Nouvelle parution

       Cette enquête collective à laquelle ont participé deux chercheures d’EVS, Hélène Balazard et Anaïk Purenne, confirme la fréquence des expériences ordinaires de racisme et de discrimination auxquelles les individus sont confrontés, quasiment tous ceux avec lesquels nous avons échangé ayant une histoire à raconter. Elle montre que ces expériences ont des effets bien réels sur les possibilités d’ascension sociale, l’espérance de vie, la mobilité spatiale et résidentielle. Certains des enquêtés rencontrés à Londres ou Montréal ont même quitté la France pour fuir le racisme. Sans que leur situation soit désormais idyllique, ils affirment vivre dans un environnement moins pesant, où les questions raciales et religieuses sont moins prégnantes et hystérisées. L’enquête révèle aussi combien l’expérience du racisme et des discriminations fait naître des interrogations identitaires dans les quartiers populaires. Loin de conduire au repli sur soi cependant, ces épreuves suscitent surtout une aspiration à l’égalité que peinent à prendre en charge partis politiques et mouvements associatifs.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.