séminaire atelier 6 : travailler l’espace, travailler dans l’espace

Travailler l’espace, travailler dans l’espace

Séminaire Atelier 6 / CTT

Crédits photo : Jeanne Robert

 

Vendredi 8 novembre 2019 (9h-12h30), Université Lumière Lyon2, bâtiment Bélénos, salle 158B.

 

        Dans cette séance de séminaire commune à l’atelier 6 et à la composante Corps, Travail, Territoire, nous nous proposons d’interroger sous différents angles les rapports entre travail et territoire, à partir de travaux d’enquête reposant sur des cas et des échelles diversifiés : industrie du tabac en Macédoine du Nord, filière du tilleul dans les Baronnies (France), entretien des espaces publics dans l’agglomération lyonnaise. Ces perspectives pourront concerner les dimensions proprement économiques et politiques du travail industriel et agraire, les liens aux lieux et aux milieux qui se manifestent dans une filière spécifique, les manières concrètes de travailler l’espace et dans l’espace du point de vue d’un métier en particulier.

 

Miladina Monova (Académie Bulgare des Sciences, Institutes for the Study of Societies and Knowledge, Sofia), Les enjeux de l’économie domestique dans l’espace urbain : l’exemple des familles d’ouvriers producteurs de tabac en Macédoine du Nord.

Jeanne-Martine Robert (Université Lumière-Lyon2, UMR EVS) : Travail, territoire, milieu : comment penser l’espace de l’action pour comprendre et transformer le travail en milieu rural ? L’exemple de la « filière tilleul » dans les Baronnies.

Marie-Pierre Gibert (Université Lumière-Lyon2, UMR EVS) : Prendre soin de l’espace public. Le travail des cantonniers au service du nettoiement de la métropole lyonnaise.

 

 

villes et genres : changements de regard sur le partage de l’espace ?

Vendredi 22 novembre 2019, 9h30-12h30, salle 604, 18 rue Chevreul, 69007 Lyon
Séminaire commun aux ateliers 3 et 6

Séance organisée par Dominique Chevalier (MCF-HDR Université Lyon INSPE, UMR EVS) et Sophie Vareilles (MCF INSA de Lyon, UMR EVS).

Quand les violences domestiques s’inscrivent dans l’espace public. Rue Gay Lussac, Paris, 12 octobre 2019 ©D. Chevalier

 

        Cette séance commune aux ateliers 3 et 6 du laboratoire EVS (UMR 5600) sera consacrée à la question du partage de l’espace urbain selon le genre. Depuis une trentaine d’années, les travaux corrélant les pratiques urbaines et les rapports sociaux de genre se sont développés, et le constat que la ville reste sexiste et androcentrée demeure collectivement partagé. Cette matinée permettra d’enrichir les réflexions déjà menées sur les normes de genre dans la prise en compte des politiques publiques et de réfléchir aux manières de co-construire une ville plus juste, plus égalitaire et plus accessible pour tous et toutes.

Trois intervenants présenteront leurs travaux :

  • Amandine Chapuis, « Revendiquer la place des femmes dans la ville. Approche géographique d’une action collective de femmes »
  • Camille Martinez, « De quel projet politique les politiques urbaines genrées sont-elles le nom ? »
  • Yves Raibaud, « Genre, sport et villes »

***

Présentation des interventions :

Amandine Chapuis, « Revendiquer la place des femmes dans la ville. Approche géographique d’une action collective de femmes »

Amandine Chapuis est Maîtresse de Conférences en Géographie à l’INSPE de Créteil Laboratoire Analyse Comparée des Pouvoirs, UPEM, Groupe de recherche Justice, Espace, Discriminations, Inégalités

        Son intervention propose de rendre compte d’un travail d’enquête de plus de deux ans en immersion auprès d’un collectif de femmes de la banlieue nord de Paris, mené conjointement avec sa collègue Sophie Blanchard (Lab’Urba). Cette recherche sur le temps long croise observation participante, entretiens, analyse des supports de l’action militante et étude de son traitement médiatique. La revendication principale de ce collectif concernant l’appropriation de l’espace public par les femmes, elle positionne clairement l’espace urbain comme enjeu des rapports sociaux de sexe et interpelle ainsi très directement les géographes. Cette intervention montrera donc comment, en se penchant sur les spatialités d’une action collective de femmes, cette enquête permet d’apporter à la connaissance de la dimension genrée du fonctionnement des espaces urbains et de la dimension spatiale des rapports de genre.

Camille Martinez, « De quel projet politique les politiques urbaines genrées sont-elles le nom ? »

Camille Martinez est doctorante ENTPE, Laboratoire RIVES-EVS

         Bien que les études proposant de lier les rapports sociaux de genre à l’aménagement urbain se développent depuis près de quarante ans, penser et fabriquer les villes avec le genre par l’élaboration de « politiques urbaines genrées » (Claire Hancock, 2012) est une perspective récente en France (Louargant, 2017).

        Depuis 2012, l’égalité entre les femmes et les hommes est devenue un principe général d’action de la politique de la ville et le nouveau cadre de référence établi dans les contrats de ville de 2015-2020 en fait l’une des trois priorités transversales. En octobre 2016, après Vienne (Autriche), Berlin (Allemagne) ou Barcelone (Espagne), Paris est la première ville française à publier un guide référentiel Genre et espace public à destination des aménageurs en vue de «construire un environnement urbain plus égalitaire». Depuis janvier 2018, la ville de Lyon travaille également à la réalisation d’un guide sur la prise en compte du genre dans les projets urbains. Encouragées par les préconisations européennes autour du gendermainstreaming, ces politiques urbaines soucieuses de la place des femmes affichent pour objectif de corriger les inégalités et de renouveler les manières de fabriquer la ville. Elles naviguent cependant entre plusieurs écueils. A travers une sociologie fine des acteurs qui gravitent autour de la promotion de l’égalité femmes hommes dans l’aménagement il s’agira d’identifier la manière dont ceux-ci font face aux tensions voire participent à leur production.


Yves Raibaud, « Genre, sport et villes »

Yves Raibaud est géographe, Maître de Conférences HDR émérite, Université Bordeaux Montaigne, UMR Passages.

        Des études réalisées dans plusieurs pays européens montrent que le niveau des pratiques sportives des femmes tend à rattraper celui des hommes. Cependant les femmes sont deux fois moins nombreuses à être licenciées dans un club ou une association sportive. Leurs activités se déroulent plus souvent au sein d’activités commerciales ou en pratiques libres, moins dans un cadre associatif ou municipal et sur des équipements subventionnés par les collectivités. Les travaux menées sur plusieurs villes françaises arrivent à peu près au même constat : environ 75% des budgets publics destinés à promouvoir ou encourager les pratiques sportives reviennent aux hommes (Maruejouls, 2014, Bacou, 2014).

        Les différences de pratiques sportives entre les sexes pourraient donc se refléter dans l’usage de la ville, d’autant plus lorsque celle-ci apparaît « faite par et pour les hommes » et en particulier les sportifs et leurs avatars, les hommes virils et dominants. Si le sport est devenu « un genre commun du monde occidental », « un des mécanismes les plus efficaces et les plus rapides de diffusion des pratiques, d’aménagement du territoire et d’organisation spatiale » (Augustin, Suchet, 2017), les études de genre viennent mettre un grain de sable dans l’engrenage : le sport n’est-il que le reflet de ces inégalités (comme il peut l’être d’autres inégalités liées aux rapports de classe, ‘race’, ou âge et à leurs imbrications) ? Participe-t-il, au contraire, à produire ces normes de genre qui prescrivent ce qu’est être un homme, ce qu’est être une femme dans les espaces où elles et ils interagissent (Goffman, 2002[1977]) ?


Contacts : Dominique Chevalier (dominique.chevalier@univ-lyon1.fr) et Sophie Vareilles (sophie.vareilles@insa-lyon.fr)

nouvelle parution

Vient de paraître dans la revue Espaces et Sociétés 2018/4 (n° 175) – Dossier : Biens communs et territoires

L’habitat coopératif, vecteur de nouveaux communs territoriaux à Barcelone

Par Diego Miralles Buil
[https://antreautre.hypotheses.org/]

Photo : « Nous construisons des habitations pour bâtir une communauté » : Panneau de présentation de l’habitat coopératif La Borda (Barcelone)
Crédits photo : Diego Miralles Buil, novembre 2016

 

Résumé :

L’actuel développement de l’habitat coopératif en cession d’usage à Barcelone témoigne d’une volonté des habitants de se réapproprier le secteur du logement mais aussi plus largement le territoire. Dans cet article, nous verrons comment la réémergence de cette forme d’habitat alternatif a engendré une prise de conscience de la part des acteurs du logement barcelonais, menant notamment au développement de politiques municipales considérant le logement comme un bien commun. Mais les mouvements sociaux pour le droit au logement considèrent avant tout le commun comme praxis autour de l’idée de l’agir en commun, rompant ainsi en partie avec le concept défendu par la municipalité. Néanmoins, les projets de coopératives d’habitation en cession d’usage actuellement en développement à Barcelone attestent d’un nouvel agencement d’acteurs abordant le logement sous le prisme des communs, esquissant ainsi une nouvelle manière de concevoir l’habitat, vectrice de nouveaux communs territoriaux.

Mots-clés: Barcelone ; Habitat coopératif ; Valeur d’usage ; Logement social ; Commun ; Reterritorialisation ; Cession d’usage.

Plus d’informations et accès à l’article : https://antreautre.hypotheses.org/883

NOUVELLE PARUTION

Vient de paraître dans la revue Sud-Ouest Européen N° 46, 2018 – Dossier : Produire et réguler l’habitat dans la péninsule ibérique depuis la crise de 2018


La reterritorialisation du secteur du logement et de l’habitat à Barcelone et Madrid.
Vers une nouvelle gouvernance urbaine de l’habitat ?


Par Diego Miralles Buil
[https://antreautre.hypotheses.org/]

Photo : des collectifs militants qui tentent de se réapproprier leur quartier (« Ils nous jettent dehors… Quartier résigné? Non! »)
Crédits photo : Diego Miralles Buil, avril 2019 (quartier du Raval, Barcelone)


Résumé :


Les élections municipales espagnoles de mai 2015 ont mené à un important renouvellement des équipes municipales de Madrid et Barcelone dont plusieurs membres proviennent de collectifs luttant pour le droit au logement. Dans cet article, nous nous demanderons comment ces nouvelles municipalités développent un nouveau discours sur l’habitat ainsi que des formes alternatives d’accès au logement. Nous aborderons tout particulièrement la volonté de réaffirmation des acteurs publics sur le thème du logement ainsi que leur tentative de réarticulation avec les collectifs militant pour le droit au logement. Nous tenterons de démontrer que cette articulation témoigne d’un processus de reterritorialisation du secteur du logement posant les bases d’une nouvelle forme de gouvernance urbaine de l’habitat.

Mots clés : habitat coopératif ; municipalisme ; logement social ; biens communs ; reterritorialisation.
Plus d’informations : https://antreautre.hypotheses.org/893

séance inaugurale du séminaire atelier 6 d’evs le 18 octobre 2019

 

18 octobre 2019 (9h30-12h30), salle 604, 18 rue Chevreul, 69007 Lyon

 

Photo : JEP 2019 : habiter la place Grandclément à Villeurbanne
Crédits photo : Vincent Veschambre, 21/09/19

 

     Cette séance inaugurale du séminaire de l’atelier 6 sera consacrée d’une part à la présentation du programme 2019-2020, d’autre part à une première séance sur le thème des « futurs du patrimoine ».

Présentation du programme du séminaire 2019-2020.

   Dominique Chevalier (Université Lyon INSPE / UMR EVS) et Olivier Givre (Université Lumière-Lyon2 / UMR EVS).

Les futurs du patrimoine

      Bien installée dans la société française depuis les années 1980 et circulant dans le même temps très largement à l’échelle mondiale, par l’intermédiaire notamment de l’UNESCO, la demande de patrimoine est plus que jamais présente, comme en témoignent le succès toujours croissant des journées européennes du patrimoine ou encore l’introduction dans les programmes de terminale d’un enseignement sur « identifier, protéger et valoriser le patrimoine ». Mais derrière ce terme qui s’est très largement imposé, les acceptions ont beaucoup évolué depuis les années 1980 : le patrimoine est devenu immatériel, naturel, génétique…. Il s’est hybridé avec la création artistique et son contenu s’est déplacé de l’objet à la relation induite. A l’heure où resurgissent les communs et où la prise de conscience de la finitude de la planète et de ses ressources s’impose brutalement, la notion de patrimoine s’en trouve à la fois renforcée et transformée. Dans cette séance de séminaire, nous proposons d’interroger les transformations en cours et à venir de cette manière de penser et d’appréhender le/les patrimoine(s).

Vincent Veschambre (Le Rize Mémoires, Cultures, Echanges / UMR EVS) : 5 ans après l’atelier de réflexion prospective PATERMONDI : quels enseignements, quels prolongements ?

Michel Rautenberg (Université Jean Monnet – St Etienne / Centre Max Weber) : le patrimoine comme relation (aux choses, aux humains, au temps, aux lieux)

chercheuse invitée : evs accueille cherifa guidoum

Photo : Hippone, le site romain de la ville d’Annaba
Credits : Cherifa Guidoum

 

          EVS accueille du 7 au18 octobre 2019 Madame Cherifa Guidoum, doctorante en urbanisme à la Faculté des sciences de la terre, géographie et aménagement du territoire, affiliée au Laboratoire d’Aménagement du Territoire de l’Université de Constantine 1, et en co-encadrement au Laboratoire d’Architecture d’Urbanisme : Techniques Espaces et Société de la Faculté d’architecture et d’urbanisme de l’Université de Constantine 3 (Algérie).

          Sa thèse est intitulée Le port d’Annaba, un patrimoine structurant dans la dynamique urbaine de la ville. Stratégies d’acteurs et perspectives, et porte sur l’analyse diachronique et synchronique de l’espace maritime de la ville.

               Plus généralement, ses travaux portent sur l’histoire urbaine, la morphologie urbaine sur le temps long, l’urbain et le patrimoine des villes portuaires, la planification et l’aménagement des territoires. Elle enseigne la démographie urbaine, l’histoire critique de l’architecture, l’histoire de l’urbanisme à la Faculté de l’architecture et d’urbanisme de Constantine.