rendez-vous le 9 mars

      Comme nous vous l’avons annoncé, un certain nombre d’entre nous avons eu besoin de revenir collectivement au sein de l’UMR sur la LPPR, de nous rassembler et échanger autour de ces questionnements majeurs de nos métiers dès la rentrée  . 

RENDEZ-VOUS  le 9 mars prochain  entre 14h et 17h30 aux Halles du faubourg  (à 13h pour celles et ceux qui souhaitent partager un pique-nique )

      Ce temps  est proposé pour réunir toutes celles et ceux qui participent à la recherche. Nous comptons sur les responsables de composantes pour diffuser l’information et  permettre la participation des personnels d’appui à la recherche statutaires ou non dont la présence est indispensable à notre fonctionnement et des jeunes chercheur.e.s. qui sont le futur.

      Depuis notre dernier mail, la MSH-LSE appelle à  une Assemblée Générale des 53 laboratoires de la MSH le lundi 9 mars à 12h30 dans l’amphi Pacaut de l’IEP de Lyon au rez-de-chaussée du Bâtiment pédagogique, rue Appleton Lyon 7e. Pour permettre à ceux qui le souhaite d’y participer, et de nous le restituer après dans la foulée, le début de notre rencontre est déplacé à 14h

Programme proposé:

1)    La LPPR, point par point : retour sur  les impacts potentiels sur nos différents quotidiens

2)   Exprimons-nous et montez à l’échelle !! : 
        – Et si on évaluait notre bien-être dans l’ESR…  ?
        – Avons nous des dénominateurs communs ? Construction du nuage de nos valeurs communes

Pause et arrêt sur image..

3) Débat mouvant – Quelles actions peut-on, souhaitons nous mener ?

4) Ateliers parallèles- pour qu’il reste quelque chose de notre rencontre
            – Atelier prospective-  
écriture à plusieurs mains  « What if« 
            – Atelier Carto – cartographie de trajectoires de chercheur.e.s
            – Atelier international:  l’herbe est elle plus verte ailleurs ?

séance du 3 avril : pèlerinages, tourismes et patrimoines

Vendredi 3 avril 2020 (9h30-12h30), salle 604, 18 rue Chevreul, 69007 Lyon

PÈLERINAGES, TOURISMES ET PATRIMOINES

Séance organisée par Dominique Chevalier (MCF-HDR Université Lyon INSPE / UMR EVS). La séance est libre et ouverte à un large public.

Photo : Baptêmes dans le Jourdain.
Copyright Encountering the Bible LLC Jackie

 

      Cette nouvelle séance de l’atelier 6 a pour objet les notions de pèlerinages, tourismes et patrimoines. Selon l’Organisation Mondiale du Tourisme, 37% des déplacements internationaux sont liés au tourisme culturel au sein duquel les aspects religieux et spirituels occupent une part importante. Ce tourisme repose sur des dévotions à la mémoire de saints, de lieux d’éclosion d’une tradition religieuse ou d’émergence de figure légendaire mais aussi sur des ensembles de monuments propres au patrimoine religieux. Le processus de patrimonialisation vient alors sublimer la désaffection des fonctions religieuses.

      Trois communications croiseront ces thématiques polysémiques à travers plusieurs exemples.

Marie-Hélène Chevrier, La sécularisation : moteur de la patrimonialisation du pèlerinage ?

Étude de cas des sanctuaires catholiques occidentaux

ATER à la Faculté de Géographie et d’Aménagement de Strasbourg – Laboratoire Image, Ville, Environnement (UMR 7362)

      Lorsqu’on associe les termes de patrimoine et pèlerinage, on pense dans un premier temps aux monuments des grands sanctuaires : le Mont-Saint-Michel, Notre-Dame de Paris, la basilique de Lourdes, les grandes basiliques contemporaines de Guadalupe (Mexico) ou de Fatima, etc. Mais le pèlerinage comprend également tout un patrimoine immatériel de pratiques rituelles, chants, danses, elles-mêmes nécessitant un certain nombre d’objets, de vêtements spécifiques ou autres.

      Le fait de considérer les lieux et les pratiques de pèlerinage comme éléments du patrimoine n’est pas sans lien avec la sécularisation. En effet, plus le religieux est estompé de l’espace public, c’est-à-dire plus il devient rare, plus la société devient consciente de sa valeur. D’un objet omniprésent dans l’espace, le sacré devient un objet à préserver. L’enjeu de cette présentation sera donc de montrer, à travers l’exemple des lieux de pèlerinage catholiques, comment la sécularisation, tout en effaçant le sacré de l’espace public, engendre sa patrimonialisation.

Jackie Feldman, Pèlerin Chrétien, Guide Juif, Terre Sainte : Enclaves sociales et flux de rencontres interreligieuses

Professeur du Département de sociologie et anthropologie à l’université Ben-Gourion du Neguev

      Le pèlerinage en Terre Sainte était généralement compris comme l’expression d’une foi qui attirait les chrétiens de contrés lointaines dans les sites sacrés d’Israël/Palestine façonnés à l’image de la chrétienté du pèlerin.

      Reposant sur trois décennies d’expériences comme guide juif pour pèlerins chrétiens, je montrerai dans cette présentation comment les pèlerinages guidés en Terre Sainte peuvent devenir des lieux où Judaïsme, Christianisme et Terre se constituent mutuellement à travers le dialogue et la performance.

      Ma recherche conceptualise l’espace du pèlerin/touriste comme une zone de contact, un espace tiers où les hôtes, les invités et les médiateurs entrent en interaction et s’influencent l’un l’autre. Mon propos portera sur les potentialités des espaces sacrés qui, à la fois affirment les identités existantes et créent des liens de fidélité transcendant les limites sectaires et politiques.

Sepideh Parsapajouh, Les nouveaux saints du Paradis de Zahra. Quelques réflexions sur la sacralisation des tombes des martyrs de la guerre Iran-Irak (1980-1988)

Chargée de recherche au CNRS, Centre d’études en sciences sociales du religieux (CéSor)

      Les tombes des saints dans les mondes musulmans – tout comme ailleurs – constituent des lieux de dévotions et de visites pieuses (ziyârat). En Iran, ces lieux saints sont très nombreux, or depuis la fin de la guerre Iran-Irak (1980-1988), les tombes de certains martyrs de cette guerre sont aussi devenues des lieux de pratiques dévotionnelles et de les visites pieuse populaires. Dans cette présentation, dans le cadre d’une ethnographie des pratiques effectuée au sein des divisions des martyrs du cimetière de Behesht Zahra (Paradis de Zahra) de Téhéran, nous proposons quelques réflexions sur le processus de sacralisation de ces lieux d’un côté, et de leur patrimonialisation, de l’autre. 

 

comment « Faire société » dans un modèle de compétition ?

        Les ateliers de l’UMR EVS s’associent pour ouvrir un espace de parole et de recherche sur la LPPR et ses implications dans la recherche et pour les métiers de la recherche.

 

      On reste sur le pont pour débattre ? Nous sommes nombreuses et nombreux à souhaiter que l’UMR soit aussi un espace de parole et de solidarité. Pour cela, nous proposons un séminaire inter-atelier permettant une réflexion commune et transversale qui dépasse nos spécialisations.

        Nous affirmons ainsi à quel point la recherche est plus riche quand elle est collaborative, construite collectivement en respectant les apports des différentes disciplines et des différents métiers, en particulier l’importance des administrateur.rice.s et des ingénieur.e.s essentiels pour mener toute recherche. Nous affirmons également notre inquiétude face à la difficulté grandissante des jeunes chercheur.e.s à trouver un emploi stable. Soumis à une compétition intensive, nous souhaitons leur ouvrir un espace d’expression de leurs inquiétudes au sein de l’UMR. Enfin, nous voudrions analyser l’effet des différentes injonctions sur 1) les charges croissantes des enseignant.e.s-chercheur.e.s, 2) sur leur capacité à assurer une activité de recherche et 3) sur leurs possibilités à travailler dans des conditions favorables.

        Quelle contribution pouvons-nous avoir à l’échelle des UMR ? Les 8 ateliers proposent de se rencontrer autour d’un seul séminaire en croisant les différentes questions qui pourraient les animer à ce sujet ! Ensemble et sans compétition !

  1.  La LPPR rime-t-elle avec la fin de la liberté et du bien-être des enseignants-chercheurs, chercheurs et des personnels d’appui à la recherche ?
  2.  Flux, circulations et carrières : conserver l’énergie de faire la recherche
  3.  Métropolisation, concentration, concurrence : la LPPR comme nouvel avatar ?
  4.  Quelles ressources pour des recherches indépendantes face aux lobbys et financeurs ?
  5.  Pour un environnement non darwinien dans la Recherche
  6.  Comment « faire société » dans un modèle de compétition ?
  7.  Espaces critiques : « Réformes universitaires, mouvements de contestation syndicale et Résistances des précaires » : en mai 2020, nous accueillons Mathieu Uhel, Université de Caen, pour nous présenter les implications de la fusion des universités dans l’ouest de la France.
  8.  Comment un mouvement social se donne à voir spatialement: cartographies contributives et cartographies critiques – réflexions à partir des mouvements sociaux récents

        Le séminaire inter-atelier sera programmé courant février-mars afin de nous saisir dès à présent des questionnements partagés dans ce contexte.