Tous les articles par floriebresteaux

La recherche création en projet(s) 15 décembre 14h15-17h30

15 décembre de 14h15 à 17h30
Le Rize, 23 rue Valentin Haüy, Villeurbanne

 

Séminaire « Recherche-création. Expériences et potentialités »

L’exemple de l’appel à projets : Mémoires des XXè et XXIè siècles

Programme : 

14h15. Introduction et présentation de l’appel à projets « Mémoires des XXème et XXIème siècles en région Auvergne-Rhône-Alpes »
Vincent Veschambre (EVS, Rize), Olivier Givre (EVS, Lyon 2), Marina Chauliac (LAP, DRAC) En présence de membres du comité scientifique de l’appel à projets


Première table ronde : Des mémoires et des paysages revisités (14h30-15h45) 


14h30 “Orée : enquête ethnographique multimédia sur les liens entre forêt et agriculture dans le Haut Beaujolais”. Association Tillandsia
Avec : Maureen Burnot, Anthropologue, réalisatrice de film documentaire et Sarah Cogos, Chercheuse en sciences de l’environnement et documentariste
http://tillandsia-video.com/2023/10/21/oree/ 

15h Charbonniers en Trièves. Alchimie entre l’art, la mémoire et l’environnement Association Culture ailleurs Avec : Sébastien Perroud, artiste performer/charbonnier et Julien Lobbedez, artiste /charbonnier
https://www.cultureailleurs.com/spip.php?article44

Discussion collective

15h45-16h Pause

Deuxième table-ronde. Patrimoines et recherche-création (16h-17h15)

16h : Les Cités Michelin, patrimoine vivant pour la ville de demain. Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Clermont-Ferrand, UMR Ressources Avec Bénédicte Chaljub architecte et historienne de l’architecture du 20e siècle, maîtresse de conférences à l’ENSACF ; Amélie Flamand, sociologue, maîtresse de conférences à l’ENSACF et Arnaud Simetière, géographe de formation, artiste sonore https://www.umr-ressources.fr/projets-de-recherches/https-www-umr-ressourcesfr-
les-cites-michelin-2/


16h30 : Job, vive les vacances ! les grands espaces. Association Carton plein Avec : Fanny Herbert, sociologue, coordinatrice du projet ; Roxane Philippon, designer ; Matthieu Portier, paysagiste et Corentine Baudrand, programmatrice et urbaniste culturelle https://joblabo.org/job-vive-les-vacances/


Discussion collective

Faire corps en ville 15 décembre 2023

Atelier Faire territoire, faire société

 

Vendredi 15 décembre 2023 (10-12h30)

18 rue Chevreul 69007 LYON

Salle 604

 

Natacha GOURLAND : « Pour une géographie critique de la danse classique, du studio à la scène mondiale »

Résumé et présentation :

Natacha Gourland est docteure en géographie et enseignante-chercheuse contractuelle à l’Université de Cergy. Elle est rattachée au Lab’Urba et au groupe de travail Justice Espace Discriminations Inégalités (JEDI). Ses travaux portent sur les pratiques artistiques et sa thèse analyse la pratique de la danse classique dans les conservatoires de la banlieue parisienne (doctorat soutenu en juin 2023). La communication revient sur les enjeux soulevés par une géographie critique de la danse, afin d’examiner cette pratique au croisement de plusieurs rapports de pouvoir : de genre, de classe et de racialisation. Il s’agit de prêter attention à l’appropriation des lieux de la danse à différentes échelles : celle micro du studio et des conservatoires, celle métropolitaine de la banlieue parisienne et, enfin, à l’échelle internationale dans les mobilités induites par la carrière de danseuse. Ainsi, en plaçant la focale sur les pratiques urbaines et artistiques des jeunes femmes, la thèse cherche à déconstruire la vision exotique et englobante de « la » banlieue pour situer les lieux de la distinction et de la respectabilité féminine. 

Pauline GUINARD : « Performer les transformations urbaines dans le Grand Paris et à Lagos »

 Résumé et présentation :

 Pauline Guinard est maître de conférences HDR en géographie à l’Ecole normale supérieure et directrice de l’UMR LAVUE.

Pour cette présentation, issue de sa récente Habilitation à diriger des recherches « Pour une géographie (é)mouvante : Lire les transformations urbaines par les émotions dans le Grand Paris et à Lagos », celle-ci reviendra plus particulièrement sur la manière dont la danse ou plus précisément les interventions dansées in situ peuvent constituer une méthode d’enquête pour saisir et restituer les transformations urbaines qui affectent les lieux et les citadins dans les métropoles parisiennes et lagotiennes.

Atelier Faire territoire, faire société Espaces de la mort, espaces vivants 

Cimetière de la Rochette à Caluire © Louis Dall’aglio

Interroger les temporalités et l’aménagement des cimetières

 

Vendredi 10 novembre 2023 (10-12h30)

18 rue Chevreul 69007 LYON

Salle 604

Les espaces de la mort font l’objet d’un intérêt croissant de la part des géographes. Lieux de mémoire structurants du point de vue de la vie émotionnelle et intellectuelle des communautés humaines, ils sont des espaces paradoxalement bien vivants. Leurs activités et leurs transformations convoquent des enjeux sociaux et politiques, mais aussi architecturaux et environnementaux. Cette matinée de l’atelier Faire territoire, faire société sera consacrée au rôle et au fonctionnement de ces lieux à partir du travail de deux doctorants, William Robin-Detraz (EVS-IRG) et Louis Dall’aglio (EVS-Biogéophile), qui travaillent respectivement sur la matérialité du souvenir des tirailleurs sénégalais dans les nécropoles militaires et la végétalisation des cimetières urbains.

Intervenants

Louis Dall’aglio, doctorant en géographie à l’UMR EVS-Biogéophile. Sa thèse, commencée en 2022, s’intitule « La stèle, le lierre et le chrysanthème. Produire et contrôler les paysages funéraires au XXIème siècle » est réalisée sous la co-direction d’Yves-François Le Lay (PU, ENS de Lyon) et de Lionel Laslaz (MCF-HDR, Edytem, USMB). Elle s’intéresse au processus d’écologisation et de végétalisation des cimetières urbains.

William Robin-Detraz, doctorant en géographie à l’UMR EVS-IRG. Sa thèse, commencée en 2021, intitulée « Commémorer les Africains ‘‘morts pour la France’’. Géographie politique de la mémoire des tirailleurs sénégalais » est réalisée sous la co-direction de Dominique Chevalier (MCF-HDR, Lyon 1) et de Christine Chivallon (DR1 CRNS, LC2S). Elle porte sur les traductions spatiales des enjeux politiques et sociaux liés à la mémoire des anciens combattants subsahariens de l’armée française.

Résumés

  • Louis Dall’aglio : Mort, abandon et spectres des cimetières lyonnais

Comme ceux qui les visitent et ceux qui y résident, les cimetières ont une vie et une mort. Cette présentation revient sur deux méthodes fondées sur l’image photographique pour évaluer et étudier les évolutions de la place, figurée et littérale, dans les communautés humaines. La première se fonde sur l’utilisation d’imageries aériennes historiques pour quantifier l’évolution spatiale des cimetières, leur développement et pour certains, leur disparition. La seconde se fonde sur la prise d’images photographiques à partir d’un inventaire réalisé il y a quarante ans dans les cimetières lyonnais, dont la mise à jour permet de mesurer les transformations paysagères.

  • William Robin-Detraz : Aménager l’éternité. Politiques mémorielles et organisation de l’espace des « morts pour la France »

Renvoyant étymologiquement à la « cité des morts », les nécropoles ont un statut juridique bien précis. En effet, contrairement aux cimetières communaux, ces dernières sont propriétés de l’Etat français qui a l’obligation d’entretenir à perpétuité les tombes de ceux reconnus « morts pour la France ». L’aménagement et la gestion des sépultures vont alors de pair avec les politiques mémorielles. Cette présentation reviendra sur les enjeux politiques de l’évolution des nécropoles et de leur gestion. En particulier, à partir du cas des sépultures des tirailleurs dits « sénégalais », nous interrogerons quelles transformations de la matérialité des nécropoles sont nécessaires lorsque des individus n’ont pas été suffisamment reconnus à travers la mémoire de pierre. Comment « faire place » aujourd’hui à ceux qui sont « morts pour la France » mais qui n’ont pas eu pendant longtemps le droit à la même sépulture que les autres ?

Accueil d’un chercheur invité 

Dr Carlo Cubero University of Tallinn (Estonie)

EVS a le plaisir d’accueillir en séjour scientifique du 8 au 11 Novembre 2023 le Docteur Carlo Cubero.

 

Carlo Cubero est titulaire d’un Doctorat en Anthropologie Sociale de l’Université de Manchester (GB). Il est à présent Professeur associé à l’Université de Tallin où il coordonne notamment le parcours « Ethnography audiovisuelle en Anthropologie Sociale ».

Ses intérêts portent pour partie sur le développement de méthodes audiovisuelles pour la recherche anthropologique. Il a produit et dirigé de nombreux documentaires et documents sonores. Il a dirigé les programmes filmiques de différentes associations professionnelles européennes ainsi que les programmes sonores de nombreux événements scientifiques et grand public en Europe et dans les Caraïbes. Il fait actuellement partie de l’équipe organisatrice du Festival de documentaires (Riga Pasaules Film Festival) à Riga, Lettonie.


Une autre partie de ses activités de chercheur s’intéressent aux complexités de la vie dans les îles Caraïbes dans un contexte à la fois para-colonial et global. Son ouvrage Carribean Island Movements : Culebra’s Trans-insularities (2017) propose une étude de cas centrée sur le concept de « Trans-insularisme » comme moyen de se pencher sur les contradictions qui caractérisent les identités des îles caraïbéennes. Cet ouvrage décrit les relations transinsulaires dans un contexte d’anti-militarisme, activisme citoyen, tourisme, politiques de développement et musique. Cette monographie est basée sur une relation de longue durée ave l’île de Culebra, située au nord-est des Caraïbes.

 

Il participera à la séance de l’Atelier Faire Territoire, Faire Société qui aura lieu le 9 Novembre 2023 en salle 604 (18 rue Chevreul. Lyon 7e) https://atelier6.hypotheses.org/3078

Faire et diffuser l’anthropologie autrement (films et arts graphiques)

Séance Atelier FTFS 9 Novembre 2023, 10h-13h

Salle 604. Université Lyon 3. 18 rue Chevreul. 69007 Lyon

Alternative forms of practicing and popularizing Anthropology (Films and graphic arts)

Cette séance de l’Atelier Faire Territoire Faire Société sera modérée par Marie-Pierre Gibert.

Carlo Cubero (University of Tallinn, Estonia): Re-Animating Nature

In the summer of 2022, the campers of Kotka Youth Camp, located in Lahemaa National Park (Estonia), produced a series of short animated films on the topic of “nature”, using objects sourced from the national park. This session will screen a documentary that describes the workshops and its significance for the camp counsellors, the workshop facilitators, and the campers. The screening will contextualize the workshops in relation to (1) practice-based education on nature conservation, (2) the role of the “found object” in ethnography, (3) the relationship between animation and anthropology.

A l’été 2022, les participants de la colonie de vacances Kotka, située dans le Parc national de Lahemaa (Estonie), ont réalisé une série de courts métrages d’animation portant sur le thème de la « nature », en utilisant des matériaux et objets venant du Parc national. Cette présentation sera constituée de la projection d’un documentaire qui décrit les ateliers et leurs significations pour les animateurs, les organisateurs de l’atelier et les participants de la colonie de vacances. La projection permettra de contextualiser les ateliers par rapport à (1) l’éducation à la conservation de la nature via des formes de recherche-création, (2) le rôle de « l’objet trouvé » en ethnographie, (3) la relation entre film d’animation et anthropologie.

Short biography: Dr Carlo Cubero holds a PhD in Social Anthropology using Visual Media from the University of Manchester, where he specialised in the contemporary Caribbean and Visual Anthropology. He is currently Associate Professor of Anthropology at Tallinn University where he lectures and coordinates the Audio-visual Ethnography track in Social Anthropology.

Olivier Givre (Université Lumière Lyon 2 / UMR EVS): Drawing anthropology in the making (and learning).

In the frame of the pedagogical program Anthropologie, Science et Société (2016-2022, University Lumière Lyon 2), students in anthropology and in graphic art used to collaborate and hybridize their skills. Beyond research results, these graphic and visual experiments address the ways to practice and learn anthropology through drawing. I will explore different modalities of encounter between anthropology and graphic arts, and their potentialities in terms of teaching and learning. I will also connect these experiences with reflections on collaborative and partnership research, off-the-walls practices, research-creation and diffusion/mediation of anthropology among different audiences.

See Olivier Givre (2023), Dessiner l’anthropologie en train de se faire et de s’apprendre, Parcours anthropologiques n°18/2023.

Dans le cadre du programme Anthropologie, Science et Société (2016 à 2022, Université Lumière Lyon 2), étudiant.es en anthropologie et d’étudiant.es dans les arts visuels et le dessin se sont rencontrés et ont hybridé leurs pratiques. Outre des résultats de recherche, ces expérimentations graphiques et visuelles interrogent la manière de restituer la pratique de l’anthropologie par le dessin sous toutes ses formes, mais aussi la manière de conduire l’enquête avec le dessin. Cette présentation permettra également de développer une réflexion autour de la formation à/par la recherche partenariale et collaborative, l’enseignement hors-les-murs de l’université, la recherche-création et la diffusion de l’anthropologie auprès de publics divers.

 

Les périphéries à l’aune des transformations spatiales et politiques au Maroc 20 octobre 9h-12h

Dans le cadre de cette séance consacrée aux périphéries marocaines, nous avons le plaisir de recevoir :

• Cristiana Strava, assistant professor à l’Institut pour les études régionales de l’université de Leiden aux Pays-Bas et autrice de l’ouvrage « Precarious Modernities: Assembling State, Space, and Society on the Urban Margins in Morocco» paru aux éditions Bloomsbury Press. Lien : Precarious Modernities: Assembling State, Space and Society on the Urban Margins in Morocco: Cristiana Strava: Zed Books (bloomsbury.com)

• Max Rousseau, chercheur au CIRAD à Montpellier – UMR ART-Dev, coordinateur de l’ouvrage « Déclin Urbain » paru aux éditions du croquant et dans lequel il a co-écrit un chapitre avec Tarik Harroud portant sur la décroissance territoriale et son traitement politique au Maroc.


Cette séance permettra de faire dialoguer différentes « périphéries », celles aux cœurs des Métropoles comme Casablanca à travers l’ouvrage de Cristiana Strava et celles de l’arrière-pays en déclin, à travers les zones minières de Youssoufia, Khourigba, Benguerir et Jerada.

 

Rendez-vous le Vendredi 20 octobre de 9h à 12H en salle 604 et en visioconférence

Possibilité de suivre la séance en distanciel à partir du lien suivantLien : https://univlyon3.webex.com/univlyon3/j.php?MTID=m4b948561c85e35cc0361fc1902883fd2Numéro de réunion : 2730 694 3309Mot de passe de la réunion : eAjiMpPB623

Peripheries in the light of spatial and political transformations in Morocco

As part of this session devoted to the Moroccan peripheries, we are delighted to welcome :

  • Cristiana Strava, assistant professor at Leiden Institute for Area Studies in the Netherlands and author of ‘Precarious Modernities: Assembling State, Space, and Society on the Urban Margins in Morocco’, published by Bloomsbury Press.

Link : Precarious Modernities: Assembling State, Space and Society on the Urban Margins in Morocco: Cristiana Strava: Zed Books (bloomsbury.com)

  • Max Rousseau, CIRAD researcher in Montpellier – UMR ART-Dev, editor of the book “Déclin Urbain” (Urban Decline) published by Editions du Croquant, in which he co-wrote a chapter with Tarik Harroud on territorial decline and its political treatment in Morocco.

This session will provide an opportunity to discuss the different ‘peripheries’, those located on the outskirts of major cities such as Casablanca, through the work of Cristiana Strava, and those located in the declining hinterland, through the work of Max Rousseau and Tarik Harroud on mining areas such as Youssoufia, Khourigba, Benguerir and Jerada.

Meet us on Friday 20 October from 9am to 12pm in the 604 and videoconference room.

Chercher hors des mots : la recherche à l’épreuve du dessin en Architecture 30 novembre et 1er décembre 2023

Programme du colloque 

CHERCHER HORS DES MOTS

La recherche à l’épreuve du dessin en architecture

 

RESEARCHING BEYOND WORDS

Investigating architectural research by drawing

 

Colloque international / International conference

École Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon (amphithéâtre)

30 novembre & 1er décembre 2023

 

 

Nous avons le plaisir de vous adresser le programme du colloque international Chercher hors des mots. La recherche à l’épreuve du dessin en architecture qui se tiendra les 30 novembre et 1er décembre 2023 dans l’amphithéâtre de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon : https://horsdesmots.sciencesconf.org/data/pages/Programme_Chercher_Hors_des_Mots_3.pdf 

 

Inscriptions obligatoires et ouvertes jusqu’au 13 novembre :   https://horsdesmots.sciencesconf.org/resource/page/id/6

 

Ce colloque centré sur les productions hors des mots des chercheurs propose d’interroger plus particulièrement les représentations visuelles dessinées en situation de recherche. En considérant les modes de fabrication des dessins, les méthodes dans lesquelles ils s’inscrivent et les outils qu’ils mobilisent, nous souhaitons ouvrir des questionnements épistémologiques sur la recherche en architecture et sur ce que l’on pourrait nommer la « recherche par le dessin ».

 

Les conférences et communications du colloque seront traduites simultanément par des interprètes français/anglais. 

 

Une exposition associée au colloque aura également lieu du 30 novembre au 21 décembre 2023 à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon. Elle regroupera une sélection de dessins remarquables qui participent à des recherches en lien avec les questionnements ouverts par le colloque.

 

Retrouver plus d’informations sur le site du colloque :  https://horsdesmots.sciencesconf.org/ 

 

Conférenciers invités : Ray Lucas // Penelope Haralambidou

Intervenants : Myriame Alioualla // Antoine Apruzzese // Kirsty Badenoch // Sebastian Bang Jacob // Victor Cano-Ciborro // Aysegul Cankat // Lucile Cornet Richard // Ying-Lan Dann // Eva Demuynck // Sabine Ehrmann // Judit Ferencz /// Eugénie Floret // Andreea Grigorovschi // Wouter Hilhorst // Marion Howa // Éric Le Coguiec // Christel Marchiaro // Mathieu Mercuria // Claire Miege // Enrico Miglietta // Francois Nowakowski // Claire Petetin // Virginie Pigeon // Fabien Reix // Anne Romme // Saskia Schut // Eline Van Leeuwen // Liselotte Vroman // Emily White

Auteurs exposés : Konstantinos  Avramidis // Mandana Bafghinia // Yves Bélorgey // Melike Besik // Mounia Bouali // Pierre Bouilhol // Olivier Bourez // Luis Burriel-Bielza // Matthew Butcher // Florent Clier // Hélène Coussedière // Joris Ephraim // Nikolas Fouré // Alfonso Giancotti // Maylis Leuret // Fiona Lim Tung // Mohammad Moezzi //  Chéhrazade Nafa // Cosmin Popan // Ella Piecoup // Marie-Anne Poully // Xiang Ren // Angeliki Sakellariou // Shetty Shonali //  Harry Thompson // Bastien Ung

 

Comité d’organisation : Julie Cattant // Rovy Pessoa Ferreira // Jennyfer Satiman

Conseil scientifique : Manuel Appert // Antoine Bégel // Xavier Bonnaud // Christophe Boyadjian // Philippe Dufieux // Théo Fort-Jacques // Murray Fraser // Jørgen Hauberg // David Marcillon // Flora Pescador // Gabriele Pierluisi // Artur Simões Rozestraten // David Vanderburgh // Chris Younès

Partenaires : EVS-LAURe // ENSA-Lyon // GERPHAU // ARENA // PhilAU // Métropole de Lyon // Ministère de la Culture et de la Communication

 

Contacts et questions : jennyfer.satiman@lyon.archi.fr ; julie.cattant@lyon.archi.fr ; rovy.pessoa-ferreira@lyon.archi.fr



Programme du colloque 

CHERCHER HORS DES MOTS

La recherche à l’épreuve du dessin en architecture

 

RESEARCHING BEYOND WORDS

Investigating architectural research by drawing

 

Colloque international / International conference

École Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon (amphithéâtre)

30 novembre & 1er décembre 2023

 

 

Nous avons le plaisir de vous adresser le programme du colloque international Chercher hors des mots. La recherche à l’épreuve du dessin en architecture qui se tiendra les 30 novembre et 1er décembre 2023 dans l’amphithéâtre de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon : https://horsdesmots.sciencesconf.org/data/pages/Programme_Chercher_Hors_des_Mots_3.pdf 

 

Inscriptions obligatoires et ouvertes jusqu’au 13 novembre :   https://horsdesmots.sciencesconf.org/resource/page/id/6

 

Ce colloque centré sur les productions hors des mots des chercheurs propose d’interroger plus particulièrement les représentations visuelles dessinées en situation de recherche. En considérant les modes de fabrication des dessins, les méthodes dans lesquelles ils s’inscrivent et les outils qu’ils mobilisent, nous souhaitons ouvrir des questionnements épistémologiques sur la recherche en architecture et sur ce que l’on pourrait nommer la « recherche par le dessin ».

 

Les conférences et communications du colloque seront traduites simultanément par des interprètes français/anglais. 

 

Une exposition associée au colloque aura également lieu du 30 novembre au 21 décembre 2023 à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon. Elle regroupera une sélection de dessins remarquables qui participent à des recherches en lien avec les questionnements ouverts par le colloque.

 

Retrouver plus d’informations sur le site du colloque :  https://horsdesmots.sciencesconf.org/ 

 

Conférenciers invités : Ray Lucas // Penelope Haralambidou

Intervenants : Myriame Alioualla // Antoine Apruzzese // Kirsty Badenoch // Sebastian Bang Jacob // Victor Cano-Ciborro // Aysegul Cankat // Lucile Cornet Richard // Ying-Lan Dann // Eva Demuynck // Sabine Ehrmann // Judit Ferencz /// Eugénie Floret // Andreea Grigorovschi // Wouter Hilhorst // Marion Howa // Éric Le Coguiec // Christel Marchiaro // Mathieu Mercuria // Claire Miege // Enrico Miglietta // Francois Nowakowski // Claire Petetin // Virginie Pigeon // Fabien Reix // Anne Romme // Saskia Schut // Eline Van Leeuwen // Liselotte Vroman // Emily White

Auteurs exposés : Konstantinos  Avramidis // Mandana Bafghinia // Yves Bélorgey // Melike Besik // Mounia Bouali // Pierre Bouilhol // Olivier Bourez // Luis Burriel-Bielza // Matthew Butcher // Florent Clier // Hélène Coussedière // Joris Ephraim // Nikolas Fouré // Alfonso Giancotti // Maylis Leuret // Fiona Lim Tung // Mohammad Moezzi //  Chéhrazade Nafa // Cosmin Popan // Ella Piecoup // Marie-Anne Poully // Xiang Ren // Angeliki Sakellariou // Shetty Shonali //  Harry Thompson // Bastien Ung

 

Comité d’organisation : Julie Cattant // Rovy Pessoa Ferreira // Jennyfer Satiman

Conseil scientifique : Manuel Appert // Antoine Bégel // Xavier Bonnaud // Christophe Boyadjian // Philippe Dufieux // Théo Fort-Jacques // Murray Fraser // Jørgen Hauberg // David Marcillon // Flora Pescador // Gabriele Pierluisi // Artur Simões Rozestraten // David Vanderburgh // Chris Younès

Partenaires : EVS-LAURe // ENSA-Lyon // GERPHAU // ARENA // PhilAU // Métropole de Lyon // Ministère de la Culture et de la Communication

 

Contacts et questions : jennyfer.satiman@lyon.archi.fr ; julie.cattant@lyon.archi.fr ; rovy.pessoa-ferreira@lyon.archi.fr



Séminaire doctoral FTFS 6 oct. 2023

Introduction du séminaire (9h-9h15)
Dominique Chevalier, François Duchêne et Thomas Zanetti

Première session (9h15-11h30)
Discutant : Arthur Guérin-Turcq

Anne Gippet
Les ZAE dans le périurbain, des mixités fonctionnelles contestées

Anouk Chainais
Comparaison des sentiments d’injustice entre les quartiers populaires de banlieues et de petites villes périurbaines abordés sous l’angle des rapports aux institutions

Marine Préault
Évaluer le poids de l’économie résidentielle, sa solidité et sa relation de dépendance au secteur productif dans la Dombes (Ain)

Information sur les qualifications aux sections 23 et 24 du CNU (11h30-12h)
Dominique Chevalier et Thomas Zanetti

Déjeuner partagé (12h-14h)


Seconde session (14h-16h30)

Discutant : William Robin-Detraz

Tofie Briscolini
Du “droit à la ville” à l’accès aux droits des personnes en Centre d’hébergement et de Réinsertion sociale : regards sur les mobilités quotidiennes

Marine Giraudon
L’hébergement d’urgence destiné aux femmes isolées et leurs enfants sur la Métropole de Lyon : un impensé architectural

Florie Bresteaux
Les spatialités corporelles des enfants dans l’expérience des situations de handicap : le poids des mots dans la définition du sujet de thèse

Camille Scheffler
Représenter les expériences spatiales sensibles : rendre compte d’un travail de recherche à la croisée de la géographie sociale et de la géomatique

Conclusion du séminaire (16h30-17h)
Dominique Chevalier, François Duchêne et Thomas Zanetti

 

Séminaire-atelier : Sounds, memories and powers in the Balkans. Sensory approaches and research-creation

Sounds, memories and powers in the Balkans. Sensory approaches and research-creation.

Seminar-workshop, 10-11 July 2023, Ecole française d’Athènes.

 How do the Balkans sound?

How soundscapes relate to memories?

How sounds exert power?

 Memories and powers are not only a matter of social representations and cultural discourses. They entail and produce sensorialities, perceptions, environments, ambiances. They are embodied and experienced. Beyond their ephemeral appearance, sounds constitute a major feature here. They imply forms of perception, acts of judgement, ecological milieus, political stakes. Moreover, sounds are both a mode of knowledge and creation. Taking the Balkans as a lab, this seminar-workshop explores the potentialities of sound issues for renewing the approaches of memory and power, by gathering scholars and artists, combining research and creation, imagining future networks and projects. This event is supported by l’Ecole française d’Athènes, l’Université Lumière-Lyon2 and l’UMR EVS.

Expérience sensible & sciences humaines et sociales : AAC

Comprendre, transmettre, créer

13-14 mars 2024, Le Rize (Villeurbanne)

Ce colloque, organisé par le Studio « Expériences sensibles & Recherches urbaines » du Labex IMU, propose d’interroger la nature de l’expérience sensible, la manière dont elle peut être mobilisée au sein de la recherche en sciences humaines et sociales, et la façon dont les arts sont à même de la restituer afin de provoquer une réflexion sur le monde.

« L’expérience sensible » échappe à une définition facile, puisqu’elle ne se résume nullement à l’addition des impressions que procurent la vue, l’ouïe, l’odorat, le goût ou encore le toucher : elle s’impose pour ainsi dire au sujet percevant avant toute forme d’analyse de la situation… et résiste ensuite à tout effort de transcription verbale. Récusant une approche dualiste, l’expérience sensible est vécue sur le mode d’un échange entre monde extérieur et monde intérieur ‒ entre lesquels une porosité s’instaure au point qu’une frontière peut malaisément être établie. L’histoire et la culture de chacun viennent également infléchir la nature de son approche sensible des situations. Ce qui relève de l’émotion et des sensations ne saurait par ailleurs être disjoint de ce qui touche à l’intellect : la dimension cognitive de l’expérience sensible a été longtemps sous-estimée, alors que cette dernière travaille en profondeur la compréhension du monde de chacun.

Depuis le début des années 2000, les questions relatives à l’expérience sensible occupe une place croissante au sein des recherches en sciences humaines et sociales, notamment dans le champ de l’architecture, de l’urbanisme et du paysage. Cette préoccupation se développe parallèlement à la prise de conscience d’une crise tout à la fois sociétale, environnementale et politique qui pousse à un renouvellement des modes antérieurs d’investigation. Si la part de l’expérience sensible a été longtemps sous-évaluée, force est de constater qu’elle n’est nullement l’apanage des humains, mais concerne tous les vivants.

Penser en sciences humaines et sociales à partir de l’expérience sensible suppose le développement d’une interdisciplinarité radicale entre sciences de la vie et de la terre, sciences humaines et sociales et pratiques artistiques. Nombreux sont aujourd’hui les chercheurs qui œuvrent en ce sens, qu’ils étudient ces questions de manière théorique, qu’ils travaillent à un renouvellement méthodologique de leur discipline ou qu’ils s’inscrivent dans des démarches de création, en exploitant une diversité de médiums.

Ce colloque pluridisciplinaire ambitionne de questionner la place réservée à l’expérience sensible au sein des sciences humaines et sociales, les procédures employées par les chercheurs de ces disciplines pour la restituer ou pour l’analyser, ainsi que l’apport à la recherche qui peut être celui des artistes.

Les résumés de 2 500 signes maximum, rédigés en français, devront être envoyés (accompagnés d’une notice bio-bibliographique de 600 signes maximum) avant le 30 septembre 2023 dans un fichier PDF intitulé NOM_colloqueIMU.pdf aux deux adresses :

daniele.meaux@univ-st-etienne.fr

dominique.chevalier@univ-lyon1.fr

 

Une réponse sera donnée avant le 15 novembre 2023.

 

Comité scientifique :

Chevalier Dominique, MCF HDR Géographie, Université Lyon 1

Cuny Cécile, MCF HDR, sociologie, Université Gustave Eiffel

Feildel Benoît, MCF en aménagement de l’espace, urbanisme, Université Rennes 2

Flécheux Céline, PR Esthétique, Université Paris 8

Laffont George-Henry, MCF Géographie, ENSA de Saint-Étienne

Manola Théa, MCF Sciences Humaines et Sociales, ENSA de Grenoble

Méaux Danièle, PR Esthétique & sciences de l’art, Université Jean-Monnet

Noirot Julie, MCF Études photographiques, Université Lyon 2

Olcèse Rodolphe, MCF Esthétique & sciences de l’art, Université Jean-Monnet

Olmedo Élise, post-doctorante à l’université de Concordia, Montréal (Canada)

Soichet Hortense, Photographe, PAST Arts plastiques, Université Paris 8

Veschambre Vincent, géographe, directeur du Rize : centre mémoires, cultures, échanges

 

 

Comité d’organisation :

Barnay Oscar, Doctorant Architecture, Université Jean-Monnet / ENSASE

Chevalier Dominique, MCF HDR Géographie, Université Lyon 1

Méaux Danièle, PR Esthétique & sciences de l’art, Université Jean-Monnet

Mongeard Laëtitia, MCF Géographie, UPEC

Scheffler Camille, Doctorante Géographie Lyon 2, EVS

 

Studio Expériences sensibles & Recherches urbaines

https://imu.universite-lyon.fr/studios/experiences-sensibles/

 

Présentation d’ouvrage : Lyon, métropole en mouvement

Ouvrage dirigé par Aurélie Mercier et Roelof Verhage, une publication du pôle de spécialité de l’Université “Villes et mobilités” parue aux Presses universitaires de Lyon

Rendez-vous mardi 20 juin 2023 à 18h à l’amphithéâtre Laprade

pour une présentation de l’ouvrage, avec l’intervention de plusieurs des auteur/trices ayant contribué à cette ouvrage collectif.

Toutes les informations sur l’ouvrage et la procédure d’inscription sont à retrouver sur la page suivante :

https://www.univ-lyon2.fr/universite/publications/lyon-metropole-en-mouvement

Cycle Recherche-Création : expériences et potentialités 11 mai 2023

Théâtre et recherche-création


Jeudi 11 mai 2023
9h00-12h00 Le Rize, mémoires, cultures, échanges
23 Rue Valentin Haüy, 69100 Villeurbanne


« A la recherche du mariage entre sciences sociales et théâtre. De VILLES# à Permis de construire, une histoire en cours »

 

Yoan Miot, enseignant-chercheur en urbanisme, Université Gustave Eiffel, Ecole d’urbanisme de Paris, membre du LATTS : Laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés.

Arthur Fourcade, metteur en scène et comédien du Collectif X – Collectif de théâtre de Saint-Etienne.

Dans le cadre de la compagnie de théâtre stéphanoise « le Collectif X », un chercheur en urbanisme et un metteur en scène, a travaillé sur la réalisation de démarches de participation habitante via le théâtre dans des quartiers émargeant à la Politique de la Ville. Ce projet intitulé VILLES# s’est déroulé à Saint-Etienne (7 sessions dans les quartiers prioritaires entre 2013 et 2017), Billom, Strasbourg, Lyon (La Duchère) et Villeurbanne. Nous allons témoigner de cette expérience qui a tenté de croiser recherche scientifique et finalité artistique, ainsi que de notre collaboration pluridisciplinaire. Cela nous mènera sûrement à évoquer notre prochain projet qui mêlera lui-même théâtre et urbanisme, mais qui tentera une autre approche : “Permis de construire”, en résidence de recherche-création la saison prochaine au Rize.

 

« Donner une place à de nouvelles voix dans le champ de la création et de l’écriture contemporaines »


Pauline Noblecourt-Berjon est diplômée de l’ENS et l’ENSATT, docteure en théâtre, autrice et dramaturge. Ses recherches portent sur l’histoire des techniques et la question du genre au théâtre. Depuis quelques années, elle cherche avant tout à mettre son savoir-faire au service d’autres voix, soucieuse d’élargir le champ de ce qui est dit et représenté au théâtre : c’est notamment la démarche qui a présidé à la composition de TRAJECTOIRE(S) du projet Mi-Parcours, co-écrit avec de jeunes enfants récemment arrivés en France.

Maxime Mansion, comédien, metteur en scène de la Compagnie En Acte(s) et co-directeur du festival Les Contemporaines. 

La compagnie EN ACTE(S) cherche à mettre sur un pied d’égalité le travail de territoire, de participation des habitants et le travail de création artistique entre autres grâce à un principe de co-écriture. Cette co-écriture a pour principe de donner prise aux personnes avec lesquelles nous travaillons sur la structure de la fiction, de l’histoire racontée (et non pas nous baser sur leurs vécus pour raconter notre histoire ou inventer une forme). Nous sommes en effet intimement persuadés que la fiction a un sens politique très fort, et un potentiel libérateur que n’a pas le seul dialogue avec des expériences et des vécus. Mettre nos outils d’artistes au service des histoires qu’ont envie de raconter les gens avec qui nous travaillons permet de donner à entendre d’autres imaginaires, d’autres possibles, et d’autres futurs ; c’est aussi une dynamique à l’intérieur de laquelle nous cherchons à partager le
pouvoir et à sortir d’une répartition des tâches convenue. 

 

Pour rappel, le podcast L’enquête dans la recherche-création :https://soundcloud.com/marina_chauliac-yahoo-fr/lenquete-dans-la-recherche-creation 

Compte-rendu de séance du séminaire Faire Territoire Faire Société – 10 mars 2023

OCCUPATIONS FÉMININES ET LUTTES FÉMINISTES : UNE APPROCHE INTERSECTIONNELLE

© Solène Beaucher, 2010

Programme

Deux chercheuses ont présenté leurs travaux :

  • Fanny Gallot, Maitresse de Conférences-HDR en histoire contemporaine, Historienne à l’UPEC, membre du CRHEC (Centre de Recherche en Histoire Européenne Comparée) et enseignante à l’INSPE de Créteil.

Elle aborde la question suivante : “Appréhender les luttes du travail reproductif de « femmes immigrées » de 1968 aux années 1980”.

  •  Joanne Le Bars, Maîtresse de Conférences en Géographie à l’Université Gustave Eiffel, membre du Laboratoire Analyse Comparée des Pouvoirs
    Groupe de recherche Justice, Espace, Discriminations, Inégalités.
    Elle évoque la situation des ” femmes sans-papiers dans la lutte. Trajectoires d’engagement, lignes de clivage et résistances quotidiennes”.

Résumé des présentations

La séance du vendredi 10 mars 2023, consacrée à la thématique « occupations féminines et luttes féministes : une approche intersectionnelle », nous a permis d’écouter les travaux de Fanny Gallot et Joanne Le Bars.

La première intervention, proposée par Joanne Le Bars et intitulée « Femmes sans-papiers dans la lutte. Trajectoires d’engagement, lignes de clivage et résistances quotidiennes. » porte sur les luttes du travail reproductif des « femmes immigrées » en proposant d’appréhender les pratiques et les relations qui se jouent à la fois dans et hors de la scène militante. Elle montre ainsi comme les formes de politisation s’inscrivent dans une pluralité de formes de contestations ou de résistances ordinaires, quotidiennes et individuelles, entamées dès la société de départ.

Pour penser la politisation de ses interlocutrices, Joanne Le Bars revient sur une enquête menée dans le cadre de son doctorat et son post-doctorat auprès d’habitant·e·s et militant·e·s d’un squat d’occupation et d’habitation entre 2009 et 2010. L’échelle du squat apparaît comme particulièrement intéressante puisqu’elle est l’intersection entre un lieu de vie, un lieu de militantisme et des rapports de dominations. Ses enquêtées sont des femmes sans titres de séjour au moment de la rencontre, originaires d’Afrique subsaharienne et du Maghreb, pour la majorité divorcées, veuves ou séparées et ayant des enfants. Elle propose ainsi une ethnographie d’un collectif militant et résidentiel grâce à un suivi longitudinal des militantes du lieu (qu’elle a suivies pendant treize ans). Pour étudier l’occupation et le militantisme de ses enquêtées, elle se base sur des travaux portant à la fois sur les mouvements des femmes, sur les travaux féministes et sur la géographie sociale, et présente cette étude comme à la frontière entre militantisme et non-militantisme, entre privé et public, entre mouvements et institutions. Il s’agit également de questionner l’articulation entre travail domestique et travail militant, avec les possibles disponibilités biographiques à s’engager (notamment en l’absence des enfants) qui peuvent apparaître suite à la migration. Ainsi, la problématique centrale de la présentation porte sur l’intersection entre les rapports de sexe, de race, d’âge et de classe qui s’entremêlent au quotidien dans l’espace pour définir la position sociale de ces femmes.

La présentation se structure en trois parties : tout d’abord, la manière dont les femmes sans papiers résistent aux rapports de race et de classe dans un squat d’occupation, puis la présentation de l’encadrement genré du lieu occupé et enfin, une focalisation à l’échelle de la chambre collective permettant de montrer comment ce lieu participe à reconstituer ou à défendre leur intimité.

La première partie de l’intervention retracer la genèse de la mobilisation dans ce squat renommé le « squat des Amandières », dans le nord-est de Paris. Il fait suite à une précédente occupation et est le fruit d’une décision de collectifs de sans-papiers. Ce lieu est à la fois un lieu de mobilisation collective et un lieu d’habitation (accueillant un peu moins de 500 personnes). Ce squat est engagé dans une démarche d’extériorisation et de revendications des actions par le biais de débats, de projections, de rencontres, etc. L’adhésion au collectif et le fait d’y dormir implique également une participation active aux manifestations. Pour les enquêtées, l’arrivée au squat est le fruit d’un hasard et n’apparaît pas liée à une politisation : elle est plutôt la conséquence d’un ancrage local et de réseaux d’interconnaissances. Cependant, le part d’un sort commun et l’organisation du lieu participent à créer un collectif de vie et militant. Ainsi, les manifestations mettent en œuvre un marquage corporel et matériel ainsi qu’une appropriation symbolique de l’espace public, ce qui permet à ces femmes de trouble l’ordre spatial dominant, celui de l’espace public vécu au quotidien où elles sont invisibilisées. Par conséquent, si l’engagement de ces femmes et l’apparition de ce squat place les femmes dans une résistance, leur rapport au groupe social « femmes » les place dans une position subalterne au sein de ce mouvement social.

Cette position dominée se retrouve dans l’encadrement genré du squat où un ensemble de règles implicites participent à assigner aux femmes le travail domestique (ménage et préparation des repas). Ainsi, si la migration internationale des interlocutrices leur a permis de s’affranchir d’un ensemble de tâches domestiques et familiales, au sein du squat leur disponibilité est accaparée par les hommes car c’est aussi un lieu d’habitation. En outre, dans le travail militant, il y a une division genrée et sociale du travail avec des responsabilités plus ou moins importantes, notamment liée au diplôme et au capital socio-culturel détenus dans la société d’origine. Néanmoins, le travail militant apparaît aussi comme une voie d’ascension sociale potentielle.

Du point de vue spatial, les femmes apparaissent peu présentes dans les espaces collectifs et mixtes du squat, très occupés par les hommes, alors que les chambres sont fortement investies par les enquêtées. La chambre collective apparaît donc comme un espace de solidarité, une « maisonnée de survie », dans laquelle chacun peut essayer de se faire un espace à soi, notamment avec des valises, en essayant de préserver son intimité. Il existe des enjeux autour du contrôle de l’entrée dans les chambres, du contrôle de ce qui est visible lors des va-et-vient avec des paravents. Cet entre-soi féminin apparaît donc comme un espace de solidarité et de rencontre entre les femmes.

Il est possible de retrouver ces travaux dans l’article suivant : « Le genre du squat. Politisation et intimités chez des femmes sans-papiers », Genèses, 2020/3 (n° 120), p. 70-90. DOI : 10.3917/gen.120.0070. URL : https://www.cairn.info/revue-geneses-2020-3-page-70.htm

La seconde présentation, proposée par Fanny Gallot et intitulée « Appréhender les luttes du travail reproductif de « femmes immigrées » de 1968 aux années 1980 : quelques pistes », vise à articuler féminin, féminisme et approches intersectionnelles en revisitant ses travaux et en abordant également l’idée du travail reproductif. Elle précise le choix de l’expression « travail reproductif » plutôt que « travail domestique » en expliquant que la notion de travail reproductif est utilisé dans la continuité des théoriciennes de la reproduction sociale et des théorisations féministes qui participent de la perspective de la grève féministe (notamment le 8 mars). Si cette terminologie est mobilisée aujourd’hui, elle est utilisée depuis longtemps et s’inscrit dans une épistémologie féministe. Le travail reproductif peut permettre d’ « envisager dans un même mouvement le travail domestique non rémunéré effectué dans la famille et le travail rémunéré effectué dans la sphère professionnelle mais déqualifié du fait de l’assignation au domestique », comme les métiers du care.

Le travail du vocabulaire et des désignations s’applique aussi à la catégorie « femmes immigrées » qui est une catégorie d’action publique forgée dans les années 1970 qui regroupe une grande diversité de parcours, de statuts, de trajectoires et d’expériences. L’enjeu dans l’étude des luttes du travail reproductif porte sur l’étude des mobilisations des travailleuses professionnelles, mais également domestiques, en tant que travailleuses. Ce travail met en évidence en filigrane les appropriations ordinaires des féminismes par des femmes qui ne se revendiquent pas comme féministes mais qui prennent part à des « groupes-femmes » à grande échelle tels que l’usine. Il est donc intéressant d’interroger ce qui se joue dans la désignation et sur les limites : où s’arrête le féminin et où commence le féminisme ?

La présentation se structure autour de trois axes de réflexion : tout d’abord, la présentation de l’absence systématique de prise en compte des « travailleuses immigrées » dans les archives syndicales, puis une étude de cas sur la révolte du foyer Pauline Roland montrant la mise en cause d’un « travail quasiment gratuit », enfin la proposition de la qualification du travail lié à « l’intégration » comme travail domestique. L’intervention propose ainsi d’une progression de travailleuses professionnelles, à une situation intermédiaire, au travail domestique.

Dans la première partie de l’intervention, basée sur son travail de thèse sur les ouvrières en France depuis 1968, Fanny Gallot revient sur l’absence systématique de prise en compte des « travailleuses immigrées » dans les archives syndicales. Elle rappelle que souvent les structures syndicales étaient organisées avec un secrétariat à la main d’œuvre féminine et un secrétariat à la main d’œuvre immigrée, ne permettant pas un interlocuteur unique pour les travailleuses immigrées. À partir des travaux, notamment de Bell Hooks (Ne suis-je pas une femme ?, 1981) elle montre que les structures syndicales dédiées aux travailleuses participent de la difficulté de penser et de donner la parole à une « femme immigrée ».

Dans la seconde partie, Fanny Gallot présente une étude de cas, la révolte du foyer Pauline Roland, pour évoquer la mise en cause d’un « travail quasiment gratuit », dans une situation intermédiaire entre le travail professionnel et le travail domestique. Le foyer Pauline Roland est un foyer d’insertion par le travail qui ouvre à Paris à la fin du XIXe siècle. Il permet d’héberger des femmes seules ou avec enfants, qui se trouvent dans des situations de violence conjugales ou de très grandes difficultés, et qu’il faut réinsérer par le travail. Dans ce foyer se trouvent des ateliers, notamment une buanderie et un atelier de couture où les femmes travaillent. Les résidentes peuvent aussi être sollicitées pour travailler à la crèche ou à la cantine du foyer. Dans le milieu des années 1970, des évolutions interviennent et les femmes sont autorisées à aller travailler à l’extérieur. L’objectif est de les accueillir six mois et qu’ensuite elles puissent trouver un logement et un travail, à partir du « pécule » accumulé grâce à leur travail. Or la rémunération versée par le foyer est largement en-dessous du SMIC, ce qui constitue une de leurs revendications.

 rémunération versée par le foyer est largement en-dessous du SMIC, ce qui constitue une de leurs revendications. En outre, une grande partie des habitantes sont issues de l’immigration et un enjeu ethno racial important apparaît dans le foyer, avec un traitement différencié selon l’origine. En 1976, une révolte au foyer donne lieu à une brochure « Le dossier noir dans le foyer Pauline Roland ». Les revendications portent sur le refus de l’infantilisation, de la discipline et des règles strictes d’entrée et de sortie, sur le travail quasiment gratuit et le système du pécule et sur les inégalités de traitement au sein du foyer selon l’origine. Cette mobilisation se solde par le départ de la directrice et par des aménagements très importants de la vie dans le foyer vers plus de concertation et de participation.

Le troisième axe de l’intervention porte sur l’ « intégration » comme un travail domestique, à travers l’exemple des Nana Beurs. Il se focalise sur le quartier et les femmes qui s’y engagent sur la base d’un travail domestique. Les Nana Beurs sont un exemple d’organisation associative de femmes immigrées qui se forge après la marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983, du fait de la division sexuelle du travail militant dans la marche. Elle dénonce le sexisme et se bat pour une meilleure intégration et une meilleure reconnaissance, en s’adressant surtout aux jeunes filles, puis aux mères et épouses, qui souffrent de violences conjugales et de discriminations. Il s’agit d’un travail au quotidien d’accueil de femmes en difficultés et d’initiatives socioéducatives et culturelles. Les Nana Beurs écrivent qu’elles ne sont pas féministes, même si elles créent un lien qu’on pourrait qualifier, de façon anachroniques, de relativement sororal pour l’accompagnement des femmes et des mères. L’hypothèse proposée serait de considérer cet investissement associatif pour l’intégration comme une forme de travail domestique, en le pensant tout d’abord comme un travail à part entière, et comme un travail domestique qui incomberait aux femmes racisées de la classe populaire.

            Ces trois études de cas montrent qu’une sorte de continuum s’opère, continuum qui peut être envisagé dans une perspective intersectionnelle avec l’idée de l’invisibilisation d’un sujet politique dans le cadre de ces différentes mobilisations qui émergent dans des contextes politiques et militants particuliers.

Une recommandation de lecture : Isabelle Clair, « Faire du terrain en féministe », 2016, Actes de la recherche en sciences sociales. Accessible en ligne : https://www.cairn.info/revue-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2016-3-page-66.htm

“Se mouiller pour les bains-douches – engagements associatifs et mobilisations pour l’accès à l’hygiène

Douche pour un ! Douche pour tous !

 

Vendredi 31 mars à 9h

Nous avons le plaisir de vous annoncer l’organisation d’une journée d’étude « Se mouiller pour les bains-douches – engagements associatifs et mobilisations pour l’accès à l’hygiène » dans le cadre du programme THERMAPOLIS le vendredi 31 mars 9h à Lyon. 

Pour en savoir plus : https://thermapolis.hypotheses.org/ (ANR)Ouvert à tou.te.s, sur inscription avant le 27 mars : merci d’envoyer un mail à judicaelle.dietrich@lyon3.fr et elise.roche@univ-lyon2.fr

Séminaire Atlas des atlas

Mardi 21 mars 2023

14 heures

ENSAL, 3 Rue Maurice Audin, 69120 Vaulx-en-Velin (la salle sera indiquée)

Cette séance de séminaire inaugurera le projet ATLAS UNTITLED.

Pour rappel, ATLAS UNTITLED vise la construction d’un atlas numérique collaboratif contribuant à documenter et à capitaliser les connaissances sur les réalités anthropocènes et les dynamiques de transition qu’elles génèrent sur les territoires.

ATLAS UNTITLED est la préfiguration d’un projet de recherche à moyen terme, misant tout à la fois sur la valorisation collective des travaux existants et sur la production de nouveaux contenus scientifiques. Assemblés et confrontés à des productions praticiennes ou “communes”,

ATLAS UNTITLED pourra témoigner de la production scientifique à EVS en cette période charnière de transitions et faire dialoguer les savoirs dans la perspective d’une science ouverte et collaborative.

ATLAS UNTITLED bénéficie à ce titre d’un financement « Interstice » au sein d’EVS. Porté par Manuel Appert et Sandra Fiori, il implique d’ores et déjà une quinzaine d’enseignants-chercheurs issus des différentes composantes et se situe à la croisée des ateliers “Objets Urbanisations”, “Faire territoire, faire société” et “Spatialités numériques et géomatique”. Il a vocation à s’ouvrir à une pluralité d’approches et de sensibilités et à favoriser les croisements de regards au sein de l’UMR.

La séance de séminaire du 21 mars « Atlas des atlas » cherchera à poser de premiers jalons à partir d’un tour d’horizon des différentes formes d’atlas. La discussion s’articulera notamment autour des questions suivantes : Comment l’anthropocène renégocie-t-il l’outil atlas ? À l’inverse, comment l’atlas (re)documente l’anthropocène ? Quelle place pour le savoir scientifique, la pratique, l’expérience et l’expérimentation ?