séance : mémoires vives, mémoriaux et actualités politiques : quelles traductions pour quels enjeux sociaux ?

Vendredi 26 mars 2021 (10-12h30)


Mémoires vives, mémoriaux et actualités politiques : quelles
traductions spatiales pour quels enjeux sociaux ?


Séance organisée par Dominique Chevalier (MCF-HDR Université Lyon INSPE / UMR EVS).

ÉluEs devant le Tata sénégalais de Chasselay.
Cliché de William Robin-Detraz.
20 juin 2020

       Cette nouvelle séance de séminaire de l’atelier « Faire territoire, faire société » propose de questionner les spatialisations et les enjeux sociaux et politiques de mémoires traumatiques. Ce fil rouge mémoriel permettra de croiser trois moments historiques marqués par la violence et la barbarie : les attentats du 13 novembre à Paris, les plus meurtriers que la France ait connus depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les commémorations du génocide perpétré contre les Tutsis rwandais en France et les mémoires des « Tirailleurs sénégalais » morts pour la France. Les dynamiques mémorielles seront analysées à travers le prisme de circulations, de récits, de jeux d’acteurs, d’identités et de patrimonialisation.

      Les notions de mémoires vives, d’actualités politiques, de cicatrices, de résilience, de commémoration et remémoration, de réparation seront ainsi abordées à partir des trois communications suivantes :


Sarah Gensburger, Chercheuse en sciences sociales, CNRS-ISP
Les mémoriaux du 13 novembre : du quartier au musée


      Après les attentats de janvier puis novembre 2015 à Paris, des milliers de messages, dessins, bougies, objets et autres photographies ont été déposés sur les lieux des attentats. Cette présentation reviendra sur cette pratique sociale avant d’analyse la patrimonialisation dont l’ensemble de ce qui est désormais qualifié d' »hommages » ont et font toujours l’objet. Cette présentation prendra appui sur les travaux conduits dans le cadre de la publication de Mémoire Vive. Chronique d’un quartier (Bataclan, 2015-2016), (Anamosa, 2017) et co-dirigé avec Gérôme Truc, Les Mémoriaux du 13 novembre (Ed. EHESS, 2020).


Rémi Korman, EHESS/CESPRA
Commémorer le génocide des Tutsi en France : quels lieux et quels enjeux ?


   Au Rwanda, la mémoire du génocide des Tutsi se matérialise principalement dans des lieux et espaces commémoratifs dédiés. Sites de massacre ou sites d’inhumation, les mémoriaux et cimetières du génocide constituent une nouvelle géographie de la mémoire à l’échelle de tout le territoire. En France et plus largement dans les pays où vit une diaspora rwandaise, des commémorations sont organisées depuis 1994. Pour cette présentation, je reviendrai sur l’évolution des lieux et espaces où ces commémorations se sont déployées. Je montrerai la dimension locale, nationale et transnationale de la patrimonialisation de la mémoire du génocide des Tutsi.


William Robin-Detraz, Étudiant en M2 Sciences sociales à l’ENS de Lyon, Agrégé de géographie.
Les sépultures des Africains « morts pour la France » : lieux, commémorations et mobilisations de la mémoire des tirailleurs sénégalais


      L’appel du Président E. Macron le 15 août 2019 à l’occasion de la commémoration du 75e anniversaire du débarquement de Provence marque un intérêt renouvelé pour la mémoire des tirailleurs sénégalais. Les combattants africains de la France coloniale incarnent l’ambivalence et la complexité aujourd’hui du rapport à ce passé, entre mémoire et oubli, qui tend de plus en plus à être exhumé et mobilisé selon l’actualité politique comme ce fut le cas en juin 2020 au moment des mobilisations dites « Black Lives Matter ». Cette présentation s’appuiera sur un travail de recherche en cours autour des cimetières dédiés à la mémoire des combattants africains déclarés « morts pour la  France », notamment à partir de trois nécropoles nationales : le Tata sénégalais de Chasselay (Rhône), la nécropole de la Doua à Villeurbanne (Rhône) et le camp de Courneau (Gironde). J’essayerai de démontrer à travers ces études de cas comment la mémoire des tirailleurs sénégalais est représentative du rapport au passé colonial aujourd’hui en France, entre commémorations, revendications et politiques mémorielles.

Pour écouter ou réécouter cette séance (mot de passe : gYBJVYQ2) : https://univ-lyon1.webex.com/univ-lyon1/ldr.php?RCID=76bf44c0c5834997a2cf062225047b0d


Toutes les informations concernant la connexion sont ici :

vendredi 26 mars 2021

9:50 | (UTC+01:00) Bruxelles, Copenhague, Madrid, Paris | 3 h 20 min.

 

Démarrer la réunion

 

Autres de moyens pour rejoindre les réunions :

 

Rejoindre la réunion à partir du lien de la réunion

https://univ-lyon1.webex.com/univ-lyon1/j.php?MTID=m409b20aa1e1debfd0e9efaa8fa53313

 

Rejoindre la réunion par le numéro de la réunion 

Numéro de la réunion (code d’accès) : 121 393 3500

Mot de passe de la réunion : Sha5pc9Pda7

Appuyez pour rejoindre la réunion à partir d’un périphérique mobile (uniquement pour les participants)

+33-1851-48835,,1213933500## France Toll

 

Rejoindre par téléphone

+33-1851-48835 France Toll

Numéros d’appel internationaux

Rejoindre à partir d’un système ou d’une application vidéo

Composer le numéro 1213933500@univ-lyon1.webex.com

Vous pouvez également composer 62.109.219.4 et saisir votre numéro de votre réunion.

Rejoindre les réunions via Microsoft Lync ou Microsoft Skype Entreprise

Composer le numéro 1213933500.univ-lyon1@lync.webex.com

Si vous êtes un organisateur, cliquez ici pour afficher les informations de l’organisateur.

 

Vous avez besoin d’aide ? Allez à l’adresse https://help.webex.com


Une réflexion sur « séance : mémoires vives, mémoriaux et actualités politiques : quelles traductions pour quels enjeux sociaux ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.