Colloque « Morts animales en perspectives »

Morts animales en perspectives

(Frontières / CELAT)

86ème congrès de l’Association francophone pour le savoir (ACFAS)

Mardi 8 mai 2018 – de 9h à 17h

Université du Québec à Chicoutimi

La mort ou la disparition des animaux soulève aujourd’hui des enjeux éthiques, juridiques, politiques, sanitaires, affectifs et économiques cruciaux. Conditions d’abattage des animaux d’élevage, dénonciation de la surpêche, émotion suscitée par les « meurtres » d’animaux sauvages… Il ne se passe pas un jour sans que s’impose dans le débat public et les médias l’idée que nous serions confrontés à un véritable « problème animal », matérialisé par ce que d’aucuns considèrent comme une « sixième extinction ». L’une des raison des sensibilités actuelles à la condition animale est certainement le caractère inédit et parfois irréversible des pressions que les sociétés contemporaines, industrialisées, urbanisée, globalisée et technicisées font peser sur le vivant. Mais il importe de remettre en perspective(s) ces enjeux à la lumière des contextes pluriels et changeants de la mort des animaux.

Ce colloque entend ainsi explorer la multiplicité et les transformations des morts animales dans les sociétés d’aujourd’hui, de manière comparative et multidisciplinaire. En partant de diverses catégories d’animaux (de rente, de ferme, d’assistance, de compagnie, de spectacle, d’expérimentation, de refuge, de zoo, sauvages, « nuisibles » ou « indésirables », etc.), il s’agira d’examiner les formes de la mort animale telles qu’envisagées et pratiquées dans divers contextes culturels, selon des imaginaires et traditions variés (religion et ritualité, pratiques économiques et écologiques, etc.). Les communications aborderons les diverses modalités de la « fin des bêtes » que sont le sacrifice, l’euthanasie, l’abattage, l’expérimentation, l’élimination sanitaire, etc., dans leurs cadres sociaux et historiques, ainsi que les représentations et usages aujourd’hui conflictuels dont elles font l’objet.

Nous adressons nos remerciements au Centre de recherches Culture – Arts – Sociétés (CELAT), à la revue Frontières, à l’Université Lumière-Lyon2, à l’unité mixte de recherche Environnement, Ville, Société (EVS, CNRS 5600) et au Service des communications de l’Université du Québec à Montréal, qui ont rendu cet événement possible.

09h15 – Introduction « Morts animales en perspectives »

Mouloud Boukala (UQAM  – Université du Québec à Montréal) – Olivier Givre (Université Lumière Lyon 2)

Session de la matinée

Les environnements des morts animales: modalités relationnelles et interactionnelles

Présidence / Animation: Khadiyatoulah Fall (UQAC – Université du Québec à Chicoutimi)

9h30 – Du troupeau au gibier: faire coexister différentes moralités autour de la mise à mort d’animaux domestiques et sauvages en Mongolie – Bernard Charlier (Front nationale de la recherche scientifique – Université catholique de Louvain-la-Neuve, Belgique)

10h10 – Représentations et expériences des femmes chasseures et rapport à la mort sur Internet: une étude exploratoire – Viviane Lew (CSSSHG – Centre de santé et de services sociaux de La Haute-Gaspésie)

11h05 – La mort animale au zoo: un grand récit biopolitique? – Jean Estebanez (Université Paris Est-Créteil)

Session de l’après-midi

Représentations et imaginaires des morts animales

Présidence/animation: Mouloud Boukala (UQAM – Université du Québec à Montréal)

13h30 – Voir et montrer la mort animale – Jean Gardin (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Olivier Givre (Université Lumière Lyon 2)

14h10 – Le sacrifice animal biblique aura-t-il une place dans le future? Commentaires contemporains – Joseph Lévy (RRSPQ – Réseau de recherche en santé des populations du Québec)

15H05 – L’iconisation de l’ours blanc en martyr animal ou le retour d’une « animalité humanitaire » – Vincent Lavoie (UQAM – Université du Québec à Montréal)

15h45 – Un bestiaire post-écocide – Bénédicte Ramade (UdeM – Université de Montréal), Magali Uhl (UQAM – Université du Québec à Montréal)

Ouverture(s)

16h25 – Présentation du projet Pense-Bêtes. Comparer et confronter les mises à mort animales. Olivier Givre (Université Lumière Lyon 2), Jean Gardin (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

16h40 – Célébration du 30ème anniversaire de la revue Frontières – Joseph Lévy (RRSPQ – Réseau de recherche en santé des populations du Québec), Mouloud Boukala (Université du Québec à Montréal)

Séminaire Terrains numériques et effets de présence: des ethnographies en terre vidéoludique

Terrains numériques et effets de présence : des ethnographies en terre vidéoludique

Séminaire de l’atelier 6 Faire territoire, faire société / UMR CNRS 5600 EVS

18, rue Chevreul, 69007 Lyon

Salle de La Rotonde

Vendredi 13 avril 2018 – 9h30h-12h30

© Madeleine Humeniuk
https://madelainehumeniuk.wordpress.com/

L’exploration des mondes numériques et de l’Internet a connu au tournant des années 90 une exploration accrue par les sciences humaines et sociales. La sociologie, les sciences de la communication, la géographie, la psychologie voire les sciences politiques, économiques et juridiques ont, à leur manière, tenté d’examiner les usages et pratiques propres à ce qu’il était convenu d’appeler des « cyber-univers » ou des « espaces virtuels ». La dimension strictement technique et informatique consubstantielle à l’ingénierie et à la production de ces dispositifs, laissait place à une approche plus compréhensive des phénomènes sociaux qui en caractérisaient les processus d’émergence, de diffusion et de réception (que ce soit au travers de l’utilisation des forums de discussion, des réseaux sociaux encore embryonnaires ou de l’immersion dans les contextes vidéo-ludiques, etc.).

L’anthropologie, face à cette première vague de travaux de recherche éparpillés mais précurseurs, s’est cantonnée à une sorte de distance respectueuse voire de stratégie d’évitement. Virtualisés, dématérialisés, ces phénomènes ont, dans un premier temps, déstabilisé les approches mobilisées dans l’ethnographie classique. Comment observer ce qui semble, au prime abord, distant et immatériel ? Comment s’immerger dans une réalité qui échapperait à la définition habituellement donnée au « terrain d’enquête » ? La question semblait tout autant méthodologique, épistémologique que politique. Car si l’anthropologie de la fin du 20ème siècle se sentait en capacité d’étudier des phénomènes de globalisation et de massification culturelle par des méthodes résolument multisituées, la situation propre à la cyberculture de l’époque résistait aux trames empiriques patiemment tissées tout au long de l’histoire de la discipline. Le terrain devait être exotique, concret, fait d’une altérité tout autant observable que palpable ou il n’était rien. Sans lieu prédéfini et préexistant à l’ethnographie, il n’y a plus de lieu, donc plus lieu d’observer.

L’histoire des sciences du début du 21ème siècle semblait avoir résolu cette tension en nuançant l’opposition un rien schématique entre virtualité et réalité, entre espaces concrets et espaces procurés. Cependant, l’irruption récente de la Réalité Augmentée, de la Virtualité Augmentée, des contenus de Big Data, des modèles GAFA ainsi que le développement des Intelligences Artificielles conduisent les sciences humaines et sociales à repositionner leurs modèles épistémologiques et méthodologiques. Comment aborder les dynamiques de co-présence dans des espaces et temporalités qu’il ne s’agit plus d’opposer mais d’examiner au-travers de leur alternance ubiquitaire ? Qu’en est-il des phénomènes de perception embarquée et de leurs effets sur l’expérience corporelle ? Alors qu’il est commun de constater que l’industrie du jeu vidéo est en voie d’outrepasser l’ensemble des productions culturelles de masse, quid des instances mêmes d’élaboration et de création des univers vidéo-ludiques ? Comment aborder la culture ludologique généralisée qu’elles génèrent ?

Axel Guïoux (Lyon2-EVS-CTT) et Evelyne Lasserre (Lyon3-EVS-CTT) : Une tente plantée dans un monde virtuel… Et après ?

Sonia Dris (Lyon2-EVS-CTT) : Parcours ethnographiques, du domicile au milieu urbain à travers les pratiques vidéoludiques.

Séminaire Revendications patrimoniales et conflits mémoriels.

Revendications patrimoniales et conflits mémoriels.

Séminaire RGL « Espaces Critiques » / Ateliers 6-7 UMR EVS

18 rue Chevreul, salle 206.

Vendredi 27 avril (10h-12h30)

La Manufacture d Armes de Saint-Etienne – Auteur: Thomas Zanetti

Ce séminaire de recherche entend interroger les dimensions sociales et politiques des mises en mémoire et en patrimoine à partir des processus conflictuels dont elles peuvent faire l’objet. Les trois interventions, issues d’un ouvrage collectif paru récemment, identifient le patrimoine comme étant un objet politique qui traduit des inégalités sociales en termes de reconnaissance, de représentation et de pouvoir. Elles s’intéressent  plus particulièrement à des catégories de populations (migrants, ouvriers) qui sont majoritairement exclues des récits historiques dominants et doivent donc se mobiliser pour accéder au « conservatoire de l’espace ».

Mots-clés: patrimoine, mémoire, conflits, migrations, lutte sociale.

La plaque en hommage aux verriers de Givors – auteure: Léa Prost

Interventions:

  • Grégory Busquet (Maître de conférences en sociologie et études urbaines, Université Paris Nanterre / UMR LAVUE): Présentation de l’ouvrage « Mémoires et patrimoines. Des revendications aux conflits » (L’Harmattan, 2017).

L’ouvrage propose une réflexion sur les revendications, les contestations et les conflits qui participent à la fabrication contemporaine du patrimoine. Il place les acteurs au centre de son propos pour étudier les conceptions, les supports et les modes d’action qui caractérisent la dynamique des mobilisations patrimoniales et mémorielles, dans le cadre des rapports de force asymétriques liés aux processus de qualification et de valorisation des espaces. Le patrimoine est alors considéré comme une ressource et un vecteur de l’émancipation.

  • Julie Garnier (Maître de conférence en sociologie et en anthropologie, Université de Tours / UMR CITERES): « Patrimoine des/en migrations: de la revendication mémorielle à la mise en exposition ».

Nous aborderons la question du patrimoine des/en migrations à partir de différents terrains, partant d’une revendication patrimoniale portée à différentes échelles par un groupe de migrants avec le soutien d’une collectif de non migrants à la mise en exposition collaborative: Que se passe-t-il quand des migrants se saisissent de la question mémorielle et patrimoniale? Au nom de quoi agissent-ils? Et que nous apprennent les mises en exposition des mémoires de migrations par les institutions patrimoniales? Notre attention portera que les intentions de ces actions, les formes de collaboration mais aussi les tensions et les freins qu’elles suscitent.

  • Thomas Zanetti (Maître de conférences en géographie et aménagement, Université Lyon 3 / UMR EVS): « Le patrimoine comme matérialisation d’une lutte sociale et sanitaire ».

Les politiques mémorielles et patrimoniales constituent un angle d’analyse des rapports de forces entre classes sociales, et des inégalités en matière d’appropriation et de marquage des espaces. Face à la difficulté d’ancrer leurs mémoires dans l’espace et la matérialité des lieux, les populations dominées peuvent s’engager dans des pratiques mémorielles et patrimoniales alternatives. Dans le cas évoqué ici, ces pratiques soutiennent une lutte sociale et sanitaire qui mobilise un héritage industriel.

Symposium – Call for paper

Sharing meals.

Social aspects of eating an cooking together

Center for Food & Hospitality Research, Institut Paul Bocuse

Ecully (France) – June 14th 2018

Eating involves many other dimensions than just ingesting food. It is especially a social act, as it involves the social position and relationships of the individual in all of the included practices: supplying, cooking, dressing, ordering, ingesting, clearing, washing-up, managing left-overs, etc. (Fischler 1990; Poulain 2002; Warde 2016). Some moments in a day, the meals, are more specifically dedicated to eating with all these dimensions. Thus, all the choices regarding their organization have social implications. Especially, sharing these meals (including all the activities listed before) with other persons has important implications. Indeed, Eating Together is, for the human beings, a way of expressing special relationships – as it can be seen when the meal is used as a diplomatic tool. The term commensality, meaning literally “sharing the table”, can be defined as the fact to eat together (Grignon 2001; Sobal 2000). It is interesting to see that it is often used as a substitute for conviviality, which expresses the pleasure to be together and to discuss around a table (Brillat-Savarin 1825). It is true that eating together is often perceived as a good way of creating good social relationships, or even more to improve the quality of the diet (e.g. Weinstein 2006). Yet, eating together can sometimes also be a difficult time, especially when it was not the person’s choice (e.g. Guérin 2016). This symposium offers to explore, with a social science approach, the different dimensions associated with sharing meals (non exhaustive):

  • Cultural differences in the manners of sharing meals

  • Specificity of the sharing of cooking times regarding the sharing of meal times.
  • Use of commensality as a social action mean.
  • Symbolic representation of the benefits of sharing meals (psychological, physiological, social)
  • Comparison of meals regarding other eating times (snacking).
  • Political/Diplomatic use of meals
  • Organization, perception and role of meals in institutions (school canteens, hospital, nursing homes, prisons …)

References

  • Brillat-Savarin, Jean Anthelme. 1825. La physiologie du goût. Paris: Sautelet. Fischler, Claude. 1990. L’Homnivore. Paris: Odile Jacob.
  • Grignon, Claude. 2001. « Commensality and Social Morphology: An Essay of Typology ». In Food, Drink and Identity: Cooking, Eating and Drinking in Europe since the Middle Ages, par Peter Scholliers, 23‐33. Berg.
  • Guérin, Laura. 2016. « « Faire manger » et « jouer le jeu de la convivialité » en établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). De l’intensification des contraintes de travail pendant le service des repas ». SociologieS, juin.
  • Poulain, Jean-Pierre. 2002. Sociologies de l’alimentation : les mangeurs et l’espace social alimentaire. Paris: Presses universitaires de France.
  • Sobal, Jeffery. 2000. « Sociability and Meals: Facilitation, Commensality, and Interaction ». In Dimensions Of The Meal: Science, Culture, Business, Art, par Herbert L. Meiselman, 119‐33. Springer US. Warde, Alan. 2016. The Practice of Eating. John Wiley & Sons.
  • Weinstein, Miriam. 2006. The Surprising Power of Family Meals: How Eating Together Makes Us Smarter, Stronger, Healthier and Happier. Steerforth Press.

How to submit?

The proposals are to be sent before April 30th 2018

by e-mail to symposium@institutpaulbocuse.com with the object “Call Symposium Sharing Meals”.

These proposals (in english) must contain:

  • A presentation of the author(s)
  • An abstract (300 words max.), mentioning the object of the work, the methods and the main results.
  • The author’s preference for a poster or an oral presentation.

The authors will be informed of the acceptance or refusal of their proposal by 12 May 2018 at the latest. The selection committee is headed by Maxime Michaud and composed by the researchers of the Center for Food and Hospitality Research, Institut Paul Bocuse (Anestis Dougkas, Agnès Giboreau, Jérémie Lafraire, Maxime Michaud, Laure Saulais).

Pratical information

The Symposium will take place at the Institut Paul Bocuse in Ecully (next to Lyon), on June 14th 2018. Fees (covers registration, breaks and lunch):

  • Registration fees: 100 €
  • Reduced fees: 50 € (speakers, students, Research & Innovation Committee Members)
  • Students and researchers at University Lyon II (or members of the LADEC or EVS): 25€

Please note that the organizers are not able to take care of transportation, accommodation or registration fees. However, speakers have access to reduced fees.

Contact: symposium@institutpaulbocuse.com

Journée d’étude – Des pierogi aux sushis : approvisionnement et alimentation en Europe médiane

Des pierogi aux sushis :

approvisionnement et alimentation en Europe médiane

GDR Connaissance de l’Europe médiane

UMR EVS – Atelier 6 « Faire territoire, faire société »

UMR CNRS 5600 EVS
18, rue Chevreul, 69007 Lyon

Salle de la Rotonde

30 mars 2018 – 14 h – 18 h

cliché Coudroy 2016

Les transformations structurelles post-socialistes et la mondialisation n’affectent pas que les systèmes politiques et économiques : elles s’immiscent dans les pratiques du quotidien, la culture, les modes de vie. L’alimentation, dépendante notamment des systèmes d’approvisionnement et de commercialisation, des liens entre villes et campagnes, a connu de profondes mutations depuis 1945. La période socialiste était marquée par un fort exode rural, la collectivisation agricole assortie du maintien de pratiques de jardinage familial, une étatisation des circuits de commercialisation alimentaire, mais aussi des périodes de pénurie alimentaire, et différents systèmes de « débrouille ». La période post-1990 est synonyme d’ouverture des frontières économiques, de déferlement de produits alimentaires importés, de rupture de circuits commerciaux traditionnels, d’arrivée de la grande distribution, de la publicité, de l’entrée dans la Politique agricole commune pour les États membres, et de diffusion de modes gastronomiques exotiques. En étudiant comment les sociétés sont passées « des pierogis aux sushis« , cette journée d’étude interroge donc les mutations culturelles et économiques des sociétés et territoires d’Europe médiane, de manière éminemment transdisciplinaire : cette journée d’études associe le point de vue de l’urbanisme, l’anthropologie, la géographie, les études littéraires.

PROGRAMME

14h – 14h10 Introduction : Antoine Marès et Lydia Coudroy de Lille

14h10- 14h30 : Claire Delfosse (Université Lumière Lyon 2, Laboratoire d’Études Rurales)

«Les enjeux de la question alimentaire, à l’agenda de la recherche en sciences sociales et des politiques publiques » + 10 mn discussion

14h40h – 15h00 : Anna Zadora (Université de Strasbourg, UMR SAGE)

« Pratiques quotidiennes de l’identité: Biélorusses, « mangeurs de pommes de terre ».

15h10-15h30 : Roxane Triboi (Université de Bucarest)

« Le pastoralisme urbain comme réponse aux crises foncières, agricoles et alimentaires de la ville de Bucarest dans la période post-socialiste » + 10 mn discussion

15h40 – 16h00 : Pause café

16h00 – 16h20 : Olivier Givre (Université Lumière Lyon 2, UMR EVS)

« Nourriture et ritualité : le kurban dans les Balkans, entre « tradition » et « transition » » + 10 mn discussion

16h30 – 16h50 : Igor Fiatti (Paris III La Sorbonne Nouvelle – Università degli Studi di Torino)

« Menu habsbourgeois. Un excursus littéraire autour de l’alimentation » + 10 mn discussion

17h00-17h20 : Discussion générale

Séminaire 2017/2018: séance 5

Le patrimoine dans les PLU: une diversité de prise en compte des patrimoines locaux dans les documents d’urbanisme.

Vendredi 9 février 2018

Lieu: salle 604, 18 rue Chevreul, Lyon 7ème

Horaires: 14h – 16h

Par Vincent Veschambre,

Directeur du Rize (Villeurbanne), UMR EVS 5600

Présentation de la séance

Le patrimoine dans les PLU

La loi SRU du 13 décembre 2000, relative à la solidarité et au renouvellement urbain, a introduit une petite révolution dans le droit du patrimoine, avec la possibilité ouverte aux collectivités territoriales d’identifier et de protéger des éléments de patrimoine (bâti ou naturel) à travers leurs documents d’urbanisme. Cette capacité à dire le patrimoine relevait en effet jusqu’alors de l’Etat.

La planification urbaine que constitue par excellence le Plan Local d’Urbanisme (PLU) peut-elle – et doit-elle – suffire à la protection des patrimoines territoriaux? C’est la question fondamentale que se pose une équipe de chercheurs et enseignants-chercheurs en sciences humaines (notamment en géographie et en droit), dans le cadre d’un programme de recherche financé par l’ANR.

L’émergence de la notion de « PLU patrimonial », dans un domaine historiquement lié à l’Etat central nous semble révélateur de transformations profondes tant du point de vue de la conception de l’action publique (processus de décentralisation) que de la conception même de ce que recouvre la notion de patrimoine.

Nous inscrivant dans une thématique générale de l’ANR consacrée aux systèmes urbains durables, les patrimoines que nous étudions dans le cadre de ce programme de recherche sont avant tout constitués du patrimoine culturel matériel, donc principalement des éléments bâtis de ce patrimoine. Néanmoins notre démarche d’analyse intégrera une partie du patrimoine naturel, en tant que composante des paysages urbains, au même titre que les constructions.

Après une première présentation du programme de recherche en 2016, cette intervention visera à situer son état d’avancement et à présenter les méthodes utilisées pour comparer les plus grandes villes françaises du point de vue de leur prise en compte du patrimoine dans leur PLU. Le cas de Villeurbanne au sein de la métropole lyonnaise fera l’objet d’une présentation plus qualitative, afin d’illustrer la manière dont nous cherchons à identifier les jeux d’acteurs et les formes d’arbitrage dans la désignation et le traitement des patrimoines dans le plan local d’urbanisme.

VIENT DE PARAÎTRE: « DE BONN A BERLIN »

De Bonn à Berlin

Antoine LAPORTE

De Bonn à Berlin

Antoine Laporte a publié De Bonn à Berlin. Le transfert d’une capitale (1990-2010), ouvrage tiré de sa thèse de doctorat. Le livre est édité par les Presses Universitaires du Midi.

Comment la ville de Berlin est-elle redevenue capitale de l’Allemagne unifiée ? Pourquoi cette ville a-t-elle été choisie, au prix d’un vote si serré, pour accueillir les principales institutions fédérales ? En quoi quitter Bonn pour une ville beaucoup plus vaste et peuplée a pu changer les pratiques liées au pouvoir ?

En 1999, le gouvernement et le parlement allemands quittent la petite ville rhénane de Bonn pour s’installer à Berlin, la plus grande agglomération du pays. Cet événement, directement consécutif de la réunification de 1990, constitue un des jalons importants de l’histoire politique et urbaine de l’Allemagne contemporaine. Il a d’une part contribué à la métamorphose de Berlin, tant marquée par le Seconde Guerre mondiale puis la guerre froide, et d’autre part, a mené à la gestion de l’état original de « post-capitale » à Bonn.

Pour Berlin, redevenir capitale contribue à se confronter à son passé de siège du pouvoir nazi et est-allemand tout en se réinventant. La ville dresse donc, dans les années 2000, le bilan du fonctionnement d’un centre de décision moderne appuyé sur une myriade de métiers dont la marche quotidienne se fond dans son tissu urbain.

VIENT DE PARAÎTRE: « INTRODUCTION A LA GEOGRAPHIE URBAINE »

Introduction à la géographie urbaine.

Anne-Lise HUMAIN-LAMOURE
Antoine LAPORTE
Introduction à la géographie urbaine

En avril 2017, un manuel d’initiation à la géographie urbaine a été publié chez Armand Colin. Loin d’aborder l’ensemble des problématiques liées aux villes, il cherche à donner quelques premières clés de compréhension des phénomènes urbains à usage des étudiants en début de cursus en géographie, urbanisme, architecture et de toutes les autres sciences sociales. Ce manuel a pour but de présenter de manière claire et synthétique les notions fondamentales pour comprendre le fait urbain et appréhender les villes dans leur complexité et leur diversité : qu’est-ce qu’une ville ? Comment différencier les villes ? Qu’est-ce que l’urbanisation ? Quelles relations les villes entretiennent-elles entre elles ? Comment sont-elles organisées ? À quels enjeux doivent-elles faire face ? Les villes sont ici abordées à toutes les échelles (dynamiques d’urbanisation, relations inter-urbaines) et à travers les dynamiques intra-urbaines (acteurs et gouvernance, formes de territorialisation, facteurs des disparités socio-spatiales voire de ségrégation).

Séminaire 2017/2018

Matières sonores : recherche, archive et création

Jeudi 1er février 2018 – Horaires: 10h -13h
Lieu: Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon, 3 rue Audin, Vaulx-En Velin – Salle Varrault

Organisé par Cécile Regnault, architecte EVS_LAURe, ENSALyon
et Olivier Givre, anthropologue, EVS-CTT, Université Lumière Lyon 2

Présentation de la séance

www.histoiremaritimebretagnenord.fr

Ce séminaire de recherche interroge les enjeux et les usages scientifiques, culturels, artistiques et éthiques des documents sonores dans différents contextes (archives, phonothèques, travaux scientifiques, projets artistiques, recherche urbaine et conception architecturale, etc.). La production de matières sonores revêt en effet de multiples formes (ambiances, paysages sonores, témoignages, apports documentaires, etc.) et recouvre un vaste champ de pratiques (recherche scientifique, création artistique, patrimoine immatériel, réponse à des demandes institutionnelles, projets territoriaux, etc.). A partir de démarches concrètes et en proposant des exemples sonores, ce séminaire abordera ainsi les liens entre recherche et création, le rapport entre réel et fiction, la notion d’écoute et plus largement la dimension sensorielle, l’archivage et la diffusion publique, les enjeux de médiation et de transmission autour du sonore.

• Hélène Giudicissi, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme _ Phonothèque Aix en Provence USR3125. Titre:  Les multiples vies des archives sonores : l’expérience de la phonothèque de la MMSH d’Aix-enProvence

• Cécile Regnault, Architecte, LAURe EVS_ UMR 5600, Ecole D’Architecture de Lyon, Aciréne Atelier Traitement culturel et esthétique de l’environnement sonore Lyon. Titre : Perséphone, Protocoles pour un conservatoire d’échantillons sonores du paysage.

• Séverine Leroy, scénariste pour la création sonore, VALPASONO (VALorisation du PAtrimoine par le SOnore), Université Rennes 2 (EA3208, APP), Collectif Micro-sillons, Titre : Le médium sonore: une pratique entre création, recherche et pédagogie.

Animation : Olivier Givre
Séminaire ouvert à tous les enseignants, chercheurs, doctorants, étudiants de master, bibliothécaires, documentalistes, archivistes, artistes … ou praticiens portant intérêt au fait sonore dans nos sociétés.
Entrée libre / inscription obligatoire auprès de cecile.regnault@lyon.archi.fr

Ce séminaire s’inscrit dans le programme National de La Semaine du Son: http://www.lasemaineduson.org/matieres-sonores-recherche-archive-etcreation-seminaire-recherche-de-l-umr-5600-environnement-ville-et-societe-universite-de-lyonatelier-6

Compte-rendu de la séance Matières sonores (1er février 2018) par Hélène Guidicissi (Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme): https://phonotheque.hypotheses.org/23590#more-23590

VIENT DE PARAÎTRE: « Transition écologique et durabilité »

Transition écologique et durabilité / Nachhaltigkeit und Transition

EVS a participé pendant toute sa durée au réseau Saisir l’Europe / Europe als Herausforderung , porté par sept institutions de recherche françaises et allemandes, de 2012 à 2016. La sociologue Anahita Grisoni (UMR CNRS 5600 EVS) et la philosophe Rosa Sierra (Université de Francfort), coordinatrices de l’axe 2 « Développement durable » de ce réseau, ont dirigé les deux tomes d’un ouvrage paru aux éditions Campus Verlag (Francfort, New York), intitulé Transition écologique et durabilité / Nachhaltigkeit und Transition. Le premier tome, Concepts, rassemble notamment les contributions d’un colloque organisé par le réseau Saisir l’Europe à Lyon en 2014. Le tome 2, Politiques et acteurs, est consacré aux déclinaisons empiriques du changement socio-économique.

Cette publication internationale et interdisciplinaire comprend des textes en français ou en allemand. Six membres d’EVS y ont participé: Lydia Coudroy de Lille, Anahita Grisoni, Anne Rivière-Honegger, Philipe Pelletier, Lisa Rolland, Anaïs Volin.

Transition écologique et durabilité : concepts / Nachhaltigkeit und Transition : Konzepte,

372 pages

ISBN : 978-3-593-50774-3

Transition écologique et durabilité : politique et acteurs / Nachhaltigkeit und Transition : Politik und Akteure

300 pages

ISBN : 978-3-593-50775-0

VIENT DE PARAÎTRE: « LE TERRAIN COMME MISE EN SCÈNE »

Le Terrain comme mise en scène

Dirigé par BERNARD MÜLLER, 
CATERINA PASQUALINO 
et ARND SCHNEIDER

Pour les sciences sociales, l’enquête de terrain est incontournable. Mais alors que l’approche classique se fonde sur l’opposition traditionnelle entre terrain et bureau et sur l’objectivité supposée du chercheur , le travail in situ est appréhendé ici comme une zone accidentée, une expérience dont les rugosités, les malentendus, les perturbations constituent la matière même de la recherche. A la croisée de plusieurs pratiques, les auteurs de cet ouvrage déjouent les lignes établies en créant des situations inédites susceptibles de révéler la société sous un jour nouveau. L’expérience artistiques (théâtre, performance, cinéma) alimente le questionnement anthropologique, tandis que le renouvellement de perspective est envisagé à partir du réexamen critique de l’ensemble des processus d’écriture et de restitution.

ISBN: 978-2-7297-0930-3

18€ – 188 pages

LES AUTEURS

Bernard Müller est anthropologue et dramaturge. Il anime un groupe de recherche par la performance réunissant à la fois des chercheurs et des artistes (CURIO). Il dirige, depuis 2003, avec Thierry Bonnot, le séminaire « Mise en scène et en récit » à l’EHESS, où il est membre de l’IRIS.

Caterina Pasqualino est anthropologue et cinéaste. Directrice de recherche au CNRS et enseignante à l’EHESS, elle a notamment publié Flamenco gitan(CNRS éditions, 2008) et a dirigé, avec Arnd Schneider, Experimental Film and Anthropology(Bloomsbury, 2014).

Arnd Schneider est professeur au département d’anthropologie sociale de l’Université d’Oslo. Il est l’auteur de nombreuses publications et a récemment dirigé Alternative Art and Anthropology(Bloomsbury, 2017).

NOUVELLES ÉCRITURES 
DE L’ANTHROPOLOGIE

collection dirigée par
Olivier Givre et Axel Guïoux

L’anthropologie se pratique et s’écrit de manière plurielle. L’expérience du terrain, l’intersubjectivité, le regard réflexif constituent autant de marques de fabrique d’une discipline plus que jamais en prise avec les mondes contemporains et leurs transformations. L’écriture de l’anthropologie elle-même doit s’ouvrir à la diversité des modes d’expression et de médiation, ainsi qu’aux potentialités actuelles et futures de création et de diffusion. En favorisant des démarches de recherche et des formes de restitution non seulement originales mais novatrices, en prenant le parti d’associer les disciplines et les pratiques, les médias et les styles, au confluent du sensible et du scientifique, la collection « Nouvelles écritures de l’anthropologie » se veut un champ d’expérimentation et d’exploration des manières de faire et de dire l’anthropologie.

Vient de paraître: « Anthropologies réflexives »

Anthropologies Réflexives

Modes de connaissance et formes d’expérience

Dirigé par Marieke BLONDET

et Mickaële LANTIN MALLET

L’anthropologie proposée dans cet ouvrage met au centre de sa réflexion le terrain ethnographique comme induisant, de fait, la mise en place de relations intersubjectives complexes qui participent à et pèsent sur l’enquête et sur la production du savoir.

Les auteurs évoquent tour à tour comment ils se sont trouvés pris dans des interrelations qui les ont conduits à omettre certains aspects contradictoires, dérangeant ou compromettants des situations observées. Tous ont entrepris une démarche critique et réflexive sur leurs expériences de terrain et leurs rencontres et ont cherché à comprendre comment elles ont influencé à la fois leur raisonnement anthropologique et les modalités d’écriture au moment de la restitution de leur recherche.

ISBN: 978-2-7297-0929-7

20€ – 304 pages.

LES AUTEURS

Marieke Blondet est anthropologue sociale, chargée d’enseignement et de recherche à AgroParisTech Nancy. Elle étudie les aires naturelles protégées et la manière dont les politiques environnementales sont perçues par les populations locales.

Mickaële Lantin Mallet est anthropologue et intervenante en santé au travail. Elle consacre ses recherches aux processus judiciaires de résolution des conflits et à l’expérience de la maladie.

NOUVELLES ÉCRITURES 
DE L’ANTHROPOLOGIE

collection dirigée par
Olivier Givre et Axel Guïoux

L’anthropologie se pratique et s’écrit de manière plurielle. L’expérience du terrain, l’intersubjectivité, le regard réflexif constituent autant de marques de fabrique d’une discipline plus que jamais en prise avec les mondes contemporains et leurs transformations. L’écriture de l’anthropologie elle-même doit s’ouvrir à la diversité des modes d’expression et de médiation, ainsi qu’aux potentialités actuelles et futures de création et de diffusion. En favorisant des démarches de recherche et des formes de restitution non seulement originales mais novatrices, en prenant le parti d’associer les disciplines et les pratiques, les médias et les styles, au confluent du sensible et du scientifique, la collection « Nouvelles écritures de l’anthropologie » se veut un champ d’expérimentation et d’exploration des manières de faire et de dire l’anthropologie.

SÉMINAIRE 2017/2018 : SÉANCE 4

Ville institutionnelle vs ville marginale. Lieux     a-normaux dans les métropoles de Lyon, Barcelone et Madrid (1940-2010)

Vendredi 17 novembre 2017
Lieu : UMR EVS, 18 rue Chevreul, 69007, salle 604
Horaires : 9h30- 12h30

Direction scientifique : Fatiha Belmessous (EVS/RIVES)

Equipe pluridisciplinaire : Maria Castrillo Romon (Universidad de Valladolid) ; Angela Matesanz Parellada (Université Polytechnique de Madrid) ; Elise Roche (INSA/Triangle) ; Teresa Tapada Berteli (Universitat Autonoma de Barcelona)

Présentation de la séance

Carte d’emplacement des barracas et cuevas à Barcelone en 1949. (Archivos Contemporaneos Municipales de Barcelona PLO-10/6_1949)

L’originalité de ce projet collaboratif réside dans la façon de poser l’objet de recherche : il s’agit d’interroger la ville dite ‘formelle’ et institutionnelle’ par le prisme de deux types de lieux considérés comme problématiques par les pouvoirs publics : ceux dont les formes d’habitat relèvent de l’auto-construction ou de l’informel ainsi que les quartiers d’habitat social concernés par la rénovation urbaine. Cette façon de poser l’objet de recherche permet de renouveler les nombreux travaux existants sur chacun des objets et a pour objectif ambitieux de renouveler les cadres d’analyse sur les rapports norme / marge, formel / informel ; légal / illégal.

Au cours de ce séminaire nous décortiquerons ce projet, depuis sa construction (objet, questionnement, hypothèses, matériaux) jusqu’à son avancement actuel (mise en œuvre des premiers protocoles de recherche ; réflexion sur la comparaison, etc.).

SÉMINAIRE 2017/2018 : SÉANCE 3

L’usage du concept de “territoires de l’attente” dans les études sur les déplacements humains

Mardi 14 novembre 2017
Lieu :Amphi B, Campus Porte des Alpes, Université Lumière-Lyon2
Horaires : 9h00- 12h00

Intervenant : Laurent Vidal ,Professeur des Universités en histoire à l’Université de La Rochelle et Directeur de Recherche à l’Institut des Hautes Etudes d’Amérique Latine

Séminaire organisé avec l’atelier 6 et la composante Corps Travail Territoire (CTT) de l’UMR

Présentation de la séance

Fritz Freudenheim, Von der alten Heimat zu der neuen Heimat!, 1938 © Jewish Museum, Berlin

Les phénomènes de mobilité et de déplacement s’affirment comme des caractéristiques majeures de nos sociétés contemporaines. Pour autant, loin d’être fluides, homogènes ou linéaires, ces déplacements sont ponctués de temps, plus ou moins longs, d’attente. Qu’ils aient pour origine des raisons techniques, administratives ou politiques, de tels moments trouvent bien souvent une traduction spatiale : des territoires accueillent ces sociétés en attente. Cette conférence présentera les conclusions de l’ANR TERRIAT (« sociétés, mobilités, déplacements : les territoires de l’attente », 2011-2015), la multiplicité de formes que revêtent les territoires de l’attente, leurs statuts, leurs articulations avec l’espace environnant, leurs temporalités spécifiques, ainsi que la variété des jeux économiques et sociaux qui s’y déploient. Continuer la lecture de SÉMINAIRE 2017/2018 : SÉANCE 3

Carnet de recherche de l'atelier 6 de l'UMR 5600 Environnement ville société – Faire territoire, faire société