parution : l’afrique en prisons

L’ouvrage l’Afrique en prison, dirigé par Frédéric Le Marcis et Marie Morelle vient de paraître aux ENS Editions. Il est l’aboutissement du programme de recherche Ecoppaf (Economie de la peine et de la prison en Afrique) financé par l’ANR. 

Depuis l’ouvrage de Florence Bernault consacré à l’histoire des prisons africaines, les sciences sociales francophones sont restées singulièrement silencieuses sur les enjeux carcéraux en Afrique. Le présent volume entend combler ce manque à partir de recherches ethnographiques – entretiens, enquêtes de terrain, consultation d’archives – conduites par une équipe pluridisciplinaire dans dix pays du continent, en Afrique francophone et anglophone : Tunisie, Sénégal, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Ghana, Nigeria, Éthiopie, Burundi, Cameroun et Afrique du Sud.

Cet ouvrage permet de rompre avec les images archétypales et lacunaires souvent véhiculées sur les prisons du continent, et propose une lecture nuancée de l’expérience carcérale articulée aux représentations de la justice. Il étudie le phénomène carcéral en Afrique dans une perspective historique autant qu’il s’intéresse aux enjeux contemporains de la réforme carcérale. Enfin, il invite à saisir l’empreinte de la prison au-delà de ses murs.

Il intéressera les chercheurs, les étudiants ainsi que la pluralité des acteurs impliqués dans le travail carcéral et dans les débats sur les réformes pénitentiaires et le sens de la prison.

*

En complément de l’ouvrage, on peut consulter  les vidéos tirées du MOOC « Des prisons en Afrique » (Canal U)

En lien avec les vidéos, un livret numérique illustré en français est disponible ici

 

Éducations, territoires et territorialités

Atelier faire territoire, faire société

Jeudi 5 mai 2022, 14h -17h, Amphithéâtre Louise Michel, Inspé de l’académie de Lyon – 5 rue Anselme, 69004 Lyon

Possibilité de suivre cette séance à distance en suivant le lien ici.

©Florian Pons

Le jeudi 5 mai 2022, de 14h à 17h, dans l’amphithéâtre Louise Michel à l’Inspé de l’Académie de Lyon au 5 rue Anselme, le séminaire de l’atelier Faire territoire, faire société organise une séance intitulée “Éducations, territoires et territorialités”

Trois  intervenants interviendront : 

  • Pierre Champollion, “Territoires et territorialités : deux concepts clés pour contextualiser l’éducation”
  • Pierre Colin, “Échec scolaire et lycée professionnel : quelles relations ?”
  • Florian Pons, “Échec scolaire et éducation prioritaire : une réflexion sur les conditions de l’échec, de l’individu à la superstructure.”

***

Présentation des interventions

14h-15h

“Territoires et territorialités : deux concepts clés pour contextualiser l’éducation”

Pierre Champollion – Docteur en sciences de l’éducation et de la formation (PhD), Habilité à diriger des recherches (HDR), actuellement président d’honneur de l’Observatoire éducation et territoires (OET). Chercheur au laboratoire Education, Cultures, Politiques (ECP) de Lyon2, chercheur associé au laboratoire Espaces et Sociétés (ESO) de Caen, Pierre Champollion travaille essentiellement sur les inégalités d’éducation et d’orientation liées aux territoires et, surtout, aux territorialités.

Cette communication – directement alimentée par la recherche – se situera, au sein des sciences humaines et sociales, à la confluence – relativement peu étudiée – de la géographie sociale, précisément de la géographie de l’éducation, et de la sociologie de l’éducation, c’est-à-dire au carrefour des interrelations que tissent ensemble territoires-territorialités, d’un côté, et éducations-orientations, de l’autre. Approcher le système éducatif français – via une fertilisation croisée géographie-sociologie – par ses différentes contextualisations territoriales, qui l’impactent potentiellement, renouvelle grandement la présentation de l’école française, qui se fonde trop souvent sur la seule description de son organisation, de son fonctionnement et de son efficacité, ainsi que des inégalités qu’elle comporte. Adossé à de nombreuses enquêtes conduites sur différentes territorialités – rurale et montagnarde, mais aussi urbaine – le conférencier cherchera à dresser une synthèse épistémologique de l’état des interrelations entre écoles et territorialités qui contribuent à améliorer l’adaptation de l’école de la République à ses spécificités territoriales. Il abordera notamment – ce faisant – un pan essentiel de la contextualisation géographique de l’éducation et, plus particulièrement, de l’orientation qui n’a pas encore été beaucoup investigué jusqu’à présent par la recherche : la territorialité.Cette conférence comportera trois temps forts, évidemment articulés entre eux.

Elle débutera par une approche rapide de la thématique « éducation, territorialité et territoire » à partir, notamment, du cas de l’école rurale et montagnarde. A cette occasion, quelques brefs rappels des différents concepts et notions (contexte, territoire, territorialité, ruralité, montagne, représentation sociale, identité, valeur, classe à plusieurs cours et classe unique, etc.) mobilisés seront effectués de façon liminaire. Ils seront poursuivis par quelques focus synthétiques relatifs aux principales spécificités (organisationnelle, pédagogique et didactique, publics, équipements, etc.) et aux résultats significatifs (performances scolaires et orientation notamment) de l’école rurale et de moyenne montagne française.

Dans un second temps seront présentés différentes questions et perspectives liées à la thématique « éducation, territorialité et territoire » appliquée – entre autres – à la ruralité à partir des analyses développées dans deux ouvrages récents sur la question, respectivement parus en 2017 et 2020, coordonnés par l’auteur. Celles-ci porteront électivement sur :

  • Les inégalités territoriales d’éducation et d’orientation, les effets de territoire sur l’éducation, les renouvellements pédagogiques, les partenariats environnementaux locaux et les politiques éducatives territorialisées (Permanences et évolutions des relations complexes entre éducations et territoires).
  • L’insertion de l’école dans le territorial, la territorialisation partielle de la formation des enseignants, la différenciation des publics et les impacts potentiels du numérique (Territorialisation de l’éducation : tendance ou nécessité).

Enfin, dans un troisième et dernier temps, la communication abordera – à titre d’exemple – la présentation du dispositif institutionnel de co-enseignement rural ardéchois mis en œuvre à partir de la toute fin des années 2010 à l’évaluation duquel l’auteur, au sein d’une équipe de chercheurs d’ECP, a participé.

30 minutes de discussion

*

15h30 – 15h50

“Échec scolaire et lycée professionnel : quelles relations ?”

Pierre Colin – Docteur en Géographie, enseignant en lycée professionnel, laboratoire EVS
 

Cette communication s’appuie sur les résultats d’un travail de thèse en géographie explorant l’enseignement des frontières comme question socialement vive au lycée professionnel. 

Après avoir dressé un portrait du lycée professionnel aujourd’hui, nous aborderons les divers publics du lycée professionnel. On se demandera ainsi si les logiques de reproduction sociale sont effectivement à l’œuvre en lycée professionnel, souvent catégorisé comme lycée des enfants des milieux défavorisés. La question du rapport au savoir et du rapport à l’apprendre, notamment en géographie, permettra d’envisager les différents leviers utilisés au lycée professionnel pour tenter de limiter l’échec scolaire.

20 minutes de discussion 

*

16h10-16h30

“Échec scolaire et éducation prioritaire : une réflexion sur les conditions de l’échec, de l’individu à la superstructure.”

Florian Pons – Enseignant en histoire géographie en collège REP. Doctorant en géographie, laboratoire EVS

Cette communication sera basée sur une réflexion à partir d’un travail empirique mené pendant plusieurs années d’enseignement en REP dans la métropole lyonnaise. Avec une approche réflexive et fondamentalement sociale, on abordera la question des trajectoires individuelles de l’échec scolaire : il s’agira d’interroger le déterminisme social dans une École qui insiste volontiers sur la méritocratie. Après une première partie théorique, le deuxième temps de l’exposé sera traité à partir d’exemples concrets. Une approche de « l’intérieur » en quelque sorte.

Table ronde & Visite commentée : Démolir, renouveler, rénover : que faire des grands ensembles en Europe ? Débat autour de la Russie, de la Pologne, de l’Allemagne et de la France

Atelier faire territoire, faire société

Jeudi 7 avril 2022, 10h-12h – Visite commentée de la Duchère

Vendredi 8 avril 2022, 14h-16h – Table ronde – Salle 604, 18, rue Chevreul, 69007

La chaire de recherche Habiter Ensemble la Ville de Demain et l’Atelier “Faire territoire, faire société”, organisent deux demi journées de travail dans le cadre d’une séance intitulée : “Démolir, renouveler, rénover : que faire des grands ensembles en Europe ? Débat autour de la Russie, de la Pologne, de l’Allemagne et de la France.” 

Deux temps de travail sont prévus :

  • Une visite commentée de la Duchère le jeudi 7 avril, de 10h à midi.
  • Une table ronde le vendredi 8 avril, de 14h à 16h – Salle 604, au 18, rue Chevreul, 69007 Lyon.

–> Participation à la visite commentée et à la table ronde sur inscription.

Ces journées sont organisées par :

Avec la participation de :

  • Daniela Zupan, Assistant Professor of European Cities and Urban Heritage at the Institute for European Urban Studies, Faculty of Architecture and Urbanism, Bauhaus-Universität Weimar
  • Daria Volkova, PhD Student at the Institute for European Urban Studies at Bauhaus University Weimar
  • Laetitia Mongeard, Maîtresse de conférences, UPEC, Lab’Urba
  • Olga Suslova, Doctorante Université Gustave Eiffel, UMR LATTS

***

Présentation de la table ronde :

Dans le cadre d’une analyse croisée du renouvellement urbain en Europe, la chaire de recherche Habiter Ensemble la Ville de Demain organise une table ronde clôturant une mission de terrain à Lyon de deux collègues de l’Université de Weimar. Cette séance est couplée avec le séminaire de l’Atelier « Faire territoire, faire société » de l’UMR EVS.

Les grands ensembles d’habitation constituent une histoire partagée en Europe, dès leur genèse, grâce aux circulations d’urbanistes et d’architectes du mouvement moderne entre les deux guerres, puis aux échanges de techniques et d’usines de préfabrication de part et d’autre du Rideau de Fer à partir des années 1950. Mais alors qu’en France la construction des grands ensembles a été interrompue dans les années 1970, elle s’est poursuivie jusqu’aux années 1990 en Europe de l’Est qui est donc devenue le « royaume du grand ensemble ».

Aujourd’hui, tous ces immeubles ont vieilli, le regard porté sur eux a évolué, et des politiques de réhabilitation ou de rénovation de ces quartiers sont considérées comme nécessaires. Mais de quelle « rénovation » s’agit-il ? A quels objectifs répond-elle ? Quels moyens politiques, économiques, techniques sont déployés à l’égard de ces quartiers ? Quel rôle joue la population habitante, et comment perçoit-elle ces opérations ?

Cette table ronde (en anglais) fait dialoguer les points de vue de chercheuses menant des études sur les transformations des grands ensembles en Russie, en Pologne, en Allemagne et en France. Elle fait suite à des parcours commentés réalisés dans des grands ensembles de la Métropole de Lyon avec nos collègues invitées.

 

                                         

 

 

 

 

Villes & européanisation

Atelier faire territoire, faire société

Mardi 5 avril 2022, 14h-17h – Salle Elise Rivet, 4ème étage, Maison des Sciences de l’Homme de Lyon & Saint-Etienne, 14, avenue Berthelot,  69007 Lyon

©Natalia Zdanowska

 

Le mardi 5 avril 2022, de 14h à 17h, dans la salle Elise Rivet, située au 4ème étage de la Maison des Sciences de l’Homme au 14, avenue Berthelot, le séminaire de l’atelier Faire territoire, faire société organise une séance intitulé “Villes & européanisation”

Deux intervenantes présenteront leurs travaux :

  • Ninon Briot, “Les coopérations entre villes comme outil au service de l’européanisation du territoire”
  • Natalia Zdanowska, “Montée de l’euroscepticisme et inégalités économiques entre villes. Exemple de la Pologne au prisme des réseaux d’entreprises”

***

Présentation des interventions

“Les coopérations entre villes comme outil au service de l’européanisation du territoire”

Ninon Briot – Docteure en géographie, ATER à l’ENS de Lyon

Cette communication insiste sur l’effet des coopérations entre villes sur l’européanisation. Les villes européennes sont particulièrement reliées par différentes coopérations internationales (jumelages, projets européens, associations de villes), et le territoire communautaire apparaît comme le centre de ces liens politiques. Cela est dû aux multiples incitations et dispositifs de l’Union européenne pour favoriser la mise en place de ces relations. L’UE perçoit ces dernières comme un outil au service du maillage du territoire communautaire à l’échelle la plus fine, celle des villes. Elles sont le support d’échanges de bonnes pratiques et de modèles typiquement européens et participent donc à une européanisation des villes. Enfin, ces coopérations permettent également à l’UE de rayonner en dehors des frontières du territoire communautaire et s’inscrivent notamment dans le processus d’intégration européenne.

*

“Montée de l’euroscepticisme et inégalités économiques entre villes. Exemple de la Pologne au prisme des réseaux d’entreprises”

Natalia Zdanowska – Docteure en géographie, Research associate – Luxembourg Institute of Socio-Economic Research

La Pologne, membre de l’Union européenne (UE) depuis 2004, est touchée par une vague d’euroscepticisme et de populisme (Krakovsky, 2019 ; Mink, 2021). Le rejet du processus européen par une partie des électeurs polonais est un phénomène paradoxal, car la Pologne est la première bénéficiaire des fonds structurels européens et des aides liées à la politique agricole commune (KPMG, 2016). Parallèlement, même si son PIB par habitant a plus que doublé depuis 2004, les inégalités économiques entre villes se sont creusées si on considère la répartition de la richesse produite par les entreprises étrangères depuis 2004 (Zdanowska et al., 2020). Existe-il une relation entre cette dynamique et le renforcement du vote conservateur anti-européen, en particulier dans les villes petites et moyennes et dans les zones plus rurales ? Y a-t-il une corrélation entre la géographie de l’euroscepticisme et les inégalités géographiques de la production de richesse ?

 

Parution : Poéticas urbanas : imageria, projeto et precariedade / Poétiques urbaines : imagerie, projet et précarité

Les actes du colloque ICHT de 2017 viennent de paraître en portugais. Intitulé “Poéticas urbanas : imageria, projeto et precariedade / Poétiques urbaines : imagerie, projet et précarité”

Cet ouvrage réunit une sélection de contributions présentées lors du 2e colloque “ICHT : Construire et Habiter la Terre” organisé en 2017 à Lyon et co-porté par l’UMR EVS. Il est coordonné par Artur Rozestraten, professeur à la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme de l’Université de Sao Paulo et il est préfacé par Sandra Fiori, Octavie Paris et Claire Revol.

***

Traduction en français du résumé

Dans quelle mesure la poétique peut-elle réinventer la nature de la polis ? Quelles alternatives ou formes de subversion la poétique urbaine peut-elle opposer aux projets de smart cities ? Comment ces poétiques interagissent-elles avec les ressources d’intelligence collective des sociétés urbaines ? Les textes présentés dans cet ouvrage interrogent les imaginaires des villes en considérant leurs paysages quotidiens, leurs espaces publics ou leurs périphéries, marqués par une urbanisation souvent synonyme d’environnements dégradés, de conflits d’usages et de sociabilité, de respect des normes ou, au contraire, de dynamiques de subversion, de modèles et de modes, mais aussi de mythes presque intemporels.

Que ce soit par le cinéma ou la photographie, l’ethnographie ou les archives, le récit ou la performance, ces textes englobent des analyses et des expériences qui affirment les possibilités ou les impossibilités d’habiter. Les auteurs tentent de présenter une alternative à de tels extrêmes à travers la transformation du quotidien mobilisée par les ressources des projets collectifs. Les images matérielles, le corps, la mémoire sont des expressions de qualités esthétiques et environnementales, des formes d’appropriation ou de résistance, bref, une poétique d’un possible réenchantement, un support pour construire et habiter la Terre partagée.
Construire implique l’élaboration de mondes ouverts à une pluralité de concepts du cohabiter, de poétiques diverses qui reflètent une diversité de manières d’habiter. Ces manières d’habiter sont poétiques dans la mesure où elles engendrent ou produisent des manières de se rapporter aux lieux, de les désigner, de les parcourir, d’organiser activités et repos, mobilisant des images où résonnent des affections. La poétique décrit ces liens qui font de nous, autant que nous les faisons, des objets de projections, des fantômes voire des délires. Après tout, les défis du XXIe siècle exigent d’autres imaginaires de l’habiter.

Référence : Rozestraten A. (dir.), Poeticas urbanas : imageria, projeto e precariedade, Sao Paulo, Annablume editoria, 2021. ISBN 978-65-5684-040-6

Journées d’étude : dans les pas de Lina BO BArdi – leçons pour penser et concevoir un monde plus habitable

Les 15, 16 et 17 mars 2022 auront lieu des journées d’études consacrées à l’architecte italo-brésilienne Lina Bo Mardi. Elles s’intitulent “Dans les pas de Lina Bo Bardi – Leçons pour penser et concevoir un monde plus habitable” et sont organisées par Sandra Fiori et Alessandro Panzeri. Ces journées d’étude auront lieu à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture (ENSA) de Lyon, au 3, rue Maurice Audin à Vaulx-en-Velin, salle 4

–> Programme de la journée d’études

–> Livret détaillé de la journée d’étude

Présentation

Parmi les femmes architectes reconnues de sa génération, l’italo-brésilienne Lina Bo Bardi (Rome, 1914 – São Paulo, 1992) est longtemps restée dans l’ombre en France, par rapport à des personnalités comme Aino Aalto, Jane Drew, Ray Eames, Charlotte Perriand et Alison Smithson, auxquelles la critique a consacré de nombreux ouvrages.

Depuis 2014, qui marque le centenaire de sa naissance, plusieurs manifestations scientifiques et expositions ont toutefois été organisées en Europe pour lui rendre hommage, parmi lesquelles nous pouvons citer: le colloque organisé par l’Université Sapienza di Roma Lina Bo Bardi. Una architetta romana in Brasile (2014); l’ouvrage d’A. Criconia, Lina Bo Bardi. Un’architettura tra l’Italia e il Brasile (Milan, Franco Angeli 2017) ; le projet pédagogique international de 2017-18 Lina Bo Bardi : enseignements partagés, organisée par A. Criconia e E. Essaïan, qui est le fruit d’une collaboration sur deux ans entre l’ENSA de Paris Belleville et l’Université Sapienza di Roma ; la journée d’étude Apprendre à voir Lina/Saper vedere Lina (2018), qui fait partie du même programme pédagogique international. Ajoutons que la Biennale d’architecture de Venise a décerné cette année un « Lion d’or spécial à la mémoire » de Lina Bo Bardi et que 2022 sera l’année du trentenaire de sa disparition.

Ces journées d’étude ont l’ambition d’explorer de nouveaux aspects de l’œuvre de Lina Bo Bardi, au-delà d’une approche biographique désormais bien étudiée et diffusée en tant que telle.

Cette connaissance biographique permet aujourd’hui d’appréhender la figure originale que représente Lina Bo Bardi sous l’angle des circulations géographiques, mais aussi culturelles qui fondent sa trajectoire professionnelle : entre l’Italie – où elle effectue la première partie de sa carrière et revient vivre entre 1972 et 1974 – et le Brésil – où elle émigre en 1946 – ; mais également au sein même du Brésil, entre São Paulo – qui constitue un point d’ancrage incontestable – et Bahia – où elle travaille de 1958 à 1964, puis dans les années 1980.

Sa pensée et son œuvre s’inscrivent pleinement dans le mouvement moderne, puisant leurs racines dans l’école romaine puis milanaise, au contact de figures marquantes de la scène architecturale italienne de l’entre-deux-guerres comme Gustavo Giovannoni, Marcello Piacentini, Carlo Pagani, Giò Ponti, Pietro Maria Bardi et Bruno Zevi. Elle s’en écarte pourtant, à travers le soin qu’elle a toujours accordé au vivant, comme le montre le trait tellement particulier de ses dessins – que l’on trouve dès ses contributions éditoriales italiennes -, mais aussi son architecture construite, influencée en particulier par la culture populaire nordestine qu’elle rencontre à Bahia.

Lina Bo Bardi est l’auteure de près de vingt projets construits, parmi lesquels des maisons (Casa de Vidro, Sao Paulo), des musées (MASP, Sao Paulo), des théâtres (Teatro Oficina, Sao Paulo), des églises (Saint Esprit, Uberlandia), des centres culturels et sportifs (SESC Pompéia, Sao Paulo). Ainsi, elle apparaît non seulement comme l’une des femmes architectes du XXe siècle qui a le plus construit, mais qui a abordé un certain nombre de problématiques (économie, participation, chantier, réemploi, savoirs artisanaux, etc…) trouvant aujourd’hui une forte résonance dans la pratique architecturale contemporaine, au-delà du contexte brésilien.

–> Inscriptions préalables

 

EXPERIENCES SENSIBLES, REPRESENTATIONS ET PRODUCTIONS D’ESPACES

Atelier faire territoire, faire société

Vendredi 15 avril 2022, 10h-12h30, salle 604, 18, rue Chevreul, 69007 Lyon 

Cette séance sera organisée uniquement en distanciel par Dominique Chevalier (Université Lyon 1-INSPE), François Duchène (ENTPE) & Thomas Zanetti (Université Lyon3)

Lien zoom vers la séance

Cartes d’objets – © ANR MOBILES

 

Le vendredi 15 avril 2022, en distanciel, le séminaire de l’atelier Faire territoire, faire société, organise une séance intitulée “Expériences sensibles et productions d’espaces”.

Deux intervenantes présenteront leurs travaux :

  • Théa Manola, « Faire de la recherche sur/par/avec le sensible ».
  • Aleksandra Malkova, « Capter l’expérience des lieux des étudiant·e·s internationaux·ales : réflexions méthodologiques sur les entretiens déambulés ».

***

Présentation des interventions 

« Faire de la recherche sur/par/avec le sensible ».

Théa Manola, Maitresse de Conférences en Sciences Humaines et Sociales pour l’Architecture des Écoles Nationales Supérieures d’Architecture, rattachée à l’ENSA de Grenoble – Université Grenoble Alpes, Chercheure à l’équipe CRESSON de l’UMR AAU – Ambiances Architectures Urbanités

Dans le cadre de cette intervention, il s’agit de revenir sur des travaux scientifiques sur/par/avec le sensible afin de questionner sa place dans les processus contemporain de production de l’espace et leurs enjeux. Pour ce faire, nous reviendrons sur les « fondamentaux » de ces formes de recherche et leur inscription dans le cadre plus large de la recherche en « sciences de l’espace » et en « arts de la conception/sciences du projet ». Nous présenterons les cadres scientifiques et opérationnels, les démarches méthodologiques et certains éléments de résultats de recherches qui passent des expériences sensibles ordinaires et situées à la place du sensible dans les processus de conception des territoires de vie. Pour conclure sur les enjeux perdurant et ceux plus émergeants des recherches sur/par/avec le sensible.

*

« Capter l’expérience des lieux des étudiant·e·s internationaux·ales : réflexions méthodologiques sur les entretiens déambulés »
 

Aleksandra Malkova, étudiante en Master 2 Ville et Environnements Urbains à l’Université Lumière Lyon 2, parcours « Nouveaux modes de vie et espaces de la ville contemporaine », stagiaire (en 2021) pour l’étude exploratoire du projet ANR

Cette intervention sera l’occasion de revenir sur la mise en place de l’étude exploratoire du projet ANR MOBILES « Expérience des lieux et socialisation langagière des étudiants internationaux : analyse et accompagnement par les pratiques numériques ». Après une brève présentation du dispositif de l’étude, il s’agira de réfléchir plus en détail aux choix et à l’apport des méthodes. En particulier, je reviendrai sur l’expérimentation d’entretiens réalisés en deux temps (« préparatoires » et « déambulés ») avec des étudiant·e·s internationaux·ales, dans le but de comprendre les relations sensorielles et émotionnelles qu’ils et elles établissent avec les lieux dans l’agglomération lyonnaise.

–> Rejoindre la réunion zoom :

  • Numéro de la réunion (code d’accès) : 2733 437 5378
  • Mot de passe de la réunion : RhF9PFdU4V5

 

 

 

Journée d’étude : L’enquête dans la recherche-création

Journée d’étude “L’enquête dans la recherche-création” – Jeudi 17 et vendredi 18 mars 2022 –

RIZE, 23, rue Valentin Haüy, 69100 Villeurbanne 

Une journée d’étude organisée par Marina Chauliac (IIAC EHESS-CNRS), Olivier Givre (Université Lumière Lyon 2, EVS CNRS) et Vincent Veschambre (directeur du Rize, EVS CNRS)

L’équipe du séminaire Recherche-Création organise une journée d’étude “L’enquête dans la recherche-création” le jeudi 17 et le vendredi 18 mars 2022 au Rize, à Villeurbanne. 

–> Entré libre sur inscription auprès de Olivier Givre avant le 15 mars 2022.

–> Le programme de la journée est disponible ici.

***

Résumé :

Dans le prolongement du séminaire Recherche-Création : Expériences et Potentialités, cette journée d’étude propose d’interroger la notion d’enquête dans les démarches de recherche-création. Ne se limitant pas aux rapports entre sciences et arts, la recherche-création est comprise comme un décloisonnement disciplinaire conduisant à sortir de son « coin institutionnel ». Dans cette optique, la recherche et la création partagent des caractéristiques communes et complémentaires, que ce soit l’importance accordée aux processus situés, à l’expérience et au faire comme connaissance, ou encore le souci de l’essai et de l’exploration. En visant à créer des modalités inédites de perception et de connaissance, cette « pensée en acte » renouvelle les pratiques de l’enquête (être en-quête) comme manière d’être au monde. La recherche-création permet d’appréhender l’enquête comme catégorie épistémologique autant qu’esthétique, désignant à part égale des manières de connaître ou d’analyser et des manières de percevoir ou d’éprouver.

Lors de ces deux journées, nous proposons
de mettre l’accent sur deux aspects complémentaires : l’enquête comme démarche et l’enquête comme relation. Ces deux thèmes serviront de fil conducteur à la présentation d’expériences d’enquête dans le domaine de la recherche-création faisant appel à divers types de supports (audio, audiovisuels, performances, etc.). Les intervenants sont invités à proposer des formats originaux, immersifs, participatifs, sensibles sans se limiter à la seule analyse d’expériences. Ces journées privilégieront ainsi la présentation d’expériences concrètes associant chercheurs et artistes, en faisant retour sur leurs manières de faire enquête et de faire œuvre commune, dans une perspective de recherche-création, et avec une grande latitude pour exposer des pratiques, des résultats, des démarches en cours, des projets, etc. Nous proposons de nous livrer à une restitution en temps réel de ces journées par la fabrication collective d’un podcast audio, qui permettra de laisser une trace inédite de ces journées, conçues elles- mêmes comme matière créative, à des fins de diffusion scientifique et pédagogique. Ce podcast sera ainsi envisagé comme une œuvre partagée.

***

Programme des  journées d’étude :

JEUDI 17 MARS

13h15 : Accueil café (café du Rize)

  • 13h30 : Introduction (Vincent Veschambre, Olivier Givre, Marina Chauliac)

14h00 – 18h00 : L’enquête comme démarche dans la recherche-création – Discutante : Anne Monjaret, ethnologue, CNRS-IIAC.

  • 14h00 – 14h45 : Villeurbanne territoire d’hospitalité,
    une résidence recherche-création au Rize – Lena Osseyran (artiste, architecte et doctorante Radian – Caen), Pascaline Thiollière (École nationale supérieure d’architecture de Grenoble – CRESSON CNRS), Nicolas Tixier (École nationale supérieure d’architecture de Grenoble – CRESSON CNRS).

  • 14h45-15h30 : Tierra Inquieta : la fabrique des émotions – Chiara Ambrosio (réalisatrice et artiste visuelle), Caterina Pasqualino (anthropologue, CNRS- IIAC). 

15h30-16h00 : Pause / plateau radio

  • 16h00-16h45 : Dans l’intimité des bains-douches. Une enquête en recherche-création du collectif LALCA – Julie Bernard (architecte, réalisatrice sonore et plasticienne), Marina Chauliac (anthropologue, IIAC, EHESS-CNRS), Florent Ottello (réalisateur sonore, architecte et artiste chorégraphique).

  • 16h45-17h30 : La démolition urbaine au prisme de la recherche-création. – Jérôme Dupré la Tour (artiste-auteur, Friche Lamartine, Lyon) et Laetitia Mongeard (géographe, Université Paris Est Créteil).

17h30-18h00 : Pause / plateau radio

  • 18h00-20h00 : Le Rize Monologue de Gaza.

 

***

VENDREDI 18 MARS

9h : Accueil café (café du Rize)

9h30 – 13h : L’enquête comme relation dans la recherche-création
Discutante : Marie-Pierre Gibert, anthropologue, Université Lumière-Lyon2, EVS-CNRS.

  • 9h30-10h15 : Dynamiques de l’échec ? Observations transdisciplinaires depuis le projet de recherche-création Administrophone – Anthony Pecqueux (sociologue, CNRS-Centre Max Weber) et Marianne Villière (artiste plasticienne).

  • 10h15 -11h : Le potentiel transformateur des récits en relation avec la Terre : une hypothèse – Nathalie Blanc (directrice de recherche, CNRS-Ladyss, directrice du Centre des politiques de la terre, Paris).

11h – 11h30 : Pause / plateau radio

  • 11h30 -12h15 : Sentir le temps : la recherche-création audiovisuelle à partir des méthodes de l’ethnographie sensorielle – Jeff Silva (anthropologue et cinéaste, La Fabrique, Marseille).

  • 12h15 -13h : Un dispositif d’expérimentation transdisciplinaire : les LaboMobiles – Hugo Montero (ENTPE – Université de Lyon/LAET) et Arnaud Chevallier (Compagnie l’Instant Mobile, Lyon).

13h -14h30 : Déjeuner / plateau radio

  • 14h30-15h30 : Écoute du podcast collaboratif et discussions.

  • 15h30-16h30 : Discussion finale et ouverture : la recherche-création, entre épistémologie transdisciplinaire et innovation culturelle : quelles collaborations possibles ? – Isabelle Lefort (géographe, EVS-CNRS) et Riccardo Ciavolella (anthropologue, CNRS, co-directeur de l’IIAC EHESS-CNRS) – Animation : Marina Chauliac et Olivier Givre

« FABRIQUES TERRITORIALES À PARTIR DE PRATIQUES SPORTIVES ET RÉCRÉATIVES DE JEUNES : ALPINISTES GRENOBLOIS ET GÉNÉRATION 2024 »

Atelier faire territoire, faire société

Vendredi 20 mai 2022, 10-12h30, salle 604, 18, rue Chevreul, 69007 Lyon

Une séance organisée en présentiel et en distanciel par Dominique Chevalier (Université Lyon 1-INSPE), François Duchène (ENTPE) & Thomas Zanetti (Université Lyon3)

© Léa Sallenave

Le vendredi 20 mai 2022, de 10h à 12h30, en salle 604 du 18, rue Chevreul, le séminaire de l’atelier Faire territoire, faire société, organise une séance intitulée “Fabriques territoriales à partir de pratiques sportives et récréatives de jeunes : alpinistes grenoblois et génération 2024”

Lien zoom vers la séance

Deux intervenantes présenteront leurs travaux :

  • Léa Sallenave, « Les pratiques et imaginaires de la montagne d’une jeunesse populaire : un ailleurs naturel au prisme des rapports de domination »
  • Florie Brestaux, « De l’échelle de l’événement global à l’échelle de la classe, les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris hériteront-ils d’une jeunesse « Génération 2024 » ? »

***

Présentation des interventions 

« Les pratiques et imaginaires de la montagne d’une jeunesse populaire : un ailleurs naturel au prisme des rapports de domination »

Léa Sallenave. Doctorante – Assistante d’enseignement au Département de Géographie et Environnement. Institut Universitaire de Formation des Enseignant.e.s, Université de Genève 

Cette communication envisage d’analyser les places que se construisent en montagne de jeunes hommes, adhérents d’une association d’éducation populaire et participant à un dispositif municipal grenoblois appelé « Jeunes en Montagne ». À Grenoble, plusieurs acteurs s’adressent à des publics qualifiés parfois d’« éloignés » de cet environnement « naturel ». Une distance sociale et symbolique, entre certains publics et les montagnes enserrant la ville, existerait. Tout le monde n’accèderait pas à cette forme de nature, du moins, pas d’après les mêmes codes et pratiques que les habitué·es des activités récréatives de plein air. Pour tenter de combler la distance, plusieurs acteur·trices s’engagent pour faciliter l’accès à la montagne. Dans nombre de représentations, les jeunes racisé·es vivant en quartier populaire ne sembleraient pas à leur place en montagne. Je propose de comprendre comment se négocient et se jouent les places de chacun dans un milieu marqué par la blanchité. Les pratiques en montagne mettent en lumière des inégalités qui structurent la société contemporaine, traversée de rapports sociaux de domination. Cela se traduit notamment par les corps, les verbalisations, les identifications multiples ou les codes vestimentaires.

*

« De l’échelle de l’événement global à l’échelle de la classe, les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris hériteront-ils d’une jeunesse « Génération 2024 » ? »

Florie Bresteaux. Étudiante en Master 2 de recherche en sciences sociales à l’École Normale Supérieure de Lyon

L’entrée dans l’événement des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 représente une opportunité inédite pour l’accomplissement d’une triple mission sportive, éducative et sociale sur le territoire national. Or, les Jeux s’inscrivent dans un contexte pandémique et des enjeux éducatifs aux conséquences socioscolaires majeures, telles que la sédentarité et les discriminations sociospatiales, qui semblent ternir l’idéal d’éducation olympique ; un idéal qui a pourtant motivé la rénovation des Jeux tels que nous les connaissons aujourd’hui. Le label « Génération 2024 » semble répondre de façon inédite à ces enjeux par la création de territoires sportifs partenariaux dans et hors de l’espace scolaire, et par la mise en œuvre d’une pédagogie en mouvement. A partir d’une analyse multiscalaire et des outils de la géographie de l’éducation, je souhaite présenter les prémices d’une réflexion critique sur l’ancrage sociospatial de l’héritage des Jeux par ce dispositif de labellisation, de l’échelle de l’événement global à l’échelle de la classe.

–> Rejoindre la réunion zoom :

  • Numéro de la réunion (code d’accès) : 2734 638 3834
  • Mot de passe de la réunion : wZ2fuqWpN33

 

séminaire : images de migrations dans la recherche-création

Vendredi 21 janvier 2022, 10h-13h, en ligne

Une séance organisée par le séminaire “Recherche-Création : Expériences et Potentialités” (EVS/IIAC/DRAC/Rize)

Lien zoom vers la séance

Depuis 2020, le séminaire « Recherche-Création : Expériences et Potentialités » constitue un lieu de rencontres et d’échanges autour d’expériences mêlant travail artistique et scientifique. Cette nouvelle séance est née du constat d’une multiplication de projets de recherche-création dans le domaine des migrations. Depuis les années 2000, la création de nombre de réseaux de militant.es et chercheur.es sur les migrations (Traces, Migreurop, Ancrages…), mais aussi l’intérêt de différents artistes pour cette thématique (voir notamment l’exposition « Persona grata » présentée conjointement par le MacVal et le MNHI en 2018/2019) a conduit à des rapprochements féconds entre chercheur.es et artistes. Labellisée en 2018 Ethnopôle « Migrations, frontières, mémoires », le Centre du Patrimoine Arménien (CPA) à Valence participe de cette dynamique à travers ses expositions et des ateliers ouverts aux chercheur.es en sciences sociales (socio- anthropologie, géographie, histoire) et aux artistes d’horizons disciplinaires variés. Aussi a-t-il paru évident de donner une carte blanche au CPA pour nous présenter deux de ses projets en cours qui questionnent la mise en images et en récits des expériences migratoires via la constitution d’équipes interdisciplinaires croisant enquêtes sur le terrain et créations visuelles.

***

Programme du séminaire

10h – Introduction

  • Marina Chauliac, UMR IIAC, DRAC Auvergne Rhône-Alpes.
  • Olivier Givre, UMR EVS, Université Lumière Lyon2.
  • Vincent Veschambre UMR EVS, Le Rize, Centre Mémoires, cultures, échanges, Villeurbanne.

Présentation du Centre du Patrimoine Arménien, ethnopôle « Migrations, Frontières, Mémoires »

  • Laure Piaton, directrice du CPA
  • Philippe Hanus, coordinateur de l’ethnopôle

10h30 – Atlas Cinéma, un livre ouvert sur les murs de la ville

  • Marie Arlais et Raphaël Rialland, artistes du collectif Etrange Miroir, Nantes

Utilisant la technique du vidéomapping, Atlas Cinéma conte l’histoire d’anonymes d’hier et d’aujourd’hui. Ces portraits donnent naissance à des cartographies qui se dessinent sur les murs et lient la petite et la grande histoire. Ce projet donne lieu à une collaboration scientifique (anthropologues, sociologues, géographes et historiens). Après une phase d’interconnaissance sous la forme de 4 workshops sur deux ans, les chercheur.e.s accompagnent la production des chapitres de l’Atlas et de leurs cartographies.

–> Plus d’informations sur le projet ici

11h30 – Pause

11h40 – Yézidis réfugiés dans la Drôme. Un projet de livre photographique

  • Estelle Amy de la Bretèque, anthropologue, CNRS.
  • Romain Rabier, réalisateur, photographe

Basé sur une collaboration étroite entre une anthropologue et un photographe, ce projet allie réflexion anthropologique, ethnographie de terrain et travail photographique. En choisissant de mêler le texte et l’image, l’objectif est à la fois de dresser un portrait de cette communauté réfugiée dans la Drôme et, en s’appuyant sur l’enquête ethnographique, de soulever des questionnements plus globaux liés à la survivance, la migration et l’intégration.

12h40 – Discussion finale

–> Progamme en PDF

 

Séminaire : GESTION ET CONSERVATION EN CONTEXTE (POST)COLONIAL : MISES EN RÉCIT ET MISES EN ŒUVRE

Atelier Faire territoire, faire société
Vendredi 21 janvier 2022 ,14h-17h , salle 604, 18 rue Chevreul, 69007 Lyon

Séance organisée par Dominique Chevalier (Université Lyon 1-INSPE), François Duchène (ENTPE) & Thomas Zanetti (Université Lyon3)

© Photo Congopresse, H. Goldstein, Archives africaines, Bruxelles, SPF Affaires étrangères.

Le vendredi 21 janvier 2021, de 14h à 17h, en salle 604 du 18, rue Chevreul, le séminaire de l’atelier Faire territoire, faire société, organise une séance intitulée “Gestion et conservation en contexte (post)colonial : mises en récit et mises en oeuvre.” 

Deux intervenantes présenteront leurs travaux 

***

Présentation des interventions 

Violette Pouillard, “Fractures conservationnistes et mises en récit, Est du Congo, ca. 1920 à nos jours.”

Violette Pouillard, Chargée de recherche CNRS, LARHRA, UMR 5190

Cette communication traitera des conflits socio-environnementaux associés aux modes de gouvernance conservationniste déployés par les autorités coloniales belges au Congo, qui sous-tendent et contribuent à expliquer nombre de tensions et conflictualités contemporaines autour de l’accès aux ressources environnementales. Alors que l’historiographie a mis en évidence l’exclusion coloniale des droits de terre et d’usage congolais, mais aussi des usages coloniaux, opérée à travers les dispositifs officiels de protection de la faune, ces derniers cristallisent et incarnent l’opposition entre la protection des animaux d’une part et les activités humaines et les intérêts économiques d’autre part.

Cette contribution présentera les résultats de travaux visant à porter attention tout à la fois aux dimensions sociale, environnementale et animale des politiques conservationnistes, en argumentant que cette perspective intégrée d’histoire par en bas représente un auxiliaire nécessaire à la déconstruction des discours (post)coloniaux sur la gouvernance environnementale. A travers des micro-histoires entrecroisées, la communication mettra l’accent sur les formes systémiques d’usage et de réification des animaux protégés opérées par l’appareil conservationniste lui-même, et sur les collaborations transculturelles et les fractures et oppositions associées. Les dislocations sociales du conservationnisme colonial s’associent ainsi à des perturbations environnementales et animales de large portée marginalisées par les sources et les récits.

Violette Pouillard est chargée de recherches du CNRS au LARHRA et professeure invitée à l’Université de Gand. Elle est l’auteure d’une monographie (Champ Vallon, 2019) et de plusieurs articles traitant des politiques coloniales de gestion et de protection de la faune.

*

Géraldine Sfez, “Circulation, camouflage et résistance : l’histoire du riz oryza glaberrima. À partir de l’œuvre Oryza (2021) de Kapwani Kiwanga.”

Géraldine Sfez, Université de Lille, Centre d’étude des arts contemporains.

Il s’agira, à partir d’une analyse de la pièce de l’artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga, Oryza (2021) et plus largement de son exposition Cima, Cima (Le Crédac, Ivry, 2021), de retracer l’histoire de cette variété de riz Oryza glaberrima, originaire d’Afrique de l’Ouest et transporté dans leur chevelure par les femmes africaines réduites en esclavage. Dissimulés, puis cultivés en Amérique du Sud, notamment dans un contexte de marronnage, ces grains de riz témoignent de l’histoire de l’esclavage tout en renvoyant, dans le travail de Kapwani Kiwanga, à un geste de résistance et d’émancipation.

 

Comme dans ses œuvres Flowers for Africa (2017-2020) ou White Gold : Morogoro (2016), pièce monumentale réalisée en fibres de sisal, la pratique de Kiwanga Kapwani, anthropologue de formation, consiste ici à questionner l’histoire des plantes, ce que celles-ci révèlent de l’histoire coloniale et post-coloniale et de ses enjeux économiques et géopolitiques. À travers ces œuvres qui s’inscrivent dans ce qu’on appelle le « tournant végétal » de l’art, Kiwanga interroge ainsi le devenir-archive des plantes.

Géraldine Sfez, agrégée et docteure en Philosophie, est maîtresse de conférences en Études cinématographiques à l’Université de Lille et membre du CEAC (Centre d’Étude des Arts contemporains). Ses recherches portent sur l’esthétique et la théorie des arts visuels contemporains et s’articulent principalement autour des relations entre pratiques mémorielles et pratiques artistiques, cinéma et art contemporain. Depuis 2018, elle co-dirige la revue « Déméter. Théories et pratiques artistiques contemporaines ».

 

Journée d’étude : Habiter l’espace domestique – 10 décembre

Journée d’étude « Habiter l’unité domestique : Regards croisés sur les fonctions et l’organisation des maisons » – Vendredi 10 décembre 2021 – Salle GAI 003, Université Lumière Lyon 2

Le Laboratoire Junior (Co)Habiter de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée organise en présentiel et en distanciel la journée d’étude “Habiter l’unité domestique : regards croisés sur les fonctions et l’organisation des maisons” le vendredi 10 décembre 2021 dans la salle GAI 003 de l’Université Jean Moulin Lyon 2 (Bâtiment Gaïa). 

–> Le programme de la journée est disponible ici.

–> Pour recevoir le lien de connexion, remplir le formulaire suivant.

Résumé :  Organisée par le Labo Junior (Co)Habiter de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, cette seconde journée d’étude prévue pour le 10 décembre 2021, fera suite à celle organisée sur les mots de l’habitat et de l’habiter du 4 juin 2021. Elle s’attachera à penser l’intérieur des maisons en s’interrogeant sur la fonctionnalité des espaces domestiques, sur leur spécialisation et sur leur dénomination. Ces questionnements intégreront aussi bien des réflexions sur l’architecture que sur le mobilier.

Si l’habitat a d’abord été réduit à sa plus simple fonction, à savoir abriter ses occupants pendant les périodes de repos journaliers, il est rapidement aussi devenu le lieu où ses occupants se sustentent, font leur toilette et leurs besoins, et enfin également celui où ils travaillent, reçoivent, se divertissent, etc. 

Les fonctions qui sont assumées par les maisons ont variés et varient d’une société à l’autre, à chaque société correspondant un habitus qui régit consciemment et inconsciemment les manières d’habiter des individus au sein d’une même société. De même, les activités domestiques et l’organisation de ces tâches varient d’une société à une autre.

L’ensemble de ces éléments a pu influencer la forme et l’organisation de l’espace au sein des maisons. Ajoutons que l’unité domestique est le lieu par excellence où la liberté d’un individu et de ses proches est la plus à même de s’exprimer.

Il apparait néanmoins que cet espace est généralement différencié, même quand il ne comprend qu’une seule pièce. Au gré des heures de la journée et des saisons de l’année, les fonctions de l’unité domestique ont ainsi pu se répartir dans les différents espaces qui la composent, qu’ils soient couverts (pièce) ou découverts (jardin, cour, balcon, etc.), tandis que la distribution des pièces et des tâches a aussi pu être tributaire du genre, du rôle (familiale, sociale), du statut (maître.sse, domestique, esclave) et de la valeur de chaque individu au sein de la maisonnée.

L’objectif de cette journée d’étude est ainsi de s’interroger sur ce qui se passent derrière les murs des maisons, et sur la manière dont s’organise l’univers domestique pour répondre aux fonctions qui s’y rattachent à travers les âges et les différentes aires géographiques.

Programme de la journée :

9h30-9h45 : Mots d’accueil par les membres du Labo

  • 9h45-10h15 Évacuation des eaux et organisation de l’espace domestique dans les villes du Levant sud à l’âge du Bronze (ca. 3500-1200 av. n. è.) Blandine BESNARD Université Lumière Lyon 2, Archeorient, UMR 5133, Labo Junior (Co)Habiter
  • 10h30-11h L’habitat traditionnel au Sud du Sultanat d’Oman : la maison dhofari et son environnement – Naima BENKARI – Université Sultan Qaboos, Mascate, Oman – Civil and Architectural Engineering Dept.
  • 11h15-11h45 Habiter à Pompéi au IIIe et IIe s. av. J.-C. : l’atrium et l’organisation de l’espace domestique – Dora D’AURIA Università di Napoli L’Orientale -Dipartimento Asia, Africa e Mediterraneo

12h-14h : pause déjeuner

  • 14h-14h30 ‘Reconstructing’ a building: the case of the Late Roman house of Kom al-Ahmer – Giorgia MARCHIORI – Durham University – Departement of Archaeology
  • 14h45-15h15 : Fermes – villas en Syrie et au Liban à la période protobyzantine (Ve-VIe siècles) – Gérard CHARPENTIER – Maison de l’Orient et de la Méditerranée (FR 3747)

15h30-15h45 : pause café

  • 15h45-16h15 Habiter un alpage de haute montagne du XIIe au XIXe siècle : l’alpage de Sales à Sixt-Fer-à-Cheval (Haute-Savoie) – Christophe GUFFOND – Service Archéologie et Patrimoine Bâti, Haute-Savoie

Temps d’échanges : 16h30-17h

Clôture de la journée : 17h-17h15

–> Carnet Hypothèse du Laboratoire Junior (Co)Habiter

–> Programme de la Journée d’Etude “Habiter l’unité domestique : regards croisés sur les fonctions et l’organisation des maisons”

–> Lien d’inscription en distanciel ici.

 

Séminaire du 7 décembre – La vie du ciment en Afrique – Armelle Choplin

Séminaire du 7 décembre, 11h-13h, salle 604, UMR EVS, 18, rue Chevreul, Lyon – Armelle Choplin – La vie du ciment en Afrique

Armelle Choplin animera le prochain séminaire du cycle “Espaces, pouvoirs et inégalités socio-économiques” coordonné par Judicaëlle Dietrich et Karine Bennafla dans le cadre de l’Atelier Faire Territoire, Faire Société. Ce séminaire est adossé  au parcours du master Mondes Emergents, Mondes en Développement (MEMED) de géographie sociale.   L’intervention d’Armelle Choplin portera sur son ouvrage Matière grise de l’Urbain : la vie du ciment en Afrique.  L’ouvrage est en téléchargement libre sur le site de l’éditeur Metiss Press, ainsi que sur le site de l’Université de Genève. 

Armelle Choplin est professeure associée au Département de géographie et environnement de l’université de Genève, ainsi qu’au Global Studies Institute depuis 2019. Spécialiste des villes africaines, elle s’intéresse aux politiques urbaines, aux transformations sociales et aux enjeux de développement dans les pays du Sud. Carnet Hypothèse du projet URBACOT, l’Observatoire des dynamiques urbains côtières en Afrique de l’Ouest. 

Choplin.A, 2020, Matière grise de l’Urbain: la vie du ciment en Afrique, Metiss Presses, Genève, 256p.

 

 

 

Recension : “une autre rome” et “mettre en récit l’urbanité des métropoles portuaires”

Des ouvrages de  Pierre Gras recensés par Gabriel Ehret

                 

Les deux ouvrages de l’historien et consultant spécialisé dans les mondes urbains Pierre Gras : “Mettre en récit l’urbanité des métropoles portuaires”, publié en 2020 aux Presses Universitaires de Rennes et “Une autre Rome, enquête historique (1950-2020)”, publié en 2021 aux Editions Libel viennent de faire l’objet d’une recension.

Pierre Gras est historien et chercheur associé aux laboratoires LAURe et EVS.

Séminaire du 30 novembre Frontières et corps en migraton

Séminaire du 30 novembre, 10h-12h, salle 604, UMR EVS, 18, rue Chevreul, Lyon

Farida Souiah animera le prochain séminaire du cycle “Espaces, pouvoirs et inégalités socio-économiques” coordonné par Judicaëlle Dietriech et Karine Bennafla dans le cadre de l’atelier Faire territoire, faire société. Ce séminaire est adossé  au parcours du master Mondes Emergents, Mondes en Développement (MEMED) de géographie sociale. L’intervention de Farida Souiah portera sur les frontières et les corps en migration à partir du Maghreb. 

Farida Souiah est actuellement Professeure assistante en sciences sociales à l’Ecole de Management de Lyon Business School. 

 

Carnet de recherche de l'atelier 6 de l'UMR 5600 Environnement ville société – Faire territoire, faire société

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search