Séminaire – Séance n°3

Sciences sociales et images

Vendredi 15 janvier 2016
Lieu : UMR EVS – 18, rue Chevreul, 69007 Lyon – Salle la Rotonde (6ème étage)
Horaires : 14 h – 17 h
Organisateur : Georges Gay (Université Jean Monnet – EVS)

Intervenant-e-s :
G. Gay (EVS-ISTHME ) ; F. Duchêne (EVS-RIVES) ; Danièle Méaux (CIEREC)

Atelier DAC (Discussions, actualités, controverses)

  • Georges Gay, professeur de géographie à l’Université Jean Monnet (UMR EVS) : Introduction : « L’image photographique comme source et ressource pour les sciences sociales ».

La proximité de l’image photographiée et des sciences sociales est aussi ancienne que l’une et les autres. Très tôt, la photographie a accompagné la géographie et les anthropologues, ethnographes ou psychologues l’ont adoptée pour recueillir des observations insaisissables par d’autres moyens. L’accumulation contemporaine des images qui circulent et prolifèrent en fait des objets d’étude pour la compréhension de la réalité sociale. L’usage de la photographie rencontre cependant la défiance : entre suspicion de manipulation et trouble de l’esthétisation, il est difficile d’accorder crédit à l’image photographiée. Dans cette perspective il convient d’examiner le double statut de l’image photographique qui est à la fois donnée et instrument, image-objet et image-outils. L’image-objet renvoie à l’image utilisée comme source, l’image-outil correspond à l’usage de l’image comme instrument de recherche. L’usage de l’image comme instrument de la recherche et l’approche scientifique de l’image comme objet social vont de pair. En fait, l’image dit autre chose que ce qu’elle montre dans le sens où elle dit plus que ce qu’elle montre. Le chercheur doit donc faire parler l’image mais faire parler l’image c’est aussi parler sur et à propos de l’image qui se transforme alors en levier ou opérateur de recherche.

Références bibliographiques :
– Becker Howard S., « Les photographies disent-elles la vérité ? », Ethnologie française 2007/1 (Vol. 37),
– Castro Teresa, « Les Archives de la Planète et les rythmes de l’Histoire », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 54 | 2008, mis en ligne le 01 février 2011
– Duteil-Ogata Fabienne, « La photo-interview : dialogues avec des Japonais », Ethnologie française 2007/1 (Vol. 37), p. 69-78.
– Luginbühl Yves, « Au-delà des clichés… La photographie du paysage au service de l’analyse », Strates [En ligne], 4 | 1989
– Terrenoire Jean-Paul. « Images et sciences sociales : l’objet et l’outil », Revue française de sociologie, 1985

  • François Duchêne, chercheur, ENTPE (UMR EVS) : « Recherches urbaines : travailler avec des photographies et des photographes, récits d’expériences ».

 

  • Danièle Méaux, professeure d’esthétique et de sciences de l’art à l’Université Jean Monnet (Centre Interdisciplinaire d’Études et de Recherches sur l’Expression Contemporaine) : Présentation de l’ouvrage « Autour de Géo-Photographies. Une approche renouvelée des territoires ».

Geophotographie_D_MeauxLe paysage est très présent dans le champ de la photographie contemporaine. Mais c’est moins l’inscription dans un genre traditionnel qui retiendra ici l’attention que le notable tournant des pratiques qui s’est opéré au fil des quarante dernières années. Que ce soit dans le cadre de commandes ou de projets personnels, nombreux sont les photographes qui s’orientent aujourd’hui vers une investigation du territoire et une écoute méthodique de ses évolutions. À travers la réévaluation des apparences visibles amenée par le médium, les organisations spatiales se trouvent questionnées ; l’image propose ainsi une nouvelle forme de réflexion géographique.

La photographie s’avère à même d’interroger la façon dont les modes de vie s’inscrivent dans l’espace, celle dont les hommes habitent un territoire qui est tout à la fois cadre et enjeu de leurs actions. À travers cette auscultation des sites, l’image se fait laboratoire de production de connaissances.

Ce livre rassemble des réflexions sur les évolutions de la photographie contemporaine et sa relation avec le paysage, le territoire. Il ne constitue pas une thèse, mais un essai traversé par des lignes théoriques. Il comprend un certain nombre d’images historiques ou contemporaines convoquées à titre d’exemples et commentées ; ont contribué à cet ouvrage des photographes tels que John Davies, Jürgen Nefzger, Dominique Auerbacher, Beatrix von Conta, Thierry Girard, Brigitte Bauer, Sophie Ristelhueber, Bernard Plossu, Patrizia Di Fiore, Geoffroy Mathieu, Édith Roux, Klavdij Sluban, Jean-Louis Garnell, Benoît Grimbert, Joël Sternfeld, François Deladerrière.

Voir : http://www.filigranes.com/livre/geo-photographies/

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *