Séminaire Revendications patrimoniales et conflits mémoriels.

Revendications patrimoniales et conflits mémoriels.

Séminaire RGL “Espaces Critiques” / Ateliers 6-7 UMR EVS

18 rue Chevreul, salle 206.

Vendredi 27 avril (10h-12h30)

La Manufacture d Armes de Saint-Etienne – Auteur: Thomas Zanetti

Ce séminaire de recherche entend interroger les dimensions sociales et politiques des mises en mémoire et en patrimoine à partir des processus conflictuels dont elles peuvent faire l’objet. Les trois interventions, issues d’un ouvrage collectif paru récemment, identifient le patrimoine comme étant un objet politique qui traduit des inégalités sociales en termes de reconnaissance, de représentation et de pouvoir. Elles s’intéressent  plus particulièrement à des catégories de populations (migrants, ouvriers) qui sont majoritairement exclues des récits historiques dominants et doivent donc se mobiliser pour accéder au “conservatoire de l’espace”.

Mots-clés: patrimoine, mémoire, conflits, migrations, lutte sociale.

La plaque en hommage aux verriers de Givors – auteure: Léa Prost

Interventions:

  • Grégory Busquet (Maître de conférences en sociologie et études urbaines, Université Paris Nanterre / UMR LAVUE): Présentation de l’ouvrage “Mémoires et patrimoines. Des revendications aux conflits” (L’Harmattan, 2017).

L’ouvrage propose une réflexion sur les revendications, les contestations et les conflits qui participent à la fabrication contemporaine du patrimoine. Il place les acteurs au centre de son propos pour étudier les conceptions, les supports et les modes d’action qui caractérisent la dynamique des mobilisations patrimoniales et mémorielles, dans le cadre des rapports de force asymétriques liés aux processus de qualification et de valorisation des espaces. Le patrimoine est alors considéré comme une ressource et un vecteur de l’émancipation.

  • Julie Garnier (Maître de conférence en sociologie et en anthropologie, Université de Tours / UMR CITERES): “Patrimoine des/en migrations: de la revendication mémorielle à la mise en exposition”.

Nous aborderons la question du patrimoine des/en migrations à partir de différents terrains, partant d’une revendication patrimoniale portée à différentes échelles par un groupe de migrants avec le soutien d’une collectif de non migrants à la mise en exposition collaborative: Que se passe-t-il quand des migrants se saisissent de la question mémorielle et patrimoniale? Au nom de quoi agissent-ils? Et que nous apprennent les mises en exposition des mémoires de migrations par les institutions patrimoniales? Notre attention portera que les intentions de ces actions, les formes de collaboration mais aussi les tensions et les freins qu’elles suscitent.

  • Thomas Zanetti (Maître de conférences en géographie et aménagement, Université Lyon 3 / UMR EVS): “Le patrimoine comme matérialisation d’une lutte sociale et sanitaire”.

Les politiques mémorielles et patrimoniales constituent un angle d’analyse des rapports de forces entre classes sociales, et des inégalités en matière d’appropriation et de marquage des espaces. Face à la difficulté d’ancrer leurs mémoires dans l’espace et la matérialité des lieux, les populations dominées peuvent s’engager dans des pratiques mémorielles et patrimoniales alternatives. Dans le cas évoqué ici, ces pratiques soutiennent une lutte sociale et sanitaire qui mobilise un héritage industriel.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.