Tous les articles par Alexandra Sandu

Vient de paraître : « Géographie du souvenir »

Géographie du souvenir

Ancrages spatiaux
des mémoires de la Shoah

DOMINIQUE CHEVALIER
PREFACE DE DENIS PESCHANSKI

La mondialisation des mémoires de la Shoah, telles que représentées dans des musées et des mémoriaux nationaux, constitue une caractéristique majeure des dimensions contemporaines de ce phénomène. Leur répartition actuelle de par le monde témoigne de la diffusion importante de ces « lieux de mémoire ». Ce livre présente tout d’abord ces nombreux lieux du souvenir, leur géographie, leur agencement, mais aussi leurinsertion dans leur environnement urbain, la manière dont ils sont mis en scène par des pouvoirs nationaux ou municipaux et en fonction de quelles visées idéologiques. Mais il s’agit également d’appréhender les manières dont les visiteurs perçoivent et se représentent ces lieux, en fonction de leur propre histoire. C’est donc à la fois à un panorama des musées et mémoriaux de la Shoah dans le monde que ce livre convie le lecteur, mais aussi à une analyse sensible de la manière dont ils sont pratiqués et insérés dans la ville. De Budapest à Washington, de Jérusalem à Paris, les situations sont toutes différentes et combinent à la fois des agencements spécifiques, des narrations, des émotions, des valeurs, des croyances et des appartenances. Continuer la lecture de Vient de paraître : « Géographie du souvenir »

SÉMINAIRE 2017 : SÉANCE 3

Explorer la ville verticale : approches, objets et premiers résultats

Vendredi 28 avril  2017
Lieu : UMR EVS – 18, rue Chevreul, 69007 Lyon – Salle 604
Horaires : 14h30- 17h00

Intervenants : Manuel Appert (MCF HDR, EVS) et Christian Montès (Pr, EVS)

Présentation de la séance

Programme:
1/ Le programme de recherche Skyline
2/ Ses coulisses ou la déconstruction d’un programme de recherche ANR associant chercheurs et praticiens.

Lyon (Auteur : Manuel Appert )

Le projet Skyline, qui a associé EVS, le LIRIS, l’EIVP et l’Agence d’urbanisme de Lyon (2012-2016), visait à co-construire un concept opérationnel du skyline afin d’introduire des éléments de réflexion objectifs dans le débat public relatif à l’impact paysager des tours. Le skyline véhicule en effet une identité forte des villes. La morphologie de Lyon par exemple se définit autour de Fourvière et la tour de la Part-Dieu. La valorisation paysagère de la Tour Incity n’a été formalisée qu’à partir d’une représentation depuis Fourvière. Le projet SKYLINE se veut donc être un vecteur de prise de conscience de l’importance d’engager une réflexion sur l’impact paysager des tours, notamment dans le contexte du projet Part-Dieu. Notre intervention vise à présenter les principaux résultats de SKYLINE ainsi que les « coulisses » du programme, du montage du projet à sa conduite.
Cette intervention s’adresse aux ateliers 6 et 3, aussi bien aux collègues qu’aux doctorants dans la mesure où nous souhaitons livrer quelques résultats de recherche ainsi qu’ouvrir les modalités de construction, d’évaluation et de conduite du projet.

SÉMINAIRE 2017 : SÉANCE 6

Patrimoine(s) négatif(s): le négatif de quoi?

Vendredi 14 avril  2017
Lieu : UMR EVS – 18, rue Chevreul, 69007 Lyon – Salle 604
Horaires : 14h – 17h30

Intervenant-e-s : Dominique Chevalier (MCF-HDR, EVS), Aliou Gaye (Doctorant, Lyon2, EVS), Racha Royer (Doctorante, Lyon2, EVS), Bastien Caumont (Doctorant, Lyon2, EVS), Benjamin Tremblay (Doctorant, Centre Max Weber – Lyon 2)

Présentation de la séance

Le mémorial de Rivesaltes (Auteur : Dominique Chevalier )

À la suite du procès Barbie (1987), le passé, ce « pays étranger » pour reprendre le titre d’un ouvrage de David Lowenthal [1985], est devenu une force plus puissante que jamais pour envisager le monde contemporain et à venir. L’évocation désormais récurrente du passé dans l’espace public occasionne en effet un changement de significations dans l’appréhension du patrimoine, lequel ne consiste plus seulement en une préservation des objets, mais devient une création, une construction en soi. Le patrimoine n’est dès lors plus seulement appréhendé comme un ensemble d’éléments ou d’artefacts transmis du passé au présent, mais comme un processus, une création permanente visant à répondre à des besoins contemporains [Ashworth, 2012, p. 187]. Ce passé, associé aux différentes formes de patrimoines qu’il embrasse et génère, présente des ressources à la fois culturelles, touristiques et mémorielles. Pour reprendre les propos d’Olivier Lazzarotti, « le tourisme dit culturel et sa rencontre avec le patrimoine participent à la construction du Monde contemporain » [Lazzarotti, 2010].

Continuer la lecture de SÉMINAIRE 2017 : SÉANCE 6

SÉMINAIRE 2017 : SÉANCE 5

 Conditions (et sensibilités) animales comparées

Vendredi, 31 Mars  2017
Lieu : UMR EVS – 18, rue Chevreul, 69007 Lyon

salle 302 (3e étage)

Horaires : 9h – 12h30

Séance coordonnée par Olivier Givre et Anahita Grisoni

Intervenant-e-s :Olivier Givre (Lyon2-EVS), Anahita Grisoni (chercheure associée, EVS), Jérôme Michalon (chercheur associé, Centre Max Weber), Alice Franck (Paris1-PRODYG), Jean Gardin (Paris1-LADYSS)

Présentation de la séance

La question de la place et du statut des animaux fait actuellement l’objet de nombreux (et vifs) débats, tant dans l’espace public, médiatique et politique, qu’en sciences sociales. Entre l’hypothèse d’un « tournant animaliste » appelant à reconsidérer le « point de vue animal » dans la production des connaissances en sciences sociales (sociologie, anthropologie, géographie, histoire, etc.), et la réaffirmation de frontières homme-animal (culturelles et biologiques) établies au long cours, cette question se présente aujourd’hui comme un véritable marqueur épistémologique.

Crédits photos : Olivier Givre

Cependant, la dimension comparative demeure un aspect relativement peu développé des études actuelles portant sur les relations hommes-animaux en sciences sociales. Au-delà d’approches situées, en quoi les rapports entre humains et animaux mobilisent-ils ou révèlent-ils des catégories culturelles et sociales plurielles et souvent conflictuelles ? En quoi, au-delà des configurations locales, s’inscrivent-ils désormais dans des enjeux globaux, autour de la notion de bien-être animal, de la préservation des espèces menacées ou encore des circulations mondiales d’animaux et de « produits animaux » (notamment dans le domaine alimentaire) ?

Continuer la lecture de SÉMINAIRE 2017 : SÉANCE 5

« Imaginaire : Construire et Habiter la Terre – ICHT2017 »

« Ré-imaginer l’habitat précaire » est une session thématique du colloque franco-brésilien « Imaginaire : Construire et Habiter la Terre – ICHT2017 »  inscrite dans le programme d’activités de l’atelier 6 d’EVS.

ATTENTION : Le lieu du colloque ICHT a changé ! Ce n’est plus Université Lyon 3, Amphithéâtre Huvelin 15 quai Claude Bernard Lyon 7e  mais
Amphithéâtre Doucet-Bon
18 rue Chevreul, Lyon 7e

Deux autres sessions (« Imageries, mémoires, projections et projets » le 12 avril matin et « La ville douce » le 13 avril matin, au programme de l’Atelier 1 d’EVS), ainsi que des expérimentations proposées par le Studio IMU Expériences sensibles en partenariat avec le Rize (le 12 avril après-midi) composent le programme d’ICHT 2017.

Dans la continuité d’une première édition tenue à São Paulo en mars 2016, l’ambition du colloque est de réaffirmer la place des poétiques urbaines dans la fabrique contemporaine des villes, en se focalisant sur les imaginaires, les images matérielles et les approches sensibles du quotidien urbain.

Continuer la lecture de « Imaginaire : Construire et Habiter la Terre – ICHT2017 »

SÉMINAIRE 2017 : SÉANCE 4

De la ville industrielle à la ville créative, les ressorts sociaux de l’innovation

Vendredi 17 mars  2017
Lieu : Saint-Etienne, Campus Carnot,  Salle D03 Telecom Saint-Etienne,  25 rue Dr Rémy Anino
Horaires : 13h30 – 16h00

Intervenant-e-s : Georges GAY (Université Jean Monnet Saint-Etienne-EVS) ; Sylwia Kaczmarek (Univ de Lodz, Pracownia Rewitalizacji Miast-Atelier de Revitalisation Urbaine);  Giovanni Sechi (Université Jean Monnet Saint-Etienne-EVS)

Présentation de la séance

La ville créative, substitut convenu de la ville industrielle en mal de redéveloppement et en quête d’attractivité, se présente comme un objet hybride où s’associent action, voire injonction, et réflexion. Le mot, en effet se décline en une panoplie  de pratiques qui vont de l’organisation d’évènements à la production de configurations spatiales favorisant et exprimant l’émergence d’une ainsi nommée classe créative et dont les commentateurs sont aussi, souvent, les protagonistes.

1. La Biennale du Design, installation
2.les participants de l’Atelier 6 à la Biennale du Design de Saint-Étienne »
Crédits photos : L. Coudroy de Lille, 2017

La répétition des expériences appelle cependant un retour critique sur cette figure du devenir de la ville post-industrielle. C’est cette démarche s’appuyant sur une mise à distance initiale de l’objet « ville créative » que propose le séminaire « De la ville industrielle à la ville créative : les ressorts sociaux de l’innovation », mais en se tenant sur le site du quartier « créatif » de la Manufacture à Saint-Etienne, qui plus est pendant la Biennale de Design, il propose aussi de mettre la dimension réflexive à l’épreuve d’une immersion « dans le terrain ».

Continuer la lecture de SÉMINAIRE 2017 : SÉANCE 4

SÉMINAIRE 2017 : SÉANCE 2

Interroger l’informalité pour questionner la norme

Mardi 14 février  2017
Lieu : UMR EVS – 18, rue Chevreul, 69007 Lyon – Salle 604
Horaires : 14h – 17h30

Intervenant-e-s : Fatiha Belmessous (EVS / RIVES); Farida Naceur (Université de Batna. Chercheure invitée en 2016-2017 à EVS / RIVES);  Cibele Rizek (Université de São Paulo)

Présentation de la séance

Aujourd’hui les quartiers dits informels sont considérés comme un phénomène en expansion dans les villes dites du Nord, alors qu’ils représentent un caractère durable dans les villes dites du Sud, constituant parfois la figure majoritaire du tissu urbain. Pourtant, ils constituent encore un objet voire un enjeu des politiques publiques, que ce soit dans leur caractérisation et énonciation (mode de désignation des lieux) ou dans leur traitement (normalisation ou éradication).

Photos des quartiers informels de Batna (Photos : Naceur Farida, 2016 )

L’objectif de la séance est de questionner cette notion, ses origines conceptuelles, son mode de circulation et de diffusion au sein de la littérature académique en l’illustrant de deux cas empiriques : la ville de Batna en Algérie et la périphérie est de São Paulo au Brésil. Continuer la lecture de SÉMINAIRE 2017 : SÉANCE 2

Vient de paraître : « Entre Est et Ouest : une européanisation urbaine »

Revue Géographique de l’Est (vol. 56 / n°3-4 | 2016:« Entre Est et Ouest : une européanisation urbaine »

Sous la direction de Lydia Coudroy de Lille

https://rge.revues.org/5813

Lettonie, Photo L. Coudroy
L’européanisation par les infrastructures : le Rail Baltica à Jelgava, Lettonie (Photo : Lydia Coudroy de Lille, 2016)

Le dernier numéro de la Revue Géographique de l’Est dont le dossier scientifique est intitulé « Entre Est et Ouest : une européanisation urbaine » (Ed. Lydia Coudroy de Lille). Il rassemble des contributions de plusieurs membres de l’Atelier 6 réalisées dans le cadre du Groupe De Recherches International du CNRS « Espace et réseaux urbains » (France, Russie, Ukraine, Allemagne, Hongrie).

Continuer la lecture de Vient de paraître : « Entre Est et Ouest : une européanisation urbaine »