Séminaire – Séance n°5

Mobilité et questions de méthodologie

Vendredi 11 mars 2016
Lieu : UMR EVS – 18, rue Chevreul, 69007 Lyon – Salle 604
Horaires : 9 h – 12 h

Intervenant-e-s :
M.-P. Gibert (EVS) ; M.-H. Chevrier (EVS) ; F. Guy (EVS) et F. Ollivon (EVS).

Présentation de la séance

Cette séance est pensée comme un dialogue entre 3 présentations, chacune d’elle s’articulant autour de trois axes communs, regardés à l’aune de nos terrains d’étude respectifs et des références que nous mobilisons pour l’appréhender. Il s’agira donc pour chacun.e de penser les mobilités au prisme 1/ des jeux d’échelles, 2/ du sens que les mobilités ont pour ceux qui les réalisent, et 3/ du couple mobilité-immobilité.

  • Marie-Pierre Gibert (EVS, Université Lumière Lyon 2, MCF Anthropologie). [à venir]

 

  • Marie-Hélène Chevrier (EVS, Université Lumière Lyon 2, Doctorante) : « Le pèlerinage : mobilité à haute-valeur ajoutée ».
MarieHeleneChevrierFatima_pèlerins2016
Pèlerins au sanctuaire de Fatima (Portugal). Cliché réalisé par M.-H. Chevrier, 11/08/2015.

Le motif religieux est probablement un des plus anciens et puissants moteurs de la mobilité. Forme de mobilité pluriséculaire, le pèlerinage pousse des hommes et des femmes de toutes conditions sur les routes. Si l’image du pèlerin de Compostelle parcourant des centaines de kilomètres à pied et dans des conditions spartiates est devenue image d’Épinal, la réalité du pèlerinage contemporain est bien plus complexe. Il peut en effet se pratiquer à toutes les échelles mais également voir ses pratiques sacrées rituelles se teinter de pratiques touristiques. Si les conditions matérielles tendent à rapprocher de plus en plus tourisme et pèlerinage, ce dernier continue de se singulariser par la valeur sacrée qu’il confère au temps et à l’espace. L’objet de cette présentation sera de savoir comment saisir et étudier cette forme particulière de déplacement à haute-valeur ajoutée. En se fondant sur les trajectoires de quatre pèlerins interrogés dans quatre sanctuaires différents, il s’agira de saisir la dimension multiscalaire du pèlerinage ainsi que la manière dont le pèlerin donne du sens à la mobilité et aux lieux vers lesquels il se met en route, pour enfin réfléchir au processus qui fait qu’un pèlerinage, un lieu de pèlerinage ou l’objet d’un pèlerinage peuvent finalement devenir points d’ancrage.

  • Fleur Guy (EVS, Université d’Artois, Docteure/ATER) & Franck Ollivon (EVS, Université Lumière Lyon 2, Doctorant) : « La mobilité dans le placement : regards croisés sur le placement des mineurs en foyer et le placement sous surveillance électronique ».

Cette intervention à deux voix propose de croiser les objets de recherche de deux thèses de géographie portant sur le placement des mineurs en foyer et le placement sous surveillance électronique. Au-delà de la catégorie « placement » commune aux deux dispositifs, leur mise en regard interroge le sens des mobilités en contextes institutionnels. Ces deux types de placement répondent à des logiques spatiales opposées (retrait du domicile familial dans le cas du placement en foyer, maintien à domicile dans le cas du placement sous surveillance électronique), s’adressent à des individus dont les statuts diffèrent (victime/condamné) mais présentent tous deux la particularité de rendre la mobilité possible pour les individus placés. Dans ce contexte, les acteurs institutionnels et les individus placés donnent différents sens à la mobilité. Les acteurs institutionnels la considèrent comme un risque ou une nécessité, dessinant ainsi une typologie tacite distinguant mobilité légitime et illégitime. Un triple positionnement des individus placés par rapport à ce système normatif est observé dans les deux dispositifs : d’une part une mise en conformité avec les attentes institutionnelles et d’autre part un refus de ces injonctions qui conduit soit à l’immobilité dans le lieu de placement, soit au choix d’une mobilité accrue. Centrés sur des lieux de placement où vivent les individus, ces résultats mettent prioritairement en jeu la mobilité quotidienne. Il s’agit cependant de dispositifs eux-mêmes mobiles qui sont transposables à différentes échelles.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *