Colloque « Morts animales en perspectives »

Morts animales en perspectives

(Frontières / CELAT)

86ème congrès de l’Association francophone pour le savoir (ACFAS)

Mardi 8 mai 2018 – de 9h à 17h

Université du Québec à Chicoutimi

La mort ou la disparition des animaux soulève aujourd’hui des enjeux éthiques, juridiques, politiques, sanitaires, affectifs et économiques cruciaux. Conditions d’abattage des animaux d’élevage, dénonciation de la surpêche, émotion suscitée par les « meurtres » d’animaux sauvages… Il ne se passe pas un jour sans que s’impose dans le débat public et les médias l’idée que nous serions confrontés à un véritable « problème animal », matérialisé par ce que d’aucuns considèrent comme une « sixième extinction ». L’une des raison des sensibilités actuelles à la condition animale est certainement le caractère inédit et parfois irréversible des pressions que les sociétés contemporaines, industrialisées, urbanisée, globalisée et technicisées font peser sur le vivant. Mais il importe de remettre en perspective(s) ces enjeux à la lumière des contextes pluriels et changeants de la mort des animaux.

Ce colloque entend ainsi explorer la multiplicité et les transformations des morts animales dans les sociétés d’aujourd’hui, de manière comparative et multidisciplinaire. En partant de diverses catégories d’animaux (de rente, de ferme, d’assistance, de compagnie, de spectacle, d’expérimentation, de refuge, de zoo, sauvages, « nuisibles » ou « indésirables », etc.), il s’agira d’examiner les formes de la mort animale telles qu’envisagées et pratiquées dans divers contextes culturels, selon des imaginaires et traditions variés (religion et ritualité, pratiques économiques et écologiques, etc.). Les communications aborderons les diverses modalités de la « fin des bêtes » que sont le sacrifice, l’euthanasie, l’abattage, l’expérimentation, l’élimination sanitaire, etc., dans leurs cadres sociaux et historiques, ainsi que les représentations et usages aujourd’hui conflictuels dont elles font l’objet.

Nous adressons nos remerciements au Centre de recherches Culture – Arts – Sociétés (CELAT), à la revue Frontières, à l’Université Lumière-Lyon2, à l’unité mixte de recherche Environnement, Ville, Société (EVS, CNRS 5600) et au Service des communications de l’Université du Québec à Montréal, qui ont rendu cet événement possible.

09h15 – Introduction « Morts animales en perspectives »

Mouloud Boukala (UQAM  – Université du Québec à Montréal) – Olivier Givre (Université Lumière Lyon 2)

Session de la matinée

Les environnements des morts animales: modalités relationnelles et interactionnelles

Présidence / Animation: Khadiyatoulah Fall (UQAC – Université du Québec à Chicoutimi)

9h30 – Du troupeau au gibier: faire coexister différentes moralités autour de la mise à mort d’animaux domestiques et sauvages en Mongolie – Bernard Charlier (Front nationale de la recherche scientifique – Université catholique de Louvain-la-Neuve, Belgique)

10h10 – Représentations et expériences des femmes chasseures et rapport à la mort sur Internet: une étude exploratoire – Viviane Lew (CSSSHG – Centre de santé et de services sociaux de La Haute-Gaspésie)

11h05 – La mort animale au zoo: un grand récit biopolitique? – Jean Estebanez (Université Paris Est-Créteil)

Session de l’après-midi

Représentations et imaginaires des morts animales

Présidence/animation: Mouloud Boukala (UQAM – Université du Québec à Montréal)

13h30 – Voir et montrer la mort animale – Jean Gardin (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Olivier Givre (Université Lumière Lyon 2)

14h10 – Le sacrifice animal biblique aura-t-il une place dans le future? Commentaires contemporains – Joseph Lévy (RRSPQ – Réseau de recherche en santé des populations du Québec)

15H05 – L’iconisation de l’ours blanc en martyr animal ou le retour d’une « animalité humanitaire » – Vincent Lavoie (UQAM – Université du Québec à Montréal)

15h45 – Un bestiaire post-écocide – Bénédicte Ramade (UdeM – Université de Montréal), Magali Uhl (UQAM – Université du Québec à Montréal)

Ouverture(s)

16h25 – Présentation du projet Pense-Bêtes. Comparer et confronter les mises à mort animales. Olivier Givre (Université Lumière Lyon 2), Jean Gardin (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

16h40 – Célébration du 30ème anniversaire de la revue Frontières – Joseph Lévy (RRSPQ – Réseau de recherche en santé des populations du Québec), Mouloud Boukala (Université du Québec à Montréal)

Séminaire Terrains numériques et effets de présence: des ethnographies en terre vidéoludique

Terrains numériques et effets de présence : des ethnographies en terre vidéoludique

Séminaire de l’atelier 6 Faire territoire, faire société / UMR CNRS 5600 EVS

18, rue Chevreul, 69007 Lyon

Salle de La Rotonde

Vendredi 13 avril 2018 – 9h30h-12h30

© Madeleine Humeniuk
https://madelainehumeniuk.wordpress.com/

L’exploration des mondes numériques et de l’Internet a connu au tournant des années 90 une exploration accrue par les sciences humaines et sociales. La sociologie, les sciences de la communication, la géographie, la psychologie voire les sciences politiques, économiques et juridiques ont, à leur manière, tenté d’examiner les usages et pratiques propres à ce qu’il était convenu d’appeler des « cyber-univers » ou des « espaces virtuels ». La dimension strictement technique et informatique consubstantielle à l’ingénierie et à la production de ces dispositifs, laissait place à une approche plus compréhensive des phénomènes sociaux qui en caractérisaient les processus d’émergence, de diffusion et de réception (que ce soit au travers de l’utilisation des forums de discussion, des réseaux sociaux encore embryonnaires ou de l’immersion dans les contextes vidéo-ludiques, etc.).

L’anthropologie, face à cette première vague de travaux de recherche éparpillés mais précurseurs, s’est cantonnée à une sorte de distance respectueuse voire de stratégie d’évitement. Virtualisés, dématérialisés, ces phénomènes ont, dans un premier temps, déstabilisé les approches mobilisées dans l’ethnographie classique. Comment observer ce qui semble, au prime abord, distant et immatériel ? Comment s’immerger dans une réalité qui échapperait à la définition habituellement donnée au « terrain d’enquête » ? La question semblait tout autant méthodologique, épistémologique que politique. Car si l’anthropologie de la fin du 20ème siècle se sentait en capacité d’étudier des phénomènes de globalisation et de massification culturelle par des méthodes résolument multisituées, la situation propre à la cyberculture de l’époque résistait aux trames empiriques patiemment tissées tout au long de l’histoire de la discipline. Le terrain devait être exotique, concret, fait d’une altérité tout autant observable que palpable ou il n’était rien. Sans lieu prédéfini et préexistant à l’ethnographie, il n’y a plus de lieu, donc plus lieu d’observer.

L’histoire des sciences du début du 21ème siècle semblait avoir résolu cette tension en nuançant l’opposition un rien schématique entre virtualité et réalité, entre espaces concrets et espaces procurés. Cependant, l’irruption récente de la Réalité Augmentée, de la Virtualité Augmentée, des contenus de Big Data, des modèles GAFA ainsi que le développement des Intelligences Artificielles conduisent les sciences humaines et sociales à repositionner leurs modèles épistémologiques et méthodologiques. Comment aborder les dynamiques de co-présence dans des espaces et temporalités qu’il ne s’agit plus d’opposer mais d’examiner au-travers de leur alternance ubiquitaire ? Qu’en est-il des phénomènes de perception embarquée et de leurs effets sur l’expérience corporelle ? Alors qu’il est commun de constater que l’industrie du jeu vidéo est en voie d’outrepasser l’ensemble des productions culturelles de masse, quid des instances mêmes d’élaboration et de création des univers vidéo-ludiques ? Comment aborder la culture ludologique généralisée qu’elles génèrent ?

Axel Guïoux (Lyon2-EVS-CTT) et Evelyne Lasserre (Lyon3-EVS-CTT) : Une tente plantée dans un monde virtuel… Et après ?

Sonia Dris (Lyon2-EVS-CTT) : Parcours ethnographiques, du domicile au milieu urbain à travers les pratiques vidéoludiques.

Séminaire Revendications patrimoniales et conflits mémoriels.

Revendications patrimoniales et conflits mémoriels.

Séminaire RGL « Espaces Critiques » / Ateliers 6-7 UMR EVS

18 rue Chevreul, salle 206.

Vendredi 27 avril (10h-12h30)

La Manufacture d Armes de Saint-Etienne – Auteur: Thomas Zanetti

Ce séminaire de recherche entend interroger les dimensions sociales et politiques des mises en mémoire et en patrimoine à partir des processus conflictuels dont elles peuvent faire l’objet. Les trois interventions, issues d’un ouvrage collectif paru récemment, identifient le patrimoine comme étant un objet politique qui traduit des inégalités sociales en termes de reconnaissance, de représentation et de pouvoir. Elles s’intéressent  plus particulièrement à des catégories de populations (migrants, ouvriers) qui sont majoritairement exclues des récits historiques dominants et doivent donc se mobiliser pour accéder au « conservatoire de l’espace ».

Mots-clés: patrimoine, mémoire, conflits, migrations, lutte sociale.

La plaque en hommage aux verriers de Givors – auteure: Léa Prost

Interventions:

  • Grégory Busquet (Maître de conférences en sociologie et études urbaines, Université Paris Nanterre / UMR LAVUE): Présentation de l’ouvrage « Mémoires et patrimoines. Des revendications aux conflits » (L’Harmattan, 2017).

L’ouvrage propose une réflexion sur les revendications, les contestations et les conflits qui participent à la fabrication contemporaine du patrimoine. Il place les acteurs au centre de son propos pour étudier les conceptions, les supports et les modes d’action qui caractérisent la dynamique des mobilisations patrimoniales et mémorielles, dans le cadre des rapports de force asymétriques liés aux processus de qualification et de valorisation des espaces. Le patrimoine est alors considéré comme une ressource et un vecteur de l’émancipation.

  • Julie Garnier (Maître de conférence en sociologie et en anthropologie, Université de Tours / UMR CITERES): « Patrimoine des/en migrations: de la revendication mémorielle à la mise en exposition ».

Nous aborderons la question du patrimoine des/en migrations à partir de différents terrains, partant d’une revendication patrimoniale portée à différentes échelles par un groupe de migrants avec le soutien d’une collectif de non migrants à la mise en exposition collaborative: Que se passe-t-il quand des migrants se saisissent de la question mémorielle et patrimoniale? Au nom de quoi agissent-ils? Et que nous apprennent les mises en exposition des mémoires de migrations par les institutions patrimoniales? Notre attention portera que les intentions de ces actions, les formes de collaboration mais aussi les tensions et les freins qu’elles suscitent.

  • Thomas Zanetti (Maître de conférences en géographie et aménagement, Université Lyon 3 / UMR EVS): « Le patrimoine comme matérialisation d’une lutte sociale et sanitaire ».

Les politiques mémorielles et patrimoniales constituent un angle d’analyse des rapports de forces entre classes sociales, et des inégalités en matière d’appropriation et de marquage des espaces. Face à la difficulté d’ancrer leurs mémoires dans l’espace et la matérialité des lieux, les populations dominées peuvent s’engager dans des pratiques mémorielles et patrimoniales alternatives. Dans le cas évoqué ici, ces pratiques soutiennent une lutte sociale et sanitaire qui mobilise un héritage industriel.

Symposium – Call for paper

Sharing meals.

Social aspects of eating an cooking together

Center for Food & Hospitality Research, Institut Paul Bocuse

Ecully (France) – June 14th 2018

Eating involves many other dimensions than just ingesting food. It is especially a social act, as it involves the social position and relationships of the individual in all of the included practices: supplying, cooking, dressing, ordering, ingesting, clearing, washing-up, managing left-overs, etc. (Fischler 1990; Poulain 2002; Warde 2016). Some moments in a day, the meals, are more specifically dedicated to eating with all these dimensions. Thus, all the choices regarding their organization have social implications. Especially, sharing these meals (including all the activities listed before) with other persons has important implications. Indeed, Eating Together is, for the human beings, a way of expressing special relationships – as it can be seen when the meal is used as a diplomatic tool. The term commensality, meaning literally “sharing the table”, can be defined as the fact to eat together (Grignon 2001; Sobal 2000). It is interesting to see that it is often used as a substitute for conviviality, which expresses the pleasure to be together and to discuss around a table (Brillat-Savarin 1825). It is true that eating together is often perceived as a good way of creating good social relationships, or even more to improve the quality of the diet (e.g. Weinstein 2006). Yet, eating together can sometimes also be a difficult time, especially when it was not the person’s choice (e.g. Guérin 2016). This symposium offers to explore, with a social science approach, the different dimensions associated with sharing meals (non exhaustive):

  • Cultural differences in the manners of sharing meals

  • Specificity of the sharing of cooking times regarding the sharing of meal times.
  • Use of commensality as a social action mean.
  • Symbolic representation of the benefits of sharing meals (psychological, physiological, social)
  • Comparison of meals regarding other eating times (snacking).
  • Political/Diplomatic use of meals
  • Organization, perception and role of meals in institutions (school canteens, hospital, nursing homes, prisons …)

References

  • Brillat-Savarin, Jean Anthelme. 1825. La physiologie du goût. Paris: Sautelet. Fischler, Claude. 1990. L’Homnivore. Paris: Odile Jacob.
  • Grignon, Claude. 2001. « Commensality and Social Morphology: An Essay of Typology ». In Food, Drink and Identity: Cooking, Eating and Drinking in Europe since the Middle Ages, par Peter Scholliers, 23‐33. Berg.
  • Guérin, Laura. 2016. « « Faire manger » et « jouer le jeu de la convivialité » en établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). De l’intensification des contraintes de travail pendant le service des repas ». SociologieS, juin.
  • Poulain, Jean-Pierre. 2002. Sociologies de l’alimentation : les mangeurs et l’espace social alimentaire. Paris: Presses universitaires de France.
  • Sobal, Jeffery. 2000. « Sociability and Meals: Facilitation, Commensality, and Interaction ». In Dimensions Of The Meal: Science, Culture, Business, Art, par Herbert L. Meiselman, 119‐33. Springer US. Warde, Alan. 2016. The Practice of Eating. John Wiley & Sons.
  • Weinstein, Miriam. 2006. The Surprising Power of Family Meals: How Eating Together Makes Us Smarter, Stronger, Healthier and Happier. Steerforth Press.

How to submit?

The proposals are to be sent before April 30th 2018

by e-mail to symposium@institutpaulbocuse.com with the object “Call Symposium Sharing Meals”.

These proposals (in english) must contain:

  • A presentation of the author(s)
  • An abstract (300 words max.), mentioning the object of the work, the methods and the main results.
  • The author’s preference for a poster or an oral presentation.

The authors will be informed of the acceptance or refusal of their proposal by 12 May 2018 at the latest. The selection committee is headed by Maxime Michaud and composed by the researchers of the Center for Food and Hospitality Research, Institut Paul Bocuse (Anestis Dougkas, Agnès Giboreau, Jérémie Lafraire, Maxime Michaud, Laure Saulais).

Pratical information

The Symposium will take place at the Institut Paul Bocuse in Ecully (next to Lyon), on June 14th 2018. Fees (covers registration, breaks and lunch):

  • Registration fees: 100 €
  • Reduced fees: 50 € (speakers, students, Research & Innovation Committee Members)
  • Students and researchers at University Lyon II (or members of the LADEC or EVS): 25€

Please note that the organizers are not able to take care of transportation, accommodation or registration fees. However, speakers have access to reduced fees.

Contact: symposium@institutpaulbocuse.com