Tous les articles par mariehoffner

Journée d’étude du laboratoire junior (co)habiter

      Les membres du laboratoire junior (Co)Habiter ont le plaisir de vous annoncer la tenue de la première journée d’études du Labo Junior (Co)Habiter de la MOM. Intitulée « Les mots de l’habitat et de l’habiter » elle s’attachera à réfléchir aux questions terminologiques liées à l’espace domestique. Elle se tiendra le 4 juin prochain, de 9h30 à 17h15, selon un format hybride (public en visio).



    Voici le formulaire pour vous obtenir le lien zoom afin de vous connecter : https://framaforms.org/journee-detudes-les-mots-de-lhabitat-et-de-lhabiter-labo-cohabiter-1621944475

    Pour plus d’informations : https://cohabiter.hypotheses.org/301.

En espérant vous voir nombreux,
Toute l’équipe de (Co)Habiter
Loïc BENOIT (CIHAM, UMR 5648, CD74)
Blandine BESNARD (Archéorient, UMR 5133)
Emmanuelle DUMAS (IRAA, USR 3155, INRAP)
Clara GRANGER (HiSoMA, UMR 5189)
Guénola INIZAN (EVS, UMR 5600)
Coline POLO (CIHAM, UMR 5648)
Rim SALEH (HiSoMA, UMR 5189)

séminaire de recherche : incertitudes

    Ce séminaire, organisé par l’équipe de recherche EVS-LAURe de l’ENSAL, explore les parts d’indétermination, de tâtonnements et d’intranquillité avec lesquelles nous avons à composer dans nos pratiques d’architectes, de chercheurs et d’enseignants. Comment se ressaisir de ces attributs traditionnellement définis par « le manque de … », en apprivoiser les zones de clair-obscur, en faire reconnaître la valeur ? Nous déclinons ces questions en convoquant autour de l’architecture une pluralité de disciplines et de pratiques et en nous intéressant, au fil des séances, aux intervalles ouverts à l’indétermination dans la conception du projet, à l’art de se saisir des situations, aux processus de dé-mesure et de décalage, ou encore aux esthétiques de la bifurcation. Initialement programmé en 2019-20 et interrompu par la crise sanitaire, le séminaire Incertitudes reprend en visioconférence à partir du 09 mars 2021. Un lien de connexion zoom sera communiqué aux personnes inscrites quelques jours avant les séances.

Formulaire d’inscription : 

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSe-o9rwttjbSTY3kke0PS8mMKX7xOBBr83L3fZGnYCQdZkwhg/view

Pour en savoir plus : 

SEM-INC2021_plaquette

séminaire : l’exposition comme dialogue entre recherche et création artistique

L’exposition comme dialogue
entre recherche et création artistique


Vendredi 30 avril 2021
10h-12h30


Lien gotomeeting : https://global.gotomeeting.com/join/377331085


    Parmi les modalités de collaboration entre chercheurs et artistes, le recours aux dispositifs de l’exposition mérite une attention particulière. Des pratiques de scénographie bien connues dans le champ de la muséologie aux formes d’installations prisées dans les domaines de l’art contemporain, il s’agit d’interroger la mise en dialogue entre oeuvres artistiques et travaux de recherche en sciences sociales : quelles traductions, quelles médiations sont mobilisées ? Comment sont exposées et mises en scène des propositions simultanément scientifiques et artistiques? A partir de deux expériences concrètes, cette séance de séminaire accordera une attention particulière aux dimensions multimodales (audiovisuel, numérique, immersion, performance, conférences in situ, etc.), aux publics et aux effets de la rencontre entre recherche et création dans l’exposition.

Pour en savoir plus : recherche-création et exposition.pdf


Soutenance de thèse, laure masson semple, 6 mai

6 MAI– SOUTENANCE DE THÈSE LAURE MASSON SEMPLE : CRÉER LA VILLE DE DUBAÏ : POUVOIR TRIBAL ET AMÉNAGEMENT URBAIN FACE AU DÉFI DE LA MONDIALISATION.

      Laure Masson Semple, doctorante en géographie à l’UMR EVS 5600 de l’université Lumière Lyon 2, soutiendra le jeudi 6 mai à 14h sa thèse intitulée « Créer la ville de Dubaï : pouvoir tribal et aménagement urbain face au défi de la mondialisation », sous la direction de Fabrice Balanche.

     En raison de la situation sanitaire, la soutenance se tiendra en ligne.

Composition du jury :

  • Marc LAVERGNE, Directeur de recherches CNRS, Rapporteur.
  • Taoufiq SOUAMI, Professeur des Universités, Université Gustave Eiffel, Rapporteur
  • Fabrice BALANCHE, Maître de conférences HDR, Université Lumière Lyon 2
  • Mme Fatiha DAZI-HENI, Chercheur, ministère de la Défense (IRSEM)
  • Mme Lydia COUDROY DE LILLE, Professeure des Universités, Université Lumière Lyon 2
  • Christian MONTES, Professeur des Universités, Université Lumière Lyon 2
  • Alexandre KAZEROUNI, Maître de conférences, École Normale Supérieure de Paris.

Résumé :

    Dubaï réinterroge l’objet géographique qu’est la ville car cette cité-État, tour à tour oubliée du monde, puis pétrolière et enfin en quête d’alternatives à la rente pétrolière, est un territoire mouvant, éminemment résilient et donc difficile à appréhender. La thèse se propose d’étudier comment, depuis les années 2000, la mondialisation retribalise la société et l’économie dubaïotes. Elle explore également la gouvernance tribalo-libérale omnisciente pour montrer comment elle constitue un nouveau modèle de gouvernance et une économie d’agglomération éventuellement transposables.

      Force est de constater que le pouvoir tribal est à la tête d’une cité-État grâce à l’omniscience d’un pouvoir qui se structure en conjuguant tribalisme et modernité. D’autre part, la ville est aussi le territoire qui permet au pouvoir tribal de briller sur la scène internationale en ayant construit son émergence sur son port et sur le savoir-faire portuaire exportable, faisant de Dubaï un hub mondial. En effet, ces infrastructures ont servi de propédeutique à la diversification économique, à l’internationalisation ainsi qu’à l’affirmation du pouvoir économique qui se projette dans l’espace urbain. La saturation de l’espace urbain par le pouvoir tribal et ses homme-liges accroît par ricochet la privatisation de l’économie et de la planification urbaine. Cette emprise croissante sur le territoire urbain révèle la permanence du pouvoir tribal mais aussi son désir de redéfinir le modèle urbain en affichant clairement ses ambitions pour les années 2020 en termes de transition écologique et d’économie de la connaissance. Enfin, cette orientation nouvelle doit à terme se superposer au développement continu du secteur touristique. La ville mondiale est en quête d’une identité qui doit relever le défi de conjuguer à la fois la singularité émirienne et cimenter sa nation dans un paysage dominé majoritairement par les étrangers. Tous peuvent et doivent se reconnaître dans cette ville cosmopolite.

Mots-clés :

‘asabiyya, tribu/qabîla, ethnie, ville mondiale, mondialisation, crony capitalism / capitalisme de la connivence, économie de la connaissance, pouvoir, puissance, smart power, fabrique de la ville, patrimoine/turâth, tourisme, territoire, dawla/état, hauts-lieux, Émir, Dubaï, Émirats Arabes Unis, Cité-État, branding

Contact : davidlaure79@gmail.com

dernier numéro du bulletin de l’association de géographes français

97-3 | 2020
Les mémoires comme ressources et enjeux. Dimensions spatiales, politiques et sociales

Memories as resources and stakes. Spatial, political and social dimensions
Sous la direction de Dominique Chevalier
Couverture du n°97-3/2020

 


nouvelle parution : une autre rome, pierre gras

UNE AUTRE ROME

Les métamorphoses d’une métropole :
du «miracle italien» au « chaos urbain» ?
(1950-2020)

        « Rome n’est plus dans Rome, elle est toute où je suis. » Confirmant la formule de Corneille, l’évolution de la Ville éternelle depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale s’est traduite par des crises et des transformations spectaculaires au plan politique, économique et social, comme en matière d’urbanisme, d’architecture ou de logement. La capitale italienne s’est ainsi métamorphosée en un vaste territoire, urbanisé de façon souvent anarchique, qui s’étend du cœur de la cité antique jusqu’à la mer Tyrrhénienne. Mais qui connaît vraiment cette autre Rome, passée en sept décennies du « miracle italien » au chaos quotidien, si l’on en croit la presse transalpine ?
     Cette enquête historique passionnante, puisant aux meilleures sources italiennes et françaises, offre un regard neuf sur la Rome contemporaine, si attachante et pourtant si complexe.

A paraître en mai 2021, Une autre Rome
est déjà disponible à la commande
sur www.editions-libel.fr – UNE AUTRE ROME_FLYER.pdf

 

séminaire : approches contemporaines de la mémoire

APPROCHES CONTEMPORAINES DE LA MÉMOIRE
Programme du cycle 1 du séminaire – Janvier-juillet 2021
Le Rize, Villeurbanne

  • Saphia Doumenc (Triangle) : doumenc.saphia@gmail.com
  • Thibault Ducloux (Centre Maurice Halbwachs) : ducloux_t@hotmail.fr


       Sur le front de l’actualité de la recherche, de ses avancées, de ses achoppements et de ses débats aussi bien en histoire qu’en géographie sociale, en sciences politiques et en sociologie, ce séminaire ambitionne d’éprouver la notion de « mémoire » en la réinscrivant dans une approche généraliste, interdisciplinaire et empirique. Ne disposant pas du pouvoir de contrainte intellectuelle d’un concept, la polysémique notion de mémoire s’avère transversale à bon nombre de terrains, d’échantillons voire d’objets de recherche. L’enjeu n’est donc pas seulement de réinscrire les faits dits « mémoriels » dans leurs contextes sociaux mais d’explorer les modalités de leur interdépendance. Au-delà de la diversité
des terrains et des « contenus » spécifiques de mémoires, le séminaire sera l’occasion privilégiée d’aborder les questions générales de la construction sociale des mémoires à travers la socialisation – notamment familiale, professionnelle et politique –, des mécanismes centraux de l’oubli et de la réminiscence, de la mémoire mobilisée comme ressource sociale, et aussi de l’institutionnalisation et de la matérialisation en des lieux de certaines mémoires et pas d’autres (la dialectique mémoires individuelles et mémoires collectives traversera donc l’ensemble de ces questionnements). De quoi la mise en mémoire constitue-t-elle le signe ? De quoi ses recompositions témoignent-elles ? En somme, la préoccupation générale du séminaire est de construire la mémoire comme un indicateur scientifique à même de rendre compte de processus sociaux qui ne s’y limitent en aucun cas. Le compte rendu de chaque séance sera publié sur le carnet hypothèses du Rize :
https://mes.hypotheses.org/


CYCLE I – MÉMOIRES SOCIALES : EMPREINTES, FORMES ET DIMENSIONS
À l’amphithéâtre du Rize, de 14h à 17h.


22/01 – Séance d’ouverture : Présentation du séminaire et des enjeux
scientifiques de l’objet mémoriel Vincent Veschambre (directeur du Rize/EVS) et Marie-Claire Lavabre (CEESciences Po)


16/02 – L’enfance des adultes : primes socialisations et mémoires sociales Margot Delon (CENS) et Frédérique Giraud (CERLIS)


16/03 – Mémoires de (lutte de) classes : de l’héritage à la patrimonialisation Michelle Zancarini-Fournel (LARHRA) et Thomas Zanetti (EVS)


13/04 – Espaces et mémoires : la douleur à l’épreuve de l’oubli Dominique Chevalier (EVS) et Anne Hertzog (MRTE)


18/05 – Dominations, discriminations et mémoires silencieuses Fanny Gallot (CRHEC) et Joanne Le Bars [sous réserve]


CYCLE II – CE QUE LES USAGES DU PASSÉ DISENT DU PRÉSENT
– Reprise des séances en septembre 2021

séminaire : « expériences sensibles & recherches urbaines »

Séance de séminaire – Studio « Expériences sensibles & recherches urbaines » du LabEx IMU, atelier « Faire territoire, faire société » du laboratoire EVS UMR 5600 et École urbaine de Lyon

(Perce)voir le film ethnographique

La ville à travers la fenêtre, vieillir et vivre l’urbain

Guillaume Matuzesky

Le 6 avril 2021, 12h-13h45      

Descriptif du séminaire :

    La séance de séminaire coorganisée par le Studio « Expériences sensibles & recherches urbaines » du LabEx IMU, l’atelier « Faire territoire, faire société » du laboratoire EVS UMR 5600 et par l’École urbaine de Lyon vise à travailler à partir d’un court-métrage ethnographique en cours de construction, constitué avec des matériaux audiovisuels issus du terrain de recherche en cours en Colombie.

    Guillaume Matuzesky a vécu en immersion dans une maison familiale bogotaine du quartier Panamericano où cohabitent trois générations (nonagénaire, sexagénaires et trentenaires), interrogeant par-là les activités et l’inactivité lors du processus de vieillissement, les pratiques de soin au sein de la famille et le vécu spatial dans cette période de la vie, selon différentes situations sociales, générationnelles et de genre.

     Cette séance de séminaire poursuit un double objectif.

    Dans le cadre du cycle de séminaires du studio « Expériences sensibles & recherches urbaines » d’IMU, une première partie du séminaire est consacrée à un travail collaboratif autour de la question : « Qu’est-ce que j’ai vu en regardant le court-métrage ? ». Nous faisons en effet l’hypothèse que ce que chacune et chacun des participant.es va (perce)voir sera sensiblement différent. Cette expérience vise alors à interroger la vue et son caractère socialisé (skilled vision), nous permettant ensuite, en élargissant depuis l’expérience de visionnage vers les expériences quotidiennes, de réfléchir sur nos vécus et perceptions sensibles de l’urbain.

    Ce travail commun sera poursuivi par une communication sur les sens et la ville dans le film (faire territoire) et sur la question du soin et du prendre soin dans les dynamiques sociales et intergénérationnelles (faire société).

    Guillaume Matuzesky est doctorant en socio-anthropologie et en géographie à l’Université Lyon 2 (UMR 5600 Environnement Ville Société, associé au LabEx IMU), membre associé à l’Université nationale de Colombie (Centre d’études sociales) et participant au collectif des doctorant.es de l’École urbaine de Lyon. Sa thèse en cours de préparation s’intitule « Vieillir et travailler. Mobilités, activités et expériences du vieillissement à Bogota, Colombie ». Il est enseignant-vacataire au Département d’anthropologie de l’Université Lyon2, au Département de géographie de l’Université Lyon3 et au Collège des humanités et sciences sociales de l’Université Lyon1.

   Le court-métrage ethnographique en cours de réalisation bénéficie d’un soutien important de l’Institut Convergence – École urbaine de Lyon.

Lien de connexion :

https://univ-lyon1.webex.com/univ-lyon1/j.php?MTID=mc7966cd76f017488fab316ec71e8b34c

séance : faire territoire, faire société pour, et avec, les non-humains

Vendredi 2 avril 2021 (10-12h30)

 

Faire territoire,

faire société pour, et avec, les non-humains

 

Séance organisée par

Dominique Chevalier (MCF-HDR Université Lyon INSPE / UMR EVS) & Olivier Givre (MCF Université Lyon2/UMR EVS)

Rond-point situé sur le Bund de Shanghai.
Cliché Dominique Chevalier, 2019

 

     Alors que le champ des recherches en SHS sur les rapports entre humains et non humains est aujourd’hui vaste et diversifié, cette séance propose trois regards disciplinaires (géographie, anthropologie, histoire) sur les enjeux sociospatiaux qui relient, croisent et confrontent les mondes humains et animaux. De la « juste place » aux droits à la « résidence » des animaux*, en passant par leurs diverses qualifications spatiales (espèces endémiques, invasives, locales, exotiques, etc.), nous chercherons à comprendre les formes et les enjeux de la cohabitation. Comment animaux et humains fabriquent et partagent, mais aussi s’imposent et se disputent divers territoires qui sont également des modes de relation et de négociation, des rapports de force ou de coopération ?

*en référence aux travaux d’Isabelle Mauz d’une part, de Sue Donaldson et Will Kymlicka de l’autre.

Farid Benhammou : Docteur d’Agro Paris Tech, Chercheur associé au Laboratoire Ruralités, professeur de géographie en CPGE, lycée C. Guérin (Poitiers).

 « Faire ou non une place aux « envahisseurs » ? Faire territoire et société avec le loup et l’ibis sacré en France.

      La géographie s’enrichit par l’étude des interactions entre les sociétés et les animaux. Ces derniers, quand ils ne sont pas désirés, sont de parfaites figures de l’envahisseur. Pour cela, une approche géopolitique – étude des rivalités de pouvoirs entre des groupes impliquant des territoires – est appropriée. Une espèce « autochtone », le loup et une espèce dite « exotique », l’ibis sacré ont suscité des polémiques nationales ou locales quand elles ont perturbé des territoires par leur « intrusion » dans les jeux d’acteurs locaux. Leurs dégâts (réels ou supposés), leurs origines, leur mode d’arrivée sont des points clés de crispation. La gestion de la faune sauvage par les pouvoirs publics est liée à des arbitrages entre différents acteurs concernés par l’environnement dans les territoires ruraux (agriculteurs, écologistes, chasseurs, usagers divers). Des rapports de force – ou de faiblesse – sont à l’œuvre et les pouvoirs publics tendent à appliquer des méthodes violentes, souvent létales, dans la gestion de la cohabitation avec ces animaux, y compris quand il s’agit d’espèces protégées. Cela témoigne de certaines rigidités culturelles et administratives qui persistent dans la gestion publique territoriale malgré la pseudo-domination d’un discours écologiste. Après avoir abordé les dérives présentes et à venir de la gestion du loup, nous mettrons cela en perspectives en comparant avec la polémique autour des ibis sacrés dans l’Ouest de la France. Nous questionnerons les notions d’espèces envahissantes ou invasives et les controverses, où même les notions d’environnement, de biodiversité, de nature peuvent être instrumentalisées contre ces espèces. C’est ainsi nos conceptions de la nature et de notre rapport aux territoires qui sont questionnées.

 

Julien Bondaz : Maître de conférences en anthropologie (Université Lumière Lyon 2, LADEC-Université Lumière Lyon 2 et Centre Alexandre Koyré-EHESS-CNRS-MNHN, UMR 8560) & Mélanie Roustan : Maître de conférences Muséum national d’histoire naturelle, UMR208 Paloc (Patrimoines locaux, environnement et globalisation, IRD-MNHN).

Faire territoire avec des oiseaux encagés. Politique et heuristique des volières.

     Les volières peuvent être définies comme des espaces artificiels destinés à favoriser le vol des oiseaux tout en les maintenant à la fois captifs et visibles. Elles se donnent généralement à voir comme des ciels miniaturisés et relèvent donc de logiques microcosmiques. Les oiseaux de volière entretiennent en outre des relations métonymiques avec des territoires proches ou – plus souvent – lointains. Mais les volières sont également des collections vivantes et peuvent être analysées comme autant d’agencements biopolitiques. A partir de deux exemples, l’un historique (les volières coloniales) et l’autre ethnographique (la volière immersive du parc zoologique de Paris), on montrera que les volières constituent une porte d’entrée idéale pour interroger l’approche spatiale des interactions entre humains et animaux.

Violette Pouillard : Chargée de recherche CNRS, LARHRA (UMR 5190).

Communautés hybrides, histoire animale et socio-environnementale

     La communication reviendra sur de grands paradigmes – agency (puissance d’agir) et communautés hybrides – et sur les débats associés qui structurent et animent le champ des animal studies. Elle s’attachera à montrer les spécificités et les apports des perspectives historiques, en particulier l’histoire animale et l’histoire socio-environnementale, pour aborder ces questionnements autour de la profondeur et de la forme des relations entre humains et animaux. Les débats théoriques seront évoqués par l’intermédiaire d’exemples articulés autour de l’histoire des jardins zoologiques européens. Les zoos, appréhendés sur le temps long, du début du 19e siècle à nos jours, sont des institutions-microcosmes, qui reflètent et catalysent les rapports – et les asymétries – de pouvoir développés avec et autour des animaux. Leur étude permet de jeter des éclairages situés sur les grands processus historiques de captation, consommation, monstration, domestication, protection et conservation des animaux et de la faune.

 

Les informations pour la connexion sont ici :

Lorsqu’il est l’heure, démarrez votre réunion Webex ici.

 

 

 

vendredi 2 avril 2021

9:50 | (UTC+01:00) Bruxelles, Copenhague, Madrid, Paris | 3 h 30 min.

 

Démarrer la réunion

 

 

Autres de moyens pour rejoindre les réunions :

 

 

Rejoindre la réunion à partir du lien de la réunion

https://univ-lyon1.webex.com/univ-lyon1/j.php?MTID=m1c691f02179e17c47afbe49175c27ef6

 

Rejoindre la réunion par le numéro de la réunion

 

Numéro de la réunion (code d’accès) : 121 426 8654

 

Mot de passe de la réunion : ZnuvhTwZ752

 

Appuyez pour rejoindre la réunion à partir d’un périphérique mobile (uniquement pour les participants)

+33-1851-48835,,1214268654## France Toll

 

 

Rejoindre par téléphone

+33-1851-48835 France Toll

Numéros d’appel internationaux

 

Rejoindre à partir d’un système ou d’une application vidéo

Composer le numéro 1214268654@univ-lyon1.webex.com

Vous pouvez également composer 62.109.219.4 et saisir votre numéro de votre réunion.

 

Rejoindre les réunions via Microsoft Lync ou Microsoft Skype Entreprise

Composer le numéro 1214268654.univ-lyon1@lync.webex.com

 

Si vous êtes un organisateur, cliquez ici pour afficher les informations de l’organisateur.

 

Vous avez besoin d’aide ? Allez à l’adresse https://help.webex.com

Nouvelle parution

       Cette enquête collective à laquelle ont participé deux chercheures d’EVS, Hélène Balazard et Anaïk Purenne, confirme la fréquence des expériences ordinaires de racisme et de discrimination auxquelles les individus sont confrontés, quasiment tous ceux avec lesquels nous avons échangé ayant une histoire à raconter. Elle montre que ces expériences ont des effets bien réels sur les possibilités d’ascension sociale, l’espérance de vie, la mobilité spatiale et résidentielle. Certains des enquêtés rencontrés à Londres ou Montréal ont même quitté la France pour fuir le racisme. Sans que leur situation soit désormais idyllique, ils affirment vivre dans un environnement moins pesant, où les questions raciales et religieuses sont moins prégnantes et hystérisées. L’enquête révèle aussi combien l’expérience du racisme et des discriminations fait naître des interrogations identitaires dans les quartiers populaires. Loin de conduire au repli sur soi cependant, ces épreuves suscitent surtout une aspiration à l’égalité que peinent à prendre en charge partis politiques et mouvements associatifs.

seminaire : Mille milliards de mille chercheur.es !! Quand la bande dessinée croise la recherche en sciences sociales…

Vendredi 26 mars 2021 (14h-17h)
En visioconférence Gotomeeting (voir liens dans le document plus bas)

Extrait de l’exposition « Case, départ ! », le Rize (Amélie Bridel et Valentine de Lussy à partir des thèses de Lison Leneveler et Saphia Doumenc)

 

14h-14h45 : introduction
     Le séminaire sera introduit par Olivier Givre et Marina Chauliac, anthropologues, qui rappelleront les problématiques de ce cycle de séances recherche-création : expériences et potentialités, lancé en 2019 (voir la note de présentation plus bas). Vincent Veschambre, directeur du Rize, introduira la séance en situant la place occupée par la recherche en sciences sociales et par la bande dessinée dans cet équipement culturel.
     Il passera le relais à Olivier Jouvray, auteur et professeur de bande dessinée à l’Ecole Emile Cohl, qui contextualisera cette rencontre entre auteurs et autrices de bande dessinée d’une part, chercheuses et chercheurs d’autre part, dans un mouvement plus global où nombre d’auteur/trices assument désormais leur légitimité à rendre compte du monde qui les entoure, à travers le langage qui leur est propre. 

14h45-15h45 : une expérience de croisement entre recherche et bande dessinée au Rize
     Anne-Marie Doledec, responsable des expositions et de la valorisation de la recherche, situera le Rize comme lieu d’expérimentation et d’hybridation des pratiques, où chaque année de jeunes chercheurs et chercheuses ont l’occasion de croiser des professionnels de la culture (médiation, exposition, programmation culturelle…) et des artistes en résidence. L’année 2020 a été l’occasion de mettre en place un dispositif plus ambitieux, à travers la rencontre entre l’Ecole Emile Cohl et le Rize, avec le soutien de la DRAC.
     En fin de master à l’Ecole Emile Cohl (dans la formation Directeur de création en édition multimédia), Amélie Bridel et Valentine de Lussy se sont associées durant un stage de 6 mois aux deux doctorantes en résidence au pôle recherche du Rize, Saphia Doumenc et Lison Leneveler, le temps d’une expérience graphique de recherche-création, dont l’aboutissement est la publication de deux bandes dessinées engagées courant 2021. Le projet soulève des enjeux de traduction sensible et plastique de recherches doctorales et d’accessibilité au plus grand nombre des sujets traités. L’exposition Case, départ ! (café du Rize, jusqu’au 10 avril 2021) donne à voir et à comprendre les étapes du processus de création de cette expérience artistique singulière.


     Seront présentés dans le cadre du séminaire les processus de travail conjoint entre autrice et chercheuse ayant donné lieu aux deux œuvres suivantes : Miroirs aux alouettes, les épreuves de l’accueil, bande dessinée proposée par Valentine de Lussy à partir de la thèse de Lison Leneveler, Les mutations du droit de l’action publique à travers l’accueil des personnes exilées, analyse de la commune de Villeurbanne, 2017-2021.
     Sous traitées, récits de femmes de ménage syndiquées, bande dessinée proposée par Amélie Bridel à partir de la thèse de Saphia Doumenc, Sociogenèse de l’engagement politique et syndical en milieu précaire. Enquête auprès des travailleuses et travailleurs du nettoyage, 2017-2021.

15h45-16h00 : respiration


16h00-17h00 : Pascal Robert, professeur à l’ENSSIB et chercheur au laboratoire Elico proposera une réflexion plus théorique sur le rapport entre recherche et BD : en quoi les discussions avec les auteurs de bande dessinée peuvent nourrir la réflexion théorique (sémiotique et sociologique) sur la bande dessinée et en quoi la bande dessinée offre un terreau à des réflexions théoriques en sciences sociales (sur les questions de l’incommunication et de la technique dans la société ou sur la ville par exemple) ?

Pour plus d’informations et pour accéder aux liens de connexion : Invitation-Séminaire-recherche-création-BD-recherche_260321

Pour écouter ou réécouter la séance : 

https://bul.univ-lyon2.fr/index.php/s/UEG50ji5JfQ0LiK

les terrains d’aventure : l’europe et les etats-unis en dialogue

    Le projet de recherche TAPLA (Labex les passés dans le présent) organise avec le soutien de l’Université de Chicago (à Paris) un workshop bilingue français/anglais sur le thème suivant :

LES TERRAINS D’AVENTURE : L’EUROPE ET LES ETATS-UNIS EN DIALOGUE

le 15 MARS 2021 de 15h à 18h (heure française) via zoom et en direct sur Youtube

Inscription en ligne : https://uchicagogroup.zoom.us/webinar/register/WN_0AmkvOCETxSCU7QmpJpb8Q

Télécharger le programme : https://tapla.hypotheses.org/files/2021/02/Programme-TAPLA_UCHICAGO_02.pdf

 

présentation d’ouvrage : anthropologie du travail par Marie-pierre gibert et anne montjaret

Nous sommes heureux de vous convier à la séance de présentation de l’ouvrage de :

Marie-Pierre Gibert et Anne Monjaret

Anthropologie du travail

Paris, Armand Colin, 2021

 

Vendredi 19 mars 10h-12h

GotoMeeting (voir plus bas)

 

     Ce manuel, premier du genre en France, pose des jalons pour une anthropologie du travail, champ en constitution. Sans être exhaustif, il propose un large tour d’horizon des thématiques et des analyses anthropologiques françaises et internationales sur le travail. Il tend à montrer comment l’anthropologie peut se saisir de cet objet de recherche et donne par là même les moyens de s’interroger sur la place et le sens du travail sous ses diverses formes dans le quotidien de tout un chacun, ici et ailleurs.

    L’ouvrage permet de suivre le cheminement d’individus, hommes et femmes, tout au long de leur vie, et de saisir leur manière d’apprendre, de dire et de faire leur travail ou de faire avec leur travail, d’occuper les espaces professionnels, de circuler sur des territoires, d’articuler travail et hors travail, de lutter pour leur emploi, de se réinsérer et de ne pas oublier ces mondes du travail. Au-delà de ces multiples thématiques, ce sont les cultures et les frontières du travail qui sont questionnées. L’anthropologie du travail apparaît alors comme un champ réflexif et engagé, impliqué dans une discipline et dans la cité.

    Accueil et présentation des intervenant.es, Olivier Givre Université Lumière-Lyon2, UMR EVS – CNRS 5600

    L’anthropologie du travail, actualité et enjeux, Marie-Pierre Gibert Université Lumière-Lyon2, UMR EVS – CNRS 5600 et Anne Monjaret UMR IIAC – EHESS, CNRS 8177

    Discutant : Etienne Bourel doctorant, Université Lumière Lyon 2 – LADEC – FRE 2002

Accès au séminaire :

–  Depuis votre ordinateur, tablette ou smartphone : https://global.gotomeeting.com/join/839812685 

– Depuis votre téléphone : +33 187 210 241 code d’accès : 839-812-685

Cycle de séminaires du studio IMU Expériences sensibles & recherches urbaines

Thème : La saveur scientifique et sensible des odeurs


2 séances programmées :
 29 mars de 12h15 à 14h00 – 1er avril de 12h15 à 14h00

 

      Les deux premières séances du séminaire du studio IMU Expériences sensibles & recherches urbaines sont consacrées à la thématique des odeurs et croiseront les approches de chercheurs et chercheuses émanant de disciplines différentes.

 


« Pendant que le parfum des verts tamariniers,

Qui circule dans l’air et m’enfle la narine,

Se mêle dans mon âme au chant des mariniers ».

Parfum exotique de Charles Baudelaire

 

        À l’origine de toute perception olfactive, il existe une molécule suffisamment volatile pour voyager dans l’air et suffisamment hydrophile pour pénétrer dans le mucus de notre cavité nasale. Les odeurs inspirent des approches scientifiques et artistiques diverses : chimiques, historiques, sociales, culturelles, anthropologiques, romanesques…

       Tout le monde n’est pas Jean-Baptiste Grenouille, célèbre et sulfureux personnage du roman du Parfum (1985) de Patrick Süskind, qui découvre les pouvoirs de son nez très fin. Il arrive à décomposer toutes les odeurs et connaît ainsi parfaitement, entre autres, les odeurs de Paris. Les odeurs s’ancrent dans une histoire et des espaces singuliers. Dans Le miasme et la jonquille (1982), Alain Corbin montre combien, à partir de 1750, en Occident, la proximité de l’ordure et de l’excrément devient répulsive. Débute alors l’entreprise de désodorisation et l’intolérance vis-à-vis de la promiscuité.

                La pandémie du Covid remet aujourd’hui sur le devant de la scène quotidienne le pouvoir des odeurs, notamment à travers la notion de perte. L’anosmie, soit la perte d’odorat (avec la perte de goût) représente en effet l’un des symptômes caractéristiques d’une infection au Covid-19, tout comme la fantosmie (hallucination olfactive) qui s’ensuit. Ce chamboulement sensoriel, courant dans les maladies respiratoires, est désormais partagé en grand nombre. Si perdre l’odorat complique le quotidien, respirer en permanence des effluves désagréable le perturbe tout autant. Par exemple, afin d’aider les futurs astronautes à s’habituer aux relents de l’environnement extra-atmosphérique, la NASA a demandé à un chimiste de reproduire l’odeur de la station spatiale Mir, sorte de mélange de « steak brûlé », « métal chaud » ou « émanation de soudure »…