Archives de catégorie : Activités et productions

Table ronde & Visite commentée : Démolir, renouveler, rénover : que faire des grands ensembles en Europe ? Débat autour de la Russie, de la Pologne, de l’Allemagne et de la France

Atelier faire territoire, faire société

Jeudi 7 avril 2022, 10h-12h – Visite commentée de la Duchère

Vendredi 8 avril 2022, 14h-16h – Table ronde – Salle 604, 18, rue Chevreul, 69007

La chaire de recherche Habiter Ensemble la Ville de Demain et l’Atelier “Faire territoire, faire société”, organisent deux demi journées de travail dans le cadre d’une séance intitulée : “Démolir, renouveler, rénover : que faire des grands ensembles en Europe ? Débat autour de la Russie, de la Pologne, de l’Allemagne et de la France.” 

Deux temps de travail sont prévus :

  • Une visite commentée de la Duchère le jeudi 7 avril, de 10h à midi.
  • Une table ronde le vendredi 8 avril, de 14h à 16h – Salle 604, au 18, rue Chevreul, 69007 Lyon.

–> Participation à la visite commentée et à la table ronde sur inscription.

Ces journées sont organisées par :

Avec la participation de :

  • Daniela Zupan, Assistant Professor of European Cities and Urban Heritage at the Institute for European Urban Studies, Faculty of Architecture and Urbanism, Bauhaus-Universität Weimar
  • Daria Volkova, PhD Student at the Institute for European Urban Studies at Bauhaus University Weimar
  • Laetitia Mongeard, Maîtresse de conférences, UPEC, Lab’Urba
  • Olga Suslova, Doctorante Université Gustave Eiffel, UMR LATTS

***

Présentation de la table ronde :

Dans le cadre d’une analyse croisée du renouvellement urbain en Europe, la chaire de recherche Habiter Ensemble la Ville de Demain organise une table ronde clôturant une mission de terrain à Lyon de deux collègues de l’Université de Weimar. Cette séance est couplée avec le séminaire de l’Atelier « Faire territoire, faire société » de l’UMR EVS.

Les grands ensembles d’habitation constituent une histoire partagée en Europe, dès leur genèse, grâce aux circulations d’urbanistes et d’architectes du mouvement moderne entre les deux guerres, puis aux échanges de techniques et d’usines de préfabrication de part et d’autre du Rideau de Fer à partir des années 1950. Mais alors qu’en France la construction des grands ensembles a été interrompue dans les années 1970, elle s’est poursuivie jusqu’aux années 1990 en Europe de l’Est qui est donc devenue le « royaume du grand ensemble ».

Aujourd’hui, tous ces immeubles ont vieilli, le regard porté sur eux a évolué, et des politiques de réhabilitation ou de rénovation de ces quartiers sont considérées comme nécessaires. Mais de quelle « rénovation » s’agit-il ? A quels objectifs répond-elle ? Quels moyens politiques, économiques, techniques sont déployés à l’égard de ces quartiers ? Quel rôle joue la population habitante, et comment perçoit-elle ces opérations ?

Cette table ronde (en anglais) fait dialoguer les points de vue de chercheuses menant des études sur les transformations des grands ensembles en Russie, en Pologne, en Allemagne et en France. Elle fait suite à des parcours commentés réalisés dans des grands ensembles de la Métropole de Lyon avec nos collègues invitées.

 

                                         

 

 

 

 

Journées d’étude : dans les pas de Lina BO BArdi – leçons pour penser et concevoir un monde plus habitable

Les 15, 16 et 17 mars 2022 auront lieu des journées d’études consacrées à l’architecte italo-brésilienne Lina Bo Mardi. Elles s’intitulent “Dans les pas de Lina Bo Bardi – Leçons pour penser et concevoir un monde plus habitable” et sont organisées par Sandra Fiori et Alessandro Panzeri. Ces journées d’étude auront lieu à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture (ENSA) de Lyon, au 3, rue Maurice Audin à Vaulx-en-Velin, salle 4

–> Programme de la journée d’études

–> Livret détaillé de la journée d’étude

Présentation

Parmi les femmes architectes reconnues de sa génération, l’italo-brésilienne Lina Bo Bardi (Rome, 1914 – São Paulo, 1992) est longtemps restée dans l’ombre en France, par rapport à des personnalités comme Aino Aalto, Jane Drew, Ray Eames, Charlotte Perriand et Alison Smithson, auxquelles la critique a consacré de nombreux ouvrages.

Depuis 2014, qui marque le centenaire de sa naissance, plusieurs manifestations scientifiques et expositions ont toutefois été organisées en Europe pour lui rendre hommage, parmi lesquelles nous pouvons citer: le colloque organisé par l’Université Sapienza di Roma Lina Bo Bardi. Una architetta romana in Brasile (2014); l’ouvrage d’A. Criconia, Lina Bo Bardi. Un’architettura tra l’Italia e il Brasile (Milan, Franco Angeli 2017) ; le projet pédagogique international de 2017-18 Lina Bo Bardi : enseignements partagés, organisée par A. Criconia e E. Essaïan, qui est le fruit d’une collaboration sur deux ans entre l’ENSA de Paris Belleville et l’Université Sapienza di Roma ; la journée d’étude Apprendre à voir Lina/Saper vedere Lina (2018), qui fait partie du même programme pédagogique international. Ajoutons que la Biennale d’architecture de Venise a décerné cette année un « Lion d’or spécial à la mémoire » de Lina Bo Bardi et que 2022 sera l’année du trentenaire de sa disparition.

Ces journées d’étude ont l’ambition d’explorer de nouveaux aspects de l’œuvre de Lina Bo Bardi, au-delà d’une approche biographique désormais bien étudiée et diffusée en tant que telle.

Cette connaissance biographique permet aujourd’hui d’appréhender la figure originale que représente Lina Bo Bardi sous l’angle des circulations géographiques, mais aussi culturelles qui fondent sa trajectoire professionnelle : entre l’Italie – où elle effectue la première partie de sa carrière et revient vivre entre 1972 et 1974 – et le Brésil – où elle émigre en 1946 – ; mais également au sein même du Brésil, entre São Paulo – qui constitue un point d’ancrage incontestable – et Bahia – où elle travaille de 1958 à 1964, puis dans les années 1980.

Sa pensée et son œuvre s’inscrivent pleinement dans le mouvement moderne, puisant leurs racines dans l’école romaine puis milanaise, au contact de figures marquantes de la scène architecturale italienne de l’entre-deux-guerres comme Gustavo Giovannoni, Marcello Piacentini, Carlo Pagani, Giò Ponti, Pietro Maria Bardi et Bruno Zevi. Elle s’en écarte pourtant, à travers le soin qu’elle a toujours accordé au vivant, comme le montre le trait tellement particulier de ses dessins – que l’on trouve dès ses contributions éditoriales italiennes -, mais aussi son architecture construite, influencée en particulier par la culture populaire nordestine qu’elle rencontre à Bahia.

Lina Bo Bardi est l’auteure de près de vingt projets construits, parmi lesquels des maisons (Casa de Vidro, Sao Paulo), des musées (MASP, Sao Paulo), des théâtres (Teatro Oficina, Sao Paulo), des églises (Saint Esprit, Uberlandia), des centres culturels et sportifs (SESC Pompéia, Sao Paulo). Ainsi, elle apparaît non seulement comme l’une des femmes architectes du XXe siècle qui a le plus construit, mais qui a abordé un certain nombre de problématiques (économie, participation, chantier, réemploi, savoirs artisanaux, etc…) trouvant aujourd’hui une forte résonance dans la pratique architecturale contemporaine, au-delà du contexte brésilien.

–> Inscriptions préalables

 

Journée d’étude : L’enquête dans la recherche-création

Journée d’étude “L’enquête dans la recherche-création” – Jeudi 17 et vendredi 18 mars 2022 –

RIZE, 23, rue Valentin Haüy, 69100 Villeurbanne 

Une journée d’étude organisée par Marina Chauliac (IIAC EHESS-CNRS), Olivier Givre (Université Lumière Lyon 2, EVS CNRS) et Vincent Veschambre (directeur du Rize, EVS CNRS)

L’équipe du séminaire Recherche-Création organise une journée d’étude “L’enquête dans la recherche-création” le jeudi 17 et le vendredi 18 mars 2022 au Rize, à Villeurbanne. 

–> Entré libre sur inscription auprès de Olivier Givre avant le 15 mars 2022.

–> Le programme de la journée est disponible ici.

***

Résumé :

Dans le prolongement du séminaire Recherche-Création : Expériences et Potentialités, cette journée d’étude propose d’interroger la notion d’enquête dans les démarches de recherche-création. Ne se limitant pas aux rapports entre sciences et arts, la recherche-création est comprise comme un décloisonnement disciplinaire conduisant à sortir de son « coin institutionnel ». Dans cette optique, la recherche et la création partagent des caractéristiques communes et complémentaires, que ce soit l’importance accordée aux processus situés, à l’expérience et au faire comme connaissance, ou encore le souci de l’essai et de l’exploration. En visant à créer des modalités inédites de perception et de connaissance, cette « pensée en acte » renouvelle les pratiques de l’enquête (être en-quête) comme manière d’être au monde. La recherche-création permet d’appréhender l’enquête comme catégorie épistémologique autant qu’esthétique, désignant à part égale des manières de connaître ou d’analyser et des manières de percevoir ou d’éprouver.

Lors de ces deux journées, nous proposons
de mettre l’accent sur deux aspects complémentaires : l’enquête comme démarche et l’enquête comme relation. Ces deux thèmes serviront de fil conducteur à la présentation d’expériences d’enquête dans le domaine de la recherche-création faisant appel à divers types de supports (audio, audiovisuels, performances, etc.). Les intervenants sont invités à proposer des formats originaux, immersifs, participatifs, sensibles sans se limiter à la seule analyse d’expériences. Ces journées privilégieront ainsi la présentation d’expériences concrètes associant chercheurs et artistes, en faisant retour sur leurs manières de faire enquête et de faire œuvre commune, dans une perspective de recherche-création, et avec une grande latitude pour exposer des pratiques, des résultats, des démarches en cours, des projets, etc. Nous proposons de nous livrer à une restitution en temps réel de ces journées par la fabrication collective d’un podcast audio, qui permettra de laisser une trace inédite de ces journées, conçues elles- mêmes comme matière créative, à des fins de diffusion scientifique et pédagogique. Ce podcast sera ainsi envisagé comme une œuvre partagée.

***

Programme des  journées d’étude :

JEUDI 17 MARS

13h15 : Accueil café (café du Rize)

  • 13h30 : Introduction (Vincent Veschambre, Olivier Givre, Marina Chauliac)

14h00 – 18h00 : L’enquête comme démarche dans la recherche-création – Discutante : Anne Monjaret, ethnologue, CNRS-IIAC.

  • 14h00 – 14h45 : Villeurbanne territoire d’hospitalité,
    une résidence recherche-création au Rize – Lena Osseyran (artiste, architecte et doctorante Radian – Caen), Pascaline Thiollière (École nationale supérieure d’architecture de Grenoble – CRESSON CNRS), Nicolas Tixier (École nationale supérieure d’architecture de Grenoble – CRESSON CNRS).

  • 14h45-15h30 : Tierra Inquieta : la fabrique des émotions – Chiara Ambrosio (réalisatrice et artiste visuelle), Caterina Pasqualino (anthropologue, CNRS- IIAC). 

15h30-16h00 : Pause / plateau radio

  • 16h00-16h45 : Dans l’intimité des bains-douches. Une enquête en recherche-création du collectif LALCA – Julie Bernard (architecte, réalisatrice sonore et plasticienne), Marina Chauliac (anthropologue, IIAC, EHESS-CNRS), Florent Ottello (réalisateur sonore, architecte et artiste chorégraphique).

  • 16h45-17h30 : La démolition urbaine au prisme de la recherche-création. – Jérôme Dupré la Tour (artiste-auteur, Friche Lamartine, Lyon) et Laetitia Mongeard (géographe, Université Paris Est Créteil).

17h30-18h00 : Pause / plateau radio

  • 18h00-20h00 : Le Rize Monologue de Gaza.

 

***

VENDREDI 18 MARS

9h : Accueil café (café du Rize)

9h30 – 13h : L’enquête comme relation dans la recherche-création
Discutante : Marie-Pierre Gibert, anthropologue, Université Lumière-Lyon2, EVS-CNRS.

  • 9h30-10h15 : Dynamiques de l’échec ? Observations transdisciplinaires depuis le projet de recherche-création Administrophone – Anthony Pecqueux (sociologue, CNRS-Centre Max Weber) et Marianne Villière (artiste plasticienne).

  • 10h15 -11h : Le potentiel transformateur des récits en relation avec la Terre : une hypothèse – Nathalie Blanc (directrice de recherche, CNRS-Ladyss, directrice du Centre des politiques de la terre, Paris).

11h – 11h30 : Pause / plateau radio

  • 11h30 -12h15 : Sentir le temps : la recherche-création audiovisuelle à partir des méthodes de l’ethnographie sensorielle – Jeff Silva (anthropologue et cinéaste, La Fabrique, Marseille).

  • 12h15 -13h : Un dispositif d’expérimentation transdisciplinaire : les LaboMobiles – Hugo Montero (ENTPE – Université de Lyon/LAET) et Arnaud Chevallier (Compagnie l’Instant Mobile, Lyon).

13h -14h30 : Déjeuner / plateau radio

  • 14h30-15h30 : Écoute du podcast collaboratif et discussions.

  • 15h30-16h30 : Discussion finale et ouverture : la recherche-création, entre épistémologie transdisciplinaire et innovation culturelle : quelles collaborations possibles ? – Isabelle Lefort (géographe, EVS-CNRS) et Riccardo Ciavolella (anthropologue, CNRS, co-directeur de l’IIAC EHESS-CNRS) – Animation : Marina Chauliac et Olivier Givre

séminaire : images de migrations dans la recherche-création

Vendredi 21 janvier 2022, 10h-13h, en ligne

Une séance organisée par le séminaire “Recherche-Création : Expériences et Potentialités” (EVS/IIAC/DRAC/Rize)

Lien zoom vers la séance

Depuis 2020, le séminaire « Recherche-Création : Expériences et Potentialités » constitue un lieu de rencontres et d’échanges autour d’expériences mêlant travail artistique et scientifique. Cette nouvelle séance est née du constat d’une multiplication de projets de recherche-création dans le domaine des migrations. Depuis les années 2000, la création de nombre de réseaux de militant.es et chercheur.es sur les migrations (Traces, Migreurop, Ancrages…), mais aussi l’intérêt de différents artistes pour cette thématique (voir notamment l’exposition « Persona grata » présentée conjointement par le MacVal et le MNHI en 2018/2019) a conduit à des rapprochements féconds entre chercheur.es et artistes. Labellisée en 2018 Ethnopôle « Migrations, frontières, mémoires », le Centre du Patrimoine Arménien (CPA) à Valence participe de cette dynamique à travers ses expositions et des ateliers ouverts aux chercheur.es en sciences sociales (socio- anthropologie, géographie, histoire) et aux artistes d’horizons disciplinaires variés. Aussi a-t-il paru évident de donner une carte blanche au CPA pour nous présenter deux de ses projets en cours qui questionnent la mise en images et en récits des expériences migratoires via la constitution d’équipes interdisciplinaires croisant enquêtes sur le terrain et créations visuelles.

***

Programme du séminaire

10h – Introduction

  • Marina Chauliac, UMR IIAC, DRAC Auvergne Rhône-Alpes.
  • Olivier Givre, UMR EVS, Université Lumière Lyon2.
  • Vincent Veschambre UMR EVS, Le Rize, Centre Mémoires, cultures, échanges, Villeurbanne.

Présentation du Centre du Patrimoine Arménien, ethnopôle « Migrations, Frontières, Mémoires »

  • Laure Piaton, directrice du CPA
  • Philippe Hanus, coordinateur de l’ethnopôle

10h30 – Atlas Cinéma, un livre ouvert sur les murs de la ville

  • Marie Arlais et Raphaël Rialland, artistes du collectif Etrange Miroir, Nantes

Utilisant la technique du vidéomapping, Atlas Cinéma conte l’histoire d’anonymes d’hier et d’aujourd’hui. Ces portraits donnent naissance à des cartographies qui se dessinent sur les murs et lient la petite et la grande histoire. Ce projet donne lieu à une collaboration scientifique (anthropologues, sociologues, géographes et historiens). Après une phase d’interconnaissance sous la forme de 4 workshops sur deux ans, les chercheur.e.s accompagnent la production des chapitres de l’Atlas et de leurs cartographies.

–> Plus d’informations sur le projet ici

11h30 – Pause

11h40 – Yézidis réfugiés dans la Drôme. Un projet de livre photographique

  • Estelle Amy de la Bretèque, anthropologue, CNRS.
  • Romain Rabier, réalisateur, photographe

Basé sur une collaboration étroite entre une anthropologue et un photographe, ce projet allie réflexion anthropologique, ethnographie de terrain et travail photographique. En choisissant de mêler le texte et l’image, l’objectif est à la fois de dresser un portrait de cette communauté réfugiée dans la Drôme et, en s’appuyant sur l’enquête ethnographique, de soulever des questionnements plus globaux liés à la survivance, la migration et l’intégration.

12h40 – Discussion finale

–> Progamme en PDF

 

Soutenance de thèse – Pierre Colin – 13 décembre

13 décembre – Soutenance de thèse de Pierre Colin :
“Les frontières : une question socialement vive à enseigner. Exemple du lycée professionnel”

 

Le 13 décembre, Pierre Colin, doctorant en géographie à l’UMR EVS 5600 de l’Université Lumière Lyon 2, soutiendra à 14h en salle GAI 303 (Université Lumière Lyon 2 – Campus des Berges du Rhône), sa thèse intitulée « Les frontières : une question socialement vive à enseigner. Exemple du lycée professionnel », réalisée sous la direction de Dominique Chevalier.

Tract électoral réalisé par une élève de Terminale, à la suite du travail sur les frontières de l’Union Européenne. Source : Pierre Colin

Composition du Jury :

  • Dominique CHEVALIER, Maîtresse de conférences – HDR, Université Claude Bernard Lyon1 – INSPÉ
  • Isabelle LEFORT, Professeure, Université Lumière Lyon 2.
  • Caroline LEININGER-FRÉZAL, Maitresse de conférences – HDR, Université de Paris (Rapporteuse)
  • Olivier MENTZ, Professeur, Université des Sciences de l’Éducation, Freiburg.
  • Olivier MORIN, Maître de conférences, Université Claude Bernard Lyon 1 – INSPÉ
  • Bernard REITEL, Professeur, Université d’Artois
  • Anne SGARD, Professeure, Université de Genève. (Rapporteuse)

Résumé :
« Monsieur, il faut fermer les frontières, et vite ! », tels sont les mots de l’un de mes élèves suite aux attentats du 13 novembre 2015 qui ont fait de nombreuses victimes. Les frontières cristallisent les tensions et sont fréquemment au centre de l’actualité, ce que confirme l’exemple de la crise sanitaire liée au COVID-19. Terme polysémique, la « frontière » recouvre des réalités diverses pour une multitude d’acteurs. Il est, par ailleurs, très délicat de lever les ambiguïtés autour de sa définition. De fait les frontières divisent au sein de la société : leurs gestions, leurs utilisations, leurs existences même sont sujets à débats. Ces frontières sont présentes dans l’actualité mais aussi à l’école au travers des programmes scolaires et des questions proposées dans les concours de recrutement des enseignants d’histoire-géographie et de Lettres-Histoire. Les particularités des frontières et leurs existences à l’école en font une question socialement vive dont il convient de prendre en compte les spécificités pour lui assurer un traitement didactique adéquat. Nous abordons dans cette recherche doctorale la question socialement vive des frontières dans un cadre didactique : en conséquence l’analyse se situe par rapport aux savoirs. Ces savoirs sont multiples, de natures variées, et leurs interactions sont nombreuses. En situant notre travail en géographie, l’analyse du rapport au savoir s’inscrit en premier lieu sur le rapport au monde des élèves, autrement dit leurs géographicités. Cette géographicité est amenée à évoluer en raison des thèmes abordés à l’école ; or les frontières sont créatrices de géographicité. En outre, cette recherche s’inscrit dans un lieu particulier : le lycée professionnel. Lieux de formation de la plupart des ouvriers et des employés de demain, les lycées professionnels accueillent des élèves aux profils particuliers puisque ces derniers s’inscrivent dans un projet professionnel précis dès leur entrée au lycée. L’école n’est pas le seul lieu d’apprentissage de ces élèves qui sont pendant 22 semaines en période de formation en entreprise au cours de leur cursus de baccalauréat professionnel. Plus ou moins scolairement dominés, ces jeunes entretiennent avec l’école des relations souvent conflictuelles.
Cette thèse propose d’étudier les frontières dans le cadre scolaire du lycée professionnel et de présenter des pistes didactiques exploitables en classe pour aider les enseignants à gérer cette question socialement vive si particulière.

Résumé :

Mots-clés : Frontière – Question Socialement Vive – Didactique – Rapport au savoir –Géographicité – Démarche – Vivacité – Débat – Géographie scolaire.

Contact : pierre.colin@ac-nancy-metz.fr

 

Journée d’étude du laboratoire junior (co)habiter

      Les membres du laboratoire junior (Co)Habiter ont le plaisir de vous annoncer la tenue de la première journée d’études du Labo Junior (Co)Habiter de la MOM. Intitulée “Les mots de l’habitat et de l’habiter” elle s’attachera à réfléchir aux questions terminologiques liées à l’espace domestique. Elle se tiendra le 4 juin prochain, de 9h30 à 17h15, selon un format hybride (public en visio).



    Voici le formulaire pour vous obtenir le lien zoom afin de vous connecter : https://framaforms.org/journee-detudes-les-mots-de-lhabitat-et-de-lhabiter-labo-cohabiter-1621944475

    Pour plus d’informations : https://cohabiter.hypotheses.org/301.

En espérant vous voir nombreux,
Toute l’équipe de (Co)Habiter
Loïc BENOIT (CIHAM, UMR 5648, CD74)
Blandine BESNARD (Archéorient, UMR 5133)
Emmanuelle DUMAS (IRAA, USR 3155, INRAP)
Clara GRANGER (HiSoMA, UMR 5189)
Guénola INIZAN (EVS, UMR 5600)
Coline POLO (CIHAM, UMR 5648)
Rim SALEH (HiSoMA, UMR 5189)

séminaire de recherche : incertitudes

    Ce séminaire, organisé par l’équipe de recherche EVS-LAURe de l’ENSAL, explore les parts d’indétermination, de tâtonnements et d’intranquillité avec lesquelles nous avons à composer dans nos pratiques d’architectes, de chercheurs et d’enseignants. Comment se ressaisir de ces attributs traditionnellement définis par « le manque de … », en apprivoiser les zones de clair-obscur, en faire reconnaître la valeur ? Nous déclinons ces questions en convoquant autour de l’architecture une pluralité de disciplines et de pratiques et en nous intéressant, au fil des séances, aux intervalles ouverts à l’indétermination dans la conception du projet, à l’art de se saisir des situations, aux processus de dé-mesure et de décalage, ou encore aux esthétiques de la bifurcation. Initialement programmé en 2019-20 et interrompu par la crise sanitaire, le séminaire Incertitudes reprend en visioconférence à partir du 09 mars 2021. Un lien de connexion zoom sera communiqué aux personnes inscrites quelques jours avant les séances.

Formulaire d’inscription : 

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSe-o9rwttjbSTY3kke0PS8mMKX7xOBBr83L3fZGnYCQdZkwhg/view

Pour en savoir plus : 

SEM-INC2021_plaquette

séminaire : l’exposition comme dialogue entre recherche et création artistique

L’exposition comme dialogue
entre recherche et création artistique


Vendredi 30 avril 2021
10h-12h30


Lien gotomeeting : https://global.gotomeeting.com/join/377331085


    Parmi les modalités de collaboration entre chercheurs et artistes, le recours aux dispositifs de l’exposition mérite une attention particulière. Des pratiques de scénographie bien connues dans le champ de la muséologie aux formes d’installations prisées dans les domaines de l’art contemporain, il s’agit d’interroger la mise en dialogue entre oeuvres artistiques et travaux de recherche en sciences sociales : quelles traductions, quelles médiations sont mobilisées ? Comment sont exposées et mises en scène des propositions simultanément scientifiques et artistiques? A partir de deux expériences concrètes, cette séance de séminaire accordera une attention particulière aux dimensions multimodales (audiovisuel, numérique, immersion, performance, conférences in situ, etc.), aux publics et aux effets de la rencontre entre recherche et création dans l’exposition.

Pour en savoir plus : recherche-création et exposition.pdf


Soutenance de thèse, laure masson semple, 6 mai

6 MAI– SOUTENANCE DE THÈSE LAURE MASSON SEMPLE : CRÉER LA VILLE DE DUBAÏ : POUVOIR TRIBAL ET AMÉNAGEMENT URBAIN FACE AU DÉFI DE LA MONDIALISATION.

      Laure Masson Semple, doctorante en géographie à l’UMR EVS 5600 de l’université Lumière Lyon 2, soutiendra le jeudi 6 mai à 14h sa thèse intitulée « Créer la ville de Dubaï : pouvoir tribal et aménagement urbain face au défi de la mondialisation », sous la direction de Fabrice Balanche.

     En raison de la situation sanitaire, la soutenance se tiendra en ligne.

Composition du jury :

  • Marc LAVERGNE, Directeur de recherches CNRS, Rapporteur.
  • Taoufiq SOUAMI, Professeur des Universités, Université Gustave Eiffel, Rapporteur
  • Fabrice BALANCHE, Maître de conférences HDR, Université Lumière Lyon 2
  • Mme Fatiha DAZI-HENI, Chercheur, ministère de la Défense (IRSEM)
  • Mme Lydia COUDROY DE LILLE, Professeure des Universités, Université Lumière Lyon 2
  • Christian MONTES, Professeur des Universités, Université Lumière Lyon 2
  • Alexandre KAZEROUNI, Maître de conférences, École Normale Supérieure de Paris.

Résumé :

    Dubaï réinterroge l’objet géographique qu’est la ville car cette cité-État, tour à tour oubliée du monde, puis pétrolière et enfin en quête d’alternatives à la rente pétrolière, est un territoire mouvant, éminemment résilient et donc difficile à appréhender. La thèse se propose d’étudier comment, depuis les années 2000, la mondialisation retribalise la société et l’économie dubaïotes. Elle explore également la gouvernance tribalo-libérale omnisciente pour montrer comment elle constitue un nouveau modèle de gouvernance et une économie d’agglomération éventuellement transposables.

      Force est de constater que le pouvoir tribal est à la tête d’une cité-État grâce à l’omniscience d’un pouvoir qui se structure en conjuguant tribalisme et modernité. D’autre part, la ville est aussi le territoire qui permet au pouvoir tribal de briller sur la scène internationale en ayant construit son émergence sur son port et sur le savoir-faire portuaire exportable, faisant de Dubaï un hub mondial. En effet, ces infrastructures ont servi de propédeutique à la diversification économique, à l’internationalisation ainsi qu’à l’affirmation du pouvoir économique qui se projette dans l’espace urbain. La saturation de l’espace urbain par le pouvoir tribal et ses homme-liges accroît par ricochet la privatisation de l’économie et de la planification urbaine. Cette emprise croissante sur le territoire urbain révèle la permanence du pouvoir tribal mais aussi son désir de redéfinir le modèle urbain en affichant clairement ses ambitions pour les années 2020 en termes de transition écologique et d’économie de la connaissance. Enfin, cette orientation nouvelle doit à terme se superposer au développement continu du secteur touristique. La ville mondiale est en quête d’une identité qui doit relever le défi de conjuguer à la fois la singularité émirienne et cimenter sa nation dans un paysage dominé majoritairement par les étrangers. Tous peuvent et doivent se reconnaître dans cette ville cosmopolite.

Mots-clés :

‘asabiyya, tribu/qabîla, ethnie, ville mondiale, mondialisation, crony capitalism / capitalisme de la connivence, économie de la connaissance, pouvoir, puissance, smart power, fabrique de la ville, patrimoine/turâth, tourisme, territoire, dawla/état, hauts-lieux, Émir, Dubaï, Émirats Arabes Unis, Cité-État, branding

Contact : davidlaure79@gmail.com

dernier numéro du bulletin de l’association de géographes français

97-3 | 2020
Les mémoires comme ressources et enjeux. Dimensions spatiales, politiques et sociales

Memories as resources and stakes. Spatial, political and social dimensions
Sous la direction de Dominique Chevalier
Couverture du n°97-3/2020

 


nouvelle parution : une autre rome, pierre gras

UNE AUTRE ROME

Les métamorphoses d’une métropole :
du «miracle italien» au « chaos urbain» ?
(1950-2020)

        « Rome n’est plus dans Rome, elle est toute où je suis. » Confirmant la formule de Corneille, l’évolution de la Ville éternelle depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale s’est traduite par des crises et des transformations spectaculaires au plan politique, économique et social, comme en matière d’urbanisme, d’architecture ou de logement. La capitale italienne s’est ainsi métamorphosée en un vaste territoire, urbanisé de façon souvent anarchique, qui s’étend du cœur de la cité antique jusqu’à la mer Tyrrhénienne. Mais qui connaît vraiment cette autre Rome, passée en sept décennies du « miracle italien » au chaos quotidien, si l’on en croit la presse transalpine ?
     Cette enquête historique passionnante, puisant aux meilleures sources italiennes et françaises, offre un regard neuf sur la Rome contemporaine, si attachante et pourtant si complexe.

A paraître en mai 2021, Une autre Rome
est déjà disponible à la commande
sur www.editions-libel.fr – UNE AUTRE ROME_FLYER.pdf

 

séminaire : approches contemporaines de la mémoire

APPROCHES CONTEMPORAINES DE LA MÉMOIRE
Programme du cycle 1 du séminaire – Janvier-juillet 2021
Le Rize, Villeurbanne

  • Saphia Doumenc (Triangle) : doumenc.saphia@gmail.com
  • Thibault Ducloux (Centre Maurice Halbwachs) : ducloux_t@hotmail.fr


       Sur le front de l’actualité de la recherche, de ses avancées, de ses achoppements et de ses débats aussi bien en histoire qu’en géographie sociale, en sciences politiques et en sociologie, ce séminaire ambitionne d’éprouver la notion de « mémoire » en la réinscrivant dans une approche généraliste, interdisciplinaire et empirique. Ne disposant pas du pouvoir de contrainte intellectuelle d’un concept, la polysémique notion de mémoire s’avère transversale à bon nombre de terrains, d’échantillons voire d’objets de recherche. L’enjeu n’est donc pas seulement de réinscrire les faits dits « mémoriels » dans leurs contextes sociaux mais d’explorer les modalités de leur interdépendance. Au-delà de la diversité
des terrains et des « contenus » spécifiques de mémoires, le séminaire sera l’occasion privilégiée d’aborder les questions générales de la construction sociale des mémoires à travers la socialisation – notamment familiale, professionnelle et politique –, des mécanismes centraux de l’oubli et de la réminiscence, de la mémoire mobilisée comme ressource sociale, et aussi de l’institutionnalisation et de la matérialisation en des lieux de certaines mémoires et pas d’autres (la dialectique mémoires individuelles et mémoires collectives traversera donc l’ensemble de ces questionnements). De quoi la mise en mémoire constitue-t-elle le signe ? De quoi ses recompositions témoignent-elles ? En somme, la préoccupation générale du séminaire est de construire la mémoire comme un indicateur scientifique à même de rendre compte de processus sociaux qui ne s’y limitent en aucun cas. Le compte rendu de chaque séance sera publié sur le carnet hypothèses du Rize :
https://mes.hypotheses.org/


CYCLE I – MÉMOIRES SOCIALES : EMPREINTES, FORMES ET DIMENSIONS
À l’amphithéâtre du Rize, de 14h à 17h.


22/01 – Séance d’ouverture : Présentation du séminaire et des enjeux
scientifiques de l’objet mémoriel Vincent Veschambre (directeur du Rize/EVS) et Marie-Claire Lavabre (CEESciences Po)


16/02 – L’enfance des adultes : primes socialisations et mémoires sociales Margot Delon (CENS) et Frédérique Giraud (CERLIS)


16/03 – Mémoires de (lutte de) classes : de l’héritage à la patrimonialisation Michelle Zancarini-Fournel (LARHRA) et Thomas Zanetti (EVS)


13/04 – Espaces et mémoires : la douleur à l’épreuve de l’oubli Dominique Chevalier (EVS) et Anne Hertzog (MRTE)


18/05 – Dominations, discriminations et mémoires silencieuses Fanny Gallot (CRHEC) et Joanne Le Bars [sous réserve]


CYCLE II – CE QUE LES USAGES DU PASSÉ DISENT DU PRÉSENT
– Reprise des séances en septembre 2021

séminaire : “expériences sensibles & recherches urbaines”

Séance de séminaire – Studio « Expériences sensibles & recherches urbaines » du LabEx IMU, atelier « Faire territoire, faire société » du laboratoire EVS UMR 5600 et École urbaine de Lyon

(Perce)voir le film ethnographique

La ville à travers la fenêtre, vieillir et vivre l’urbain

Guillaume Matuzesky

Le 6 avril 2021, 12h-13h45      

Descriptif du séminaire :

    La séance de séminaire coorganisée par le Studio « Expériences sensibles & recherches urbaines » du LabEx IMU, l’atelier « Faire territoire, faire société » du laboratoire EVS UMR 5600 et par l’École urbaine de Lyon vise à travailler à partir d’un court-métrage ethnographique en cours de construction, constitué avec des matériaux audiovisuels issus du terrain de recherche en cours en Colombie.

    Guillaume Matuzesky a vécu en immersion dans une maison familiale bogotaine du quartier Panamericano où cohabitent trois générations (nonagénaire, sexagénaires et trentenaires), interrogeant par-là les activités et l’inactivité lors du processus de vieillissement, les pratiques de soin au sein de la famille et le vécu spatial dans cette période de la vie, selon différentes situations sociales, générationnelles et de genre.

     Cette séance de séminaire poursuit un double objectif.

    Dans le cadre du cycle de séminaires du studio « Expériences sensibles & recherches urbaines » d’IMU, une première partie du séminaire est consacrée à un travail collaboratif autour de la question : « Qu’est-ce que j’ai vu en regardant le court-métrage ? ». Nous faisons en effet l’hypothèse que ce que chacune et chacun des participant.es va (perce)voir sera sensiblement différent. Cette expérience vise alors à interroger la vue et son caractère socialisé (skilled vision), nous permettant ensuite, en élargissant depuis l’expérience de visionnage vers les expériences quotidiennes, de réfléchir sur nos vécus et perceptions sensibles de l’urbain.

    Ce travail commun sera poursuivi par une communication sur les sens et la ville dans le film (faire territoire) et sur la question du soin et du prendre soin dans les dynamiques sociales et intergénérationnelles (faire société).

    Guillaume Matuzesky est doctorant en socio-anthropologie et en géographie à l’Université Lyon 2 (UMR 5600 Environnement Ville Société, associé au LabEx IMU), membre associé à l’Université nationale de Colombie (Centre d’études sociales) et participant au collectif des doctorant.es de l’École urbaine de Lyon. Sa thèse en cours de préparation s’intitule « Vieillir et travailler. Mobilités, activités et expériences du vieillissement à Bogota, Colombie ». Il est enseignant-vacataire au Département d’anthropologie de l’Université Lyon2, au Département de géographie de l’Université Lyon3 et au Collège des humanités et sciences sociales de l’Université Lyon1.

   Le court-métrage ethnographique en cours de réalisation bénéficie d’un soutien important de l’Institut Convergence – École urbaine de Lyon.

Lien de connexion :

https://univ-lyon1.webex.com/univ-lyon1/j.php?MTID=mc7966cd76f017488fab316ec71e8b34c

séance : faire territoire, faire société pour, et avec, les non-humains

Vendredi 2 avril 2021 (10-12h30)

 

Faire territoire,

faire société pour, et avec, les non-humains

 

Séance organisée par

Dominique Chevalier (MCF-HDR Université Lyon INSPE / UMR EVS) & Olivier Givre (MCF Université Lyon2/UMR EVS)

Rond-point situé sur le Bund de Shanghai.
Cliché Dominique Chevalier, 2019

 

     Alors que le champ des recherches en SHS sur les rapports entre humains et non humains est aujourd’hui vaste et diversifié, cette séance propose trois regards disciplinaires (géographie, anthropologie, histoire) sur les enjeux sociospatiaux qui relient, croisent et confrontent les mondes humains et animaux. De la « juste place » aux droits à la « résidence » des animaux*, en passant par leurs diverses qualifications spatiales (espèces endémiques, invasives, locales, exotiques, etc.), nous chercherons à comprendre les formes et les enjeux de la cohabitation. Comment animaux et humains fabriquent et partagent, mais aussi s’imposent et se disputent divers territoires qui sont également des modes de relation et de négociation, des rapports de force ou de coopération ?

*en référence aux travaux d’Isabelle Mauz d’une part, de Sue Donaldson et Will Kymlicka de l’autre.

Farid Benhammou : Docteur d’Agro Paris Tech, Chercheur associé au Laboratoire Ruralités, professeur de géographie en CPGE, lycée C. Guérin (Poitiers).

 “Faire ou non une place aux “envahisseurs” ? Faire territoire et société avec le loup et l’ibis sacré en France.

      La géographie s’enrichit par l’étude des interactions entre les sociétés et les animaux. Ces derniers, quand ils ne sont pas désirés, sont de parfaites figures de l’envahisseur. Pour cela, une approche géopolitique – étude des rivalités de pouvoirs entre des groupes impliquant des territoires – est appropriée. Une espèce « autochtone », le loup et une espèce dite « exotique », l’ibis sacré ont suscité des polémiques nationales ou locales quand elles ont perturbé des territoires par leur « intrusion » dans les jeux d’acteurs locaux. Leurs dégâts (réels ou supposés), leurs origines, leur mode d’arrivée sont des points clés de crispation. La gestion de la faune sauvage par les pouvoirs publics est liée à des arbitrages entre différents acteurs concernés par l’environnement dans les territoires ruraux (agriculteurs, écologistes, chasseurs, usagers divers). Des rapports de force – ou de faiblesse – sont à l’œuvre et les pouvoirs publics tendent à appliquer des méthodes violentes, souvent létales, dans la gestion de la cohabitation avec ces animaux, y compris quand il s’agit d’espèces protégées. Cela témoigne de certaines rigidités culturelles et administratives qui persistent dans la gestion publique territoriale malgré la pseudo-domination d’un discours écologiste. Après avoir abordé les dérives présentes et à venir de la gestion du loup, nous mettrons cela en perspectives en comparant avec la polémique autour des ibis sacrés dans l’Ouest de la France. Nous questionnerons les notions d’espèces envahissantes ou invasives et les controverses, où même les notions d’environnement, de biodiversité, de nature peuvent être instrumentalisées contre ces espèces. C’est ainsi nos conceptions de la nature et de notre rapport aux territoires qui sont questionnées.

 

Julien Bondaz : Maître de conférences en anthropologie (Université Lumière Lyon 2, LADEC-Université Lumière Lyon 2 et Centre Alexandre Koyré-EHESS-CNRS-MNHN, UMR 8560) & Mélanie Roustan : Maître de conférences Muséum national d’histoire naturelle, UMR208 Paloc (Patrimoines locaux, environnement et globalisation, IRD-MNHN).

Faire territoire avec des oiseaux encagés. Politique et heuristique des volières.

     Les volières peuvent être définies comme des espaces artificiels destinés à favoriser le vol des oiseaux tout en les maintenant à la fois captifs et visibles. Elles se donnent généralement à voir comme des ciels miniaturisés et relèvent donc de logiques microcosmiques. Les oiseaux de volière entretiennent en outre des relations métonymiques avec des territoires proches ou – plus souvent – lointains. Mais les volières sont également des collections vivantes et peuvent être analysées comme autant d’agencements biopolitiques. A partir de deux exemples, l’un historique (les volières coloniales) et l’autre ethnographique (la volière immersive du parc zoologique de Paris), on montrera que les volières constituent une porte d’entrée idéale pour interroger l’approche spatiale des interactions entre humains et animaux.

Violette Pouillard : Chargée de recherche CNRS, LARHRA (UMR 5190).

Communautés hybrides, histoire animale et socio-environnementale

     La communication reviendra sur de grands paradigmes – agency (puissance d’agir) et communautés hybrides – et sur les débats associés qui structurent et animent le champ des animal studies. Elle s’attachera à montrer les spécificités et les apports des perspectives historiques, en particulier l’histoire animale et l’histoire socio-environnementale, pour aborder ces questionnements autour de la profondeur et de la forme des relations entre humains et animaux. Les débats théoriques seront évoqués par l’intermédiaire d’exemples articulés autour de l’histoire des jardins zoologiques européens. Les zoos, appréhendés sur le temps long, du début du 19e siècle à nos jours, sont des institutions-microcosmes, qui reflètent et catalysent les rapports – et les asymétries – de pouvoir développés avec et autour des animaux. Leur étude permet de jeter des éclairages situés sur les grands processus historiques de captation, consommation, monstration, domestication, protection et conservation des animaux et de la faune.

 

Les informations pour la connexion sont ici :

Lorsqu’il est l’heure, démarrez votre réunion Webex ici.

 

 

 

vendredi 2 avril 2021

9:50 | (UTC+01:00) Bruxelles, Copenhague, Madrid, Paris | 3 h 30 min.

 

Démarrer la réunion

 

 

Autres de moyens pour rejoindre les réunions :

 

 

Rejoindre la réunion à partir du lien de la réunion

https://univ-lyon1.webex.com/univ-lyon1/j.php?MTID=m1c691f02179e17c47afbe49175c27ef6

 

Rejoindre la réunion par le numéro de la réunion

 

Numéro de la réunion (code d’accès) : 121 426 8654

 

Mot de passe de la réunion : ZnuvhTwZ752

 

Appuyez pour rejoindre la réunion à partir d’un périphérique mobile (uniquement pour les participants)

+33-1851-48835,,1214268654## France Toll

 

 

Rejoindre par téléphone

+33-1851-48835 France Toll

Numéros d’appel internationaux

 

Rejoindre à partir d’un système ou d’une application vidéo

Composer le numéro 1214268654@univ-lyon1.webex.com

Vous pouvez également composer 62.109.219.4 et saisir votre numéro de votre réunion.

 

Rejoindre les réunions via Microsoft Lync ou Microsoft Skype Entreprise

Composer le numéro 1214268654.univ-lyon1@lync.webex.com

 

Si vous êtes un organisateur, cliquez ici pour afficher les informations de l’organisateur.

 

Vous avez besoin d’aide ? Allez à l’adresse https://help.webex.com

Nouvelle parution

       Cette enquête collective à laquelle ont participé deux chercheures d’EVS, Hélène Balazard et Anaïk Purenne, confirme la fréquence des expériences ordinaires de racisme et de discrimination auxquelles les individus sont confrontés, quasiment tous ceux avec lesquels nous avons échangé ayant une histoire à raconter. Elle montre que ces expériences ont des effets bien réels sur les possibilités d’ascension sociale, l’espérance de vie, la mobilité spatiale et résidentielle. Certains des enquêtés rencontrés à Londres ou Montréal ont même quitté la France pour fuir le racisme. Sans que leur situation soit désormais idyllique, ils affirment vivre dans un environnement moins pesant, où les questions raciales et religieuses sont moins prégnantes et hystérisées. L’enquête révèle aussi combien l’expérience du racisme et des discriminations fait naître des interrogations identitaires dans les quartiers populaires. Loin de conduire au repli sur soi cependant, ces épreuves suscitent surtout une aspiration à l’égalité que peinent à prendre en charge partis politiques et mouvements associatifs.