À propos

Logo_UMR_HDCe carnet est animé par un groupe de chercheuses et de chercheurs en sciences humaines et sociales membres de l’Atelier 6 « Faire territoire, faire société » de l’UMR 5600 EVS (Université de Lyon).

Cet atelier interroge les dynamiques sociales et la fabrique territoriale, en abordant les territoires comme des constructions que des acteurs, institués, organisés ou non, imaginent, se représentent et façonnent, au sens politique, économique, technique, social, et culturel. Il s’agit ainsi de penser les territoires en interaction avec des pratiques politiques et sociales en permanence négociées, ce qui implique une attention égale aux espaces institutionnels et aux expériences concrètes, aux modèles et aux pratiques. Le territoire n’est donc jamais entendu comme acquis, mais considéré dans sa logique processuelle : « faire territoire » et « faire société » sont intrinsèquement imbriqués.

Ces réflexions théoriques et choix méthodologiques seront déclinés empiriquement en 4 axes de recherche :

  1. L’européanisation des territoires. L’Union Européenne (UE) est considérée dans cet axe comme une instance et une matrice qui informe, transforme et construit les territoires dans son périmètre institutionnel et sur ses voisinages. Dans cette expérience géographique unique, une vaste politique d’intégration sociale et spatiale est promue. Mais l’UE est confrontée à une série de défis à la fois internes et externes, dont certains remettent en question non seulement l’identité européenne, mais aussi le projet de construction européenne lui-même. La compréhension de l’impact spatial de la crise économique et politique est en enjeu crucial pour le futur de l’Europe.
  2. La fabrique de l’urbain La fabrique de l’urbain est définie dans cet axe comme associant les processus constructifs de la ville, les dynamiques politiques, et les pratiques sociales et économiques inhérentes à la territorialisation. Il s’agit d’examiner à la fois les dynamiques institutionnelles descendantes ainsi que les dynamiques incrémentales ascendantes dans les domaines du logement, ou des migrations en ville. Le parti pris est de ne pas opposer ces deux types de processus, mais de voir comment ils interagissent. Les espaces intermédiaires et ordinaires, des projets d’intégration sociale et spatiale constituent des exemples d’objets de recherche de l’axe. Des thèmes classiques de recherche comme le « droit à la ville », le binôme mixité sociale / ségrégation sont également revisités
  3. Pouvoirs, territoires, mobilités. Dans un monde globalisé mettant en cause les modèles classiques d’organisation politique, il importe de saisir comment les pouvoirs se recomposent selon différents processus (fragmentation, pluralisation, redistribution, contestation). Les territoires, du local au global, ne sont pas considérés comme des acquis stables et homogènes, mais comme étant en permanence négociés et performés à travers des expériences sociales et politiques. Les travaux développés dans cet axe privilégient l’analyse des mobilités, du mouvement (migrations, réseaux, diasporas, connexions…) dans une perspective multiscalaire et multidisciplinaire, et dans des espaces et des cultures variées (Europe, Afrique, Amériques, etc.). les problématiques suivantes y sont abordées : normes et valeurs dans le domaine de la santé, de l’environnement, politiques culturelles, frontières, souveraineté, contrôle, migrations, expériences intimes de la globalisation, etc.
  4. Les processus de patrimonialisation. Le but de cet axe est d’analyser comment le processus de patrimonialisation traite et intègre des espaces considérés comme obsolètes ou menacés lorsque le regard social porté sur eux les déplace, des marges vers le centre symbolique du territoire. Le patrimoine est souvent invoqué pour produire de l’identification à l’espace, du lien social, et pour conférer une légitimité politique à ses promoteurs. La patrimonialisation et la territorialisation entretiennent de fortes relations dans les sociétés contemporaines, elles questionnent la production et la circulation de normes et de valeurs. Si les politiques de patrimonialisation sont mobilisées par des acteurs en situation de pouvoir, les pratiques de patrimonialisation sont aussi un levier de contestation, d’expérimentation démocratique.

Plus d’informations sur la page de l’atelier 6 du site de l’UMR 5600.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Carnet de recherche de l'atelier 6 de l'UMR 5600 Environnement ville société – Faire territoire, faire société