Patrimonialisations plurielles : actualités et questions de recherche

Vendredi 11 décembre 2015
Lieu : UMR EVS – 18, rue Chevreul, 69007 Lyon – Salle 604
Horaires : 10 h – 13 h
Organisateur : Olivier Givre (Université Lumière Lyon 2 – EVS)

Atelier DAC (Discussions, actualités, controverses) :

-Vincent Veschambre (ENSAL, EVS-LAURE) : “L’ANR PLUPATRIMONIAL : une rencontre entre droit et sciences de l’espace (géographie, aménagement, urbanisme, architecture, sociologie urbaine)”.

-Bastien Couturier (ENSAL, EVS-LAURE) : “Monuments historiques radiés : Caractérisation de la valeur monumentale par l’étude des annulations de protection”.

-Olivier Givre (Université Lumière Lyon 2, EVS) : Présentation de l’ouvrage “Patrimonialisations croisées : jeux d’échelles et enjeux de développement (PUL, 2015)”.

Atelier DOC

-Suzanne Monnot (ENSAL, EVS-LAURE) : “Constructions en terre en Arménie: de l’héritage au patrimoine pour dynamiser les territoires ?”

Compte rendu de la séance

  • Vincent Veschambre : “L’ANR PLUPATRIMONIAL : une rencontre entre droit et sciences de l’espace (géographie, aménagement, urbanisme, architecture, sociologie urbaine)”.
PhotoVincentVeschambreAtelier6_2015_01
A l’heure de la révision du PLUI du Grand Lyon, que deviendront les zonages de protection de type AVAP ? (Exemple : les Gratte-ciel de Villeurbanne, 15 novembre 2013, VV).

Le propos vise à présenter une ANR (Défi 6 « Systèmes urbains durables ») en démarrage reposant sur la rencontre entre droit et sciences de l’espace (urbanisme, architecture, géographie et sociologie de l’urbain).

La ville durable est entendue comme ville viable d’un point de vue environnemental mais aussi comme ville inscrite dans la durée (C. Emelianoff), la durée renvoyant à des processus d’identification des habitants à partir de repères mémoriels. En cela, la ville durable est contradictoire (opposition par exemple entre la volonté de conserver le bâti ancien et celle de bâtiments à faible consommation énergétique, ou encore face à la volonté de densifier pour limiter l’étalement urbain).  Le projet cherche à compléter les travaux existant sur le patrimoine en proposant une réflexion sur le cadre juridique et son appropriation, notamment sur le projet de loi du 8 juillet 2015 «  Liberté de création, architecture et patrimoine ».

La réglementation en matière de patrimoine s’inscrit dans l’acte 3 de la décentralisation. Les questions de patrimoine s’inscrivent de plus en plus dans le droit commun de l’urbanisme, donnant plus de pouvoir aux acteurs locaux. Ainsi, la contradiction entre enjeux de durabilité climatique et enjeux de durabilité mémorielle sera arbitrée à l’échelle locale. En termes d’outils, les zonages de protection doivent être refondus en une seule catégorie, « les cités historiques », et le Plan Local d’Urbanisme évoluerait vers un « PLU patrimonial ». L’enjeu de ces évolutions repose sur les différences de temporalité des questions de patrimoine et des documents d’urbanisme et sur les effets d’un rapprochement de la prise de décision de l’échelle des élus locaux.

En termes de retombées, le projet de recherche a pour ambitions de faire le lien avec la réflexion menée sur les « nouveaux régimes de patrimonialité », d’aborder les manières d’élaborer le droit du patrimoine face à un processus de retrait de l’État et d’interroger les nouvelles formes de régulation patrimoniale.

Les réactions suscitées par la présentation mettent en évidence une certaine permanence de l’État toutefois, notamment dans l’identification des « cités historiques », terme à débattre par ailleurs. D’autre part, un apport des sciences politiques dans le projet paraîtrait intéressant.

  • Bastien Couturier : “Monuments historiques radiés : Caractérisation de la valeur monumentale par l’étude des annulations de protection”.
Façade ouest du distilloir et palais de justice en construction.
Crédit photo © Monuments historiques

Le statut de Monuments historiques concerne environ 44000 bâtiments en France dont un tiers sont classés et deux tiers inscrits. La place de ce statut juridique en matière de protection du patrimoine, créé en 1840 et refondu par la loi de 1913, est aujourd’hui réaffirmée par son intégration dans le code du patrimoine de 2004. Le classement repose sur la notion d’intérêt public tandis que l’inscription correspond à un intérêt suffisant pour rendre la préservation du bâtiment désirable.

Les édifices industriels représentent un cas d’étude spécifique avec 872 bâtiments classés ou inscrits au titre des Monuments historiques. Bien que la tendance soit à la hausse, la prise en compte des édifices industriels reste faible en France au regard d’autres pays comme l’Angleterre ou l’Allemagne. La spécificité de ces édifices est qu’ils sont contemporains, parfois particulièrement récents (ex. Firminy), sans que cela soit antinomique avec la protection au titre des Monuments historiques (Jean Salusse [directeur de la caisse nationale des Monuments Historiques],1976). En effet, le frein majeur évoqué pour la protection des usines est la problématique technique. Un exemple est donné avec la station-service de Jean Prouvé dans le Doubs, inscrite par un arrêté de 2012 pour sa technique constructive.

On observe par ailleurs que les édifices industriels sont surreprésentés parmi les monuments « déprotégés ». L’analyse des motifs de radiation met en évidence d’une part la réversibilité de la protection, les débats suscités pouvant conduire à l’annulation de l’arrêté de protection. D’autre part, elle fait apparaître la limite de la protection offerte, n’allant pas de pair avec l’entretien des bâtiments qui, devenus vétustes ou endommagés, peuvent perdre l’intérêt d’être protégés. Des cas de démolition sont aussi mis en évidence.

Les réactions suscitées soulignent qu’au-delà de l’enjeu mémoriel se pose la question de ce que l’on fait des édifices protégés et notamment des moyens alloués à leur entretien ou mise en valeur. L’analyse des motifs de radiation montrait par ailleurs qu’ils pouvaient tous être analysés en tant que décision politique. Autre voie de réflexion : qui participe aux débats relatifs à la décision de protection ? Quelle place pour les experts dans la décision finale ?

  • Olivier Givre : Présentation de l’ouvrage “Patrimonialisations croisées : jeux d’échelles et enjeux de développement (PUL, 2015)”.

L’ouvrage répond à la volonté de s’interroger sur le processus de patrimonialisation sur des terrains multi-situés. Dans une forte dimension comparative, il s’agit de revenir par des études de cas à l’objet « patrimoine », récent en sciences humaines et sociales : si l’objet patrimoine est franco-centré, la notion de patrimonialisation suppose un déplacement accompagné de la prise en charge de la notion de patrimoine par les sciences sociales. L’intérêt est porté au processus, s’opposant alors à une vision essentialisante du patrimoine, la notion de patrimonialisation permettant de dépasser l’aspect sémantique pour voir comment un collectif reconnaît le statut de patrimoine à un objet donné. Les fils se créeraient à partir des pères par le biais de la patrimonialisation, par opposition à l’idée que ce sont les pères qui transmettraient. Deux interrogations majeures sont sous-jacentes dans cet ouvrage : quelle « globalisation patrimoniale » observe-t-on ? Le patrimoine correspond-il à une culturalisation du développement ?

L’ouvrage est organisé en trois parties. La première est consacrée aux sujets patrimoniaux, à savoir les acteurs qui endossent l’habit patrimonial. La deuxième partie s’intéresse aux jeux d’échelle, enjeux politiques et à la performativité patrimoniale en considérant les rapports de force, les arènes patrimoniales où se négocie la patrimonialité. Enfin, la troisième partie, consacrée à la gestion et aux questions patrimoniales de l’espace post-colonial, apporte une réflexion sur les héritages conflictuels et l’usage du patrimoine pour pacifier un passé colonial ou comme outil d’émancipation et de reconnaissance.
=> Voir aussi l’avis de parution de l’ouvrage ICI.

  • Suzanne Monnot : “Constructions en terre en Arménie: de l’héritage au patrimoine pour dynamiser les territoires ?”
PhotoMonnotAdobe01
Crédit photo : Suzanne Monnot

L’Arménie dispose d’un riche passé constructif en terre, notamment un patrimoine en adobes.Les travaux partent du constat qu’en dépit de ce patrimoine remarquable, le patrimoine constitué par l’habitat vernaculaire n’est pas valorisé. L’hypothèse porte donc sur l’articulation entre patrimoine archéologique et habitat contemporain et plus particulièrement sur l’argument du patrimoine en terre comme moyen de diversification de l’offre touristique et de développement des territoires, dans un contexte de « désoviétisation ».

L’archéologie participe à la valorisation des constructions en terre, patrimoine qui a pu être mobilisé dans une dynamique de reconstruction, de pensée d’un nouveau territoire avec une nouvelle capitale, Erevan. Ainsi, une typologie d’îlots est mise à l’œuvre pour voir comment l’habitat en terre trouve sa place dans l’évolution urbaine rapide. On peut ainsi observer un type moderne, de réponse à la crise du logement des années 1960-1970 ou encore un type plus récent d’auto-construction. Deux grandes tendances apparaissent d’un point de vue architectural : le style Tamanian, classique, et un style international. La construction évolue par ailleurs aussi par l’importation de savoir-faire des réfugiés et rapatriés. La construction vernaculaire, perçue comme « génie constructif local », présente une forte capacité d’intégration dans le territoire. L’enjeu de la recherche est donc de permettre au passé en terre de retrouver une place après l’oubli de l’industrialisation soviétique, de permettre sa valorisation par l’évolution du regard.

Les retours soulignent les comparaisons possibles avec Lyon, ville beaucoup construite en terre, qui font émerger l’idée d’une architecture invisible, inconnue car toujours recouverte d’enduit. L’identification, l’inventaire et sa diffusion sont des enjeux partagés (à noter le colloque Terra 2016). Un axe de réflexion existe par ailleurs sur la notion même de patrimoine, inexistante en arménien, et finalement sur l’enjeu méthodologique d’appliquer un modèle conceptuel français sur ce terrain.

Compte rendu : Laetitia Mongeard (EVS).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *