme et Terre se constituent mutuellement à travers le dialogue et la performance.

      Ma recherche conceptualise l’espace du pèlerin/touriste comme une zone de contact, un espace tiers où les hôtes, les invités et les médiateurs entrent en interaction et s’influencent l’un l’autre. Mon propos portera sur les potentialités des espaces sacrés qui, à la fois affirment les identités existantes et créent des liens de fidélité transcendant les limites sectaires et politiques.

Sepideh Parsapajouh, Les nouveaux saints du Paradis de Zahra. Quelques réflexions sur la sacralisation des tombes des martyrs de la guerre Iran-Irak (1980-1988)

Chargée de recherche au CNRS, Centre d’études en sciences sociales du religieux (CéSor)

      Les tombes des saints dans les mondes musulmans – tout comme ailleurs – constituent des lieux de dévotions et de visites pieuses (ziyârat). En Iran, ces lieux saints sont très nombreux, or depuis la fin de la guerre Iran-Irak (1980-1988), les tombes de certains martyrs de cette guerre sont aussi devenues des lieux de pratiques dévotionnelles et de les visites pieuse populaires. Dans cette présentation, dans le cadre d’une ethnographie des pratiques effectuée au sein des divisions des martyrs du cimetière de Behesht Zahra (Paradis de Zahra) de Téhéran, nous proposons quelques réflexions sur le processus de sacralisation de ces lieux d’un côté, et de leur patrimonialisation, de l’autre. 

 

comment « Faire société » dans un modèle de compétition ?

        Les ateliers de l’UMR EVS s’associent pour ouvrir un espace de parole et de recherche sur la LPPR et ses implications dans la recherche et pour les métiers de la recherche.

 

      On reste sur le pont pour débattre ? Nous sommes nombreuses et nombreux à souhaiter que l’UMR soit aussi un espace de parole et de solidarité. Pour cela, nous proposons un séminaire inter-atelier permettant une réflexion commune et transversale qui dépasse nos spécialisations.

        Nous affirmons ainsi à quel point la recherche est plus riche quand elle est collaborative, construite collectivement en respectant les apports des différentes disciplines et des différents métiers, en particulier l’importance des administrateur.rice.s et des ingénieur.e.s essentiels pour mener toute recherche. Nous affirmons également notre inquiétude face à la difficulté grandissante des jeunes chercheur.e.s à trouver un emploi stable. Soumis à une compétition intensive, nous souhaitons leur ouvrir un espace d’expression de leurs inquiétudes au sein de l’UMR. Enfin, nous voudrions analyser l’effet des différentes injonctions sur 1) les charges croissantes des enseignant.e.s-chercheur.e.s, 2) sur leur capacité à assurer une activité de recherche et 3) sur leurs possibilités à travailler dans des conditions favorables.

        Quelle contribution pouvons-nous avoir à l’échelle des UMR ? Les 8 ateliers proposent de se rencontrer autour d’un seul séminaire en croisant les différentes questions qui pourraient les animer à ce sujet ! Ensemble et sans compétition !

  1.  La LPPR rime-t-elle avec la fin de la liberté et du bien-être des enseignants-chercheurs, chercheurs et des personnels d’appui à la recherche ?
  2.  Flux, circulations et carrières : conserver l’énergie de faire la recherche
  3.  Métropolisation, concentration, concurrence : la LPPR comme nouvel avatar ?
  4.  Quelles ressources pour des recherches indépendantes face aux lobbys et financeurs ?
  5.  Pour un environnement non darwinien dans la Recherche
  6.  Comment « faire société » dans un modèle de compétition ?
  7.  Espaces critiques : « Réformes universitaires, mouvements de contestation syndicale et Résistances des précaires » : en mai 2020, nous accueillons Mathieu Uhel, Université de Caen, pour nous présenter les implications de la fusion des universités dans l’ouest de la France.
  8.  Comment un mouvement social se donne à voir spatialement: cartographies contributives et cartographies critiques – réflexions à partir des mouvements sociaux récents

        Le séminaire inter-atelier sera programmé courant février-mars afin de nous saisir dès à présent des questionnements partagés dans ce contexte.

Territoires et dispositifs de la recherche-création. Une expérience de résidences d’artistes et de chercheur.es au sein de parcs naturels régionaux

Vendredi 24 janvier

9h30-12h30

 

Le Rize. Mémoires, cultures, échanges

23 Rue Valentin Hauy

69100 Villeurbanne

 

Photo : Dimitri Vazemsky

 

        Cette première séance rassemble des équipes travaillant dans le cadre d’un projet DRAC/APARA de résidences croisées artistes-chercheur.e.s sur la thématique de l’itinérance dans trois parcs naturels régionaux
 
9h30
Introduction
      Marina Chauliac (Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain-IIAC, DRAC Auvergne Rhône-Alpes)Olivier Givre (UMR EVS, Université Lumière Lyon 2)Vincent Veschambre (UMR EVS, Le Rize. Mémoires, cultures, échanges)
 
10h
Présentation des résidences d’artistes et de chercheurs «Chemins faisant»
      Marina Chauliac (DRAC) et Alexandre Vernin (APARA)
 
10h15
«Dire le traversé»
      Dimitri Vazemsky, Ecrivain et plasticien Alexandre Vernin PNR des Baronnies provençales,Avec la participation de Silvia Ala, PNR du Massif des Bauges Armelle Bouquet, PNR du Vercors
 
11h15
«Sonographies»
      Anne Dubos Anthropologue, Membre correspondant, Institut d’Etudes Avan-cées de Nantes, Artiste I Little Heart Movement, Paris I Michelle-Agnès Magalhaes Compositrice
      Avec la participation de:
  • Axel Martiche et Alexia Pallay PNR du Pilat
  • Eléonore Jacquiau Chamska, Marie-Françoise Perret et Lorraine Chenot,
  • PNR des Monts d’Ardèche: Emmanuelle Vin, PNR de la Chartreuse
 

Séminaire «recherche-création»

Expériences et potentialités

EVS/DRAC/Rize

 

      Ce séminaire co-organisé par le laboratoire Environnement Ville Société (Atelier 6 «Faire territoire, faire société»), la Direction régionale des affaires culturelles Auvergne Rhône-Alpes et le Rize, est né d’un constat et d’une envie:-le constat d’une multiplication ces dernières années des expériences mêlant tra-vail artistique et scientifique.-l’envie de renouveler les pratiques de la recherche (et d’enseignement) en y in-tégrant une dimension créative.

      Les rapports entre chercheur.es et artistes, recherche et création sont à la fois un champ fréquenté et peu exploré. Dans le paysage foisonnant et parfois fragmenté des pratiques croisant approches scientifiques et artistiques, la notion de recher-che-création retient notre attention car elle repose sur le postulat que l’artiste est aussi chercheur/enquêteur, et le chercheur est créateur/concepteur. Au lieu de considérer l’artiste comme traducteur du chercheur ou le chercheur comme res-source pour l’artiste, elle explore les interactions, les hybridations, les porosités qui émergent de leur rencontre. Elle engage ainsi une réflexion sur les frontières des pratiques et des postures des un.es et des autres.

      Sous forme d’atelier reposant sur la présentation d’expériences multiples, ce sémi-naire permettra de mener une réflexion partagée sur les cadres et les dispositifs, les processus et les effets des rencontres et du travail collaboratif entre les cher-cheurs et les artistes. Quelles formes prennent ces expériences (commandes, rési-dences, terrains, co-écritures, restitutions? Quels sont leurs enjeux en termes de construction et de renouvellement, mais aussi de reconnaissance de cultures pro-fessionnelles marquées par la transversalité et l’interdisciplinarité? Dans un paysa-ge encore marqué (en France) par les approches disciplinaires, quels sont les es-paces dans lesquels se construisent et se déploient ces démarches, en termes de formation, de mondes professionnels, de cadres de projets, etc.?

    Sans vouloir donner une vision unique et homogène de la recherche-création, ce séminaire-atelier visera à en explorer les potentialités en termes de renouvellement théorique et méthodologique, au sein de la recherche, de l’enseignement, de la pro-fessionnalisation, ainsi que de la participation publique et de la recherche-interventi-on. Il sera consacré à la présentation de projets, de démarches, de mises en situati-on. Il aura pour vocation à offrir un espace/réseau dans lequel on pense à la fois les pratiques et leurs cadres (y compris institutionnels, financiers, etc.), les postures et les réseaux (avec qui travaille-t-on en recherche-création: habitants, personnes-res-sources, relais, etc.?). Il contribuera à ou impulsera des projets, fabriquera un cadre d’expérimentation qui s’adresse autant à des chercheurs et des artistes, que des étudiants et doctorants, des acteurs institutionnels, culturels, territoriaux, associa-tifs…

 

séance du 17 janvier 2020 : d’une berge à l’autre, espaces en tensions

Vendredi 17 janvier 2020 (9h30-12h30), salle 604, 18 rue Chevreul, 69007 Lyon

D’UNE BERGE À L’AUTRE : ESPACES EN TENSIONS

Séance organisée par Dominique Chevalier (MCF-HDR Université Lyon INSPE / UMR EVS). La séance est libre et ouverte à un large public.

Centre-ville de Recife. Collection personnelle de Claudio Jorge Moura de Castilho

 

      Les berges des fleuves sont au cœur de nombreux projets urbains. Entre reconquêtes, requalifications, (ré)appropriations et dominations, les possibilités de tensions sociales, politiques et économiques sont multiples.

      Trois intervenants aborderont ces questions à partir de temporalités et d’exemples diversifiés :

Louis Baldasseroni, À la source de « l’autoroute urbaine ». Tensions autour de l’appropriation publique et monofonctionnelle des quais du Rhône dans les années 1950 à 1990.

Docteur en Histoire contemporaine (Université Paris-Est Marne-la-Vallée, Laboratoire ACP), ATER en Urbanisme à l’École d’Urbanisme de Paris. Page professionnelle : http://acp.u-pem.fr/equipe/louis-baldasseroni

      Dans le contexte actuel de « reconquête » des espaces fluviaux urbains, avec des discours politiques qui vantent les liens retrouvés entre la ville et son/ses cours d’eau, cette communication propose d’interroger sur une longue durée cette orientation récente de l’aménagement urbain. Il s’agit de nuancer la rupture affirmée avec les décennies précédentes, trop rapidement désignées comme une période de « tout-automobile », en éclairant les évolutions des tensions entre aménagement routier et insertion dans l’environnement local. Le caractère particulier de ces territoires fluviaux est à appréhender dès les années 1930-1950 en termes de ressources pour les aménageurs de voies routières, avec pour résultat des infrastructures rigides qui font obstacle à la multifonctionnalité et aux liens avec le fleuve, aujourd’hui très recherché.

      Ces tensions sont particulièrement intéressantes à étudier avec le cas de l’axe Nord-Sud de Lyon, voie routière implantée sur les quais de la rive droite du Rhône à la fin des années 1950. L’étude des archives techniques de cette voie (des services municipaux et des Ponts-et-Chaussées) permet de la réinscrire dans l’évolution des rapports complexes entre la ville et son fleuve, à rebours des discours simplificateurs qui l’assimilent à une « autoroute urbaine ».

Claudio Jorge Moura de Castilho, L’appropriation privée de berges à Recife (Brésil).

Professeur-chercheur au Département de Sciences Géographiques de l’Université Fédérale du Pernambuco, Coordinateur du MSEU (Laboratoire Mouvements Sociaux et Espace Urbain).

      Actuellement, un évident processus d’appropriation privée des berges du fleuve Capibaribe à Recife est en œuvre, en raison notamment de la valorisation symbolique et économico-financière de ces espaces par les élites locales. Il s’agit, en réalité, d’une réappropriation d’espaces auparavant abandonnés par ces mêmes couches sociales désireuses aujourd’hui de les (re)occuper afin de renforcer leurs intérêts de classe dans la ville. Pour ce faire, au travers d’une politique urbanistique basée sur des idées hygiénistes, l’État s’occupe de promouvoir les travaux de construction et les infrastructures nécessaires ainsi que d’articuler des actions pour éloigner les couches sociales pauvres qui se trouvent dans les aires convoitées.

Yves Le Lay, Le modèle de la « reconquête » des berges à l’épreuve des situations locales

Maître de Conférences à l’ENS de Lyon, UMR 5600 EVS.

      Le syntagme « reconquête des berges » est fréquemment utilisé dans le cadre des projets urbains. L’idée de reconquête est révélatrice de la stratégie de domination qui s’exerce à l’égard du contact ville-fleuve. Ces projets d’aménagement peuvent se lire selon deux cadres théoriques, celui des circuits du capital et celui des hétérotopies.

      D’une part, D. Harvey (1 985 et 2003) distingue trois circuits du capital. Cette réflexion radicale a ensuite été prolongée en repérant un quatrième voire un cinquième circuit (Jauhiainen, 2006 ; Seixas, 2014). Ces derniers sont associés à la « ville du jeu » en faisant référence aux activités de loisirs pour les jeunes (et aux activités de soin pour les personnes âgées), mais aussi à la « ville du virtuel » avec notamment la promotion de l’image de la ville.

      D’autre part, dans une conférence radiophonique, Foucault (1967) explique que toutes les sociétés ont des hétérotopies. Spatialement, les hétérotopies présentent un système d’ouverture et de fermeture par rapport à leur environnement. De plus, elles juxtaposent plusieurs espaces dans un seul lieu réel, comme le jardin, le zoo ou l’aquarium qui sont conçus comme des microcosmes. D’un point de vue actoriel, les hétérotopies fonctionnent comme des espaces de compensation ou d’illusion.

      Les projets de reconquête des berges misent sur l’altérité pour leur redonner de l’attractivité. Le paysage fluvial est hanté par quelques témoins des écosystèmes aquatiques, par des héritages des anciennes activités liées au fleuve, par des références fantomatiques aux projets architecturaux et urbanistiques réalisés dans d’autres métropoles ou encore par l’anticipation de ce que pourrait être la ville de demain. Cinq dimensions de ces projets seront ainsi explorées :

– Hétérochronie : le permanent et l’éphémère

– Spectralité temporelle : références au passé et avant-gardisme

– Thématisation et exception

– Une fonction par rapport au reste de la ville : le divertissement

– Ouverture et fermeture.

      Les changements paysagers que de nombreuses villes ont initiés sur leurs berges fluviales procèdent d’une volonté de reconquête et, partant, de domination sur un espace qui est souvent considéré comme au bord du monde. Malgré leur intensité, les opérations de réaménagement ne font pas table rase du passé : grues, portiques et hangars continuent de hanter les berges. De manière similaire, même si la limite terre-eau a été simplifiée, durcifiée et repoussée au profit de la ville, quelques bribes de nature urbaine sont également mises en valeur. Ces éléments fantomatiques favorisent le ressourcement des usagers. Il n’en demeure pas moins qu’un même modèle urbanistique se retrouve à l’échelle mondiale, ce qui n’est pas propice à l’invention pragmatiste de réponses qui émergeraient à mesure que se définit une situation locale questionnante.

Carnet de recherche de l'atelier 6 de l'UMR 5600 Environnement ville société – Faire territoire, faire société

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search