Séminaire – Séance n°4

Bidonville. Chabola. Cortiço.
Interroger la ville à travers des lieux
catégorisés

Vendredi 12 février 2016
Lieu : UMR EVS – 18, rue Chevreul, 69007 Lyon – Salle 604
Horaires : 9 h – 12 h

Intervenantes :
F. Belmessous (EVS-RIVES) ; E. Roche (Triangle-INSA) ;
A. Matesanz Parellada (UPM-ETSAM) ; O. Paris (EVS-Lyon 3).

Présentation de la séance

Historiquement il existe dans l’espace urbain des lieux et des types d’habitat qui échappent à la planification et à l’aménagement volontariste (public ou privé) et qui demeurent difficiles à définir scientifiquement. En effet, le chercheur est souvent contraint pour désigner son objet d’investigation d’utiliser les mots des autres : des pouvoirs publics, des acteurs économiques, des médias, des habitants. L’objectif de ce séminaire est de réfléchir à cette question des catégories de connaissance et des catégories d’action, au travers de dénomination issues de l’administration dans un souci de comptabilisation (cortiço) ou encore de gestion / résorption (bidonvillechabola).

Pourquoi ces lieux et/ou leurs habitants sont-ils devenus le paradigme d’un espace stigmatisé et stigmatisant ? Comment sont-ils l’objet de régulations (en termes de contrôle et de normalisation) ? Comment sont-ils insérés dans la ville ?

Atelier DAC

  • F. Belmessous (EVS – RIVES) : « Catégories de nomination, catégories de désignation. Objectiver la notion de bidonville ».

Le mot bidonville comprend, par un seul vocable, des situations locales distinctes et multiples : ‘habitat non réglementaire’, ‘informel’, ‘illégal’, ‘marginal’, ‘insalubre’, ‘bidon’. Et permet de rapprocher des conditions différentes d’habitat présentes dans le monde entier, du point de vue des situations juridiques et du foncier que des situations sociales et économiques de ses habitants, des types de localisation et des modalités de construction. A travers l’analyse d’un vaste corpus d’archives établi dans les services administratifs du département du Rhône (cabinet du préfet, services dédiés aux ‘Musulmans venus d’Algérie’, ‘service de liaison et de promotion des migrants’), il s’agit de définir le problème relatif à la catégorie bidonville – ce qui suppose un travail de trois ordres : une mise en image pour faire apparaître le problème ; une mise en mots pour le rendre visible (‘entreprise de verbalisation’ qui se concrétise dans une manipulation du vocabulaire) et le mettre en catégorie ; une mise en forme qui correspond à la production d’une nouvelle vision du monde. Le processus de catégorisation permet d’apporter un éclairage nouveau à l’objet bidonville, en le détachant du « simple habitat insalubre » pour le rapprocher de l’héritage étymologique, lié à son émergence en Afrique du Nord. Aujourd’hui, la mobilisation de ce terme véhicule des représentations et une grammaire des lieux insupportables.

  • E. Roche (Triangle – INSA) : « « Nos Roms », des citoyens locaux. De la justice redistributive aux affres de l’identité à Saint-Denis (93) ».

ImageEliseRoche2016« Nous proposons de nous intéresser à la gestion par une collectivité locale du relogement d’une population migrante désignée comme « Rom » et habitant en bidonville, notamment pour comprendre son ambiguïté, entre accueil et refoulement. Nous nous appuierons sur des analyses de la politique municipale de résorption de bidonvilles de Saint-Denis (93) entre 2008 et 2014.
Une relecture géographique des travaux de Nancy Fraser (2011 [2005]) nous conduit à lire ces tensions dans les politiques municipales d’accueil des populations migrantes comme le résultat de l’ « évincement » de l’ambition redistributive par le développement d’une approche par la reconnaissance. Cet évincement s’articule autour de deux phases. Une première phase, la « redistribution par la citoyenneté locale », voit conférer aux « Roms » une intégration au territoire local selon différents critères, qui leur ouvrent un accès à une assistance matérielle, des logements. La seconde phase, « la reconnaissance comme condition du logement spécifique », voit se développer un discours des acteurs locaux sur l’identité du groupe relogé, à l’occasion de la construction puis de la gestion du site de logements dédiés. D’abord perçue positivement, cette identité réifiée vient ensuite nourrir un argumentaire de rejet, puis de refoulement des migrants en question. »

Atelier DOC

  • A. Matesanz Parellada (UPM-ETSAM) : « La chabola. D’un problème général à une question minoritaire. La Cañada Real à Madrid ».

La chabola (poblado asentamiento chabolista) a été le terme le plus couramment employé pour designer l’habitat spontané ou informel en Espagne depuis les années 1950. Cette notion, qui rapproche des conditions particulières d’habitat liées aux situations socio-économiques des habitants et différentes localisations et types de construction, rapproche aussi un phénomène très complexe qui a évolué énormément dans les dernières décennies.

ImageAngelaMatesanzParellada2016
Carte du haut : Occupations de populations durant les années 1960-1970 (Elaboration d’après Azurmendi(1981). Carte du bas : Occupations de populations années 2000s (1er oct. 2007) (Elaboration d’après l’Institut du relogement et d’intégration sociale (IRIS), extrait du journal El País). Source : BELMESSOUS, MATESANZ (2014).

La présentation montre l’évolution du chabolismo et de l’objet urbain chabola des années 1950 à aujourd’hui à travers le développement urbain de la région de Madrid, et plus concrètement à partir d’un territoire exceptionnel, la Cañada Real Galiana. L’urbanisation informelle de la Cañada, véritablement connectée d’une part aux autres noyaux de chabolas de la couronne urbaine et d’autre part à l’accroissement « formel » de l’aire métropolitaine, montre le passage d’un problème général dans les années 1950, à une question minoritaire et plus stigmatisée, depuis les années 1990.

 

 

  • O. Paris (EVS, Lyon 3) : « Habitat populaire en centre-ville au Brésil. Le cas des cortiços de Salvador de Bahia ».
ImageOctavieParis2016
Cortiço 1 de l’étude, quartier de Saúde, Salvador, Brésil. Février 2015, O. Paris

Le cortiço est une « catégorie » de logement populaire brésilien souvent méconnue et qui renvoie à une image du passé qui ne laisse pas deviner sa pérennité dans le paysage urbain actuel.
La première partie de la présentation revient sur l’étymologie du terme cortiço et sur son évolution vers la signification d’un objet spécifiquement urbain à partir du XIXème siècle. Les définitions officielles plurielles ont été rappelées, notamment celles de l’IBGE et de la loi municipale de São Paulo. La définition par les politiques hygiénistes a abouti à une catégorie bien trop ample pour décrire les différentes réalités auxquelles renvoie le terme cortiço. Le cas de deux cortiços du terrain de recherche à Salvador de Bahia a été développé, en analysant, entre autres, le discours des habitants. Les cortiços de l’étude se situent donc, dans d’anciennes demeures unifamiliales ayant ensuite été subdivisées et qui sont localisées dans le centre historique de la ville à proximité de la principale offre d’emploi informel notamment et des différentes infrastructures et services urbains.
La catégorie officielle de cortiço bien qu’elle soit utilisée dans les traitements statistiques brésiliens ne reflète pas la réalité urbaine complexe autour de ce type de logement collectif locatif et multifamilial.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *