Archives de catégorie : Le séminaire de l’atelier 6

villes et genres : changements de regard sur le partage de l’espace ?

Vendredi 22 novembre 2019, 9h30-12h30, salle 604, 18 rue Chevreul, 69007 Lyon
Séminaire commun aux ateliers 3 et 6

Séance organisée par Dominique Chevalier (MCF-HDR Université Lyon INSPE, UMR EVS) et Sophie Vareilles (MCF INSA de Lyon, UMR EVS).

Quand les violences domestiques s’inscrivent dans l’espace public. Rue Gay Lussac, Paris, 12 octobre 2019 ©D. Chevalier

 

        Cette séance commune aux ateliers 3 et 6 du laboratoire EVS (UMR 5600) sera consacrée à la question du partage de l’espace urbain selon le genre. Depuis une trentaine d’années, les travaux corrélant les pratiques urbaines et les rapports sociaux de genre se sont développés, et le constat que la ville reste sexiste et androcentrée demeure collectivement partagé. Cette matinée permettra d’enrichir les réflexions déjà menées sur les normes de genre dans la prise en compte des politiques publiques et de réfléchir aux manières de co-construire une ville plus juste, plus égalitaire et plus accessible pour tous et toutes.

Trois intervenants présenteront leurs travaux :

  • Amandine Chapuis, « Revendiquer la place des femmes dans la ville. Approche géographique d’une action collective de femmes »
  • Camille Martinez, « De quel projet politique les politiques urbaines genrées sont-elles le nom ? »
  • Yves Raibaud, « Genre, sport et villes »

***

Présentation des interventions :

Amandine Chapuis, « Revendiquer la place des femmes dans la ville. Approche géographique d’une action collective de femmes »

Amandine Chapuis est Maîtresse de Conférences en Géographie à l’INSPE de Créteil Laboratoire Analyse Comparée des Pouvoirs, UPEM, Groupe de recherche Justice, Espace, Discriminations, Inégalités

        Son intervention propose de rendre compte d’un travail d’enquête de plus de deux ans en immersion auprès d’un collectif de femmes de la banlieue nord de Paris, mené conjointement avec sa collègue Sophie Blanchard (Lab’Urba). Cette recherche sur le temps long croise observation participante, entretiens, analyse des supports de l’action militante et étude de son traitement médiatique. La revendication principale de ce collectif concernant l’appropriation de l’espace public par les femmes, elle positionne clairement l’espace urbain comme enjeu des rapports sociaux de sexe et interpelle ainsi très directement les géographes. Cette intervention montrera donc comment, en se penchant sur les spatialités d’une action collective de femmes, cette enquête permet d’apporter à la connaissance de la dimension genrée du fonctionnement des espaces urbains et de la dimension spatiale des rapports de genre.

Camille Martinez, « De quel projet politique les politiques urbaines genrées sont-elles le nom ? »

Camille Martinez est doctorante ENTPE, Laboratoire RIVES-EVS

         Bien que les études proposant de lier les rapports sociaux de genre à l’aménagement urbain se développent depuis près de quarante ans, penser et fabriquer les villes avec le genre par l’élaboration de « politiques urbaines genrées » (Claire Hancock, 2012) est une perspective récente en France (Louargant, 2017).

        Depuis 2012, l’égalité entre les femmes et les hommes est devenue un principe général d’action de la politique de la ville et le nouveau cadre de référence établi dans les contrats de ville de 2015-2020 en fait l’une des trois priorités transversales. En octobre 2016, après Vienne (Autriche), Berlin (Allemagne) ou Barcelone (Espagne), Paris est la première ville française à publier un guide référentiel Genre et espace public à destination des aménageurs en vue de «construire un environnement urbain plus égalitaire». Depuis janvier 2018, la ville de Lyon travaille également à la réalisation d’un guide sur la prise en compte du genre dans les projets urbains. Encouragées par les préconisations européennes autour du gendermainstreaming, ces politiques urbaines soucieuses de la place des femmes affichent pour objectif de corriger les inégalités et de renouveler les manières de fabriquer la ville. Elles naviguent cependant entre plusieurs écueils. A travers une sociologie fine des acteurs qui gravitent autour de la promotion de l’égalité femmes hommes dans l’aménagement il s’agira d’identifier la manière dont ceux-ci font face aux tensions voire participent à leur production.


Yves Raibaud, « Genre, sport et villes »

Yves Raibaud est géographe, Maître de Conférences HDR émérite, Université Bordeaux Montaigne, UMR Passages.

        Des études réalisées dans plusieurs pays européens montrent que le niveau des pratiques sportives des femmes tend à rattraper celui des hommes. Cependant les femmes sont deux fois moins nombreuses à être licenciées dans un club ou une association sportive. Leurs activités se déroulent plus souvent au sein d’activités commerciales ou en pratiques libres, moins dans un cadre associatif ou municipal et sur des équipements subventionnés par les collectivités. Les travaux menées sur plusieurs villes françaises arrivent à peu près au même constat : environ 75% des budgets publics destinés à promouvoir ou encourager les pratiques sportives reviennent aux hommes (Maruejouls, 2014, Bacou, 2014).

        Les différences de pratiques sportives entre les sexes pourraient donc se refléter dans l’usage de la ville, d’autant plus lorsque celle-ci apparaît « faite par et pour les hommes » et en particulier les sportifs et leurs avatars, les hommes virils et dominants. Si le sport est devenu « un genre commun du monde occidental », « un des mécanismes les plus efficaces et les plus rapides de diffusion des pratiques, d’aménagement du territoire et d’organisation spatiale » (Augustin, Suchet, 2017), les études de genre viennent mettre un grain de sable dans l’engrenage : le sport n’est-il que le reflet de ces inégalités (comme il peut l’être d’autres inégalités liées aux rapports de classe, ‘race’, ou âge et à leurs imbrications) ? Participe-t-il, au contraire, à produire ces normes de genre qui prescrivent ce qu’est être un homme, ce qu’est être une femme dans les espaces où elles et ils interagissent (Goffman, 2002[1977]) ?


Contacts : Dominique Chevalier (dominique.chevalier@univ-lyon1.fr) et Sophie Vareilles (sophie.vareilles@insa-lyon.fr)

Séance de séminaire : PATRIMOINES ET MEMOIRES POST-CONFLIT

12 avril 2019 – 9h à 12h30

UMR EVS – 18 rue Chevreul 69007 Lyon – salle 604

Patrimoines et mémoires représentent des ressources possiblement politiques, géopolitiques, culturelles, économiques, symboliques et communicationnelles. C’est précisément la combinaison de ces liens étroits noués entre patrimoines, mémoires et territoires en situation de post conflit qui sera appréhender dans cette séance de séminaire,  à travers plusieurs études de cas allant de l’Irlande du Nord au Liban, en passant par la Syrie, l’ex-Yougoslavie et Chypre. Quels sont plus particulièrement les significations et les enjeux de ces mises en mémoires et de ces patrimonialisations ?

Crédits: Zeid Kassouha

La mémorialisation du conflit nord-irlandais dans l’Irlande du Nord post-conflit : quel rôle pour le musée national ?

Karine Bigand, MCF en Etudes irlandaises, Aix-Marseille Université, LERMA (EA 853)

Le jour du Vendredi Saint de 1998 était signé l’Accord de Belfast qui mettait fin à la période de conflit dite des « Troubles » en Irlande du Nord. 20 ans plus tard jour pour jour, l’Ulster Museum, principal musée national de la province, inaugurait une nouvelle version de son exposition permanente sur la période du conflit: « The Troubles and Beyond Gallery ». L’exposition antérieure, « The Troubles Gallery », inaugurée en 2009 à la réouverture du musée après rénovation, avait fait l’objet de très nombreuses critiques pour ses choix muséographiques, notamment pour son approche photo-journalistique et une absence totale d’objets exposés. Au contraire, la nouvelle exposition, riche de choix muséographiques innovants et assumés, a reçu de nombreux éloges.

La présentation de la nouvelle exposition, avec quelques comparaisons avec l’ancienne, sera l’occasion de mesurer le chemin parcouru par l’Ulster Museum dans la mémorialisation du conflit, notamment les changements effectués dans l’acquisition et la mise en valeur des collections, le travail en collaboration avec les visiteurs et la réflexion menée sur le rôle d’agent social d’un musée national, au service des communautés qu’il représente.


Tourisme(s) post-conflit : patrimoines, mémoires et interprétation, le temps de la résilience

Zeid A. KASSOUHA, Chercheur associé, Université d’Avignon / UMR Espace Dev (228)

Les conflits armés redessinent le paysage touristique en profondeur (dégradation du patrimoine bâti/naturel, de l’infrastructure, perte de patrimoine immatériel, reconfiguration sociale, etc.). Ils génèrent également du nouveau patrimoine, matériel et immatériel, qui vient se rajouter au stock patrimonial préexistant (ou ce qui en reste). Mais ils influencent également l’interprétation, voire la réinterprétation des patrimoines.

Ainsi dans le tourisme post-conflit nous assistons d’un côté à la reconstruction de l’offre touristique qui était proposée pré conflit, et d’un autre à l’émergence d’une nouvelle offre autour du patrimoine et de la mémoire du conflit. Tourisme de mémoire, tourisme « sombre » (dark tourism) et autres activités font alors leur apparition et évoluent dans ce paysage en pleine mutation.

Dans cette communication nous proposons une lecture de cette dynamique de résilience qui s’installe post-conflit, qui conjugue « anciens » et « nouveaux » tourismes, et qui comporte des formes d’hybridation de patrimoines et d’interprétation. Nous évoquerons aussi le rôle de la mémoire et du lien émotionnel dans cette dynamique et dans son évolution au fil du temps.


Mémoires et patrimoines post-conflits : le cas de la séparation chypriote.

Marie Pouillès, Doctorante en géographie, EVS (UMR 5600)

L’île de Chypre, séparée physiquement depuis 1974 après plusieurs années de conflits qui hantent encore les esprits des insulaires, connaît une situation politique singulière. Son territoire est rempli d’ostensifs de l’histoire conflictuelle récente du pays. Ceux-ci constituent des mémoires et identités spécifiques relayées dans l’espace public de l’île. Le patrimoine (matériel et immatériel) de Chypre est à la fois un vecteur de séparation toujours plus grandissante, mais peut aussi être utilisé à des fins réconciliatrices et réunificatrices, en évoquant un passé commun, qui peut réactiver les mémoires et identités semblables aux communautés désormais séparées. Le patrimoine est ainsi instrumentalisé par différents acteurs à des fins idéologiques diverses. La question est de savoir comment les mémoires et le patrimoine de cette société post-conflit sont utilisés sur cette île ténue et quels sont les enjeux qui en découlent.


Patrimoine communautaire : enjeux de réconciliation au Liban ?

Racha ROYER, Doctorante en géographie, EVS (UMR 5600)

Le Liban occupe une place importante dans les situations post-conflits/guerre. La reconstruction de Beyrouth après la fin de la guerre civile en 1990 a fait l’objet de plusieurs ouvrages et articles scientifiques.

Le choix de la patrimonialisation dans la situation d’après conflit relève ici d’enjeux d’écriture de l’histoire qui doivent composer avec des questions d’équilibre communautaire et confessionnel. Il en résulte un patrimoine communautaire instrumentalisé, affecté par la montée du communautarisme fondé sur l’exclusion identitaire réciproque.

Ce patrimoine peut-il être un lieu de réconciliation et de paix ? Quelles sont les formes de développement de ce patrimoine ?

Au sud du Liban ce patrimoine est devenu à la fois un objet de privatisation par la communauté chiite, une ressource économique et une preuve d’existence pour cette communauté. C’est précisément ce qu’incarne le musée de guerre localisé à  Mleeta au Sud du Liban. Nous analyserons cet édifice en tant que résultat d’une politique de fusion entre le tourisme, l’idéologie du martyre et l’instauration d’un « milieu » de mémoire communautaire.

L’habitat informel au Brésil et en Roumanie : origines, formes, perceptions et approches publiques

Séance du 28 novembre 2018 de 9 h à 12 h.

UMR EVS – 18 rue Chevreul 69007 Lyon – salle 604

L’Atelier 6 a déjà consacré plusieurs séances à l’habitat informel, la marginalité sociale et spatiale dans une perspective comparative internationale.

La séance du 14 février 2017 proposait d’ « Interroger l’informalité pour questionner la norme », celle du 17 novembre 2017 était consacrée à la « Ville institutionnelle vs ville marginale. Lieux a-normaux dans les métropoles de Lyon, Barcelone et Madrid (1940-2010) ».

Ce cycle se poursuit avec deux communications de chercheurs invités à EVS, et qui ont mené des travaux sur ce sujet dans leur pays respectif, en contexte métropolitain.

La séance du 28 novembre 2018 sera consacrée à l’habitat informel sous l’angle de la compréhension de l’origine du phénomène dans nos pays, les formes spatiales qu’il prend, le décryptage des structures socio-démographiques et leurs dynamiques, une vision évolutive historique de la perception et de l’acceptation sociale de la favela et dans les politiques publiques. En outre, on abordera des éléments de terminologie géographique liés à l’habitat informel, ainsi que les approches des acteurs publics qui les concernent, a partir des expériences récentes sur ce secteur urbain et des erreurs dues aux mimétismes et aux solutions inadéquates imposées à ces communautés.

« La prise en compte de l’intégration et de l’urbanisation des favelas dans la politique de logement brésilienne dans les expériences récentes: le cas du Complexo do Alemão – Rio de Janeiro »

« L’habitat informel en Roumanie – une réalité socio-spatiale long temps cachée et peu (re)connue »

Habitat spontané en Roumanie

Séminaire Terrains numériques et effets de présence: des ethnographies en terre vidéoludique

Terrains numériques et effets de présence : des ethnographies en terre vidéoludique

Séminaire de l’atelier 6 Faire territoire, faire société / UMR CNRS 5600 EVS

18, rue Chevreul, 69007 Lyon

Salle de La Rotonde

Vendredi 13 avril 2018 – 9h30h-12h30

© Madeleine Humeniuk
https://madelainehumeniuk.wordpress.com/

L’exploration des mondes numériques et de l’Internet a connu au tournant des années 90 une exploration accrue par les sciences humaines et sociales. La sociologie, les sciences de la communication, la géographie, la psychologie voire les sciences politiques, économiques et juridiques ont, à leur manière, tenté d’examiner les usages et pratiques propres à ce qu’il était convenu d’appeler des « cyber-univers » ou des « espaces virtuels ». La dimension strictement technique et informatique consubstantielle à l’ingénierie et à la production de ces dispositifs, laissait place à une approche plus compréhensive des phénomènes sociaux qui en caractérisaient les processus d’émergence, de diffusion et de réception (que ce soit au travers de l’utilisation des forums de discussion, des réseaux sociaux encore embryonnaires ou de l’immersion dans les contextes vidéo-ludiques, etc.).

L’anthropologie, face à cette première vague de travaux de recherche éparpillés mais précurseurs, s’est cantonnée à une sorte de distance respectueuse voire de stratégie d’évitement. Virtualisés, dématérialisés, ces phénomènes ont, dans un premier temps, déstabilisé les approches mobilisées dans l’ethnographie classique. Comment observer ce qui semble, au prime abord, distant et immatériel ? Comment s’immerger dans une réalité qui échapperait à la définition habituellement donnée au « terrain d’enquête » ? La question semblait tout autant méthodologique, épistémologique que politique. Car si l’anthropologie de la fin du 20ème siècle se sentait en capacité d’étudier des phénomènes de globalisation et de massification culturelle par des méthodes résolument multisituées, la situation propre à la cyberculture de l’époque résistait aux trames empiriques patiemment tissées tout au long de l’histoire de la discipline. Le terrain devait être exotique, concret, fait d’une altérité tout autant observable que palpable ou il n’était rien. Sans lieu prédéfini et préexistant à l’ethnographie, il n’y a plus de lieu, donc plus lieu d’observer.

L’histoire des sciences du début du 21ème siècle semblait avoir résolu cette tension en nuançant l’opposition un rien schématique entre virtualité et réalité, entre espaces concrets et espaces procurés. Cependant, l’irruption récente de la Réalité Augmentée, de la Virtualité Augmentée, des contenus de Big Data, des modèles GAFA ainsi que le développement des Intelligences Artificielles conduisent les sciences humaines et sociales à repositionner leurs modèles épistémologiques et méthodologiques. Comment aborder les dynamiques de co-présence dans des espaces et temporalités qu’il ne s’agit plus d’opposer mais d’examiner au-travers de leur alternance ubiquitaire ? Qu’en est-il des phénomènes de perception embarquée et de leurs effets sur l’expérience corporelle ? Alors qu’il est commun de constater que l’industrie du jeu vidéo est en voie d’outrepasser l’ensemble des productions culturelles de masse, quid des instances mêmes d’élaboration et de création des univers vidéo-ludiques ? Comment aborder la culture ludologique généralisée qu’elles génèrent ?

Axel Guïoux (Lyon2-EVS-CTT) et Evelyne Lasserre (Lyon3-EVS-CTT) : Une tente plantée dans un monde virtuel… Et après ?

Sonia Dris (Lyon2-EVS-CTT) : Parcours ethnographiques, du domicile au milieu urbain à travers les pratiques vidéoludiques.

Séminaire Revendications patrimoniales et conflits mémoriels.

Revendications patrimoniales et conflits mémoriels.

Séminaire RGL « Espaces Critiques » / Ateliers 6-7 UMR EVS

18 rue Chevreul, salle 206.

Vendredi 27 avril (10h-12h30)

La Manufacture d Armes de Saint-Etienne – Auteur: Thomas Zanetti

Ce séminaire de recherche entend interroger les dimensions sociales et politiques des mises en mémoire et en patrimoine à partir des processus conflictuels dont elles peuvent faire l’objet. Les trois interventions, issues d’un ouvrage collectif paru récemment, identifient le patrimoine comme étant un objet politique qui traduit des inégalités sociales en termes de reconnaissance, de représentation et de pouvoir. Elles s’intéressent  plus particulièrement à des catégories de populations (migrants, ouvriers) qui sont majoritairement exclues des récits historiques dominants et doivent donc se mobiliser pour accéder au « conservatoire de l’espace ».

Mots-clés: patrimoine, mémoire, conflits, migrations, lutte sociale.

La plaque en hommage aux verriers de Givors – auteure: Léa Prost

Interventions:

  • Grégory Busquet (Maître de conférences en sociologie et études urbaines, Université Paris Nanterre / UMR LAVUE): Présentation de l’ouvrage « Mémoires et patrimoines. Des revendications aux conflits » (L’Harmattan, 2017).

L’ouvrage propose une réflexion sur les revendications, les contestations et les conflits qui participent à la fabrication contemporaine du patrimoine. Il place les acteurs au centre de son propos pour étudier les conceptions, les supports et les modes d’action qui caractérisent la dynamique des mobilisations patrimoniales et mémorielles, dans le cadre des rapports de force asymétriques liés aux processus de qualification et de valorisation des espaces. Le patrimoine est alors considéré comme une ressource et un vecteur de l’émancipation.

  • Julie Garnier (Maître de conférence en sociologie et en anthropologie, Université de Tours / UMR CITERES): « Patrimoine des/en migrations: de la revendication mémorielle à la mise en exposition ».

Nous aborderons la question du patrimoine des/en migrations à partir de différents terrains, partant d’une revendication patrimoniale portée à différentes échelles par un groupe de migrants avec le soutien d’une collectif de non migrants à la mise en exposition collaborative: Que se passe-t-il quand des migrants se saisissent de la question mémorielle et patrimoniale? Au nom de quoi agissent-ils? Et que nous apprennent les mises en exposition des mémoires de migrations par les institutions patrimoniales? Notre attention portera que les intentions de ces actions, les formes de collaboration mais aussi les tensions et les freins qu’elles suscitent.

  • Thomas Zanetti (Maître de conférences en géographie et aménagement, Université Lyon 3 / UMR EVS): « Le patrimoine comme matérialisation d’une lutte sociale et sanitaire ».

Les politiques mémorielles et patrimoniales constituent un angle d’analyse des rapports de forces entre classes sociales, et des inégalités en matière d’appropriation et de marquage des espaces. Face à la difficulté d’ancrer leurs mémoires dans l’espace et la matérialité des lieux, les populations dominées peuvent s’engager dans des pratiques mémorielles et patrimoniales alternatives. Dans le cas évoqué ici, ces pratiques soutiennent une lutte sociale et sanitaire qui mobilise un héritage industriel.

Séminaire 2017/2018: séance 5

Le patrimoine dans les PLU: une diversité de prise en compte des patrimoines locaux dans les documents d’urbanisme.

Vendredi 9 février 2018

Lieu: salle 604, 18 rue Chevreul, Lyon 7ème

Horaires: 14h – 16h

Par Vincent Veschambre,

Directeur du Rize (Villeurbanne), UMR EVS 5600

Présentation de la séance

Le patrimoine dans les PLU

La loi SRU du 13 décembre 2000, relative à la solidarité et au renouvellement urbain, a introduit une petite révolution dans le droit du patrimoine, avec la possibilité ouverte aux collectivités territoriales d’identifier et de protéger des éléments de patrimoine (bâti ou naturel) à travers leurs documents d’urbanisme. Cette capacité à dire le patrimoine relevait en effet jusqu’alors de l’Etat.

La planification urbaine que constitue par excellence le Plan Local d’Urbanisme (PLU) peut-elle – et doit-elle – suffire à la protection des patrimoines territoriaux? C’est la question fondamentale que se pose une équipe de chercheurs et enseignants-chercheurs en sciences humaines (notamment en géographie et en droit), dans le cadre d’un programme de recherche financé par l’ANR.

L’émergence de la notion de « PLU patrimonial », dans un domaine historiquement lié à l’Etat central nous semble révélateur de transformations profondes tant du point de vue de la conception de l’action publique (processus de décentralisation) que de la conception même de ce que recouvre la notion de patrimoine.

Nous inscrivant dans une thématique générale de l’ANR consacrée aux systèmes urbains durables, les patrimoines que nous étudions dans le cadre de ce programme de recherche sont avant tout constitués du patrimoine culturel matériel, donc principalement des éléments bâtis de ce patrimoine. Néanmoins notre démarche d’analyse intégrera une partie du patrimoine naturel, en tant que composante des paysages urbains, au même titre que les constructions.

Après une première présentation du programme de recherche en 2016, cette intervention visera à situer son état d’avancement et à présenter les méthodes utilisées pour comparer les plus grandes villes françaises du point de vue de leur prise en compte du patrimoine dans leur PLU. Le cas de Villeurbanne au sein de la métropole lyonnaise fera l’objet d’une présentation plus qualitative, afin d’illustrer la manière dont nous cherchons à identifier les jeux d’acteurs et les formes d’arbitrage dans la désignation et le traitement des patrimoines dans le plan local d’urbanisme.

Séminaire 2017/2018

Matières sonores : recherche, archive et création

Jeudi 1er février 2018 – Horaires: 10h -13h
Lieu: Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon, 3 rue Audin, Vaulx-En Velin – Salle Varrault

Organisé par Cécile Regnault, architecte EVS_LAURe, ENSALyon
et Olivier Givre, anthropologue, EVS-CTT, Université Lumière Lyon 2

Présentation de la séance

www.histoiremaritimebretagnenord.fr

Ce séminaire de recherche interroge les enjeux et les usages scientifiques, culturels, artistiques et éthiques des documents sonores dans différents contextes (archives, phonothèques, travaux scientifiques, projets artistiques, recherche urbaine et conception architecturale, etc.). La production de matières sonores revêt en effet de multiples formes (ambiances, paysages sonores, témoignages, apports documentaires, etc.) et recouvre un vaste champ de pratiques (recherche scientifique, création artistique, patrimoine immatériel, réponse à des demandes institutionnelles, projets territoriaux, etc.). A partir de démarches concrètes et en proposant des exemples sonores, ce séminaire abordera ainsi les liens entre recherche et création, le rapport entre réel et fiction, la notion d’écoute et plus largement la dimension sensorielle, l’archivage et la diffusion publique, les enjeux de médiation et de transmission autour du sonore.

• Hélène Giudicissi, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme _ Phonothèque Aix en Provence USR3125. Titre:  Les multiples vies des archives sonores : l’expérience de la phonothèque de la MMSH d’Aix-enProvence

• Cécile Regnault, Architecte, LAURe EVS_ UMR 5600, Ecole D’Architecture de Lyon, Aciréne Atelier Traitement culturel et esthétique de l’environnement sonore Lyon. Titre : Perséphone, Protocoles pour un conservatoire d’échantillons sonores du paysage.

• Séverine Leroy, scénariste pour la création sonore, VALPASONO (VALorisation du PAtrimoine par le SOnore), Université Rennes 2 (EA3208, APP), Collectif Micro-sillons, Titre : Le médium sonore: une pratique entre création, recherche et pédagogie.

Animation : Olivier Givre
Séminaire ouvert à tous les enseignants, chercheurs, doctorants, étudiants de master, bibliothécaires, documentalistes, archivistes, artistes … ou praticiens portant intérêt au fait sonore dans nos sociétés.
Entrée libre / inscription obligatoire auprès de cecile.regnault@lyon.archi.fr

Ce séminaire s’inscrit dans le programme National de La Semaine du Son: http://www.lasemaineduson.org/matieres-sonores-recherche-archive-etcreation-seminaire-recherche-de-l-umr-5600-environnement-ville-et-societe-universite-de-lyonatelier-6

Compte-rendu de la séance Matières sonores (1er février 2018) par Hélène Guidicissi (Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme): https://phonotheque.hypotheses.org/23590#more-23590

SÉMINAIRE 2017/2018 : SÉANCE 4

Ville institutionnelle vs ville marginale. Lieux     a-normaux dans les métropoles de Lyon, Barcelone et Madrid (1940-2010)

Vendredi 17 novembre 2017
Lieu : UMR EVS, 18 rue Chevreul, 69007, salle 604
Horaires : 9h30- 12h30

Direction scientifique : Fatiha Belmessous (EVS/RIVES)

Equipe pluridisciplinaire : Maria Castrillo Romon (Universidad de Valladolid) ; Angela Matesanz Parellada (Université Polytechnique de Madrid) ; Elise Roche (INSA/Triangle) ; Teresa Tapada Berteli (Universitat Autonoma de Barcelona)

Présentation de la séance

Carte d’emplacement des barracas et cuevas à Barcelone en 1949. (Archivos Contemporaneos Municipales de Barcelona PLO-10/6_1949)

L’originalité de ce projet collaboratif réside dans la façon de poser l’objet de recherche : il s’agit d’interroger la ville dite ‘formelle’ et institutionnelle’ par le prisme de deux types de lieux considérés comme problématiques par les pouvoirs publics : ceux dont les formes d’habitat relèvent de l’auto-construction ou de l’informel ainsi que les quartiers d’habitat social concernés par la rénovation urbaine. Cette façon de poser l’objet de recherche permet de renouveler les nombreux travaux existants sur chacun des objets et a pour objectif ambitieux de renouveler les cadres d’analyse sur les rapports norme / marge, formel / informel ; légal / illégal.

Au cours de ce séminaire nous décortiquerons ce projet, depuis sa construction (objet, questionnement, hypothèses, matériaux) jusqu’à son avancement actuel (mise en œuvre des premiers protocoles de recherche ; réflexion sur la comparaison, etc.).

SÉMINAIRE 2017/2018 : SÉANCE 3

L’usage du concept de “territoires de l’attente” dans les études sur les déplacements humains

Mardi 14 novembre 2017
Lieu :Amphi B, Campus Porte des Alpes, Université Lumière-Lyon2
Horaires : 9h00- 12h00

Intervenant : Laurent Vidal ,Professeur des Universités en histoire à l’Université de La Rochelle et Directeur de Recherche à l’Institut des Hautes Etudes d’Amérique Latine

Séminaire organisé avec l’atelier 6 et la composante Corps Travail Territoire (CTT) de l’UMR

Présentation de la séance

Fritz Freudenheim, Von der alten Heimat zu der neuen Heimat!, 1938 © Jewish Museum, Berlin

Les phénomènes de mobilité et de déplacement s’affirment comme des caractéristiques majeures de nos sociétés contemporaines. Pour autant, loin d’être fluides, homogènes ou linéaires, ces déplacements sont ponctués de temps, plus ou moins longs, d’attente. Qu’ils aient pour origine des raisons techniques, administratives ou politiques, de tels moments trouvent bien souvent une traduction spatiale : des territoires accueillent ces sociétés en attente. Cette conférence présentera les conclusions de l’ANR TERRIAT (« sociétés, mobilités, déplacements : les territoires de l’attente », 2011-2015), la multiplicité de formes que revêtent les territoires de l’attente, leurs statuts, leurs articulations avec l’espace environnant, leurs temporalités spécifiques, ainsi que la variété des jeux économiques et sociaux qui s’y déploient. Continuer la lecture de SÉMINAIRE 2017/2018 : SÉANCE 3

SÉMINAIRE 2017/2018 : SÉANCE 2

Le vote FN au village. Trajectoires de ménages populaires du périurbain

Mardi 7 novembre 2017
Lieu : EVS-Rives, ENTPE, Vaulx-en-Velin
Horaires : 14h00- 17h00

Intervenants : Violaine Girard, maîtresse de conférences en sociologie à l’université de Rouen, membre du Groupe de recherche innovations et sociétés (GRIS)

Discutants : Éric Charmes (ENTPE, RIVES-EVS UMR 5600)

Présentation de la séance

Lors de cette séance Violaine Girard présentera le livre qu’elle a publié en 2017 aux Editions du Croquant et intitulé : Le vote FN au village. Les ménages modestes du périurbain sont devenus, au fil des succès électoraux du FN, une figure centrale des commentaires médiatiques. Peu d’enquêtes sérieuses se sont pourtant intéressées à leurs conditions de travail, à leurs parcours résidentiels et aux devenirs de leurs enfants. Basé sur un travail de terrain de longue durée, le livre de Violaine Girard restitue les trajectoires des salariés d’un parc d’activité comme il en existe beaucoup à la périphérie des grandes villes. Continuer la lecture de SÉMINAIRE 2017/2018 : SÉANCE 2

SÉMINAIRE 2017/2018 : SÉANCE 1

Savoirs, territoires et représentations géographiques construits et (re-)produits par les institutions éducatives. Une interrogation des pratiques scientifiques et scolaires au prisme de la théorie postcoloniale

 

Vendredi 22 septembre 2017
Lieu :  Amphithéâtre Doucet-Bon, 18 rue Chevreul
Horaires : 9h00- 12h00

Intervenants : Matthias HOENIG (Institut de Géographie, Université de Münster, Allemagne)

Discutants : Samuel Depraz (Université Jean-Moulin Lyon3, EVS-UMR 5600)

Présentation de la séance

L’arrivée du maréchal Randon à Alger en 1857, tableau d’Ernest Francis Vacherot (1811-after 1863) Musée de la Marine, Toulon. Source : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Arrival_of_Marshal_Randon_in_Algier-Ernest-Francis_Vacherot_mg_5120.jpg , image libre de droits)

Issues principalement du débat académique anglo-saxon, les postcolonial studies représentent aujourd’hui une approche de base de la Neue Kulturgeographie [Nouvelle géographie culturelle] allemande. Par contre, leur potentiel explicatif pour la construction et la (re)production des savoirs spatio-historiques et représentations géographiques par l’enseignement scolaire a moins retenu l’attention. La présente conférence analysera la rupture épistémologique que représente ‘le’ postcolonialisme en questionnant les vestiges de la pensée coloniale dans le contexte de l’enseignement. Le ‘tournant postcolonial’ peut-il contribuer à une meilleure compréhension de la relation entre savoir et pouvoir avec le but de répondre à la diversité culturelle marquant notre présent ?

Pour aller plus loin…

Pour esquisser le point de départ de ces approches, il est utile de distinguer deux dimensions différentes de « post-colonial ». Premièrement, cette notion se réfère à un objet de recherche empirique : une époque historique, celle qui suit l’époque coloniale. Deuxièmement, elle indique un « point de rupture entre deux épistèmes d’histoire intellectuelle » (Hall 1992 : 243 ; traduit). Au cœur de ces approches s’exprime alors un courant de théorie sociale, une réflexion épistémologique.

Trois auteurs ont marqué principalement cette problématisation de la manière dont on pense la condition postcoloniale, la « trinité sacrée de la théorie post-coloniale » d’après Robert Young (1995 : 163 ; traduit) : Edward Saïd, Gayatri Chakravorty Spivak et Homi Bhabha. En 1978, Edward Said publia son étude Orientalism analysant comment l’Orient fut « inventé » par les sciences humaines occidentales pendant l’époque coloniale. S’appuyant sur la nation « discours » marquée par Michel Foucault, Said est capable de démontrer que les sciences orientalistes formèrent une base épistémologique de la domination coloniale en la légitimant. Cet accent sur la production des savoirs et la relation de celle-ci avec le pouvoir constitue jusqu’à présent le point focal des postcolonial studies. Le postcolonialisme – compris comme une époque historique – représente une rupture épistémologique mettant en question toute légitimation du projet colonial.

Le lien de cette critique du regard eurocentrique d’héritage colonial avec les institutions éducatrices, l’école en particulier, semble évident : « L‘école, comme dernière institution traditionnelle de socialisation, mais aussi comme moyen essentiel de transmission, est au cœur des enjeux de mémoire » (Lemaire 2006 : 98).

Une question fondamentale se révèle : Dans quelle mesure les ordres de savoir généalogiquement coloniaux persistent-ils au sein des programmes et les manuels scolaires ou comment furent-ils déformés, transformés ou effacés ? Une analyse interprétative de manuels scolaires parus entre 2003 et 2012 pour le Lycée en Histoire-Géographie montre que les territoires anciennement colonisés par l’Empire français sont abordés principalement suivant deux chaînes de discours différentes.

D’un côté, une mémoire ambivalente du colonialisme historique est développée. Le programme de 2010 prévoit dans ce sens de traiter la question de mémoire de façon privilégiée en prenant en compte deux exemples ‘sensibles’ : les mémoires de la Seconde Guerre mondiale et notamment de la guerre d’Algérie. Ce regard historique a tendance à rompre de plus en plus avec les éventuelles continuités généalogiques de la pensée coloniale, mais ce développement reste ambivalent et polysémique. Par exemple, certains aspects de la ‘mission civilisatrice’ sont toujours reproduits de manière justifiante par certains manuels.

Du côté géographique, la notion principale employée pour décrire les territoires aujourd’hui indépendants, et surtout l’Afrique, est celle du développement, respectivement sous-développement. Le partage du monde en ‚développé‘ et ‘en quête de développement’ fonctionne comme modèle particulièrement puissant. Les plus récents des manuels analysés témoignent d’une orientation positive vers le futur en ce qui concerne l’Afrique, soulignant de plus en plus le lien entre ressources, croissance économique et mise en valeur.

Prenant en compte le fait que l’évaluation du colonialisme historique est toujours politisée et inaccomplie dans le débat public français, à une échelle plus large, il semble que ce processus fissuré de négociation d’une hégémonie discursive corresponde à la transmission de savoirs spatio-historiques concernant le colonialisme historique et les territoires anciennement colonisés. Ce constat met en cause l’hypothèse que des savoirs objectifs sont transmis par les institutions éducatives et souligne leur relativité à leurs conditions de production.

Références bibliographiques citées

Bhabha, Homi K. 1994. The Location of Culture, Londres, Routledge.

Hall, Stuart. 1992. « The West and the Rest : Discourse and Power », in Hall et Gieben (dir.), Formations of modernity, Cambridge, UK : Polity Press, p. 184–227.

Lemaire, Sandrine. 2006. « Colonisation et immigration : Des ’points aveugles ’ de l’histoire à l’école ? », in Blanchard, Bancel et Lemaire (dir.), La fracture coloniale, Paris : La Découverte, p. 97-108.

Said, Edward W. 1978. Orientalism, London : Routledge & Kegan Paul.

Young, Robert. 1995. Colonial desire: Hybridity in theory, culture, and race, London and New York : Routledge.

___________________________________________________________________________

Commentaire sur la conférence de Matthias HOENIG : Samuel DEPRAZ (EVS UMR 5600)

Décoloniser nos représentations : quelle(s) traduction(s) du tournant postcolonial dans la géographie française?

L’irruption du postcolonial en géographie est ici analysée à partir des écrits de Claire Hancock, Béatrice Collignon et Fabrice Ripoll. Il y a bien eu un débat autour du post-colonialisme dans la géographie française, principalement dans la seconde moitié des années 2000 dans le cadre de la critique plus générale des sciences humaines au filtre de la postmodernité. Dans ce contexte, on a pu noter une crispation disciplinaire autour de l’irruption de nouveaux objets et de nouveaux questionnements. « Discipline menacée ou dominée », « évitant de s’aventurer en terrain découvert, dans des zones occupées par la sociologie ou l’histoire », la géographie française « hésite à s’exposer en saisissant de nouveaux objets pour lesquels sa légitimité risque d’être mise à mal. Or, la géographie postmoderniste se caractérise par les improbables objets dont elle se saisit. La question ‘est-ce que c’est de la géographie ?’ hante chez nous les esprits » (Collignon, Staszak, 2004).

Un aspect semble avoir cristallisé les malentendus : l’approche postcoloniale, en géographie, ne fait pas référence à un « après » ni à l’historicisme. Ce n’est pas qu’une affaire de temporalité. C’est avant tout un « projet de connaissance » dans lequel on se place « en rupture radicale avec la lecture linéaire, chronologique et séquentielle de l’histoire » (Collignon, 2007) pour parler du présent. En géographie, il s’agit de reconsidérer ses objets d’analyse, ses catégories spatiales en remettant en question des impensés souvent prégnants. On pense en particulier au schéma évolutionniste du progrès, instaurant des catégories d’espaces développés, émergents ou en développement. On pense aux grandes dominations entre aires culturelles, à l’image du découpage nord/sud décrypté par Matthias Hoenig dans son intervention. Le but est « l’instauration d’un regard critique fondé davantage sur la distance spatiale que sur la distance temporelle » (idem), donc un décentrage de notre regard sur les territoires afin de mieux se dégager des logiques d’hégémonie culturelle – au sens de Gramsci – dont nous sommes encore trop souvent les porteurs inconscients.

Un exemple d’application de la démarche postcoloniale est donné par Claire Hancock (2008) dans son étude de l’ « assignation à identité » imposée aux catégories sociales des immigrés, ce statut écrasant la plupart des autres déterminations sociales des individus et produisant, d’un point de vue géographique, des formes de ségrégation socio-spatiales persistantes (espaces de cantonnement, espaces inaccessibles). Les travaux récents sur la pauvreté (Sélimanovski, 2008) ou relatifs aux populations sans-domicile (Zeneidi-Henri, 2002) visent également à déconstruire les déterminations lourdes que portent ces termes en mettant en évidence la pluralité et la complexité des constructions spatiales de ces populations. Ainsi, la démarche postcoloniale déborde largement le champ d’analyse des territoires qui ont été concernés par la colonisation : elle peut utilement s’appliquer à tous les espaces où vivent des populations en position subalterne vis-à-vis d’une norme sociale externe et contraignante.

Pour autant, la critique postcoloniale n’est pas exempte d’écueils. Son principal danger repose sur l’inversion simple des rapports de domination, au motif de réhabiliter les cultures et les sociétés durablement dominées par la colonisation. Une telle démarche ne remet pas en question le problème de la catégorisation dichotomique de départ en eux/nous et ni la hiérarchisation implicite entre valeurs, à l’image de la proposition provocatrice de Dipesh Chakrabarty dans Provincializing Europe (2000) qui cherche à renverser les foyers de la modernité sans se déprendre pour autant d’un modèle développementaliste d’ensemble.

Une proposition centrale de la pensée postcoloniale est d’introduire une pensée ternaire, c’est-à-dire des modèles d’hybridation culturelle qui constituent simultanément des territoires « autres », irréductibles à la seule addition de deux parties adverses qui s’opposeraient en leur sein de manière manichéenne (ex : colon / indigène, modernité / archaïsmes, identité/altérité, etc.). Cette pensée ternaire de l’espace, développée également autour de la notion de « third place » d’Edward Soja (1996), ou encore dans les notions géographiques de « seuils », d’ « interfaces », d’ « entre-deux », cherche à s’extraire de toute position hiérarchique qui mettrait nécessairement en relation de subordination un territoire marginal ou intermédiaire vis-à-vis de normes exogènes. Elle dialogue plus particulièrement avec l’approche d’Homi K. Bhabha qui use du terme « otherness » (l’autreté), également critique vis-à-vis de l’idée d’altérité en tant qu’elle reste construite par miroir sur un référentiel culturel occidental. On la retrouve, enfin, sous la plume des auteurs spécialistes de l’iléité, une identité propre aux espaces archipélagiques qui cherche à se déprendre de toute naturalisation de l’insularité comme contrainte. Elle vise, en somme, à nous « délivrer de l’exotisme » (Hancock, 2006), dans la droite ligne du travail fondateur de Said.

Ce faisant, bien entendu, la démarche postcoloniale prête le flanc à une critique plus générale des approches postmodernes : celle de relativiser les contextes culturels et d’occulter la réalité persistante des rapports de domination. Mais l’évidence de ces logiques de domination est telle qu’il semble assez artificiel de croire que l’on puisse, par une simple pratique du décentrement de l’analyse, faire oublier un fait constitutif de l’histoire même des territoires colonisés ou soumis à des dominations politiques anciennes. La géographie postcoloniale n’efface donc pas la géographie coloniale, mais s’inscrit au contraire pleinement dans ce contexte idéologique qui lui donne sa raison d’être et qu’elle s’efforce de déconstruire.

Quel est l’impact pédagogique d’une telle mutation scientifique, en particulier dans les programmes de l’enseignement secondaire ? Sachant qu’en France, la discipline elle-même reste encore peu réceptive à la démarche critique postcoloniale dans ses objets comme dans ses protocoles de recherche, en trouver des applications dans l’enseignement secondaire semblerait relever de la gageure. La simplification pédagogique à l’œuvre dans les manuels scolaires, en outre, ne laisse guère espérer des remises en question critiques des catégories spatiales utilisées dans l’apprentissage. Pourtant, la question coloniale y est abordée de manière plus polémique, comme Matthias Hoenig l’a montré, au point d’ailleurs de susciter des réactions critiques dans les milieux ultra-conservateurs. Des organisations indépendantes (Fondation Aristote, SOS Education) ont ainsi élaboré une stratégie éditoriale critique afin d’introduire le doute quant à la démarche historique et géographique proposée par les éditeurs scolaires. Elles produisent en réponse leurs propres manuels, fortement teintés de révisionnisme.

Mais le pari éducatif en faveur d’une rénovation des catégories spatiales semble bien ouvert, à l’image des programmes des concours de recrutement des enseignants du secondaire, qui depuis 2016 ont osé une question de programme consacrée à la « France des Marges ». Cette question, difficile mais novatrice pour la géographie, ouvre ainsi la voie à un décentrement louable du positionnement pédagogique des futurs enseignants.

Références bibliographiques citées

Chakrabarty Dipesh. 2000. Provincializing Europe. Postcolonial Thought and Historical Difference, Princeton University Press.

Collignon, Béatrice. 2007. « Note sur les fondements des postcolonial studies », EchoGéo, 1, https://echogeo.revues.org/2089 DOI: 10.4000/echogeo.2089

Collignon, Béatrice & Jean-François Staszak. 2004. « Que faire de la géographie postmoderniste ? », L’Espace géographique, 33, p. 38-42, https://www.cairn.info/revue-espace-geographique-2004-1-page-38.htm, DOI : 10.3917/eg.033.0038

Hancock Claire. 2007. « Délivrez-nous de l’exotisme : quelques réflexions sur des impensés de la recherche géographique sur les Suds (et les Nords) », Autrepart, 41 (1), p. 69-81, http://www.cairn.info/revue-autrepart-2007-1-page-69.htm DOI: 10.3917/autr.041.0069

Hancock, Claire. 2008. « Décoloniser les représentations : esquisse d’une géographie culturelle de nos ‘Autres’ », Annales de géographie, 660-661,(2), p. 116-128, https://www.cairn.info/revue-annales-de-geographie-2008-2-page-116.htm DOI: 10.3917/ag.660.0116

Ripoll, Fabrice. 2006. « Peut-on ne pas être postcolonial ?… surtout quand on est géographe », Espaces-temps.net, https://www.espacestemps.net/en/articles/peut-on-ne-pas-etre-postcolonial-surtout-quand-on-est-geographe-en/

Selimanovski Catherine. 2008. La Frontière de la pauvreté, Presses Universitaires de Rennes.

Soja. Edward W. 1996. Thirdspace: Journeys to Los Angeles and Other Real-and-Imagined Places. Blackwell Publishing: Oxford.

Zeneidi-Henry Djemila. 2002. Les SDF et la ville. Géographie du savoir-survivre, Paris, éditions Bréal, collection D´autre Part.

SÉMINAIRE 2017 : SÉANCE 3

Explorer la ville verticale : approches, objets et premiers résultats

Vendredi 28 avril  2017
Lieu : UMR EVS – 18, rue Chevreul, 69007 Lyon – Salle 604
Horaires : 14h30- 17h00

Intervenants : Manuel Appert (MCF HDR, EVS) et Christian Montès (Pr, EVS)

Présentation de la séance

Programme:
1/ Le programme de recherche Skyline
2/ Ses coulisses ou la déconstruction d’un programme de recherche ANR associant chercheurs et praticiens.

Lyon (Auteur : Manuel Appert )

Le projet Skyline, qui a associé EVS, le LIRIS, l’EIVP et l’Agence d’urbanisme de Lyon (2012-2016), visait à co-construire un concept opérationnel du skyline afin d’introduire des éléments de réflexion objectifs dans le débat public relatif à l’impact paysager des tours. Le skyline véhicule en effet une identité forte des villes. La morphologie de Lyon par exemple se définit autour de Fourvière et la tour de la Part-Dieu. La valorisation paysagère de la Tour Incity n’a été formalisée qu’à partir d’une représentation depuis Fourvière. Le projet SKYLINE se veut donc être un vecteur de prise de conscience de l’importance d’engager une réflexion sur l’impact paysager des tours, notamment dans le contexte du projet Part-Dieu. Notre intervention vise à présenter les principaux résultats de SKYLINE ainsi que les « coulisses » du programme, du montage du projet à sa conduite.
Cette intervention s’adresse aux ateliers 6 et 3, aussi bien aux collègues qu’aux doctorants dans la mesure où nous souhaitons livrer quelques résultats de recherche ainsi qu’ouvrir les modalités de construction, d’évaluation et de conduite du projet.

SÉMINAIRE 2017 : SÉANCE 6

Patrimoine(s) négatif(s): le négatif de quoi?

Vendredi 14 avril  2017
Lieu : UMR EVS – 18, rue Chevreul, 69007 Lyon – Salle 604
Horaires : 14h – 17h30

Intervenant-e-s : Dominique Chevalier (MCF-HDR, EVS), Aliou Gaye (Doctorant, Lyon2, EVS), Racha Royer (Doctorante, Lyon2, EVS), Bastien Caumont (Doctorant, Lyon2, EVS), Benjamin Tremblay (Doctorant, Centre Max Weber – Lyon 2)

Présentation de la séance

Le mémorial de Rivesaltes (Auteur : Dominique Chevalier )

À la suite du procès Barbie (1987), le passé, ce « pays étranger » pour reprendre le titre d’un ouvrage de David Lowenthal [1985], est devenu une force plus puissante que jamais pour envisager le monde contemporain et à venir. L’évocation désormais récurrente du passé dans l’espace public occasionne en effet un changement de significations dans l’appréhension du patrimoine, lequel ne consiste plus seulement en une préservation des objets, mais devient une création, une construction en soi. Le patrimoine n’est dès lors plus seulement appréhendé comme un ensemble d’éléments ou d’artefacts transmis du passé au présent, mais comme un processus, une création permanente visant à répondre à des besoins contemporains [Ashworth, 2012, p. 187]. Ce passé, associé aux différentes formes de patrimoines qu’il embrasse et génère, présente des ressources à la fois culturelles, touristiques et mémorielles. Pour reprendre les propos d’Olivier Lazzarotti, « le tourisme dit culturel et sa rencontre avec le patrimoine participent à la construction du Monde contemporain » [Lazzarotti, 2010].

Continuer la lecture de SÉMINAIRE 2017 : SÉANCE 6

SÉMINAIRE 2017 : SÉANCE 5

 Conditions (et sensibilités) animales comparées

Vendredi, 31 Mars  2017
Lieu : UMR EVS – 18, rue Chevreul, 69007 Lyon

salle 302 (3e étage)

Horaires : 9h – 12h30

Séance coordonnée par Olivier Givre et Anahita Grisoni

Intervenant-e-s :Olivier Givre (Lyon2-EVS), Anahita Grisoni (chercheure associée, EVS), Jérôme Michalon (chercheur associé, Centre Max Weber), Alice Franck (Paris1-PRODYG), Jean Gardin (Paris1-LADYSS)

Présentation de la séance

La question de la place et du statut des animaux fait actuellement l’objet de nombreux (et vifs) débats, tant dans l’espace public, médiatique et politique, qu’en sciences sociales. Entre l’hypothèse d’un « tournant animaliste » appelant à reconsidérer le « point de vue animal » dans la production des connaissances en sciences sociales (sociologie, anthropologie, géographie, histoire, etc.), et la réaffirmation de frontières homme-animal (culturelles et biologiques) établies au long cours, cette question se présente aujourd’hui comme un véritable marqueur épistémologique.

Crédits photos : Olivier Givre

Cependant, la dimension comparative demeure un aspect relativement peu développé des études actuelles portant sur les relations hommes-animaux en sciences sociales. Au-delà d’approches situées, en quoi les rapports entre humains et animaux mobilisent-ils ou révèlent-ils des catégories culturelles et sociales plurielles et souvent conflictuelles ? En quoi, au-delà des configurations locales, s’inscrivent-ils désormais dans des enjeux globaux, autour de la notion de bien-être animal, de la préservation des espèces menacées ou encore des circulations mondiales d’animaux et de « produits animaux » (notamment dans le domaine alimentaire) ?

Continuer la lecture de SÉMINAIRE 2017 : SÉANCE 5

SÉMINAIRE 2017 : SÉANCE 4

De la ville industrielle à la ville créative, les ressorts sociaux de l’innovation

Vendredi 17 mars  2017
Lieu : Saint-Etienne, Campus Carnot,  Salle D03 Telecom Saint-Etienne,  25 rue Dr Rémy Anino
Horaires : 13h30 – 16h00

Intervenant-e-s : Georges GAY (Université Jean Monnet Saint-Etienne-EVS) ; Sylwia Kaczmarek (Univ de Lodz, Pracownia Rewitalizacji Miast-Atelier de Revitalisation Urbaine);  Giovanni Sechi (Université Jean Monnet Saint-Etienne-EVS)

Présentation de la séance

La ville créative, substitut convenu de la ville industrielle en mal de redéveloppement et en quête d’attractivité, se présente comme un objet hybride où s’associent action, voire injonction, et réflexion. Le mot, en effet se décline en une panoplie  de pratiques qui vont de l’organisation d’évènements à la production de configurations spatiales favorisant et exprimant l’émergence d’une ainsi nommée classe créative et dont les commentateurs sont aussi, souvent, les protagonistes.

1. La Biennale du Design, installation
2.les participants de l’Atelier 6 à la Biennale du Design de Saint-Étienne »
Crédits photos : L. Coudroy de Lille, 2017

La répétition des expériences appelle cependant un retour critique sur cette figure du devenir de la ville post-industrielle. C’est cette démarche s’appuyant sur une mise à distance initiale de l’objet « ville créative » que propose le séminaire « De la ville industrielle à la ville créative : les ressorts sociaux de l’innovation », mais en se tenant sur le site du quartier « créatif » de la Manufacture à Saint-Etienne, qui plus est pendant la Biennale de Design, il propose aussi de mettre la dimension réflexive à l’épreuve d’une immersion « dans le terrain ».

Continuer la lecture de SÉMINAIRE 2017 : SÉANCE 4