Soutenance de thèse

        Anaïs VOLIN soutiendra sa thèse de doctorat en géographie le 

mercredi 09 décembre – 14h

intitulée Des territoires au coeur d’un conflit d’aménagement. Stuttgart 21 et la Magistrale européenne Paris-Budapest.

     Cette thèse a été réalisée au sein du Programme de recherches franco-allemand en SHS « Saisir l’Europe-Europa als Herausforderung », en voici un court résumé : 

    Les projets de rénovation de gare et de quartier de gare sont nombreux dans les métropoles européennes suscitant un intérêt prolixe chez les géographes au sujet des enjeux fonciers et des recompositions des jeux d’acteurs à l’œuvre dans ces longs projets. Deux éléments forment l’originalité de notre sujet : d’une part l’étude multiscalaire d’un axe transnational européen (La Magistrale européenne Paris-Budapest) consacré à la grande vitesse dont notre terrain, Stuttgart, constituerait le pivot ; d’autre part l’appréhension de la contestation à Stuttgart 21 à travers une analyse spatio-temporelle inédite de la lutte pour, par et sur l’espace. L’ancrage territorial de notre étude repose sur la ville-capitale du Land allemand du Bade-Wurtemberg qui apparaît comme une des régions les plus compétitives de l’UE et historiquement impliquée dans ses instances. Notre travail a permis de comprendre comment le projet d’aménagement ferroviaire et urbain, Stuttgart 21, a modifié matériellement l’urbanisme du centre-ville et l’ensemble des espaces régionaux concernés par la nouvelle LGV entre Stuttgart et Ulm. En parallèle nous avons exploré, à l’aide d’entretiens semi-directifs, les changements immatériels, dans la longue mise en place du projet, des relations entre les acteurs selon les échelons représentés ainsi que l’image de la ville de Stuttgart.

      La thèse sera soutenue et présentée publiquement devant un jury composé de : 

Nacima BARON-YELLÈS, Professeure des Universités, Université Paris-Est Marne-la-Vallée. Rapporteure.

Lydia COUDROY DE LILLE, Professeure des Universités, Université Lumière Lyon 2. Directrice de thèse.

Aurélie DELAGE, Maître de Conférences, Université de Perpignan – Via Domitia. Examinatrice.

Laurent GUIHÉRY, Professeur des Universités, Université de Cergy-Pontoise. Rapporteur.

Catherine PERRON, Chargée de recherches, Sciences-Po Paris. Examinatrice.

Florian WEBER, Professeur junior, Université de la Sarre. Examinateur.

   La soutenance sera déroulera en visioconférence, merci de vous adresser à Anaïs Volin si vous souhaitez y participer (anais.volin1@univ-lyon2.fr).

séminaire « SCHWERPUNKT DEUTSCHLAND »

       Le pôle rhône-alpin du CIERA (Centre Interdisciplinaire d’Etudes et de Recherches sur l’Allemagne) organise, dans le cadre de son séminaire « Schwerpunkt Deutschland » , une séance consacrée à des travaux de géographes intitulée « Regards de géographes sur l’Allemagne contemporaine ». 

    Trois jeunes chercheurs d’EVS auront l’occasion de présenter leurs travaux le vendredi 04 décembre, de 14h à 16h.

      Les informations pratiques pour assister au séminaire qui se tiendra en visioconférence sont sur la page du CIERA : 

http://www.ciera.fr/fr/node/15976

      Vous espérant nombreuses et nombreux.

Déroulé :

Mercredi 2 décembre (14h-16h) : Regards sur le monde de l’éducation


– Claire Dupuy (Science politique) : Les politiques régionales d’éducation en France et en Allemagne
– Rebecca Laffin (Études Germaniques) : L’enseignement du « fait culturel » en classe d’allemand
Contact pour obtenir le lien de connexion : Laurence.Guillon@univ-lyon2.fr


Vendredi 4 décembre (14h-16h) : Regards de géographes sur l’espace germanophone contemporain


– Anaïs Volin et Lisa Rolland : « La justice spatiale : regards français et allemand en géographie et aménagement »
– Clément Dillenseger : « Cohabiter proprement avec la saleté. Réflexions autour de la visibilité et l’accessibilité du métabolisme viennois de la propreté urbaine »
Contact pour obtenir le lien de connexion : Antoine.Laporte@ens-lyon.fr

Recherche-creation : expériences et potentialités. séance II

Séance #2
Chercher (par) l’image.
Photographes et chercheur.es.
Vendredi 11 décembre
9h15-12h30
Lien vers le séminaire :
https://global.gotomeeting.com/join/957540789


9h30 : accueil et présentation.


9h45 : C’est quoi ce travail ? Rencontre d’un photographe avec une équipe de chercheurs autour du vêtement au travail.

Cliché : D. Desaleux


     Cette intervention à deux voix (chercheure et photographe) portera sur un projet de recherche nommé CRAVAT qui a pour ambition de dresser un panorama des réalités multiples du travail aujourd’hui en « entrant » par le vêtement au travail. Nous raconterons l’histoire d’un photographe qui s’invite sur les terrains d’une équipe de sociologues et se met en dialogue avec elles/eux, ainsi qu’avec des juristes. Nous nous appuierons sur les productions issues de cette recherche (en particulier les photographies) et expliciterons les process méthodologiques mis en œuvre afin de donner à voir la façon dont l’approche artistique et les approches scientifiques se croisent, aussi bien dans le temps de la production de la recherche que dans celui de la préparation de sa diffusion.

   David Desaleux est photographe, diplômé de l’école des Gobelins – section photographie (Paris XIII) en 2001. Son travail s’axe essentiellement sur le rapport de l’homme à son environnement proche, à son ordinaire. Pour ce faire, il collabore régulièrement avec des sociologues, ethnologues, géographes au sein de leurs travaux de recherche. (2009 : Qui l’eut cru(e) , 2011 : état des lieux/les lieux de l’état, 2013 : mémoire d’un port, 2015 : Lyon, vallée de la chimie, 2017 : mécanique de la passion, 2019/20 : CRAVAT).
   Jeanne Drouet est ingénieure au CNRS (CMW), titulaire d’un doctorat en anthropologie portant sur la « raison orale » et la circulation des imaginaires qui lui a permis d’expérimenter un large panel de méthodes – notamment collaboratives. En lien avec ce parcours, elle s’est formée à divers usages des images (fixes, animées, de synthèse, dessinées) pour la recherche en SHS et a mené des recherches sur les mondes virtuels. Sa réflexion méthodologique se double d’un engagement pour que la socio-anthropologie et la création artistique se rencontrent, afin de penser
et/ou créer collectivement et différemment, mais aussi de contribuer à renouveler la place du chercheur dans la Cité.


Discussions


10h45-11h : Pause


11h : La photo-ethnographie : une rencontre de la science et du sensible

Cliché : L. Fontes


Résumé
     Cette intervention reviendra sur l’expérience d’une photographe qui devient chercheuse en anthropologie : du questionnement initial, en passant par les conflits méthodologiques pour arriver au croisement entre les approches artistique et scientifique. Le responsable de cette transformation étant le terrain même, la rencontre de l’artiste avec l’anthropologie s’est faite en action, lors de la production d’une photoethnographie portant sur un rituel d’initiation au candomblé, religion afro-brésilienne. Le concept de photoethnographie envisage la création d’un discours visuel représentant une narration alternative au texte écrit, et participe du renouvellement des sciences humaines. L’intervention proposera une réflexion par rapport à la posture du chercheur/artiste et à ses choix esthétiques lors de la production et de la post-production de ses images. Comment (et pourquoi) rendre visuellement beau un rituel contenant des scènes choquantes, telles que le sacrifice animal ? Cette tentative peut-elle ou doit-elle être une préoccupation anthropologique ? Est-il possible de dissocier, dans ce type de démarche, entre approches photographique et anthropologique ? Comment produire un récit ethnographique visuel qui combine la réflexion scientifique et ce qui est de l’ordre du sensible ?


   Larissa FONTES est photographe, docteure en anthropologie et actuellement enseignante-chercheure ATER à l’UFR ASSP de l’Université Lumière Lyon 2. Depuis une dizaine d’années elle travaille sur les religions afro-brésiliennes, s’axant principalement sur l’anthropologie visuelle, la communication, les enjeux de mémoire, du politique et du patrimoine.


Discussions


12h : Conclusion et perspectives

séance du 02 décembre : les damnées de la mer, femmes et frontières en méditerranée

Mercredi 2 décembre 2020 (9h30-12h00).

 

Les damnées de la mer.

Femmes et frontières en Méditerranée.

 

    Séance organisée par Karine Bennafla, Dominique Chevalier, Judicaëlle Dietrich (UMR EVS) et les étudiant·e·s du Master MEMED (Mondes émergents Mondes en développement) de Lyon3.

       En raison des conditions sanitaires actuelles, cette séance aura lieu en distanciel. Merci de vous inscrire par mail (dominique.chevalier@univ-lyon1.fr) pour recevoir les informations donnant accès à la séance. Merci.

      Cette séance de l’atelier 6 poursuit le cycle des trois conférences inscrites à la fois dans les thématiques de l’atelier, celles du Master Memed et la préparation à la question « Frontières » des concours d’enseignement.

        Camille Schmoll est maîtresse de conférences à l’université Paris 7 Denis Diderot/USPC et membre de l’Institut Universitaire de France. Ses activités de recherche portent sur les dynamiques migratoires dans l’espace euro-méditerranéen. 

    Elle vient présenter son livre Les damnées de la mer. Femmes et frontières en Méditerranée, publié à La Découverte.

     Longtemps, les femmes ont été absentes du grand récit des migrations. On les voyait plutôt, telles des Pénélope africaines, attendre leur époux, patientes et sédentaires. Il n’était pas question de celles qui émigraient seules. Elles sont pourtant nombreuses à quitter leur foyer et leurs proches, et à entreprendre la longue traversée du désert et de la Méditerranée.
Fondé sur une recherche au long cours, menée aux marges de l’Europe, en Italie et à Malte, ce livre est une enquête sur la trace des survivantes.

     Au fil des récits recueillis, il restitue leurs parcours, de déchirements en errance, de rencontres en opportunités. Entre persécutions, désir d’autonomie et envie d’ailleurs, les causes de leur départ sont loin d’être simples et linéaires.

     Les Damnées de la mer offre ainsi une remarquable plongée dans leur vie quotidienne, dans des centres d’accueil où leur trajectoire est suspendue, dans l’attente d’une reconnaissance de cette Europe qui souvent les rejette. L’ennui et la marginalisation sont omniprésents. Mais ces femmes sont également résistantes et stratèges, à la recherche de lignes de fuite.
     En restituant les multiples facettes de ces destinées, ce livre décline l’histoire des migrations en Méditerranée au féminin. Il refuse les clichés binaires qui opposent la migrante-victime à la migrante-héroïne pour adopter le point de vue de l’expérience des femmes : non sans tensions, l’autonomie qu’elles mettent à l’épreuve apparaît à la fois comme le support et l’horizon de leur projet migratoire.

séminaire « approches contemporaines de la mémoire »

Présentation

Séminaire co-organisé par le Rize, les laboratoires Triangle et EVS

     Sur le front de l’actualité de la recherche, de ses avancées, de ses achoppements et de ses débats aussi bien en histoire qu’en géographie sociale, en sciences politiques et en sociologie, ce séminaire ambitionne d’éprouver la notion de « mémoire » en la réinscrivant dans une approche généraliste, interdisciplinaire et empirique. Ne disposant pas du pouvoir de contrainte intellectuelle d’un concept, la polysémique notion de mémoire s’avère transversale à bon nombre de terrains, d’échantillons voire d’objets de recherche. L’enjeu n’est donc pas seulement de réinscrire les faits dits « mémoriels » dans leurs contextes sociaux mais d’explorer les modalités de leur interdépendance. Au-delà de la diversité des terrains et des « contenus » spécifiques de mémoires, le séminaire sera l’occasion privilégiée d’aborder les questions générales de la construction sociale des mémoires à travers la socialisation – notamment familiale, professionnelle et politique –, des mécanismes centraux de l’oubli et de la réminiscence, de la mémoire mobilisée comme ressource sociale, et aussi de l’institutionnalisation et de la matérialisation en des lieux de certaines mémoires et pas d’autres (la dialectique mémoires individuelles et mémoires collectives traversera donc l’ensemble de ces questionnements). De quoi la mise en mémoire constitue-t-elle le signe ? De quoi ses recompositions témoignent-elles ? En somme, la préoccupation générale du séminaire est de construire la mémoire comme un indicateur scientifique à même de rendre compte de processus sociaux qui ne s’y limitent en aucun cas.

Un séminaire 2021 en 2 cycles :

  • CYCLE I – MÉMOIRES SOCIALES : EMPREINTES, FORMES ET DIMENSIONS (janvier-mai 2021)
  • CYCLE II – CE QUE LES USAGES DU PASSE DISENT DU PRÉSENT

Le compte rendu de chaque séance du cycle I sera publié sur le carnet hypothèses du Rize.

Organisation du séminaire

Responsable scientifique du séminaire

Comité d’animation

  • Mélodie Breton (CESSP)
  • Lina Cardenas (LATTS)
  • Lison Leneveler (CRJ)
  • Béatrice Zani (Triangle)

Prochaines dates

 

 

séance du 20 novembre 2020

Vendredi 20 novembre 2020 (10-12h30).

En raison des conditions sanitaires actuelles, cette séance aura lieu en distanciel. Merci de vous inscrire par mail (dominique.chevalier@univ-lyon1.fr) pour recevoir les informations donnant accès à la séance. Merci.

 

COMMERCES ETHNIQUES ET/OU INFORMELS :

FREINS OU ACCELERATEURS DE GENTRIFICATION ?

 

La Guillotière. Lyon.
Photographie François Duchêne

 

Séance organisée par Dominique Chevalier

(MCF-HDR Université Lyon INSPE / UMR EVS).

       Cette nouvelle séance de l’atelier 6 propose un tour d’horizon autour de la thématique des commerces ethniques comme possiblement marqueurs ou vecteurs de changements sociaux. Trois communications aborderont ces questions, en interrogeant notamment la question de leurs effets socio-spatiaux dans les quartiers populaires ou péricentraux. Dans quelles mesures accompagnent-ils, ou au contraire freinent-ils, le processus de gentrification ?

Karine Bennafla (EVS Lyon) : De l’Afrique centrale à Villeurbanne : le commerce comme objet de recherche

  Cette communication reviendra sur la façon dont le thème du commerce a été abordé sur différents terrains avec des problématiques variées selon les lieux et les époques. La pertinence de la catégorisation « commerce ethnique » sera interrogée sur ces différents terrains. En Afrique subsaharienne, l’analyse de l’effervescence commerciale (largement « informelle ») aux frontières du Cameroun (années 1990) a permis de remettre en cause le discours de désintégration des territoires nationaux ; au Liban, le lien entre guerre et commerce a été souligné avec l’essor de la place commerciale de Chtaura dans la Békaa durant la guerre civile (années 2000). Au Maroc, deux centralités marchandes urbaines à Salé ont focalisé l’attention après 2011 en explorant leurs conditions d’émergence, la mobilisation des commerçants et le rôle moteur de ces marchés dans la structuration urbaine : le « marché bidonvillois » de Souq el-kelb menacé par un projet de rénovation urbaine et un marché aux tissus attenant Souq toub. Le nouveau projet de recherche sur les commerces populaires à Villeurbanne sera présenté.

Lucine Endelstein, (LISST Toulouse), Petit commerce urbain, minorités, altérités. 

    Le petit commerce tenu par des immigrés ou descendants d’immigrés dans certaines rues ou certains quartiers des grandes villes sont emblématiques des effets de la mondialisation migratoire sur les métropoles. A partir de la présentation de l’ouvrage « Le petit commerce dans la ville-monde » (sous la direction de A. Fleury, M. Delage, L. Endelstein, H. Dubucs, S. Weber, L’Oeil d’Or, 2020) il s’agira de montrer comment le petit commerce apparaît à la fois comme un révélateur et comme un acteur des changements qui traversent la métropole parisienne et de grandes villes françaises de plus en plus ouvertes sur le monde. 

Thomas Zanetti, François Duchêne et Dominique Chevalier (EVS Lyon) : Mémoires sociales, adaptations et rétractations du tissu commercial à la Guillotière

  « Quartier lyonnais populaire de centre-ville, La Guillotière accueille depuis plus d’un siècle les vagues migratoires de la ville. Aujourd’hui, son peuplement connaît une gentrification, tandis que ses rues restent un important espace de déambulation populaire. Dans ce contexte de transformations urbaine et sociale, on peut s’interroger sur le positionnement des commerces, pris entre une clientèle populaire de déambulation et une autre plus riche demeurant sur place ».