séance : faire territoire, faire société pour, et avec, les non-humains

Vendredi 2 avril 2021 (10-12h30)

 

Faire territoire,

faire société pour, et avec, les non-humains

 

Séance organisée par

Dominique Chevalier (MCF-HDR Université Lyon INSPE / UMR EVS) & Olivier Givre (MCF Université Lyon2/UMR EVS)

Rond-point situé sur le Bund de Shanghai.
Cliché Dominique Chevalier, 2019

 

     Alors que le champ des recherches en SHS sur les rapports entre humains et non humains est aujourd’hui vaste et diversifié, cette séance propose trois regards disciplinaires (géographie, anthropologie, histoire) sur les enjeux sociospatiaux qui relient, croisent et confrontent les mondes humains et animaux. De la « juste place » aux droits à la « résidence » des animaux*, en passant par leurs diverses qualifications spatiales (espèces endémiques, invasives, locales, exotiques, etc.), nous chercherons à comprendre les formes et les enjeux de la cohabitation. Comment animaux et humains fabriquent et partagent, mais aussi s’imposent et se disputent divers territoires qui sont également des modes de relation et de négociation, des rapports de force ou de coopération ?

*en référence aux travaux d’Isabelle Mauz d’une part, de Sue Donaldson et Will Kymlicka de l’autre.

Farid Benhammou : Docteur d’Agro Paris Tech, Chercheur associé au Laboratoire Ruralités, professeur de géographie en CPGE, lycée C. Guérin (Poitiers).

 « Faire ou non une place aux « envahisseurs » ? Faire territoire et société avec le loup et l’ibis sacré en France.

      La géographie s’enrichit par l’étude des interactions entre les sociétés et les animaux. Ces derniers, quand ils ne sont pas désirés, sont de parfaites figures de l’envahisseur. Pour cela, une approche géopolitique – étude des rivalités de pouvoirs entre des groupes impliquant des territoires – est appropriée. Une espèce « autochtone », le loup et une espèce dite « exotique », l’ibis sacré ont suscité des polémiques nationales ou locales quand elles ont perturbé des territoires par leur « intrusion » dans les jeux d’acteurs locaux. Leurs dégâts (réels ou supposés), leurs origines, leur mode d’arrivée sont des points clés de crispation. La gestion de la faune sauvage par les pouvoirs publics est liée à des arbitrages entre différents acteurs concernés par l’environnement dans les territoires ruraux (agriculteurs, écologistes, chasseurs, usagers divers). Des rapports de force – ou de faiblesse – sont à l’œuvre et les pouvoirs publics tendent à appliquer des méthodes violentes, souvent létales, dans la gestion de la cohabitation avec ces animaux, y compris quand il s’agit d’espèces protégées. Cela témoigne de certaines rigidités culturelles et administratives qui persistent dans la gestion publique territoriale malgré la pseudo-domination d’un discours écologiste. Après avoir abordé les dérives présentes et à venir de la gestion du loup, nous mettrons cela en perspectives en comparant avec la polémique autour des ibis sacrés dans l’Ouest de la France. Nous questionnerons les notions d’espèces envahissantes ou invasives et les controverses, où même les notions d’environnement, de biodiversité, de nature peuvent être instrumentalisées contre ces espèces. C’est ainsi nos conceptions de la nature et de notre rapport aux territoires qui sont questionnées.

 

Julien Bondaz : Maître de conférences en anthropologie (Université Lumière Lyon 2, LADEC-Université Lumière Lyon 2 et Centre Alexandre Koyré-EHESS-CNRS-MNHN, UMR 8560) & Mélanie Roustan : Maître de conférences Muséum national d’histoire naturelle, UMR208 Paloc (Patrimoines locaux, environnement et globalisation, IRD-MNHN).

Faire territoire avec des oiseaux encagés. Politique et heuristique des volières.

     Les volières peuvent être définies comme des espaces artificiels destinés à favoriser le vol des oiseaux tout en les maintenant à la fois captifs et visibles. Elles se donnent généralement à voir comme des ciels miniaturisés et relèvent donc de logiques microcosmiques. Les oiseaux de volière entretiennent en outre des relations métonymiques avec des territoires proches ou – plus souvent – lointains. Mais les volières sont également des collections vivantes et peuvent être analysées comme autant d’agencements biopolitiques. A partir de deux exemples, l’un historique (les volières coloniales) et l’autre ethnographique (la volière immersive du parc zoologique de Paris), on montrera que les volières constituent une porte d’entrée idéale pour interroger l’approche spatiale des interactions entre humains et animaux.

Violette Pouillard : Chargée de recherche CNRS, LARHRA (UMR 5190).

Communautés hybrides, histoire animale et socio-environnementale

     La communication reviendra sur de grands paradigmes – agency (puissance d’agir) et communautés hybrides – et sur les débats associés qui structurent et animent le champ des animal studies. Elle s’attachera à montrer les spécificités et les apports des perspectives historiques, en particulier l’histoire animale et l’histoire socio-environnementale, pour aborder ces questionnements autour de la profondeur et de la forme des relations entre humains et animaux. Les débats théoriques seront évoqués par l’intermédiaire d’exemples articulés autour de l’histoire des jardins zoologiques européens. Les zoos, appréhendés sur le temps long, du début du 19e siècle à nos jours, sont des institutions-microcosmes, qui reflètent et catalysent les rapports – et les asymétries – de pouvoir développés avec et autour des animaux. Leur étude permet de jeter des éclairages situés sur les grands processus historiques de captation, consommation, monstration, domestication, protection et conservation des animaux et de la faune.

 

Les informations pour la connexion sont ici :

Lorsqu’il est l’heure, démarrez votre réunion Webex ici.

 

 

 

vendredi 2 avril 2021

9:50 | (UTC+01:00) Bruxelles, Copenhague, Madrid, Paris | 3 h 30 min.

 

Démarrer la réunion

 

 

Autres de moyens pour rejoindre les réunions :

 

 

Rejoindre la réunion à partir du lien de la réunion

https://univ-lyon1.webex.com/univ-lyon1/j.php?MTID=m1c691f02179e17c47afbe49175c27ef6

 

Rejoindre la réunion par le numéro de la réunion

 

Numéro de la réunion (code d’accès) : 121 426 8654

 

Mot de passe de la réunion : ZnuvhTwZ752

 

Appuyez pour rejoindre la réunion à partir d’un périphérique mobile (uniquement pour les participants)

+33-1851-48835,,1214268654## France Toll

 

 

Rejoindre par téléphone

+33-1851-48835 France Toll

Numéros d’appel internationaux

 

Rejoindre à partir d’un système ou d’une application vidéo

Composer le numéro 1214268654@univ-lyon1.webex.com

Vous pouvez également composer 62.109.219.4 et saisir votre numéro de votre réunion.

 

Rejoindre les réunions via Microsoft Lync ou Microsoft Skype Entreprise

Composer le numéro 1214268654.univ-lyon1@lync.webex.com

 

Si vous êtes un organisateur, cliquez ici pour afficher les informations de l’organisateur.

 

Vous avez besoin d’aide ? Allez à l’adresse https://help.webex.com


Une réflexion sur « séance : faire territoire, faire société pour, et avec, les non-humains »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.