Tous les articles par mariehoffner

Confinement et espaces domestiques : questionnaire

   

       La période particulière de confinement qui se poursuit…
    Derrière l’abstraction du mot et les portes closes de nos lieux de réclusion, il y a nos stratégies pour vivre le mieux ou le moins mal possible ce chemin de vie, nos agencements et nos aménagements de temps et d’espace, nos lassitudes, nos « empêchements », nos solitudes ou nos cohabitations …
    Le questionnaire suivant, essentiellement qualitatif, tente de comprendre comment, individuellement et collectivement, nous peuplons cet espace-temps du confinement.


                                  Voici le lien : https://urlz.fr/cnlK


     Un grand merci à vous pour le temps que vous prendrez à répondre.


     N’hésitez pas à partager le lien auprès de vos proches et dans vos divers réseaux.

rendez-vous le 9 mars

      Comme nous vous l’avons annoncé, un certain nombre d’entre nous avons eu besoin de revenir collectivement au sein de l’UMR sur la LPPR, de nous rassembler et échanger autour de ces questionnements majeurs de nos métiers dès la rentrée  . 

RENDEZ-VOUS  le 9 mars prochain  entre 14h et 17h30 aux Halles du faubourg  (à 13h pour celles et ceux qui souhaitent partager un pique-nique )

      Ce temps  est proposé pour réunir toutes celles et ceux qui participent à la recherche. Nous comptons sur les responsables de composantes pour diffuser l’information et  permettre la participation des personnels d’appui à la recherche statutaires ou non dont la présence est indispensable à notre fonctionnement et des jeunes chercheur.e.s. qui sont le futur.

      Depuis notre dernier mail, la MSH-LSE appelle à  une Assemblée Générale des 53 laboratoires de la MSH le lundi 9 mars à 12h30 dans l’amphi Pacaut de l’IEP de Lyon au rez-de-chaussée du Bâtiment pédagogique, rue Appleton Lyon 7e. Pour permettre à ceux qui le souhaite d’y participer, et de nous le restituer après dans la foulée, le début de notre rencontre est déplacé à 14h

Programme proposé:

1)    La LPPR, point par point : retour sur  les impacts potentiels sur nos différents quotidiens

2)   Exprimons-nous et montez à l’échelle !! : 
        – Et si on évaluait notre bien-être dans l’ESR…  ?
        – Avons nous des dénominateurs communs ? Construction du nuage de nos valeurs communes

Pause et arrêt sur image..

3) Débat mouvant – Quelles actions peut-on, souhaitons nous mener ?

4) Ateliers parallèles- pour qu’il reste quelque chose de notre rencontre
            – Atelier prospective-  
écriture à plusieurs mains  « What if« 
            – Atelier Carto – cartographie de trajectoires de chercheur.e.s
            – Atelier international:  l’herbe est elle plus verte ailleurs ?

séance du 3 avril : pèlerinages, tourismes et patrimoines

Vendredi 3 avril 2020 (9h30-12h30), salle 604, 18 rue Chevreul, 69007 Lyon

PÈLERINAGES, TOURISMES ET PATRIMOINES

Séance organisée par Dominique Chevalier (MCF-HDR Université Lyon INSPE / UMR EVS). La séance est libre et ouverte à un large public.

Photo : Baptêmes dans le Jourdain.
Copyright Encountering the Bible LLC Jackie

 

      Cette nouvelle séance de l’atelier 6 a pour objet les notions de pèlerinages, tourismes et patrimoines. Selon l’Organisation Mondiale du Tourisme, 37% des déplacements internationaux sont liés au tourisme culturel au sein duquel les aspects religieux et spirituels occupent une part importante. Ce tourisme repose sur des dévotions à la mémoire de saints, de lieux d’éclosion d’une tradition religieuse ou d’émergence de figure légendaire mais aussi sur des ensembles de monuments propres au patrimoine religieux. Le processus de patrimonialisation vient alors sublimer la désaffection des fonctions religieuses.

      Trois communications croiseront ces thématiques polysémiques à travers plusieurs exemples.

Marie-Hélène Chevrier, La sécularisation : moteur de la patrimonialisation du pèlerinage ?

Étude de cas des sanctuaires catholiques occidentaux

ATER à la Faculté de Géographie et d’Aménagement de Strasbourg – Laboratoire Image, Ville, Environnement (UMR 7362)

      Lorsqu’on associe les termes de patrimoine et pèlerinage, on pense dans un premier temps aux monuments des grands sanctuaires : le Mont-Saint-Michel, Notre-Dame de Paris, la basilique de Lourdes, les grandes basiliques contemporaines de Guadalupe (Mexico) ou de Fatima, etc. Mais le pèlerinage comprend également tout un patrimoine immatériel de pratiques rituelles, chants, danses, elles-mêmes nécessitant un certain nombre d’objets, de vêtements spécifiques ou autres.

      Le fait de considérer les lieux et les pratiques de pèlerinage comme éléments du patrimoine n’est pas sans lien avec la sécularisation. En effet, plus le religieux est estompé de l’espace public, c’est-à-dire plus il devient rare, plus la société devient consciente de sa valeur. D’un objet omniprésent dans l’espace, le sacré devient un objet à préserver. L’enjeu de cette présentation sera donc de montrer, à travers l’exemple des lieux de pèlerinage catholiques, comment la sécularisation, tout en effaçant le sacré de l’espace public, engendre sa patrimonialisation.

Jackie Feldman, Pèlerin Chrétien, Guide Juif, Terre Sainte : Enclaves sociales et flux de rencontres interreligieuses

Professeur du Département de sociologie et anthropologie à l’université Ben-Gourion du Neguev

      Le pèlerinage en Terre Sainte était généralement compris comme l’expression d’une foi qui attirait les chrétiens de contrés lointaines dans les sites sacrés d’Israël/Palestine façonnés à l’image de la chrétienté du pèlerin.

      Reposant sur trois décennies d’expériences comme guide juif pour pèlerins chrétiens, je montrerai dans cette présentation comment les pèlerinages guidés en Terre Sainte peuvent devenir des lieux où Judaïsme, Christianisme et Terre se constituent mutuellement à travers le dialogue et la performance.

      Ma recherche conceptualise l’espace du pèlerin/touriste comme une zone de contact, un espace tiers où les hôtes, les invités et les médiateurs entrent en interaction et s’influencent l’un l’autre. Mon propos portera sur les potentialités des espaces sacrés qui, à la fois affirment les identités existantes et créent des liens de fidélité transcendant les limites sectaires et politiques.

Sepideh Parsapajouh, Les nouveaux saints du Paradis de Zahra. Quelques réflexions sur la sacralisation des tombes des martyrs de la guerre Iran-Irak (1980-1988)

Chargée de recherche au CNRS, Centre d’études en sciences sociales du religieux (CéSor)

      Les tombes des saints dans les mondes musulmans – tout comme ailleurs – constituent des lieux de dévotions et de visites pieuses (ziyârat). En Iran, ces lieux saints sont très nombreux, or depuis la fin de la guerre Iran-Irak (1980-1988), les tombes de certains martyrs de cette guerre sont aussi devenues des lieux de pratiques dévotionnelles et de les visites pieuse populaires. Dans cette présentation, dans le cadre d’une ethnographie des pratiques effectuée au sein des divisions des martyrs du cimetière de Behesht Zahra (Paradis de Zahra) de Téhéran, nous proposons quelques réflexions sur le processus de sacralisation de ces lieux d’un côté, et de leur patrimonialisation, de l’autre. 

 

comment « Faire société » dans un modèle de compétition ?

        Les ateliers de l’UMR EVS s’associent pour ouvrir un espace de parole et de recherche sur la LPPR et ses implications dans la recherche et pour les métiers de la recherche.

 

      On reste sur le pont pour débattre ? Nous sommes nombreuses et nombreux à souhaiter que l’UMR soit aussi un espace de parole et de solidarité. Pour cela, nous proposons un séminaire inter-atelier permettant une réflexion commune et transversale qui dépasse nos spécialisations.

        Nous affirmons ainsi à quel point la recherche est plus riche quand elle est collaborative, construite collectivement en respectant les apports des différentes disciplines et des différents métiers, en particulier l’importance des administrateur.rice.s et des ingénieur.e.s essentiels pour mener toute recherche. Nous affirmons également notre inquiétude face à la difficulté grandissante des jeunes chercheur.e.s à trouver un emploi stable. Soumis à une compétition intensive, nous souhaitons leur ouvrir un espace d’expression de leurs inquiétudes au sein de l’UMR. Enfin, nous voudrions analyser l’effet des différentes injonctions sur 1) les charges croissantes des enseignant.e.s-chercheur.e.s, 2) sur leur capacité à assurer une activité de recherche et 3) sur leurs possibilités à travailler dans des conditions favorables.

        Quelle contribution pouvons-nous avoir à l’échelle des UMR ? Les 8 ateliers proposent de se rencontrer autour d’un seul séminaire en croisant les différentes questions qui pourraient les animer à ce sujet ! Ensemble et sans compétition !

  1.  La LPPR rime-t-elle avec la fin de la liberté et du bien-être des enseignants-chercheurs, chercheurs et des personnels d’appui à la recherche ?
  2.  Flux, circulations et carrières : conserver l’énergie de faire la recherche
  3.  Métropolisation, concentration, concurrence : la LPPR comme nouvel avatar ?
  4.  Quelles ressources pour des recherches indépendantes face aux lobbys et financeurs ?
  5.  Pour un environnement non darwinien dans la Recherche
  6.  Comment « faire société » dans un modèle de compétition ?
  7.  Espaces critiques : « Réformes universitaires, mouvements de contestation syndicale et Résistances des précaires » : en mai 2020, nous accueillons Mathieu Uhel, Université de Caen, pour nous présenter les implications de la fusion des universités dans l’ouest de la France.
  8.  Comment un mouvement social se donne à voir spatialement: cartographies contributives et cartographies critiques – réflexions à partir des mouvements sociaux récents

        Le séminaire inter-atelier sera programmé courant février-mars afin de nous saisir dès à présent des questionnements partagés dans ce contexte.

Territoires et dispositifs de la recherche-création. Une expérience de résidences d’artistes et de chercheur.es au sein de parcs naturels régionaux

Vendredi 24 janvier

9h30-12h30

 

Le Rize. Mémoires, cultures, échanges

23 Rue Valentin Hauy

69100 Villeurbanne

 

Photo : Dimitri Vazemsky

 

        Cette première séance rassemble des équipes travaillant dans le cadre d’un projet DRAC/APARA de résidences croisées artistes-chercheur.e.s sur la thématique de l’itinérance dans trois parcs naturels régionaux
 
9h30
Introduction
      Marina Chauliac (Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain-IIAC, DRAC Auvergne Rhône-Alpes)Olivier Givre (UMR EVS, Université Lumière Lyon 2)Vincent Veschambre (UMR EVS, Le Rize. Mémoires, cultures, échanges)
 
10h
Présentation des résidences d’artistes et de chercheurs «Chemins faisant»
      Marina Chauliac (DRAC) et Alexandre Vernin (APARA)
 
10h15
«Dire le traversé»
      Dimitri Vazemsky, Ecrivain et plasticien Alexandre Vernin PNR des Baronnies provençales,Avec la participation de Silvia Ala, PNR du Massif des Bauges Armelle Bouquet, PNR du Vercors
 
11h15
«Sonographies»
      Anne Dubos Anthropologue, Membre correspondant, Institut d’Etudes Avan-cées de Nantes, Artiste I Little Heart Movement, Paris I Michelle-Agnès Magalhaes Compositrice
      Avec la participation de:
  • Axel Martiche et Alexia Pallay PNR du Pilat
  • Eléonore Jacquiau Chamska, Marie-Françoise Perret et Lorraine Chenot,
  • PNR des Monts d’Ardèche: Emmanuelle Vin, PNR de la Chartreuse
 

Séminaire «recherche-création»

Expériences et potentialités

EVS/DRAC/Rize

 

      Ce séminaire co-organisé par le laboratoire Environnement Ville Société (Atelier 6 «Faire territoire, faire société»), la Direction régionale des affaires culturelles Auvergne Rhône-Alpes et le Rize, est né d’un constat et d’une envie:-le constat d’une multiplication ces dernières années des expériences mêlant tra-vail artistique et scientifique.-l’envie de renouveler les pratiques de la recherche (et d’enseignement) en y in-tégrant une dimension créative.

      Les rapports entre chercheur.es et artistes, recherche et création sont à la fois un champ fréquenté et peu exploré. Dans le paysage foisonnant et parfois fragmenté des pratiques croisant approches scientifiques et artistiques, la notion de recher-che-création retient notre attention car elle repose sur le postulat que l’artiste est aussi chercheur/enquêteur, et le chercheur est créateur/concepteur. Au lieu de considérer l’artiste comme traducteur du chercheur ou le chercheur comme res-source pour l’artiste, elle explore les interactions, les hybridations, les porosités qui émergent de leur rencontre. Elle engage ainsi une réflexion sur les frontières des pratiques et des postures des un.es et des autres.

      Sous forme d’atelier reposant sur la présentation d’expériences multiples, ce sémi-naire permettra de mener une réflexion partagée sur les cadres et les dispositifs, les processus et les effets des rencontres et du travail collaboratif entre les cher-cheurs et les artistes. Quelles formes prennent ces expériences (commandes, rési-dences, terrains, co-écritures, restitutions? Quels sont leurs enjeux en termes de construction et de renouvellement, mais aussi de reconnaissance de cultures pro-fessionnelles marquées par la transversalité et l’interdisciplinarité? Dans un paysa-ge encore marqué (en France) par les approches disciplinaires, quels sont les es-paces dans lesquels se construisent et se déploient ces démarches, en termes de formation, de mondes professionnels, de cadres de projets, etc.?

    Sans vouloir donner une vision unique et homogène de la recherche-création, ce séminaire-atelier visera à en explorer les potentialités en termes de renouvellement théorique et méthodologique, au sein de la recherche, de l’enseignement, de la pro-fessionnalisation, ainsi que de la participation publique et de la recherche-interventi-on. Il sera consacré à la présentation de projets, de démarches, de mises en situati-on. Il aura pour vocation à offrir un espace/réseau dans lequel on pense à la fois les pratiques et leurs cadres (y compris institutionnels, financiers, etc.), les postures et les réseaux (avec qui travaille-t-on en recherche-création: habitants, personnes-res-sources, relais, etc.?). Il contribuera à ou impulsera des projets, fabriquera un cadre d’expérimentation qui s’adresse autant à des chercheurs et des artistes, que des étudiants et doctorants, des acteurs institutionnels, culturels, territoriaux, associa-tifs…

 

séance du 17 janvier 2020 : d’une berge à l’autre, espaces en tensions

Vendredi 17 janvier 2020 (9h30-12h30), salle 604, 18 rue Chevreul, 69007 Lyon

D’UNE BERGE À L’AUTRE : ESPACES EN TENSIONS

Séance organisée par Dominique Chevalier (MCF-HDR Université Lyon INSPE / UMR EVS). La séance est libre et ouverte à un large public.

Centre-ville de Recife. Collection personnelle de Claudio Jorge Moura de Castilho

 

      Les berges des fleuves sont au cœur de nombreux projets urbains. Entre reconquêtes, requalifications, (ré)appropriations et dominations, les possibilités de tensions sociales, politiques et économiques sont multiples.

      Trois intervenants aborderont ces questions à partir de temporalités et d’exemples diversifiés :

Louis Baldasseroni, À la source de « l’autoroute urbaine ». Tensions autour de l’appropriation publique et monofonctionnelle des quais du Rhône dans les années 1950 à 1990.

Docteur en Histoire contemporaine (Université Paris-Est Marne-la-Vallée, Laboratoire ACP), ATER en Urbanisme à l’École d’Urbanisme de Paris. Page professionnelle : http://acp.u-pem.fr/equipe/louis-baldasseroni

      Dans le contexte actuel de « reconquête » des espaces fluviaux urbains, avec des discours politiques qui vantent les liens retrouvés entre la ville et son/ses cours d’eau, cette communication propose d’interroger sur une longue durée cette orientation récente de l’aménagement urbain. Il s’agit de nuancer la rupture affirmée avec les décennies précédentes, trop rapidement désignées comme une période de « tout-automobile », en éclairant les évolutions des tensions entre aménagement routier et insertion dans l’environnement local. Le caractère particulier de ces territoires fluviaux est à appréhender dès les années 1930-1950 en termes de ressources pour les aménageurs de voies routières, avec pour résultat des infrastructures rigides qui font obstacle à la multifonctionnalité et aux liens avec le fleuve, aujourd’hui très recherché.

      Ces tensions sont particulièrement intéressantes à étudier avec le cas de l’axe Nord-Sud de Lyon, voie routière implantée sur les quais de la rive droite du Rhône à la fin des années 1950. L’étude des archives techniques de cette voie (des services municipaux et des Ponts-et-Chaussées) permet de la réinscrire dans l’évolution des rapports complexes entre la ville et son fleuve, à rebours des discours simplificateurs qui l’assimilent à une « autoroute urbaine ».

Claudio Jorge Moura de Castilho, L’appropriation privée de berges à Recife (Brésil).

Professeur-chercheur au Département de Sciences Géographiques de l’Université Fédérale du Pernambuco, Coordinateur du MSEU (Laboratoire Mouvements Sociaux et Espace Urbain).

      Actuellement, un évident processus d’appropriation privée des berges du fleuve Capibaribe à Recife est en œuvre, en raison notamment de la valorisation symbolique et économico-financière de ces espaces par les élites locales. Il s’agit, en réalité, d’une réappropriation d’espaces auparavant abandonnés par ces mêmes couches sociales désireuses aujourd’hui de les (re)occuper afin de renforcer leurs intérêts de classe dans la ville. Pour ce faire, au travers d’une politique urbanistique basée sur des idées hygiénistes, l’État s’occupe de promouvoir les travaux de construction et les infrastructures nécessaires ainsi que d’articuler des actions pour éloigner les couches sociales pauvres qui se trouvent dans les aires convoitées.

Yves Le Lay, Le modèle de la « reconquête » des berges à l’épreuve des situations locales

Maître de Conférences à l’ENS de Lyon, UMR 5600 EVS.

      Le syntagme « reconquête des berges » est fréquemment utilisé dans le cadre des projets urbains. L’idée de reconquête est révélatrice de la stratégie de domination qui s’exerce à l’égard du contact ville-fleuve. Ces projets d’aménagement peuvent se lire selon deux cadres théoriques, celui des circuits du capital et celui des hétérotopies.

      D’une part, D. Harvey (1 985 et 2003) distingue trois circuits du capital. Cette réflexion radicale a ensuite été prolongée en repérant un quatrième voire un cinquième circuit (Jauhiainen, 2006 ; Seixas, 2014). Ces derniers sont associés à la « ville du jeu » en faisant référence aux activités de loisirs pour les jeunes (et aux activités de soin pour les personnes âgées), mais aussi à la « ville du virtuel » avec notamment la promotion de l’image de la ville.

      D’autre part, dans une conférence radiophonique, Foucault (1967) explique que toutes les sociétés ont des hétérotopies. Spatialement, les hétérotopies présentent un système d’ouverture et de fermeture par rapport à leur environnement. De plus, elles juxtaposent plusieurs espaces dans un seul lieu réel, comme le jardin, le zoo ou l’aquarium qui sont conçus comme des microcosmes. D’un point de vue actoriel, les hétérotopies fonctionnent comme des espaces de compensation ou d’illusion.

      Les projets de reconquête des berges misent sur l’altérité pour leur redonner de l’attractivité. Le paysage fluvial est hanté par quelques témoins des écosystèmes aquatiques, par des héritages des anciennes activités liées au fleuve, par des références fantomatiques aux projets architecturaux et urbanistiques réalisés dans d’autres métropoles ou encore par l’anticipation de ce que pourrait être la ville de demain. Cinq dimensions de ces projets seront ainsi explorées :

– Hétérochronie : le permanent et l’éphémère

– Spectralité temporelle : références au passé et avant-gardisme

– Thématisation et exception

– Une fonction par rapport au reste de la ville : le divertissement

– Ouverture et fermeture.

      Les changements paysagers que de nombreuses villes ont initiés sur leurs berges fluviales procèdent d’une volonté de reconquête et, partant, de domination sur un espace qui est souvent considéré comme au bord du monde. Malgré leur intensité, les opérations de réaménagement ne font pas table rase du passé : grues, portiques et hangars continuent de hanter les berges. De manière similaire, même si la limite terre-eau a été simplifiée, durcifiée et repoussée au profit de la ville, quelques bribes de nature urbaine sont également mises en valeur. Ces éléments fantomatiques favorisent le ressourcement des usagers. Il n’en demeure pas moins qu’un même modèle urbanistique se retrouve à l’échelle mondiale, ce qui n’est pas propice à l’invention pragmatiste de réponses qui émergeraient à mesure que se définit une situation locale questionnante.

séminaire creabalk #2

Showing, Seeing, Hearing Balkan Cities.
CREABALK seminar #2 – 12-14th December, Thessaloniki

        CREABALK (Creative Balkans) is an international network of academic and cultural partners (Aix-Marseille Université, the University of Macedonia, Université Lumière Lyon 2 and the Institut français de Thessalonique) focusing on the city as a research and creation lab. Based in Thessaloniki, CREABALK aims at promoting innovative research and pedagogical projects linking social sciences and creative disciplines, in Southeast Europe and Mediterranean countries.

       This second CREABALK seminar proposes to explore fiction as well as documentary images and sounds of the Balkan city. Films and soundscapes are matters of sensory perception and social imagination, depiction and creation, narration and performance. How urban experiences look like and sound like? We will also put the accent on the ways researchers and creators enter the city scene at the crossroads of art and science.

 

Venue a lyon de madame manal yahiouche, architecte et doctorante

EVS accueille du 19 novembre au 03 décembre 2019 Madame Manal Yahiouche, architecte et doctorante en urbanisme à la Faculté d’architecture et d’urbanisme université Salah Boubnider , Constantine 3, et affiliée au Laboratoire « de l’architecture à l’urbanisme. Technique, espace et société » (AUTES) l’Université de Constantine 3 (Algérie).

Photo : La ville nouvelle Ali Mendjeli , Constantine , et les projets du : Tramway , les Universités Constantine 2 , constantine 3 , les centres commerciaux Ritaj Mall , La Coupole , Sans Visa
Credits : Manal Yahiouche

 

       Sa thèse s’intitule Les NTIC et les projets structurants, Approche prospective, Cas de la ville nouvelle Ali Mendjeli –Constantine. Elle traite la question de l’impact des projets structurants sur l’une des plus importantes villes nouvelles en Algérie, et le mode d’intégration des nouvelles technologies d’information et de communication NTIC, dans une approche prospective.
         Généralement, ses travaux portent sur les villes nouvelles, les villes intelligentes, le développement durable, le projet urbain, et la mobilité durable. Elle enseigne le projet urbain à la faculté d’architecture et d’urbanisme de Constantine.

modification du programme de la séance du 4 décembre :PENSER LA VILLE DE DEMAIN EN CONTEXTE ANTHROPOCENIQUE

Mercredi 4 décembre 2019 (14-17h), salle F003, INSPE, 5 rue Anselme, 69004 Lyon
Séminaire Atelier 6

Séance organisée par Dominique Chevalier (MCF-HDR Université Lyon INSPE / UMR EVS). L’INSPE accueille le séminaire EVS en ses murs. Les personnels Éducation nationale sont attendus pour cette séance de séminaire ouverte à un large public.

Hôtel de Ville en construction. Montpellier. 23 mai 2009.
Cliché : Dominique Chevalier

 

      La révolution urbaine constitue une mutation majeure de l’histoire des sociétés humaines. Le XXème siècle a vu le nombre d’urbains mondiaux passer de 250 millions à 3,5 milliards, et selon l’ONU trois quarts de l’humanité résideront dans des villes à l’horizon 2050. Ces villes de demain seront très vraisemblablement radicalement différentes de celles que nous connaissons aujourd’hui. Raréfaction des ressources, réchauffement climatique, explosion démographique, concentration urbaine, augmentation du nombre de métropoles, transformation des grands équilibres économiques mondiaux, pauvreté, exclusion, pollution, insécurité… l’étendue des défis liés au phénomène urbain se manifeste avec intensité.
       Comment aujourd’hui se projeter dans la ville de demain ?

Cinq intervenant·es répondront à cette question :


• Florian Pons, « Réfléchir à une démarche participative pour faire envisager la ville durable de demain : un exemple de géographie prospective au collège ».
• Jérôme Goffette, « Les multiples visages de la ville dans la science-fiction ».
• Sina Safadi et Philippe Federici, « La carte un outil pour dialoguer et se disputer sur l’avenir de territoire ? »
• Sophie Buhnik, « Le problème de la continuité résidentielle dans les villes japonaises ultra-vieillissantes. De la quête du sol au souci d’y échapper ».

Présentation des interventions :


Florian Pons, Réfléchir à une démarche participative pour faire envisager la ville durable de demain : un exemple de géographie prospective au collège.

Florian Pons est Doctorant à l’Université Lyon2 et membre du laboratoire EVS

         Enseignant en collège REP, mes élèves de 6e ont été incités à imaginer, penser, réfléchir à « La ville de demain » à travers une démarche prospective. L’analyse du projet, descriptive et réflexive, permet de dégager des réussites et des manques sur les trois temps du projet : un état des lieux, l’élaboration de scénarios et la mise en débat. Le but du projet était d’ouvrir la classe sur le monde réel en connectant l’établissement au quartier, grâce notamment au lien tissé avec la mairie d’arrondissement et des partenaires extérieurs tout en développant la réflexion et la prise de décision collective. Les spécificités des difficultés d’un grand nombre d’élèves en REP interrogent la notion « d’élève acteur de son travail » qui requiert des prérequis au collège, parfois non maîtrisés. Cela permet aussi de réfléchir au rapport au savoir et la possibilité d’être crédible en tant qu’acteur sur son territoire dès le plus jeune âge.

Jérôme Goffette, Les multiples visages de la ville dans la science-fiction

Jérôme Goffette est Maître de Conférences en philosophie à l’Université Lyon 1, et membre du laboratoire EVS.

      Mes travaux de recherche m’ont conduit à étudier l’imaginaire du corps dans la science-fiction. Je propose de présenter ici toute une palette de visions des mondes urbains dans la science-fiction – de la ville-vestige à la ville-planète en passant par la ville-animale – puis de tenter une réflexion prolongeant La Poétique de l’espace de Gaston Bachelard et d’autres réflexions issues des sciences humaines et de la philosophie.


Sina Safadi et Philippe Federici, La carte un outil pour dialoguer et se disputer sur l’avenir de territoire ?

Sina Safadi est Coordinateur du projet « prospective et citoyennetés » ENS de Lyon-IFE, Doctorant EHESS, IIAC-LACI.
Philippe Federici est Ingénieur de recherche à DUNES

    La production de l’espace est le fait d’une multitude d’acteurs suscitant une pluralité de transactions sociales. Accompagner une réflexion sur la ville de demain, à l’heure où le climat fait une entrée fracassante en devenant un acteur majeur de notre compréhension du monde, contribue à (re)définir cet enjeu. En effet, parvenir à un monde habitable demain n’est plus une (pré)occupation de certains acteurs décisionnaires, qui définissent eux-mêmes ce que signifie l’habitabilité, mais appartient également à une multitude d’acteurs et suscite une multitude de (ré)inventions des manières d’habiter ce monde. Celles-ci sont très concrètes, à travers de petits gestes, ou très théoriques, à travers des réflexions sur notre manière d’être au monde. C’est dans ces nouveaux espaces de fabrication et de compréhension du monde, espace de dialogues et de conflictualités, qu’il devient possible de réinvestir des questions de partages et de transmissions de connaissances, de savoirs et de compétences. Comment l’institution scolaire, en tant que lieu de production et de transmission de savoirs, peut-elle contribuer, et prendre sa part, dans la fabrication du monde de demain ?
     Sans prétendre répondre à cette question, l’exemple des usages et des mésusages d’un objet-frontière, une carte numérique, Mon territoire en 3D, fabriqué dans le cadre d’une recherche collaborative propose quelques éléments de réflexion à partir de données empiriques récoltées lors d’expérimentations conduites en classe.

Sophie Buhnik, Le problème de la continuité résidentielle dans les villes japonaises ultra-vieillissantes. De la quête du sol au souci d’y échapper.

Sophie Buhnik est chercheuse à l’Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise (UMIFRE 19, MEAE-CNRS)

        Depuis les années 2000, la part des plus de 65, 75 et même 85 ans dans la population totale de la plupart des villes japonaises, a dépassé le seuil de 21%, qui définit « l’ultra-vieillissement » démographique selon de nombreuses nomenclatures statistiques. En raison de son articulation à un taux de natalité et à des soldes migratoires faibles voire négatifs, ce phénomène ne soulève pas seulement de – coûteux – besoins d’adaptation des infrastructures de proximité aux collectivités locales concernées. Il entraîne aussi un problème de continuité résidentielle : nous entendons par là le remplacement de la génération des Baby-boomers, qui a accédé à la propriété d’un logement durant des périodes de forte croissance économique et urbaine, par des générations aux parcours de vie plus instables et moins tournées vers la primo-accession pavillonnaire.
    Notre présentation propose de mieux expliquer la répartition à la fois très diffuse mais géographiquement inégale de la vacance résidentielle au Japon. Cela nécessite de rappeler le contexte institutionnel et juridique ainsi que les évolutions socio-économiques et politiques qui ont participé à une dévalorisation durable des prix fonciers et immobiliers, dans les périphéries des grandes agglomérations japonaises en particulier. Cette dévalorisation est telle qu’elle a suscité un ensemble de débats autour du « négabilier » (fudôsan) ou immobilier qui fait perdre de l’argent aux héritiers et aux collectivités au lieu d’être rentabilisable. Nous verrons comment le législateur japonais notamment, tente d’aider les collectivités à gérer les non-reprises de biens vacants dans le cadre de stratégies de revitalisation.

changement de programme pour la séance du 22 novembre. villes et genres : changements de regard sur le partage de l’espace ?

22 novembre 2019 (9h30-12h30), salle 604, 18 rue Chevreul, 69007 Lyon

Quand les violences domestiques s’inscrivent dans l’espace public. Rue Gay Lussac, Paris, 12 octobre 2019 ©D. Chevalier

 

Séance organisée par Dominique Chevalier (MCF-HDR Université Lyon INSPE, UMR EVS) et Sophie Vareilles (MCF INSA de Lyon, UMR EVS).


        Cette séance commune aux ateliers 3 et 6 du laboratoire EVS (UMR 5600) sera consacrée à la question du partage de l’espace urbain selon le genre.
        Depuis une trentaine d’années, les travaux corrélant les pratiques urbaines et les rapports sociaux de genre se sont développés, et le constat que la ville reste sexiste et androcentrée demeure collectivement partagé.
Cette matinée permettra d’enrichir les réflexions déjà menées sur les normes de genre dans la prise en compte des politiques publiques et de réfléchir aux manières de co-construire une ville plus juste, plus égalitaire et plus accessible pour tous et toutes.

Trois intervenant·es présenteront leurs travaux :

Amandine Chapuis, « Revendiquer la place des femmes dans la ville. Approche géographique d’une action collective de femmes »


Amandine Chapuis est Maîtresse de Conférences en Géographie à l’INSPE de Créteil Laboratoire Analyse Comparée des Pouvoirs, UPEM, Groupe de recherche Justice, Espace, Discriminations, Inégalités


        Son intervention propose de rendre compte d’un travail d’enquête de plus de deux ans en immersion auprès d’un collectif de femmes de la banlieue nord de Paris, mené conjointement avec sa collègue Sophie Blanchard (Lab’Urba). Cette recherche sur le temps long croise observation participante, entretiens, analyse des supports de l’action militante et étude de son traitement médiatique. La revendication principale de ce collectif concernant l’appropriation de l’espace public par les femmes, elle positionne clairement l’espace urbain comme enjeu des rapports sociaux de sexe et interpelle ainsi très directement les géographes. Cette intervention montrera donc comment, en se penchant sur les spatialités d’une action collective de femmes, cette enquête permet d’apporter à la connaissance de la dimension genrée du fonctionnement des espaces urbains et de la dimension spatiale des rapports de genre.

Camille Martinez, « De quel projet politique les politiques urbaines genrées sont-elles le nom ? »


Camille Martinez est doctorante ENTPE, Laboratoire RIVES-EVS


            Bien que les études proposant de lier les rapports sociaux de genre à l’aménagement urbain se développent depuis près de quarante ans, penser et fabriquer les villes avec le genre par l’élaboration de « politiques urbaines genrées » (Claire Hancock, 2012) est une perspective récente en France (Louargant, 2017).
          Depuis 2012, l’égalité entre les femmes et les hommes est devenue un principe général d’action de la politique de la ville et le nouveau cadre de référence établi dans les contrats de ville de 2015-2020 en fait l’une des trois priorités transversales. En octobre 2016, après Vienne (Autriche), Berlin (Allemagne) ou Barcelone (Espagne), Paris est la première ville française à publier un guide référentiel Genre et espace public à destination des aménageurs en vue de «construire un environnement urbain plus égalitaire». Depuis janvier 2018, la ville de Lyon travaille également à la réalisation d’un guide sur la prise en compte du genre dans les projets urbains. Encouragées par les préconisations européennes autour du gendermainstreaming, ces politiques urbaines soucieuses de la place des femmes affichent pour objectif de corriger les inégalités et de renouveler les manières de fabriquer la ville. Elles naviguent cependant entre plusieurs écueils. A travers une sociologie fine des acteurs qui gravitent autour de la promotion de l’égalité femmes hommes dans l’aménagement il s’agira d’identifier la manière dont ceux-ci font face aux tensions voire participent à leur production.

Éva San Martin, « La déprise spatiale des femmes vivant des situations de violence conjugale »


Éva San Martin est formatrice au CPFP La Rouatiere. Doctoresse en Géographie sociale, Université Bordeaux Montaigne, UMR Passages.


          Cette intervention aborde les effets de pouvoir provoqués par la violence conjugale sur les manières d’habiter les espaces par les partenaires féminines. En prenant appui sur un dispositif de recherche déployé dans le cadre d’une thèse doctorale, cette intervention montre que cette violence conditionne l’utilisation des espaces et la mobilité des femmes concernées ; à l’extérieur comme à l’intérieur du domicile. Elle provoque la réduction des lieux susceptibles d’être fréquentés, et la possibilité de s’engager dans le jeu social, participant ainsi d’une perte des habiletés spatiales. Il se produit ainsi une déprise spatiale au bénéfice d’un renforcement de la féminisation des espaces domestiques, et de leur évincement des espaces publics et privés, ce qui vient à l’encontre de la possibilité d’une mixité et de l’exercice d’une citoyenneté spatiale.

séance du 4 décembre 2019 : Penser la ville de demain en contexte anthropocènique

Mercredi 4 décembre 2019 (14-17h), salle F003, INSPE, 5 rue Anselme, 69004 Lyon

Séminaire Atelier 6

Séance organisée par Dominique Chevalier (MCF-HDR Université Lyon INSPE / UMR EVS). L’INSPE accueille le séminaire EVS en ses murs. Les personnels Éducation nationale sont attendus pour cette séance de séminaire ouverte à un large public.

Hôtel de Ville en construction. Montpellier. 23 mai 2009.
Cliché : Dominique Chevalier

 

        La révolution urbaine constitue une mutation majeure de l’histoire des sociétés humaines. Le XXème siècle a vu le nombre d’urbains mondiaux passer de 250 millions à 3,5 milliards, et selon l’ONU trois quarts de l’humanité résideront dans des villes à l’horizon 2050. Ces villes de demain seront très vraisemblablement radicalement différentes de celles que nous connaissons aujourd’hui. Raréfaction des ressources, réchauffement climatique, explosion démographique, concentration urbaine, augmentation du nombre de métropoles, transformation des grands équilibres économiques mondiaux, pauvreté, exclusion, pollution, insécurité… l’étendue des défis liés au phénomène urbain se manifeste avec intensité. Comment aujourd’hui se projeter dans la ville de demain ?

Quatre intervenants répondront, à leur façon, à cette question :

  • Florian Pons, « Réfléchir à une démarche participative pour faire envisager la ville durable de demain : un exemple de géographie prospective au collège ».

  • Jérôme Goffette, « Les multiples visages de la ville dans la science-fiction ».

  • Sina Safadi et Philippe Federici, « La carte un outil pour dialoguer et se disputer sur l’avenir de territoire ? »

Présentation des interventions :

Florian Pons , Réfléchir à une démarche participative pour faire envisager la ville durable de demain : un exemple de géographie prospective au collège.

Florian Pons est Doctorant à l’Université Lyon2 et membre du laboratoire EVS

        Enseignant en collège REP, mes élèves de 6e ont été incités à imaginer, penser, réfléchir à  « La ville de demain » à travers une démarche prospective. L’analyse du projet, descriptive et réflexive, permet de dégager des réussites et des manques sur les trois temps du projet : un état des lieux, l’élaboration de scénarios et la mise en débat. Le but du projet était d’ouvrir la classe sur le monde réel en connectant l’établissement au quartier, grâce notamment au lien tissé avec la mairie d’arrondissement et des partenaires extérieurs tout en développant la réflexion et la prise de décision collective. Les spécificités des difficultés d’un grand nombre d’élèves en REP interrogent la notion « d’élève acteur de son travail » qui requiert des prérequis au collège, parfois non maîtrisés. Cela permet aussi de réfléchir au rapport au savoir et la possibilité d’être crédible en tant qu’acteur sur son territoire dès le plus jeune âge.

Jérôme Goffette, Les multiples visages de la ville dans la science-fiction 

Jérôme Goffette est Maître de Conférences en philosophie à l’Université Lyon 1, et membre du laboratoire EVS.

        Mes travaux de recherche m’ont conduit à étudier l’imaginaire du corps dans la science-fiction. Je propose de présenter ici toute une palette de visions des mondes urbains dans la science-fiction – de la ville-vestige à la ville-planète en passant par la ville-animale – puis de tenter une réflexion prolongeant La Poétique de l’espace de Gaston Bachelard et d’autres réflexions issues des sciences humaines et de la philosophie.

Sina Safadi et Philippe Federici, La carte un outil pour dialoguer et se disputer sur l’avenir de territoire ?

Sina Safadi est Coordinateur du projet « prospective et citoyennetés » ENS de Lyon-IFE, Doctorant EHESS, IIAC-LACI.

Philippe Federici est Ingénieur de recherche à DUNES

         La production de l’espace est le fait d’une multitude d’acteurs suscitant une pluralité de transactions sociales. Accompagner une réflexion sur la ville de demain, à l’heure où le climat fait une entrée fracassante en devenant un acteur majeur de notre compréhension du monde, contribue à (re)définir cet enjeu. En effet, parvenir à un monde habitable demain n’est plus une (pré)occupation de certains acteurs décisionnaires, qui définissent eux-mêmes ce que signifie l’habitabilité, mais appartient également à une multitude d’acteurs et suscite une multitude de (ré)inventions des manières d’habiter ce monde. Celles-ci sont très concrètes, à travers de petits gestes, ou très théoriques, à travers des réflexions sur notre manière d’être au monde. C’est dans ces nouveaux espaces de fabrication et de compréhension du monde, espace de dialogues et de conflictualités, qu’il devient possible de réinvestir des questions de partages et de transmissions de connaissances, de savoirs et de compétences. Comment l’institution scolaire, en tant que lieu de production et de transmission de savoirs, peut-elle contribuer, et prendre sa part, dans la fabrication du monde de demain ?

        Sans prétendre répondre à cette question, l’exemple des usages et des mésusages d’un objet-frontière, une carte numérique, Mon territoire en 3D, fabriqué dans le cadre d’une recherche collaborative propose quelques éléments de réflexion à partir de données empiriques récoltées lors d’expérimentations conduites en classe.

séminaire atelier 6 : travailler l’espace, travailler dans l’espace

Travailler l’espace, travailler dans l’espace

Séminaire Atelier 6 / CTT

Crédits photo : Jeanne Robert

 

Vendredi 8 novembre 2019 (9h-12h30), Université Lumière Lyon2, bâtiment Bélénos, salle 158B.

 

        Dans cette séance de séminaire commune à l’atelier 6 et à la composante Corps, Travail, Territoire, nous nous proposons d’interroger sous différents angles les rapports entre travail et territoire, à partir de travaux d’enquête reposant sur des cas et des échelles diversifiés : industrie du tabac en Macédoine du Nord, filière du tilleul dans les Baronnies (France), entretien des espaces publics dans l’agglomération lyonnaise. Ces perspectives pourront concerner les dimensions proprement économiques et politiques du travail industriel et agraire, les liens aux lieux et aux milieux qui se manifestent dans une filière spécifique, les manières concrètes de travailler l’espace et dans l’espace du point de vue d’un métier en particulier.

 

Miladina Monova (Académie Bulgare des Sciences, Institutes for the Study of Societies and Knowledge, Sofia), Les enjeux de l’économie domestique dans l’espace urbain : l’exemple des familles d’ouvriers producteurs de tabac en Macédoine du Nord.

Jeanne-Martine Robert (Université Lumière-Lyon2, UMR EVS) : Travail, territoire, milieu : comment penser l’espace de l’action pour comprendre et transformer le travail en milieu rural ? L’exemple de la « filière tilleul » dans les Baronnies.

Marie-Pierre Gibert (Université Lumière-Lyon2, UMR EVS) : Prendre soin de l’espace public. Le travail des cantonniers au service du nettoiement de la métropole lyonnaise.

 

 

villes et genres : changements de regard sur le partage de l’espace ?

Vendredi 22 novembre 2019, 9h30-12h30, salle 604, 18 rue Chevreul, 69007 Lyon
Séminaire commun aux ateliers 3 et 6

Séance organisée par Dominique Chevalier (MCF-HDR Université Lyon INSPE, UMR EVS) et Sophie Vareilles (MCF INSA de Lyon, UMR EVS).

Quand les violences domestiques s’inscrivent dans l’espace public. Rue Gay Lussac, Paris, 12 octobre 2019 ©D. Chevalier

 

        Cette séance commune aux ateliers 3 et 6 du laboratoire EVS (UMR 5600) sera consacrée à la question du partage de l’espace urbain selon le genre. Depuis une trentaine d’années, les travaux corrélant les pratiques urbaines et les rapports sociaux de genre se sont développés, et le constat que la ville reste sexiste et androcentrée demeure collectivement partagé. Cette matinée permettra d’enrichir les réflexions déjà menées sur les normes de genre dans la prise en compte des politiques publiques et de réfléchir aux manières de co-construire une ville plus juste, plus égalitaire et plus accessible pour tous et toutes.

Trois intervenants présenteront leurs travaux :

  • Amandine Chapuis, « Revendiquer la place des femmes dans la ville. Approche géographique d’une action collective de femmes »
  • Camille Martinez, « De quel projet politique les politiques urbaines genrées sont-elles le nom ? »
  • Yves Raibaud, « Genre, sport et villes »

***

Présentation des interventions :

Amandine Chapuis, « Revendiquer la place des femmes dans la ville. Approche géographique d’une action collective de femmes »

Amandine Chapuis est Maîtresse de Conférences en Géographie à l’INSPE de Créteil Laboratoire Analyse Comparée des Pouvoirs, UPEM, Groupe de recherche Justice, Espace, Discriminations, Inégalités

        Son intervention propose de rendre compte d’un travail d’enquête de plus de deux ans en immersion auprès d’un collectif de femmes de la banlieue nord de Paris, mené conjointement avec sa collègue Sophie Blanchard (Lab’Urba). Cette recherche sur le temps long croise observation participante, entretiens, analyse des supports de l’action militante et étude de son traitement médiatique. La revendication principale de ce collectif concernant l’appropriation de l’espace public par les femmes, elle positionne clairement l’espace urbain comme enjeu des rapports sociaux de sexe et interpelle ainsi très directement les géographes. Cette intervention montrera donc comment, en se penchant sur les spatialités d’une action collective de femmes, cette enquête permet d’apporter à la connaissance de la dimension genrée du fonctionnement des espaces urbains et de la dimension spatiale des rapports de genre.

Camille Martinez, « De quel projet politique les politiques urbaines genrées sont-elles le nom ? »

Camille Martinez est doctorante ENTPE, Laboratoire RIVES-EVS

         Bien que les études proposant de lier les rapports sociaux de genre à l’aménagement urbain se développent depuis près de quarante ans, penser et fabriquer les villes avec le genre par l’élaboration de « politiques urbaines genrées » (Claire Hancock, 2012) est une perspective récente en France (Louargant, 2017).

        Depuis 2012, l’égalité entre les femmes et les hommes est devenue un principe général d’action de la politique de la ville et le nouveau cadre de référence établi dans les contrats de ville de 2015-2020 en fait l’une des trois priorités transversales. En octobre 2016, après Vienne (Autriche), Berlin (Allemagne) ou Barcelone (Espagne), Paris est la première ville française à publier un guide référentiel Genre et espace public à destination des aménageurs en vue de «construire un environnement urbain plus égalitaire». Depuis janvier 2018, la ville de Lyon travaille également à la réalisation d’un guide sur la prise en compte du genre dans les projets urbains. Encouragées par les préconisations européennes autour du gendermainstreaming, ces politiques urbaines soucieuses de la place des femmes affichent pour objectif de corriger les inégalités et de renouveler les manières de fabriquer la ville. Elles naviguent cependant entre plusieurs écueils. A travers une sociologie fine des acteurs qui gravitent autour de la promotion de l’égalité femmes hommes dans l’aménagement il s’agira d’identifier la manière dont ceux-ci font face aux tensions voire participent à leur production.


Yves Raibaud, « Genre, sport et villes »

Yves Raibaud est géographe, Maître de Conférences HDR émérite, Université Bordeaux Montaigne, UMR Passages.

        Des études réalisées dans plusieurs pays européens montrent que le niveau des pratiques sportives des femmes tend à rattraper celui des hommes. Cependant les femmes sont deux fois moins nombreuses à être licenciées dans un club ou une association sportive. Leurs activités se déroulent plus souvent au sein d’activités commerciales ou en pratiques libres, moins dans un cadre associatif ou municipal et sur des équipements subventionnés par les collectivités. Les travaux menées sur plusieurs villes françaises arrivent à peu près au même constat : environ 75% des budgets publics destinés à promouvoir ou encourager les pratiques sportives reviennent aux hommes (Maruejouls, 2014, Bacou, 2014).

        Les différences de pratiques sportives entre les sexes pourraient donc se refléter dans l’usage de la ville, d’autant plus lorsque celle-ci apparaît « faite par et pour les hommes » et en particulier les sportifs et leurs avatars, les hommes virils et dominants. Si le sport est devenu « un genre commun du monde occidental », « un des mécanismes les plus efficaces et les plus rapides de diffusion des pratiques, d’aménagement du territoire et d’organisation spatiale » (Augustin, Suchet, 2017), les études de genre viennent mettre un grain de sable dans l’engrenage : le sport n’est-il que le reflet de ces inégalités (comme il peut l’être d’autres inégalités liées aux rapports de classe, ‘race’, ou âge et à leurs imbrications) ? Participe-t-il, au contraire, à produire ces normes de genre qui prescrivent ce qu’est être un homme, ce qu’est être une femme dans les espaces où elles et ils interagissent (Goffman, 2002[1977]) ?


Contacts : Dominique Chevalier (dominique.chevalier@univ-lyon1.fr) et Sophie Vareilles (sophie.vareilles@insa-lyon.fr)

nouvelle parution

Vient de paraître dans la revue Espaces et Sociétés 2018/4 (n° 175) – Dossier : Biens communs et territoires

L’habitat coopératif, vecteur de nouveaux communs territoriaux à Barcelone

Par Diego Miralles Buil
[https://antreautre.hypotheses.org/]

Photo : « Nous construisons des habitations pour bâtir une communauté » : Panneau de présentation de l’habitat coopératif La Borda (Barcelone)
Crédits photo : Diego Miralles Buil, novembre 2016

 

Résumé :

L’actuel développement de l’habitat coopératif en cession d’usage à Barcelone témoigne d’une volonté des habitants de se réapproprier le secteur du logement mais aussi plus largement le territoire. Dans cet article, nous verrons comment la réémergence de cette forme d’habitat alternatif a engendré une prise de conscience de la part des acteurs du logement barcelonais, menant notamment au développement de politiques municipales considérant le logement comme un bien commun. Mais les mouvements sociaux pour le droit au logement considèrent avant tout le commun comme praxis autour de l’idée de l’agir en commun, rompant ainsi en partie avec le concept défendu par la municipalité. Néanmoins, les projets de coopératives d’habitation en cession d’usage actuellement en développement à Barcelone attestent d’un nouvel agencement d’acteurs abordant le logement sous le prisme des communs, esquissant ainsi une nouvelle manière de concevoir l’habitat, vectrice de nouveaux communs territoriaux.

Mots-clés: Barcelone ; Habitat coopératif ; Valeur d’usage ; Logement social ; Commun ; Reterritorialisation ; Cession d’usage.

Plus d’informations et accès à l’article : https://antreautre.hypotheses.org/883

NOUVELLE PARUTION

Vient de paraître dans la revue Sud-Ouest Européen N° 46, 2018 – Dossier : Produire et réguler l’habitat dans la péninsule ibérique depuis la crise de 2018


La reterritorialisation du secteur du logement et de l’habitat à Barcelone et Madrid.
Vers une nouvelle gouvernance urbaine de l’habitat ?


Par Diego Miralles Buil
[https://antreautre.hypotheses.org/]

Photo : des collectifs militants qui tentent de se réapproprier leur quartier (« Ils nous jettent dehors… Quartier résigné? Non! »)
Crédits photo : Diego Miralles Buil, avril 2019 (quartier du Raval, Barcelone)


Résumé :


Les élections municipales espagnoles de mai 2015 ont mené à un important renouvellement des équipes municipales de Madrid et Barcelone dont plusieurs membres proviennent de collectifs luttant pour le droit au logement. Dans cet article, nous nous demanderons comment ces nouvelles municipalités développent un nouveau discours sur l’habitat ainsi que des formes alternatives d’accès au logement. Nous aborderons tout particulièrement la volonté de réaffirmation des acteurs publics sur le thème du logement ainsi que leur tentative de réarticulation avec les collectifs militant pour le droit au logement. Nous tenterons de démontrer que cette articulation témoigne d’un processus de reterritorialisation du secteur du logement posant les bases d’une nouvelle forme de gouvernance urbaine de l’habitat.

Mots clés : habitat coopératif ; municipalisme ; logement social ; biens communs ; reterritorialisation.
Plus d’informations : https://antreautre.hypotheses.org/893