SÉMINAIRE 2017 : SÉANCE 5

 Conditions (et sensibilités) animales comparées

Vendredi, 31 Mars  2017
Lieu : UMR EVS – 18, rue Chevreul, 69007 Lyon

salle 302 (3e étage)

Horaires : 9h – 12h30

Séance coordonnée par Olivier Givre et Anahita Grisoni

Intervenant-e-s :Olivier Givre (Lyon2-EVS), Anahita Grisoni (chercheure associée, EVS), Jérôme Michalon (chercheur associé, Centre Max Weber), Alice Franck (Paris1-PRODYG), Jean Gardin (Paris1-LADYSS)

Présentation de la séance

La question de la place et du statut des animaux fait actuellement l’objet de nombreux (et vifs) débats, tant dans l’espace public, médiatique et politique, qu’en sciences sociales. Entre l’hypothèse d’un « tournant animaliste » appelant à reconsidérer le « point de vue animal » dans la production des connaissances en sciences sociales (sociologie, anthropologie, géographie, histoire, etc.), et la réaffirmation de frontières homme-animal (culturelles et biologiques) établies au long cours, cette question se présente aujourd’hui comme un véritable marqueur épistémologique.

Crédits photos : Olivier Givre

Cependant, la dimension comparative demeure un aspect relativement peu développé des études actuelles portant sur les relations hommes-animaux en sciences sociales. Au-delà d’approches situées, en quoi les rapports entre humains et animaux mobilisent-ils ou révèlent-ils des catégories culturelles et sociales plurielles et souvent conflictuelles ? En quoi, au-delà des configurations locales, s’inscrivent-ils désormais dans des enjeux globaux, autour de la notion de bien-être animal, de la préservation des espèces menacées ou encore des circulations mondiales d’animaux et de « produits animaux » (notamment dans le domaine alimentaire) ?

Cette séance entend explorer certaines de ces questions, autour d’études de cas et de travaux scientifiques portant sur la mort animale, le statut des animaux de compagnie et la place nouvelle dévolue aux animaux dans les pratiques du care, dans différents contextes culturels. L’attention portera sur le rapport à la sensibilité animale, les espaces prescrits ou proscrits aux animaux et les usages politiques (au sens large) du rapport aux animaux, en tant qu’ils résonnent avec des représentations culturelles, sociales, mais aussi morales, religieuses, scientifiques, etc. plurielles et parfois conflictuelles.

  • Olivier Givre (Lyon2-EVS) et Anahita Grisoni (chercheure associée, EVS) : Introduction
  • Jérôme Michalon (chercheur associé, Centre Max Weber) : Sait-on réellement ce qu’est un animal de compagnie ? Éléments socio-anthropologiques.
  • Anahita Grisoni (chercheure associée, EVS) : Posséder un chien de compagnie en Iran: modifications des espaces domestiques et publics et retour sur la publication Anthropology of the Middle-East
  • Alice Franck (Paris1-PRODYG), Jean Gardin (Paris1-LADYSS) et Olivier Givre (Lyon2-EVS) : Comparer les morts animales : autour du projet Pense-bête. Mise à mort des animaux et bien être animal : enjeux présent, conflits futurs ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *