station : vailov. performance dans le cadre du festival A l’école de l’Anthropocène, samedi 30 janvier 2021

    Station : Vavilov est une recherche-création portant sur la mémoire et la circulation des végétaux.
    Prochain épisode samedi 30 janvier 2021 dans le cadre du festival A l’école de l’anthropocène :
 
 
   Depuis 2014, le Centre de Ressources de Botanique Appliquée, installé dans la métropole lyonnaise, travaille avec l’Institut de ressources génétiques végétales Vavilov de Saint Pétersbourg, la 4ème banque de semences au monde, sur la création d’une station d’expérimentation végétale. L’objectif : retrouver et réintroduire des variétés végétales récoltées au début du 20ème siècle, notamment dans la région lyonnaise.
 
   Régulièrement, des botanistes, généticiens, agronomes (mais aussi jardiniers ou maraichers) français et russes se rencontrent pour bâtir ce projet. A chaque voyage, humains et semences circulent et se rencontrent, échangent et s’échangent. En septembre 2020, la station Vavilov de Lyon sort de terre, avec pour objectif de revitaliser, expérimenter et remettre en activité une mémoire végétale constituée depuis un siècle.
 
   Une équipe scientifique et artistique apporte son regard singulier sur ce projet. C’est ainsi que ces mémoires et circulations végétales sont retracées au fil d’un « journal de terrain » à la fois descriptif et sensible, poétique et ethnographique, visuel et sonore. Une chronique composée d’histoires humaines et végétales entrelacées, qui donne autant de place aux personnes qu’aux imaginaires, aux semences qu’aux idées.
 
Pour découvrir le prologue : https://www.youtube.com/watch?v=QradhizbuYA
 
Pour en savoir plus : https://ecoleanthropocene.universite-lyon.fr/station-vavilov-202202.kjsp?RH=1610632597681

 

 

séminaire du 4 février

Propriétaires et héritiers de biens immobiliers dans les villes décroissantes : un regard international

Séminaire de l’atelier 6 « Faire territoire, faire société » de l’UMR Environnement, Ville, Société

4 février 2021 – 10h30-13h

Une maison fermée à Kaihimmakuhari, au nord de Chiba, octobre 2020.

       En croisant des regards nourris d’enquêtes menées aux États-Unis, au Japon et en France, ce séminaire s’intéresse aux ménages propriétaires d’un ou plusieurs biens immobiliers dans des espaces urbains soumis à des processus durables de décroissance. Alors que l’examen des politiques de revitalisation ou de décroissance planifiée conduites dans des villes en déclin s’est étoffé, le rôle que les petits propriétaires peuvent exercer sur les dynamiques de la vacance résidentielle reste encore peu étudié dans les champs de la géographie socio-économique et de l’aménagement. En interrogeant les profils et les parcours de propriétaires occupants, ainsi que les stratégies familiales qui peuvent se déployer autour de l’occupation et de la transmission d’un bien dans une ville en déclin, ce séminaire met l’accent sur les envers des politiques de soutien à l’accession à la propriété dans les sociétés en faible croissance. Il invite de ce fait à une discussion sur les disparités sociales, inter- et intra-générationnelles, qu’entraîne une inégale dé-valorisation des patrimoines fonciers et immobiliers en fonction de leur situation géographique.

10h30 – 10h40 : Introduction

10h45 – 11h15 : Présentation par Florence NUSSBAUM (ATER, ENS Lyon) puis discussion (11h15-11h35)

“You’ve got to pay something to live in them buildings!”. Les propriétaires précaires face au déclin dans les villes perforées des Etats-Unis

        Les quartiers dévalorisés des métropoles états-uniennes présentent un certain nombre de traits communs tels que l’ancienneté du bâti, une population vieillissante et une part importante de ménages issus de minorités ethniques. Sur ces territoires, déclin des valeurs immobilières et déclin démographique s’alimentent mutuellement et accentuent la paupérisation des petits propriétaires. Les quartiers en déclin sont dès lors la cible d’une intense activité spéculative qui tire parti de la faiblesse des valeurs foncières et immobilières et de la vulnérabilité des propriétaires occupants. Cette communication analysera l’impact du déclin sur la propriété des logements. Dans nombre de quartiers, la spéculation immobilière participe en effet à un mouvement plus large d’éviction des petits propriétaires qui peinent à défendre leurs droits, et ce même en l’absence de tout processus de gentrification. Cependant, certains habitants ont développé des tactiques d’appropriation de l’espace, en pratique et en droit, afin de s’assurer une place dans ces quartiers et d’endiguer leur dépeuplement. Il s’agira ainsi d’interroger la diversité des rapports au droit de propriété dans un contexte de déclin.

11h35 – 12h00 : Présentation par Sophie BUHNIK (chercheuse, Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise) et Shun.ichirô KOYANAGI (professeur de droit, Université Dokkyô) puis discussion (12h05-12h20)

De la quête du sol au souci d’y échapper. Les outils du réinvestissement des « biens sans maîtres » dans les collectivités locales japonaises

       Les maisons vacantes représentent en 2020 plus de 13,5 % du parc de logements total au Japon, soit plus de 8 millions d’unités inoccupées pour diverses raisons. Parmi celles-ci, près de 4 millions d’entre elles correspondent à des biens non entretenus ni repris par d’éventuels successeurs des propriétaires occupants partis ou décédés. Certaines collectivités font face à une massification telle du phénomène qu’elle remet en question les fondements de la promotion et de la valorisation de la propriété foncière et immobilière, hérités du modèle de croissance d’après-guerre. Notre communication propose d’abord de rappeler les facteurs politiques, économiques, sociaux, juridiques et fiscaux expliquant les logiques de la valorisation/dévalorisation foncière et immobilière dans le Japon contemporain, puis d’exposer une répartition géographique influencée par des stratégies étatiques de soutien à la recentralisation de la production urbaine. Ensuite, grâce à des enquêtes menées auprès de banques de maisons vides, nous examinons les marges de manœuvre laissées aux collectivités territoriales pour négocier la reprise des biens inoccupés auprès d’ayants-droit identifiés.

12h20 – 12h40 : présentation de l’ouvrage La Ville inoccupée. Enjeux et défis des espaces urbains vacants par Nadia ARAB (Professeure des Universités, Ecole d’Urbanisme de Paris) et Yoan MIOT (Maître de conférences, Ecole d’Urbanisme de Paris).

Pour se connecter :

Lorsqu’il est l’heure, démarrez votre réunion Webex ici.

jeudi 4 février 2021

10:10 | (UTC+01:00) Bruxelles, Copenhague, Madrid, Paris | 3 h

Démarrer la réunion

Autres de moyens pour rejoindre les réunions :

Rejoindre la réunion à partir du lien de la réunion

https://univ-lyon1.webex.com/univ-lyon1/j.php?MTID=m5661652d1fb699506f330c0590c0b67b

Rejoindre la réunion par le numéro de la réunion

Numéro de la réunion (code d’accès) : 121 536 5924

Mot de passe de la réunion : pTEAicN9Z83

Appuyez pour rejoindre la réunion à partir d’un périphérique mobile (uniquement pour les participants)

+33-1851-48835,,1215365924## France Toll

Rejoindre par téléphone

+33-1851-48835 France Toll

Numéros d’appel internationaux

Rejoindre à partir d’un système ou d’une application vidéo

Composer le numéro 1215365924@univ-lyon1.webex.com

Vous pouvez également composer 62.109.219.4 et saisir votre numéro de votre réunion.

Rejoindre les réunions via Microsoft Lync ou Microsoft Skype Entreprise

Composer le numéro 1215365924.univ-lyon1@lync.webex.com

Si vous êtes un organisateur, cliquez ici pour afficher les informations de l’organisateur.

Vous avez besoin d’aide ? Allez à l’adresse https://help.webex.com

 

nouvelle parution : anthropologie du travail par marie-pierre gibert et anne monjaret

      Ce manuel, premier du genre en France, pose des jalons pour
une anthropologie du travail, champ en constitution. Sans être
exhaustif, il propose un large tour d’horizon des thématiques et
des analyses anthropologiques françaises et internationales sur
le travail. Il tend à montrer comment l’anthropologie peut se
saisir de cet objet de recherche et donne par là même les
moyens de s’interroger sur la place et le sens du travail sous ses
diverses formes dans le quotidien de tout un chacun, ici et
ailleurs.
      L’ouvrage permet de suivre le cheminement d’individus, hommes
et femmes, tout au long de leur vie, et de saisir leur manière
d’apprendre, de dire et de faire leur travail ou de faire avec leur
travail, d’occuper les espaces professionnels, de circuler sur des
territoires, d’articuler travail et hors travail, de lutter pour leur
emploi, de se réinsérer et de ne pas oublier ces mondes du
travail.
      Au-delà de ces multiples thématiques, ce sont les cultures et les
frontières du travail qui sont questionnées. L’anthropologie du
travail apparaît alors comme un champ réflexif et engagé,
impliqué dans une discipline et dans la cité.

Plus de précisions : FLYER_Armand_Colin_Anthroplogie du travail_Gibert_Monjaret_2021

nouvelle parution : faire ville par hélène noizet et anne-sophie clémençon

    PLU, ZAC, Ecoquartiers… : la ville serait-elle entièrement planifiée selon des plans d’urbanisme imposés d’en haut ?  Hélène Noizet et Anne-Sophie Clémençon démontrent, au contraire, qu’une grande majorité de la fabrication urbaine est impensée. Loin de se focaliser sur les seuls grands projets, elles centrent délibérément leur propos sur les processus de production de la ville ordinaire. Osant une synthèse sur le très long terme, elles donnent des clefs de lecture innovantes pour mieux appréhender l’interaction entre morphologie urbaine et fonctionnement social. La dynamique de formation du tissu urbain, en permanente reconstruction, est abondamment cartographiée à partir d’exemples européens. Issus de contextes historiques différents, de la Protohistoire au très contemporain, ils sont travaillés pourtant par des logiques similaires, ici mises au jour. L’urbanisation de la planète est un des problèmes essentiels auquel nous sommes confrontés dans le contexte de la crise écologique actuelle. Or, comment trouver des réponses efficaces si l’on ignore comment l’urbain s’élabore ?

  Maître de conférences en histoire médiévale à Paris, Hélène Noizet travaille sur la morphologie urbaine. Elle analyse la formation du tissu urbain comme un processus qui remet sans cesse en jeu les espaces hérités, en interaction permanente avec les projets et les pratiques des acteurs.

    Historienne de l’architecture et des formes urbaines, Anne-Sophie Clémençon est chercheure-photographe associée au Laboratoire Environnement-Ville-Société de Lyon. Ses principaux travaux portent sur la fabrication de la ville ordinaire, ses relations avec les modèles dominants du XVIIIe au XXIe siècle et sur le patrimoine architectural.

Plus de précisions : 2021-01-21-AVIS-PARUTION-PUV_V4

nouvelle parution : géographies de la colère

      Ce numéro de Géographie et cultures ambitionne de questionner les traductions spatiales de ces colères. À la faveur d’un mouvement inédit en France difficile à comprendre et à décrypter avec des grilles classiques des sciences humaines et sociales, les différents articles analysant les logiques spatiales des Gilets jaunes traduisent un besoin de renouvellement des cadres de compréhension : les ronds-points périphériques deviennent des pôles de luttes et parfois de violences policières, la cartographie devient participative en demeurant un outil de combat, le périurbain n’est (toujours) pas une périphérie homogène. Des échos sont clairement identifiables dans d’autres colères issues de l’injustice de traitement : l’accès aux services publics, la violence faite aux femmes, aux Noirs (aux États-Unis).

Pour plus de renseignements : Revues GÉOGRAPHIES DE LA COLÈRE – Ronds-points et prés carrés – Sous la direction de Dominique Chevalier et Mariette Sibertin-Blanc, Géographie et Cultures 114 (editions-harmattan.fr)

Journée d’ateliers du 12 mars 2021

   La Commission de Géographie Féministe du CNFG organise une journée d’ateliers portant sur les objets et les pratiques de géographie féministe. L’enjeu de cet événement que nous espérons récurrent annuellement est d’ouvrir un espace d’échange et de partage permettant le développement d’outils communs et la consolidation d’un collectif de géographes féministes en France.

A. Del. | Publié le 31/08/2020
Calais : des collages féministes pour dénoncer le sexisme à l’école

      Cette journée aura lieu le 12 mars 2021 à Lyon. La moitié des ateliers ainsi que l’introduction et la discussion collégiale de clôture seront accessibles à distance. Elle est ouverte à tou·tes, sur inscription. Elle est organisée avec la complicité de la commission de Géographie Critique du CNFG.

     Le programme prévisionnel est téléchargeable ici : Programme prévisionnel – 12 mars 2021 à Lyon

séance du 20 janvier

Mercredi 20 janvier 2020 (10-12h)

En raison des conditions sanitaires actuelles, cette séance aura lieu en distanciel. (Toutes les informations sont à la fin de cette annonce)

 La constitution des géographies sexuelles à Tanger. Approche socio-historique

    Séance organisée par Karine Bennafla, Dominique Chevalier, Judicaëlle Dietrich (UMR EVS) et les étudiant·e·s du Master MEMED (Mondes émergents Mondes en développement) de Lyon3.

    Meriam Cheikh (MCF en anthropologie, INALCO, Paris) présentera son livre Les filles qui sortent – Jeunesse, sexualité et prostitution au Maroc, Université de Bruxelles, 2020

   Au Maroc, l’expression « filles qui sortent » désigne celles qui se prostituent. Des délires adolescents à la professionnalisation, Les Filles qui sortent analyse la quête de respectabilité de ces jeunes femmes qui se heurtent à un ordre social autant que moral. Au Maroc, l’expression « filles qui sortent » désigne celles qui fréquentent les night-clubs et les bars la nuit pour gagner leur vie. Au-delà du fait prostitutionnel, le « sortir » renvoie aussi plus largement aux distances qu’une partie de la jeunesse féminine des classes populaires prend avec les normes, la moralité et la respectabilité. Loin d’être confiné à la marginalité, le sortir joue sa partition dans les métamorphoses de l’ordre sexuel et intime dans un contexte d’essor de l’économie du divertissement et d’accroissement des inégalités. Y émergent de nouvelles valeurs qui remettent en cause les régimes moraux et juridiques tout en réaffirmant l’ordre hétérosexuel. Cohabitant avec une dizaine de jeunes femmes engagées dans le sortir à Tanger, Mériam Cheikh a mené une ethnographie longitudinale sur sept ans. À l’intersection de la génération, du sexe et de la classe, elle analyse des trajectoires où se succèdent socialisations familiale et scolaire, élaboration de la sexualité et insertions professionnelle et matrimoniale. Les Filles qui sortent. Jeunesse, sexualité et prostitution au Maroc revient sur l’expérience dans le sortir, de l’engagement au désengagement, croisant anthropologie urbaine, anthropologie économique et anthropologie du droit.

Séminaire 20/01 avec M. Cheikh

https://univlyon3.webex.com/univlyon3/j.php?MTID=m9ca7edbb432b1c257ccf1104d528365d
mercredi 20 janv. 2021 10:00 | 2 heures | (UTC+01:00) Bruxelles, Copenhague, Madrid, Paris


Numéro de la réunion : 121 571 8054
Mot de passe : WXWuduRdkyYJmw
d3756e639100580ee64776da7f99f1ec

Rejoindre par système vidéo
Composer : 1215718054@univlyon3.webex.com
Vous pouvez également composer 62.109.219.4 et saisir votre numéro de votre réunion.

Rejoindre par téléphone
+44-20-7660-8149 United Kingdom Toll
Code d’accès : 121 571 8054

création d’un nouveau labo junior

Nouveau Labo Junior (Co)Habiter

    Depuis le 1er Janvier 2021, la Maison de l’Orient et de la Méditerranée accueille pour deux ans un nouveau Labo Junior intitulé (Co)Habiter et porté par six doctorant.e.s et une post-doctorante : Loïc Benoit (CIHAM, UMR 5648), Blandine Besnard (Archéorient, UMR 5133), Emmanuelle Dumas (IRAA, USR 3155), Clara Granger (HiSoMA, UMR 5189), Guénola Inizan (EVS, UMR 5600), Coline Polo (CIHAM, UMR 5648) et Rim Saleh (HiSoMA, UMR 5189).

     L’activité du Labo Junior (Co)Habiter sera principalement structurée en quatre journées d’études sur des thèmes en lien avec les notions de l’habitat et de l’habiter. Pour plus d’informations : https://cohabiter.hypotheses.org/67

colloque

      L’UMR EVS et en particulier l’atelier 6 (avec Lise Bourdeau-Lepage et Dominique Chevalier) organise avec la MSH de Paris Saclay (financeur), la revue Développement Durable et Territoires, l’université Lyon 3 l’université, Paris Saclay, l’INRAE & AgroParistech est workshop  intitulé  » Les territoires au temps de la pandémie du Covid 19.

       Il se tiendra les 14 et 15  janvier 2021 en visio.

 

Nous serions très heureux de vous y accueillir virtuellement.

Il vous faut vous inscrire pour assister au workshop en suivant le lien suivant :

Workshop « Les territoires au temps de la pandémie du Covid-19 » – 14 & 15/01/2021

Vous espérant nombreuses et nombreux.