colloque international interdisciplinaire : patrimoines et territoires

7, 8 et 9 novembre 2019

Université Jean Monnet, Campus de Roanne

            Ce colloque questionnera les liens qui s’établissent entre patrimoines et territoires. S’il constitue un legs du passé qu’il tend à valoriser, le patrimoine peut également devenir une ressource pour le territoire et fournir matière à penser l’évolution. Il contribue à définir le territoire comme espace approprié, utilisé et délimité. L’étude de processus de patrimonialisation, mais aussi de certains objets patrimoniaux, peut contribuer à l’approche des identités territoriales. Des chercheurs et professionnels de diverses disciplines et secteurs analyseront des actions concrètes liant territoires et diverses formes de patrimoines (artistique, naturel, scientifique, technique, architectural, industriel… ).

Coordination scientifique :

Anne-Céline CALLENS (CIEREC) et Jacques POISAT (EVS-ISTHME)

Contact :

colloqueroanne2019@gmail.com

Programme du colloque en PDF

 

Nouvelle publication : dernier numéro de la revue Frontières « morts animales en perspectives »

« Morts Animales en Perspectives », Sous la direction de Mouloud Boukala et Olivier Givre, Revue Frontières, volume 30, numéro 2, 2019.

        La mort ou la disparition des animaux soulèvent aujourd’hui des enjeux scientifiques, éthiques, juridiques, politiques, sanitaires, affectifs et économiques cruciaux. Conditions d’abattage des animaux d’élevage, dénonciation de la surpêche, introduction de la notion de sensibilité animale dans les textes juridiques, émotion suscitée par le « meurtre » d’un rhinocéros dans un zoo français afin de dérober sa corne ou encore par l’agonie d’ours polaires victimes du réchauffement climatique… il ne se passe pas un jour sans que s’impose dans le débat public et les médias l’idée que nous serions confrontés à un véritable « problème animal », aux échelles d’individus singuliers comme d’espèces entières. L’une des raisons des sensibilités actuelles à la condition animale est certainement le caractère inédit et parfois irréversible des pressions (et des oppressions) que les sociétés contemporaines, industrialisées, urbanisées, globalisées, technicisées font peser sur le vivant.

      Ce numéro de Frontières explore la multiplicité et les transformations des morts animales. En partant de diverses catégories d’animaux (d’élevage, de compagnie, d’exposition artistique, de zoo, sauvages, « nuisibles » ou « indésirables », etc.), il s’agit d’examiner des types de mort comme la chasse ou le sacrifice, mais aussi les autres modalités de la « fin des bêtes » que sont l’euthanasie, l’abattage ou l’élimination sanitaire. Les contributions de ce numéro concernent les formes de la mort animale telles qu’envisagées et pratiquées dans divers pays, selon des imaginaires et traditions (religion et ritualité, pratiques économiques et écologiques, etc.) variés parmi lesquels figurent, en portant attention à leurs contextes sociaux, culturels et historiques ainsi qu’aux représentations et aux esthétiques, aux enjeux et aux conflits dont elles font l’objet. Ce numéro revient sur les manières dont la question de la mort des animaux a pu être abordée en sciences sociales, afin d’explorer de possibles pistes de renouvellement.

La revue est disponible en ligne :

https://www.erudit.org/fr/revues/fr/2019-v30-n2-fr04792/

Et sous format papier –  prendre contact avec Olivier Givre :

 olivier.givre1@univ-lyon2.fr

 

« LES MÉMOIRES COMME RESSOURCES ET ENJEUX. ENTRE DIMENSIONS SPATIALES, POLITIQUES ET SOCIALES »

Association de Géographes Français

12 octobre 2019

09h30-12h30 ; 14h-18h

Institut de Géographie 

191, rue Saint-Jacques – 75005 – Paris 

 

Coordonnatrice : Dominique CHEVALIER dominique.chevalier@univ-lyon1.fr

Résumé : La géographie, et notamment la géographie culturelle, s’intéresse de plus en plus à la notion de spatialisation des mémoires collectives et individuelles. Le champ mémoriel s’est tout particulièrement développé en sciences sociales en même temps que de nombreuses sociétés démêlaient et construisaient leurs rapports aux mémoires traumatiques majoritairement issues d’évènements conflictuels et post-conflictuels du 20ème siècle. Les enjeux de ces relations au passé ont été amplement étudiés par les anthropologues et les historien·ne·s et finalement le Memory boom s’est imposé avec force dans le monde académique des sciences humaines et sociales (Nicolas 2014,  Lavabre 2000).

D’une manière plus générale, la mémoire, en tant qu’objet appréhendé d’un point de vue spatial  produit de l’espace en conjuguant différents niveaux scalaires ; elle interroge la nature des liens entre les territoires et leur caractère symbolique et permet de comprendre la manière dont les individus et groupes sociaux produisent, façonnent et/ou modifient l’espace, matériellement ou idéellement, par leurs représentations et pratiques mémorielles.

Cette séance de l’Association de Géographes Français (AGF) vise à alimenter la réflexion autour des Memory Studies, en confrontant les regards et les approches de diverses sciences sociales (géographie bien sûr, mais aussi histoire, sociologie, anthropologie). Chercheurs et chercheuses chevronné·e·s échangeront avec de jeunes chercheur·se·s pour cerner plus avant la place de l’espace et le rôle du lieu dans l’ancrage ou la circulation des mémoires.

Programme de la journée

09h30 : Dominique CHEVALIER (Maitresse de conférences-HDR en géographie, Université Lyon, UMR Environnement, ville et société-5600 CNRS) : Les relations espaces/mémoires. Problématique. Présentation de la journée.

10h : Anne HERTZOG (Maitresse de conférences en géographie, Université de Cergy-Pontoise, Laboratoire MRTE) : La commémoration comme lieu de fabrique d’un “homeland”. Pratiques mémorielles, fabriques communautaires, et territorialités diasporiques en France.

10h30 : Aliou GAYE (Doctorant en géographie, UMR Environnement, ville et société-5600 CNRS) : Processus de patrimonialisation et mise en tourisme des mémoires collectives de l’esclavage à l’île de Gorée.

11h : Anne  SGARD (Professeure, Université de Genève, Département de Géographie et Environnement, Institut Universitaire de Formation des Enseignants) : Le paysage et ses mémoires, la mémoire et ses paysages. Le cas du Vercors. 

11h30 : Thibault  DUCLOUX (Docteur en sociologie, CMH, EHESS) : Là où s’échouent les destinées : Les prisons, dévoreuses de mémoires ?

12h : POUEYTO Jean-Luc (Anthropologue, Enseignant Chercheur, Université de Pau & Pays de l’Adour, ITEM (EA 3002) : Lieux vénérés puis oubliés : L’exemple de mémoires familiales  manouches.

12h30-14h00 : Pause déjeuner

14h : DUCHENE François (Responsable de la Voie d’Approfondissement Aménagement et Politiques urbaines, ENTPE Vaulx-en-Velin, UMR Environnement, ville et société-5600 CNRS); ZANETTI Thomas (Maître de conférences en Géographie et Aménagement, UMR Environnement, ville et société-5600 CNRS); CHEVALIER Dominique(Maitresse de Conférences-HDR en Géographie, UMR Environnement, ville et société-5600 CNRS) : Palimpsestes mémoriels et voisinages migratoires : l’exemple des commerces de la Guillotière à Lyon.

14h30 : AUMOITTE Elisa Sans mémoire des lieux ni lieux de mémoire. La Palestine invisible sous les forêts israéliennes.

15h : TRAN Thao (Maîtresse de Conférences – Université de Pau et des Pays de l’Adour, Laboratoire PASSAGES – UMR CNRS/UPPA 5319) : Ce que la guerre fait à l’environnement : mémoires forestières au Sud Vietnam.

15h30 : CAUMONT Bastien (Doctorant Géographie, UMR Environnement, ville et société-5600 CNRS) : De l’exclusion sociale et territoriale des Indésirables  à une patrimonialisation spatialisée et territorialisée : les cas des Mémoriaux de Rivesaltes et de Buchenwald.

16h : POUILLES Marie (Doctorante Géographie, UMR Environnement, ville et société-5600 CNRS) : Mémoires conflictuelles ancrées dans un territoire et une société divisés : Quels enjeux en Chypre contemporaine?

16h30 : PETIT Emmanuelle Les matérialisations du souvenir en montagne, un terrain propice à l’appréhension des liens entre mémoire et espace.

17h : ROYER Racha (Doctorante Géographie, UMR Environnement, ville et société-5600 CNRS) : L’inscription de la mémoire communautaire dans le musée. Le cas du musée de Mleeta au Liban.

17h30 : Synthèse, Conclusions, Perspectives

Fin des travaux : 18h